Casse toi sale plouc!

Le changement c’est maintenant! Vous pourrez nous raconter ce que vous voudrez, Hollande c’est tout de même autre chose que son prédécesseur, le style, la classe, le vrai chic corrézien.  Un exemple parmi d’autres, tenez : Salon de l’Agriculture 2008 Sarkozy nous sort, afin d’écarter un importun,  ce fameux « casse toi pauv’con » qui lui rapporta tant en termes de harcèlement médiatique; en revanche, Salon de l’Agriculture 2015, le service d’ordre de Culbuto vire à paquets le malheureux Pinatel, un copain du célèbre José Bové le bafouilleur moustachu de la Confédération Paysanne. Il paraîtrait même qu’en le prenant par la peau du cul,  les gorilles du Président auraient lancé au Pinatel en question un retentissant « casse toi sale plouc » ponctué pour finir d’un grand coup de chaussette à clous dans le fondement. Or l’intéressé, ès qualité de porte parole de la Confédération Paysanne, pendant écolo-gauchiard de la FNSEA,  appartenait à la délégation des péquenots syndicalistes accrédités pour escorter le Chef de l’Etat dans son marathon bouseux de la Porte de Versailles. Quelle mouche les a piqués, les sicaires de Pépère…allez savoir…tout ce qu’on sait c’est que l’incident est déjà clos, oublié, on n’en parlera plus, les media ont passé l’éponge. Se fût il agi de Sarko, bien sûr, c’eût été une affaire d’état…non, décidément on le voit bien le changement : « Moi Président de la République, au Salon de l’Agriculture, je ferai dégager les cul-terreux-trotskos par mes valets, comme du fumier de cheval ! » Ainsi donc,  il n’avait pas tout dit…

Ce qui ne l’a pas empêché d’y passer la journée au cul des vaches, un vrai retour aux sources, ponctué d’une série impressionnante de petits casse-croûtes et de grands coups derrière la cravate de travers.  On voit bien qu’elle s’en fout Melle. Julie de son tour de taille et de son taux de cholestérol, pas comme du temps de Valoche où il avait intérêt à planquer les meubles histoire d’éviter les représailles, Pépère…vraiment une bonne idée, cette répudiation! Alors il a déclaré plein de trucs, le mec, tout au long de sa journée pseudo-campagnarde, plus ça allait plus ça devenait pâteux et nébuleux mais de toute façon on s’en fout, l’intégralité de son propos ayant consisté en poncifs, lieux communs et platitudes, conformément aux règles qui président à ce genre d’exercice. Et puis, qu’est-ce que vous voulez qu’il leur chante aux terreux, à part la ritournelle « votez pas Front-National » entonnée par tous les politicards et media réunis, exceptés naturellement les potes à Marine. Sinon pour le reste tout se décide à Bruxelles… il n’allait tout de même pas distribuer des photos dédicacées de Moscouvessie! Surtout qu’après le cirque de la Loi Macron il convenait de changer les idées, de dégoiser du bien lénifiant pour faire oublier les  vilaines disputes intestines qui émaillent la vie du Parti depuis l’arrivée à Matignon du bel hidalgo. L’OPA de Hamon sur le prochain Congrès Socialo et le coup du 49.3 qui en est résulté, même s’ils ont largement échappé à l’entendement d’une immense majorité de Franchouilles, n’en laissent pas moins une impression désagréable qui se traduit illico par la chute vertigineuse des popularités respectives de Grotoumou et Matador, les duettistes de choc du Socialisme Libéralisé dans le Respect des Valeurs de la République et du Collectivisme Réunis. La délicieuse embellie de « l’Esprit du 11 Janvier » vient de sombrer dans les vagues scélérates agitant l’océan de la connerie démocratique. Ni à gauche, ni au centre, ni à droite, il n’y a aucun survivant! Seule la dame Le Pen s’en sort sans dommage : normal, elle sait naviguer la Marine!

Adoncques, cette semaine on s’escrimait dans les travées de l’Assemblée Nationale autour d’un petit projet de loi, révolutionnaire au point de porter de cinq à douze le nombre de Dimanches possiblement ouvrés et d’autoriser, afin de pallier les honteuse insuffisances du transport ferroviaire, la circulation illimitée des autocars sur nos routes déjà encombrées de myriades de camions.  Après discussions enfiévrées, chiées d’amendements et votes successifs de chacun de articles, une poignée de députés trouva judicieux de brandir la menace du vote contre afin de précipiter dans le pétrin leurs coreligionnaires Vallsounet et Macronou, lesquels semble-t-il ne s’y attendaient plus. Moyennant quoi à grands coups de menton et de déclarations furibardes le Premier Sinistre sortit l’arme nucléaire tant vilipendée par les Socialos quand ils œuvraient confortablement dans l’opposition : l’engagement de la responsabilité du gouvernement. Une bonne motion de censure déposée par l’UMP -votée sans sourciller par les communistes- et la petite merveille macronesque se trouvait aussitôt adoptée sans autre forme de débat, en vertu d’un texte constitutionnel conçu et réalisé par Michel Debré à une époque où l’on savait encore rédiger des lois simples et efficaces. Merci Charlot Gros-Pif! Tout cela ne changera rigoureusement rien à notre dégringolade économique mais nous aura bien occupés pendant quelques jours…et pendant ce temps-là l’Islamisme grignote tranquillement du terrain…

Ça n’a pas l’air de trop inquiéter nos Chères Élites mais il se trouve que l’Etat Islamique vient d’ouvrir une jolie succursale en Libye. Grâce à l’action conjuguée de BHL et de Nicolas Sarkozy  la voie se trouve libre. Les Musulmans fanatiques ne manquent pas dans le coin (comme disait le précité BHL : « ils sont très pieux, comprenez vous… ») et, tant en Tripolitaine qu’en Cyrénaïque, les armes non plus ne font pas défaut, le tout au beau milieu d’un bordel arabe plus épais que les vents de sable du désert. Dans de telles conditions, il ne manque plus grand chose pour que Boko-Aram,  les Djihadistes du Mali et les néo-daeshiens en question fassent leur jonction et nous créent un super-califat africain propre à nous emboucaner la moitié du continent en attendant mieux. Déjà nous pouvons garantir l’arrivée imminente sur les côtes du Sud de l’Italie, d’un flot décuplé d’envahisseurs propres à nous étouffer proprement et sans bavure. Le simple fait d’avoir au Nord de l’Afrique, à quelques encablures de l’Europe, un nid de frelons de ce calibre devrait nous secouer un peu la torpeur migrantophile mais non, rien ne bouge…nous autres on s’occupe de la Loi Macron, du plan de sauvegarde du gauchisme grec et du danger représenté par la montée du Front National. Même l’égorgement des Coptes nous laisse parfaitement froids : vous pensez, des Chrétiens! Qu’est-ce qu’on en a à foutre je vous le demande? D’autant qu’attention, les Islamiste Libyens et l’Émir du Qatar c’est cul et chemise : quand les Égyptiens d’Al Sissi sont allés bombarder les premiers, les seconds ont aussitôt rappelé leur ambassadeur au Caire…on va tout de même pas se fâcher pour si peu avec le PSG, m’enfin! Sans compter qu’il nous a promis d’acheter des Rafale, l’Émir! Autant vous dire qu’ils peuvent compter sur Pépère pour lui foutre la paix à Daesh en Libye, et les Ritals pourront marronner tant qu’ils voudront ça n’y changera rien : où le Qatar passe, tout le reste trépasse, y compris la sécurité de l’Europe,  voilà tout!

Mais bon, on fait ce qu’on peut, on n’est pas des bœufs, n’est-ce pas? Prenez le Cinéma Franchouille, tiens, par exemple. En voilà des qui ne mâchent pas leurs mots, qui foncent avec un courage léonin pour dénoncer les vilains excès de l’islamisme. Il a refilé un stock monstrueux de « César » à Timbuktu, le cinoche hexagonal, c’est y pas une preuve, ça? Alors même que plein de voix s’élèvent pour dénoncer le manque de diversité d’Hollywood, lequel réduit de manière drastique et scandaleuse son quota de blacks à la distribution des  Oscars, nous on couronne Abderrahmane Sissako, parfaitement! On le couvre de lauriers pour son film qui, tout en « ne diabolisant pas les bourreaux » (dixit « Le Monde ») nous explique bien que « l’Islam ce n’est pas cela » et que « l’immense majorité des Musulmans » s’oppose farouchement à la « barbarie ». Bien mérités, pas vrai, tous ces « César »…dommage qu’elle se passe au Mali son histoire et pas dans le Neuf-Cube, ça nous aurait encore plus remonté le moral…

Amitiés à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

Publicités

L’expédition du con Tiki

En définitive il aurait plutôt le vent en poupe ces temps-ci notre petit Président de la Répupu. Une conjoncture en plein redressement sous l’effet des baisses conjuguées des cours de l’Euro et du pétrole, un accord de cessez le feu -certes un peu bidon mais tout de même- arraché aux forceps à Vladimir Putin, et surtout, oui surtout, la vente de vingt-quatre « Rafale » au glorieux Maréchal Al Sissi  (quasiment impératrice) le nouveau Pharaon de toutes les Egyptes. Certes les différents succès en question relèvent de catégories très différentes.

Ainsi, le coup de pot monstrueux qu’on trouve derrière la dévaluation de fait de notre monnaie et la diminution drastique du coût de l’énergie, nous dégage-t-il l’horizon pour plusieurs mois, avec la garantie quasi-certaine d’une amélioration à terme de tous les indicateurs et l’opportunité pour nos media d’en attribuer le mérite à ces braves Socialos,  lesquels n’en peuvent mais, ce qui n’a bien sûr aucune importance.  Avec un minimum de bol, Culbuto pourra même espérer pour 2016 cette fameuse « inversion de la courbe du chômage » qu’il promettait trois ans plus tôt (passant ainsi aux yeux de tous pour le roi des cons en costume du dimanche).  Peu importe que ça continue à grimper cette année pourvu qu’à la prochaine présidentielle, il puisse s’enorgueillir d’avoir atteint l’objectif. Vous remarquerez d’ailleurs qu’il ne rate jamais une occasion d’affirmer qu’à défaut de baisse du chômage il ne saurait briguer un second mandat… a contrario

Dans un autre ordre d’idée les accords de Minsk présentent pour le camarade Flanby le double avantage de consolider son espèce de stature internationale ubuesque, bricolée à l’occasion de la grosse manif du 11 Janvier,  et d’enregistrer pour la postérité des photos bras dessus-bras dessous avec la grosse Angela, lesquels clichés évoquent irrésistiblement la grande époque où Kohl et Tonton posaient main dans la main pour bien faire comprendre à quel point on est potes, les Boches et nous autres. Certes, Hollandouille venait en Ukraine dans les valises à roulettes de cette brave Merkel,  mais en même temps c’est tout de même mieux que de ne pas y aller du tout, non? Certes aussi, les accords en question s’apparentent singulièrement au largage de la Tchécoslovaquie par les Chamberlain-Daladier en 38.  Bon, mais après tout faut savoir ce qu’on cherche, qu’est-ce que vous voulez! L’Ukraine on l’a foutue dans le pétrin et après? On en a quoi à branler, je vous le demande ? Ce qui compte c’est l’image de nos bons dirigeants et puis aussi, quand même,  les « Mistral », merde!  Faut les livrer à Vladimir, ils commencent à rouiller ces putains de barlus ! Et surtout, n’est-ce pas, du moment que Monsieur Barack-Hussein n’exige rien de plus, on va tout de même pas se chercher les puces pour se gratter, pas vrai?

En revanche, le coup du siècle, l’exploit sans précédent, la surprise divinissime, ça restera pour toujours la vente des « Rafale ».  Voilà une affaire à laquelle personne ne croyait plus, une chimère que visèrent successivement Chirac puis Sarko et qui, à chaque fois,  s’échappait en rigolant comme l’instrument sardonique d’un sort implacable. Un succès tellement improbable, tellement inattendu, tellement saugrenu, que Pépère lui même ne savait plus trop, sur le moment,  à qui ses sbires avaient réussi à fourguer les aéroplanes en question, l’Inde, la Grèce, le Brésil peut être? Et puis flûte, on s’en fout, l’essentiel c’est d’avoir placé la camelote, putain, un peu comme votre vieille bagnole quand vous avez trouvé un gogo pour vous la prendre malgré l’embrayage en compote,  la bielle coulée et les cardans mortibus.  « A cheval édenté on ne regarde pas l’acquéreur » comme dit Jean Foupallour. L’important c’est le soulagement : vous parlez d’un bon débarras ! Alors, à côté de ça, vous en trouvez qui font la fine bouche, qui glosent comme quoi c’est pas normal cette histoire, qu’on se serait fait entuber par des Egyptos raides pire que votre goumi à col roulé après absorption d’une boîte complète de viagra, bref que l’addition atterrira une nouvelle fois sur le con de tribuable et que c’est pas possible autrement! Eh bien non, je m’inscris en faux, les avions seront payés et rubis sur l’ongle. Pas par le Président Sissi, même pas par Romy Schneider, la pauvre, non…par l’Arabie Saoudite, ç’te blague : d’une paire deux couilles, figurez vous, un joli cadeau à l’Egypte et un tacle par derrière aux copains du Qatar ! Inutile de chercher plus loin, il existe toujours une explication, même à l’inexplicable… après, ce qu’il y a précisément là dessous nous ne le saurons  pas : secret défense! Et puis bon, peut être que sur ce coup là M. le Président des Etats Unis risque de tirer un peu la gueule, donc le mieux ça reste encore de garder profil bas, qu’il ne s’avise pas, in extremis, de nous carboniser l’affaire , cet enfoiré.

Alors, voyez vous, j’ai l’impression très nette qu’ils commencent à apprendre, ces connards de Socialos.  Arrivés en 2012 avec leur programme imbécile, leurs engagements de campagne absurdes,  leurs alliances à la mords moi le nœud et leurs certitudes gauchiardes de détenir la vérité révélée, ils n’ont pas manqué de se vautrer comme  Belle-Maman le jour où elle a posé l’escarpin à hauts talons sur cette malencontreuse merde de chien. Cependant,  peu à peu, avec patience et application, ils se sont débarrassés des plus indécrottables d’entre eux, style Montebourg, Duflot, Peillon, Hamon…bon, il leur reste encore la Taube mais patience, son tour viendra. Après quoi ils ont pris conscience de la nécessité de se donner une image plus attrayante, grâce notamment à l’arrivée fracassante de Macron, la vedette américaine. A partir de là, avec un peu d’astuce et de chance, les voilà partis, ce me semble, pour limiter les conneries et se refaire un peu la cerise. Il ne saurait rien nous arriver de pire! Avec un Hollande branquignol vomi par tout le monde, de la Gauche la plus inepte jusqu’à la Droite la plus molasse, nous étions à peu près certains de nous débarrasser de ces gens-là en 2017. En revanche, un soupçon de réussite, quelques coups pas trop mal négociés, une campagne rondement menée et nous repartons pour un grand tour, comme au bon vieux temps quand Mitou écrabouillait Chirac en 88! D’autant qu’il lui reste encore des atouts à Pépère. Sa maîtresse, tenez, un peu d’habileté et il nous la régularise à temps pour la présidentielle; déjà, là, elle profite bien (à nos frais) des avantages de la position, on sent que ça évolue vers le concubinage notoire et stable. Je ne lui donne pas six mois avant qu’elle ne récupère le burlingue et le staff de Valoche. S’agissant d’une professionnelle -en tant que comédienne, bien sûr, qu’allez vous imaginer- Mlle. Julie devrait capter la bienveillance des Franchouilles sans trop se casser le trognon et nous constituer, avec son illustre jules, un couple glamour à en subjuguer toutes les rombières en mal de romantisme républicain.

A côté de ça, vous avez Sarkozy qui pédale de plus en plus misérablement dans la choucroute, l’aligot et le couscous réunis.  Président de la République et revêtu de la dignité solennelle attachée à celui qui pose son derrière sur le Trône de Saint-Louis (bon, j’enjolive mais il y a de ça) il trouvait déjà le moyen de faire clinquant, ringard et ridicule.  Là, désormais, redescendu au rang de petit chef de cette espèce de grosse boursouflure censée représenter le principal parti d’opposition, le voilà devenu carrément pathétique, le pauvre bonhomme, tant il s’enferre dans l’inextricable et le dérisoire. Dernière opération particulièrement significative : la nomination du sieur Stéphane Tiki à la présidence des « Jeunes Populaires », la sous-UMP réservée aux moins de trente ans.  En tant que Camerounais en situation irrégulière sur le territoire de la République, ce bizarre M. Tiki ne pouvait que prêter le flanc à la critique malveillante… le Canard Enchaîné, avec cette sorte de racisme onctueux et bien-pensant qui le caractérise, n’a pas manqué de faire péter l’affaire. Exit donc M. Tiki dont la fulgurante apparition met bien en lumière l’état calamiteux de l’UMP Sarkozyenne, tellement obnubilée par le politiquement correct et la diversité enrichissante qu’elle en arrive à coller un immigré clandestin à la tête de son avant-garde pour la conquête des nouvelles générations… l’expédition du con Tiki en quelque sorte, revue et corrigée par notre petit conférencier de choc : une nouvelle version de la machine à perdre! Non, décidément ça rigole bien pour Hollandouille et sa clique, si les petits islamistes ne les bouffent pas je leur pressens un avenir radieux.

Amitiés à tous et bonne fin de Dimanche.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

 

En attendant la Charia…

Les Media ont beau se décarcasser à nous expliquer qu’il a changé de stature, qu’il a chopé de l’assurance, qu’il affiche une envergure et une autorité nouvelles, moi je lui trouve l’air toujours aussi couillon, à Culbuto, peut être même encore plus qu’avant. En tout cas, si je m’en réfère à sa dernière conférence de presse, entre son éloquence de débile léger et son préchi-précha bien-pensant pour enfants des écoles primaires, j’ai du mal à cerner la stature de l’homme d’état. Naturellement,  je me suis abstenu, comme à l’habitude,  d’assister à la cérémonie. Déjà en prime-time ça me gave mais en fin de matinée, comme ça, juste à l’heure du pastaga, c’est des truc à vous faire digérer l’apéro de traviole voire à vous cisailler l’appétit au ras des moustaches.  Cependant avec tout ce que les radios, les télés, les baveux et le web balancent dès que le corniaud a tourné les talons, c’est toujours pareil, on n’y échappe pas, l’auguste parole à Pépère on se la déguste à petites bouchées pendant deux jours jusqu’à l’indigestion. Pour tout vous dire, j’ai retenu deux idées-force dans son baratin creux de curé laïcard : primo il veut apprendre le Français aux petits nenfants de l’Ecole de la République et secundo il met l’accent sur le « vivre ensemble ».

Sur le premier point, je vous l’avoue, l’idée me paraît séduisante.  Jusqu’à présent, en effet, nos élites tendaient à mettre en avant l’apprentissage de l’anglais ce qui pouvait passer pour excessivement ambitieux car les enseignants maîtrisent fort mal cet idiome, même les profs chargés d’enseigner la jactance shakespearienne. En revanche, le français ça tombe bien, c’est une langue couramment parlée dans l’Education Nationale, pas toujours à la perfection,  tant s’en faut, mais suffisamment connue de la très grande majorité des pédagogues financés par la République et votre pognon associés,  pour que ces derniers puissent ex abrupto en transmettre les rudiments à nos petites têtes crépues.  Sans compter qu’il apparaît urgent d’en profiter vu la vitesse à laquelle notre langue se délite, se corrode, s’érode, se corrompt, au contact des influences malsaines qu’une mondialisation galopante lui colle à tire larigot dans la syntaxe et le vocabulaire. Et je ne vous parle même pas du sabir arabo-musulman qui se cause dans nos quartchiers sans-cible.  Donc, sur ce coup-là il a Toubon, je veux dire tout bon, Flanby :  allons-y,  enseignons donc le parler de Molière -non, là j’exagère, faut pas déconner, disons celui de Guillaume Musso, ça suffira largement (j’aurais bien évoqué Maurice Lévy mais il convient d’ éviter de froisser les susceptibilités)- ce serait formidable que, allez disons 80% d’une classe d’âge, aborde les études supérieures en sachant à peu près s’exprimer en français… je ne dis pas « l’écrire », bien sûr,  il importe de ne jamais tomber dans l’excès.

Sur le second point, le fameux « vivre ensemble », vous me connaissez n’est-ce pas,  je me montrerai nettement plus nuancé. Attention, toutefois, ne le prenez surtout pas en mauvaise part, je veux bien vivre ensemble, moi, mais pas avec n’importe qui, voilà tout. Par exemple coexister avec les Merah, les Kouachi, les Coulibaly et compagnie,  vous m’excuserez mais j’ai peine à y trouver un quelconque intérêt, même si je n’ignore pas que ces braves garçons ont été engraissés avec mon pognon.  C’est pourtant le souhait de notre petit président Grotoumou, lequel appelle de ses vœux une « mixité sociale » que nul,  exceptés éventuellement ceux qui imaginent pouvoir y échapper, ne saurait souhaiter ni même supporter. Sans aller chercher bien loin, c’est tout juste ce que déclare le Maire de Sarcelles, digne successeur de notre vieil ami l’ex-futur Président Minou la Tringlette,  lequel, avec son pote Dodo la Saumure, défraie actuellement la chronique judiciaire du chef de proxénétisme aggravé. Et que dit il, ce brave François Pupponi? Eh bien que la « mixité sociale » ne signifie rien d’autre qu’une coquecigrue destinée aux bobos du quatorzième arrondissement en mal d’humanitarisme utopiste, et rejetée sans hésitation par tous les autres quelle que soit leur origine, leur confession, leur niveau de vie et leurs opinions politiques. Les gens veulent vivre entre-soi et surtout pas au voisinage de populations étrangères à leurs mœurs et à leurs coutumes. « Le vivre ensemble on peut le vouloir pour les autres,  jamais pour soi même » (je vous cite de mémoire M. le Député Maire socialiste de Sarcelles,  pas Jean-Marie Le Pen !)  Mais peu importe, c’est tellement chouette de répéter, fût-ce contre toute évidence, les jolies calembredaines qu’on nous déballe depuis des décennies afin de nous contraindre à accepter vaille que vaille une invasion sournoise que les plus avisés d’entre nous ont toujours dénoncée sans parvenir à se faire entendre de la masse amorphe des citoyens. Et aujourd’hui, alors que l’ampleur du désastre saute aux yeux comme un pied aux fesses, on trouve encore des pignoufs de gauche comme de « droite » pour nous gaver comme des oies à grands coups de « vivre ensemble » dûment assaisonnés de « Valeurs de la République ». Pour faire bon poids, pour bien cimenter une nation dores et déjà ensevelie sous ses propres ruines ,  il va même lancer le « Service Civique Universel », Pépère! Universel signifiant ouvert à tous ceux qui en feront la demande mais pas obligatoire, encore heureux.  J’ai hâte de voir Mohamed et Mamadou pousser le fauteuil roulant de Mémé Germaine un quart d’heure par jour à raison de cinq-cent soixante dix Euros par mois chacun… Dieu merci le trafic de stupéfiants demeure encore nettement plus rémunérateur sans quoi elle aurait du souci à se faire la pauvre vieille !

En somme le Chef de l’Etat, gonflé à bloc par « l’esprit du 11 Janvier » continue à surfer sur « l’effet Charlie ». Bien que le gros rouleau du mois dernier se transformât tout doucement en vaguelette il fait ce qu’il peut le mec, il pousse. La conjoncture l’aide pas mal d’ailleurs, d’une part la mère Angela l’emmène en grande pompe (comme notre copine Berthe) rendre visite aux despérados de l’Est,  les Porotchenko-Poutine et d’autre part l’UMP continue de s’enfoncer dans le grotesque et le pitoyable.  Certes notre couple franco-chleu à la Dubout rappelait-il, en plus moderne et en version double-mixte,  la paire Chamberlain-Daladier,  mais qu’importe, lorsque vous donnez l’impression de tenir entre vos mains le sort de la Paix dans le Monde vous faites toujours votre petit effet sur le gogo. Voilà pourquoi l’ami Couille-Molle n’est plus considéré comme un mauvais président que par 67% des Franchouilles. Cela ne laisse qu’un petit tiers seulement pour penser le contraire, me direz vous…bien sûr mais avant le 7 Janvier ils n’étaient que 13%, ça vous donne une idée du bond en avant. Et, parallèlement, vous disais-je, le parti de Sarko continue de filer en quenouille sous le regard effaré de ses partisans et l’œil goguenard des Gauchos de tout poil. Que voulez vous qu’ils aient à craindre, ces derniers, d’une bande de rigolos tiraillés entre des quasi-socialos style Juppé/Kosciusko-Morizette et un vieux cheval de retour copie conforme du regretté Louis de Funès,  totalement bidon de surcroît comme on a bien pu s’en rendre compte entre 2007 et 2012. Lamentablement battus au premier tour  d’une législative partielle imperdable,  sommés par la Gauche d’adopter une position sur la conduite à tenir au second tour, ces guignols, incapables de se mettre d’accord, se permettent néanmoins d’interdire à leurs derniers électeurs fidèles de voter pour l’adversaire du candidat socialiste,  les Juppé-Kosciusko allant même jusqu’à prendre ouvertement fait et cause en faveur ce dernier : l’UMPS comme dit l’autre!

J’ignore ce qui va se passer ce soir dans le Doubs et d’ailleurs je m’en fous un peu car cela ne changera pas grand chose…le menton du Premier Sinistre plus ou moins haut peut être, selon le résultat, rien qui ne se puisse oublier très vite sachant que l’échéance sérieuse se situe dans un gros mois avec des cantonales que l’on nommera d’ailleurs « départementales » en vertu du changement que c’est maintenant.  A cette occasion nous pourrons mesurer les facultés acrobatiques d’un électorat contraint de choisir entre une Gauche complètement déconsidérée mais prête aux compromissions les plus abjectes pour garder la main,  une UMP en totale déconfiture,  infoutue même de se savoir  droite de gauche-centriste ou gauche de droite- centrophile  et un Front National attrape tout dont le seul mérite consiste à dénoncer encore, du bout des lèvres,  les méfaits de l’invasion africano-musulmane. Si avec ça il arrive à s’y retrouver, l’électeur, je veux bien lui payer un kilo de prunes en plein mois de Mars! Il ne nous reste plus, je le crains, qu’à attendre l’émergence d’un Parti Islamique pour remettre un peu d’ordre dans tout ce bouzbir…si ça se trouve c’est Houellebecq qui a raison…un visionnaire sans doute celui là, malgré son air d’en avoir toujours un de trop dans la gargamelle… allez savoir… Alors dégustons le encore un peu le bordel ambiant… en attendant la Charia!

Et donc, bon Dimanche puisqu’on a le droit…pour le moment.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN