Un gros manque de pot !

Hé bien mes chers amis, cette semaine il ne s’est rien passé. A part, bien sûr, la chute d’un avion allemand dans les Basses-Alpes. C’était déjà arrivé, surtout en 1944, mais ce coup-ci l’affaire fait grand bruit, assourdissant même pourrait-on dire, au point que depuis Mardi dernier et aujourd’hui encore, on n’entend pratiquement plus rien d’autre. Ce n’est pourtant pas faute, de la part des Sarko-Vallsounet brothers, de donner de la voix dans les meetings pour s’envoyer l’un l’autre des vacheries bien senties tout en dressant de concert le redoutable barrage contre lequel Marine et ses acolytes viendront se fracasser dans les urnes départementales…compte là dessus et bois de l’eau! Ce n’est pourtant pas, non plus, à cause du nouveau roi Abd El machin-truc d’Arabie Saoudite, lequel vient de prendre l’initiative d’un conflit armé qui devrait, selon toute probabilité, nous remettre le Moyen-Orient à feu et à sang et le pétrole à son plus haut niveau. On  peut encore moins faire reproche  à la Justice de la République, étroitement associée en cela avec l’Éducation Nationale, d’éviter de défrayer la chronique en laissant les directeurs d’école pédophiles exercer en toute liberté leur talent de société sur les petits nenfants des cours préparatoires. Nous somme bien d’accord. Cependant, en comparaison du feuilleton de l’Airbus teuton, toutes ces broutilles ne pèsent, pour nos folliculaires, guère plus que roupie de sansonnet.

Non seulement les media déferlèrent en hordes sauvages et déchaînées sur Seyne les Alpes, ce trou du cul du Bon Dieu approximativement situé entre Roussimat et Boufanusse (voir Derrière Napoléon) mais encore le bled en question vit il débarquer, la larme à l’œil et l’oreille basse, le Président Couille-Molle de la République Franchouille, la grosse Bundeskanzlerin Angela  et le grand barbu espagnol au nom imprononçable. Les trois Hauts Comiques Troupiers en question, pour bien marquer le coup, se répandirent en discours condoléo-lamentateurs, recueillements tout azimut et serrages de mains de gendarmes, sapeurs-pompiers, médecins légistes et autres chargés de la petite cuiller à récupérer les passagers, lesquelles mains avaient toutefois bien d’autres choses à foutre que de shake-hander le super-politicard de passage. Et je ne vous parle même pas de tous les experts, ex-paires, ex-commandants de bord, ex-pas triés, exécuteurs des Basses-Alpes, ex-votos ambulants même, genre rescapé de Sainte-Odile, passés et repassés en boucle à redire les mêmes poncifs éculés et les mêmes âneries le plus souvent démenties illico par la progression rapide de l’enquête. Mais ce qui mit le suspense à un niveau hyper-hitchcockien, ce fut l’analyse de la « boîte noire » dite Cockpit Voice Recorder  (en français  CVR). Aussitôt découvert l’appareil en cause nous vîmes débarquer plein de spécialistes vachement certifiés et tout le toutim, lesquels nous exposèrent avec autorité les difficultés insondables qui président à l’analyse des enregistrements CVR et en déduisirent que l’opération prendrait plusieurs semaines. Ce sur quoi, dans l’heure qui suivit, un grand olibrius du Bureau d’Enquête et d’Analyse (en français BEA) déboula incontinent sur les plateaux pour faire connaître urbi et orbi l’heureuse nouvelle aux termes de laquelle les boîtes-noires venaient de livrer leurs secrets…tout en précisant qu’il n’en dirait pas plus : ultra-confidentiel, c’est pas pour le vulgum pecus!  Brossez vous! Ce sur quoi les meilleures feuilles américaines (celles qui paient le mieux les fuiteurs) commencèrent à balancer à veau l’eau les morceaux choisis des enregistrements en question. Ce sur quoi le Procureur de Marseille, mis au courant par le BEA et par la force des choses, se trouva dans l’obligation de tenir hic et nunc conférence de presse afin d’informer la terre entière, suspendue à ses lèvres, du contenu des fameuses boîboîtes, avec tous les détails : le commandant qui s’en va pisser un coup et le copilote, encore anonyme, qui en profite pour balancer l’avion sur la Tête de l’Estrop (une montagne, pas la tronche d’un handicapé, m’enfin!). Ce sur quoi, nous apprenions en même temps de la bouche dudit Proc, un peu ulcéré tout de même par le déroulement bizarre de la séance, le nom tant attendu du présumé coupable.

Andreas Lubitz! Ecce homo! (mais pas pédé du tout, nous saurions plus tard qu’il fréquentait assidûment, comme tout pilote de ligne qui se respecte, une hôtesse de l’air). Alors au début, vu comme ça, la nouvelle présentait un intérêt relativement modeste. Cependant, presque tout de suite, notre bon Procureur recevait une dépêche (encore) selon laquelle l’intéressé « n’était pas répertorié comme terroriste ». Ah, ouf, voilà qui rassure bien, vous voyez Lufthansa se mettre à recruter des bachi-bouzouks du djihad, vous? Donc, à l’issue de cette conférence de presse quelque peu psychédélique, nous en étions à passer en revue les conjectures les plus tortibigondolées pour tenter de comprendre l’incompréhensible…et là, nos media s’y entendent à merveille, quand il s’agit de débiter des avalanches de conneries dans lesquelles l’invraisemblable le dispute à l’aberrant voire à l’absurde, vous pouvez compter sur eux, et particulièrement sur les chaînes d’info continue dont ce genre d’exercice devient la grande spécialité. Il fallut toutefois attendre le lendemain matin pour que le véritable scoop éclate au grand jour : selon toute probabilité le camarade Andreas Lubitz était complètement sinoque!

Nous tenions alors le nœud de l’affaire : un gros « dépressif » bourré jusqu’au trognon de psychotropes et autres saloperies du même tonneau. Re-déchaînement médiatique, panique dans le landerneau de BFM-TV et consorts! Nouvelle cascade de connerie avec cette fois la participation de psychiatres, psychologues, psychanalystes et autres rigolos de la sécurité aérienne censés expliquer pourquoi une compagnie de ce calibre confie ses avions et ses passagers à des psychopathes et pourquoi, aussi, les tordus en question peuvent se claquemurer dans le poste de pilotage histoire de voir comment ça fait quand on percute une paroi rocheuse à sept-cents kilomètres-heure. Bref nous en sommes là, sauf qu’aujourd’hui même on découvre que l’ineffable Lubitz perdait tranquillement la vue à la suite d’un décollement incurable de la rétine! Vrai ou faux ça produit un drôle d’effet, y a pas, surtout que si ça continue on va apprendre que ce type était également cul de jatte et qu’il venait de subir l’amputation du bras droit! Germanwings über alles! Si l’on ajoute à cela les déclaration de la petite copine hôtesse -paraît-il enceinte de ce brave Andréas, comme quoi il conservait encore au moins une fonction intacte- dont les propos laissent supposer que ce garçon progressait à grandes enjambées sur la voie de la folie furieuse, on peut s’interroger sur la validité de procédures de contrôle de la capacité des pilotes à assumer leurs responsabilités. Les Allemands restant réputés comme les plus rigoureux en la matière, j’ai l’honneur de vous faire connaître que je ne foutrai jamais plus les pieds dans un avion.

Pour apporter cependant ma pierre à l’édifice un peu chancelant de la sécurité aérienne, je me permettrai de suggérer que les  cockpits soient obligatoirement dotés de pots de chambre. Les pilotes pourraient ainsi satisfaire leurs besoins élémentaires sans avoir à sortir de la cabine. Au surplus  ce type de mesure relancerait une activité chère à Feydeau ainsi qu’un marché dont la France pourrait retrouver le leadership qu’elle détenait encore au début du siècle dernier. Nous sauverions ainsi, à coup sûr,  des chiées de vies  de passager tout en contribuant à inverser la courbe du chômage (tu m’entends Culbuto? C’est ici que ça se passe, ducon!).

Tout ça pour vous dire qu’à mon avis, si on regarde bien, cet accident c’est surtout un gros manque de pot!

J’ai profondément honte, bien sûr, de ce que je viens d’écrire, mais bon, que voulez vous, on ne se refait pas…

Bon Dimanche électoral à tous et rendez vous ce soir à vingt heures pour voir comment les Socialos nous feront avaler leur victoire, ce coup-ci.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

Publicités

Niquer la France c’est permis!

Oyez, oyez, jeunes gens des quartchiers sans cible, réjouissez vous c’est la fête, vous pouvez nous l’introduire aussi profond et aussi longtemps que vous voudrez, allez y carrément, mettez du sable dans la vaseline si le cœur vous en dit! Vous avez la bénédiction pleine et entière de l’Autorité Judiciaire et l’impunité assurée, même si vous nous faites un peu mal au passage, aucune importance, c’est pas grave, les Juges vous donnent la permission et l’absolution d’avance, allez en paix : la France et ses habitants d’avant regroupement familial vous appartiennent, baisables et corvéables à merci, jusqu’à ce que mort s’ensuive! Voilà, je résume le jugement de la 17ème Chambre du Tribunal Correctionnel de Paris dont les dignes Magistrats viennent de relaxer, en leur âme et conscience, un rappeur et un « sociologue » auteurs l’un d’une « chanson », l’autre d’un bouquin tous deux intitulés avec l’humour subtil autant que délicat propre à nos envahisseurs d’outre Méditerranée : « Nique la France ». Pour le « sociologue » je ne sais pas trop, en revanche l’éminent artiste de l’annonement débilo-cadencé signale dans son oeuvre tout l’intérêt qu’il attache à se torcher au moyen des différents symboles de notre cher pays : son drapeau, ce qui paraît tout à fait réalisable, la Marseillaise dont il doit à l’évidence détenir la partition et enfin Marianne, cependant fort mal adaptée à un tel usage sauf à posséder un derrière de brontosaure. Le torcheur en question ajoute un peu plus loin « petit Gaulois de souche, arrête ton arrogance, arrête d’ouvrir ta bouche« , la rime se révèle riche, le poète à l’évidence ne se refusant aucun luxe et le propos apparaît tout à fait explicite, c’est d’ailleurs sur ce dernier point que les bons Juges avaient à se prononcer du chef, pour simplifier,  de racisme anti-blanc. Après mure réflexion ces derniers décidèrent de blanchir, sans toutefois que nul ne puisse y voir contradiction, les deux niqueurs au motif que  » les Français blancs dits de souche ne constituent pas un groupe de personnes au sens de la loi de 1881 (qui régit la liberté d’expression) ». Circulez y a rien à voir!

Ainsi donc nous apprenons deux règles essentielles : d’une part nous ne sommes pas un groupe, autrement dit nous n’existons pas et d’autre part, en conséquence, n’importe qui peut nous insulter à son aise, nous cracher dessus à l’envi, se nettoyer le fondement avec les attributs les plus sacrés d’une République chère à certains d’entre nous et nous intimer l’ordre de nous taire afin d’éviter d’importuner le nouveau venu. Au moment même où j’écris ces lignes j’en arrive à me sentir vaguement coupable d’user de la première personne du pluriel,  j’ai l’impression odieuse d’enfreindre la jurisprudence du Tribunal Correctionnel…d’ici que je me retrouve au trou, moi, y a pas loin!

Et ce d’autant plus que nous devons désormais à nos aimables envahisseurs, tout au moins à ceux d’entre eux qui pratiquent avec une certaine violence le prosélytisme religieux, une nouvelle et inquiétante restriction de nos libertés les plus fondamentales.  Un projet de loi actuellement mijoté par le Gouvernement prévoit notamment, dans le but d’assurer la « sécurité nationale », des possibilités fort étendues d’espionnage de l’Internet; il est question de « connexion directe aux réseaux », de « boites noires », de « pose de sondes », de « sélection par algorithmes », de conservation illimitée de courriels adressés à l’étranger et autres mesurettes du même tabac propres à laisser l’internaute à la merci la plus totale d’une police dont nous avons déjà eu l’occasion de mesurer la bienveillance à notre égard. S’ajoutent à cela quelques broutilles telles que l’interdiction de payer en espèces, d’abord limitée aux règlements excédant mille Euros, bientôt absolue, comme en  Norvège. Donc nos chers Droidlom en prennent un grand coup dans les gencives. Seulement voilà, il s’agit de prévenir le « terrorisme » (comprenez l’activisme islamiste) et de traquer les « terroristes »(comprenez les Musulmans fanatiques). Alors, n’est-ce pas, comment s’opposer à cela? D’autant plus qu’il s’agit surtout en l’occurrence d’offrir à la flicaille la possibilité d’agir sans en demander préalablement l’autorisation aux Juges; au vu des positions de la Chambre Correctionnelle précitée on peut s’interroger sur l’intérêt d’une telle démarche… Non, décidément nous voilà coincés entre les sbires des Vallsounet-Cazevide, les Magistrats du « Mur des cons » et les potes des Merah-Kouachi-Coulibaly-Nemmouche…comme, pour couronner le tout, nous n’existons pas, je crains, par exemple, qu’il ne devienne de plus en plus dur de bloguer nauséabond. J’ai bien fait de délocaliser mon petit site chez les Amerloques, les condés de la bien-pensance politiquement-correcte pourront peut être me foutre en taule mais pour ce qui est de faire disparaître Nouratinbis ils se brosseront, comme chantait l’autre con « ils n’auront pas ma liberté de penser! » Remarquez, le con en question ils l’ont eu quand même et en ce qui me concerne, n’exagérons rien, je crois que tout le monde s’en fout un peu…mais il faut bien se faire plaisir de temps en temps!

Tout cela pour vous dire que nous glissons doucement vers une situation parfaitement totalitaire. Quand la puissance publique dénie son existence même à la composante majoritaire de la population et prévoit simultanément les moyens légaux d’une sorte d’inquisition pernicieuse basée sur l’espionnage systématique  des communications numériques, les carottes sont cuites. Les libertés partent en quenouille et la démocratie en sucette. Ne reste plus qu’un Etat policier partial et hostile par construction à tout ce qui pourrait s’opposer à ses fins. Il appartient au souchien blanc de s’écraser et de subir… sauf lorsqu’il se trouve appelé à glisser un bulletin dans l’urne, auquel cas il recouvre sa souveraineté en même temps que l’embarras de choisir entre des saligauds, des ordures et des abrutis…à votre bon cœur M’sieur-Dames! Aujourd’hui j’ai opté pour une espèce de solution…mais je ne vous dirai pas laquelle, vu que jusqu’à vingt heures ce soir on n’a pas le droit. Et pour moi, vous savez, le droit c’est sacré!

J’attends juste de voir les gueules d’enterrement des habituels corniauds qui décorent si plaisamment nos soirées électorales…quelque chose me dit qu’on fera dans le sinistre…l’esprit du 21 Avril pourrait bien remplacer celui du 11 Janvier… à défaut d’autre chose nous changerons d’esprit, comme quoi le changement c’est maintenant, enfin d’ici une paire d’heures, c’est pareil.

Allez, je vous souhaite une bonne soirée, préparez vous à rigoler un bon coup, avec un peu de pot vous ne serez pas déçus. Et puis nous verrons bien si la France accepte encore sans rouspétance de se laisser niquer…

Amitiés à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

Un grand bonheur l’habite !

Entre les grosses crises de nerfs de Vallsounet, les petites attaques sarkozyennes  un peu alambiquées, les articles fulminants de « l’Obs » qui « démasque les candidats » et les imprécations litaniques de tout ce qui compte en France en matière de masturbation intellectuelle, le Front National ne quitte plus le devant de la scène médiatique. L’accident d’hélicoptères dans lequel Florence Arthaud, Camille Muffat et quelques autres infortunés travailleurs de la Télé-Réalité, perdirent si bêtement la vie au fin fond de l’Argentine, même, ne parvint pas, en dépit d’une couverture médiatique de tous les instants, à calmer la fièvre obsidionale marinophobe qui agite le microcosme et ses environs à l’approche des élections départementales bisexuelles. Soyons justes, les sondages ne laissent désormais aucun doute sur les intentions du corps électoral : entre le taux d’abstention qui devrait dépasser les cinquante-cinq pour cent, le FN très probablement au dessus des trente et le raz de marée UMP-UDI susceptible d’en découler au second tour, la Gauche peut compter sur un coup de pied au cul encore pire que ceux des municipales et des européennes réunis. Culbuto a beau chanter sur tous les tons que ce résultat apocalyptique ne changera rien ni à son gouvernement, ni à sa politique, ni à ses petites habitudes, une branlée de cette envergure risque tout de même de lui donner chaud aux roustons. Les lendemains, en pareil cas, se révèlent toujours comateux et les surlendemains fâcheux. La seule perspective d’un Congrès du P.S. dans les deux mois qui suivent, apparaît de nature à donner des sueurs froides au couple exécutif ainsi qu’à tous ses satellites. Rien que l’armée des centaines de petits copains qui vont perdre leur fromage d’ici la fin du mois, on peut compter dessus pour secouer façon orangina le petit monde des Socialos, soyez en assurés, ils vont leur décoller la pulpe! Six ans au moins de vaches maigres, comme perspective ça devrait plutôt renforcer les effectifs de frondeurs,  il y aura de la casse, en Juin, dans le landerneau gauchiard… Et nous autres sales réacs, ça ne nous en mettra pas plus dans la poche mais au moins on va bien rigoler!

En tout cas, un qui ne rigole pas c’est bien Jean Foupallour. Lui, vous le connaissez (voir notamment Derrière Napoléon ), un membre éminent de la Classe Ouvrière, conscient et fidèle, mais si peu enclin à laisser l’envahisseur prendre ses aises qu’il vote nauséabond depuis plus de trente ans. Titulaire d’une pension d’invalidité acquise à la force du poignet, comme il sied à tout branleur digne de cette appellation, ce brave Jeannot atteint désormais l’âge tant attendu de la retraite, la vraie, celle qui dure au moins jusqu’à la mort (je dis « au moins » parce qu’en Algérie, par exemple, la retraite française ne connaît pas ce genre de limite). L’intéressé vient en conséquence de recevoir les différents décomptes à lui adressés par les Organismes compétents : mille six cents Euros mensuels au total, toutes additions faites et refaites vingt fois, rien à foutre, toujours le même résultat! Nom de Dieu la rogne! Manifestement très en dessous de ses attentes, le pactole, comme déception ça dépasse tout ce qu’il a pu connaître au cours d’une existence pourtant émaillée de désillusions, de tuiles et d’avanies de toute nature, la vie quoi. Et la demi-douzaine de Ricards déjà ingurgités n’arrive même pas à atténuer son écrasant dépit. Tout le monde pourtant fait l’impossible pour le consoler, Grauburle l’assure qu’on vit très bien avec moins que ça, Yves Rognes lui explique qu’en buvant de l’eau du robinet à la place du pinard on peut économiser une bonne moitié de sa pension et le vieux Maurice lui refile de grandes claques sur les omoplates en lui confiant que riche ou pauvre on finit toujours dans un trou. Rien n’y fait, son désespoir apparaît insondable, pire que le gouffre de la Sécu et celui de Varoufakis mis ensemble!

Pourtant il devrait s’estimer heureux le cher homme, par les temps qui courent -à la catastrophe- une retraite supérieure au SMIC vous range immédiatement parmi les pluzézés, comme on dit puis, et pour peu que vous viviez en couple avec un con joint également titulaire d’une petite pension du même calibre, vous faites carrément partie des riches. En pareil cas, profitez en bien : ça ne va pas durer. C’est d’ailleurs très curieux et très caractéristique de notre belle Démocratie à Droits de l’Homme et Valeurs de la République, nous connaissons depuis très longtemps le problème insoluble des « retraites par répartition » et nous avons tout fait pour l’aggraver depuis Giscard jusqu’à Hollandouille en passant par Mitterrand le fossoyeur en chef de notre système à la Madoff. Aujourd’hui nous arrivons dans le mur contre lequel les pensions de vieillesse vont se fracasser plus sûrement encore que la France de Petit Caudillo sur le Front National. Les premiers à morfler grave seront les cadres; ceux-là, bien sûr, ils peuvent crever la gueule ouverte puisqu’ils appartiennent à la race abhorrée des nantis. Vous avez là dedans des gens qui touchent jusqu’à des deux fois la retraite de Foupallour, vous vous rendez compte? Eh bien ces saloperies-là, bien fait pour leur gueule, leur régime AGIRC, honteux privilège, s’en va complètement en sucette : près de trois millions de retraités pour même pas quatre de cotisants…autant dire un pour un d’ici quelques années! Donc c’est foutu, ça ne fonctionne plus et ça se pète la gueule comme il fallait évidemment s’y attendre. Après épuisement des réserves l’AGIRC fera faillite, suivi de pas très loin par l’ARCCO, le même machin mais pour les non-cadres. Alors, tous les vieux se retrouveront à la portion congrue et bénéficieront peut être de la générosité posthume coluchéenne en festoyant avec entrain aux Restos du Coeur si joliment chantés par les Enfoirés-sales-réacs. Voilà qui devrait rasséréner notre copain nouveau retraité, il ne perd pas grand chose puisqu’en tout état de cause, sa petite retraite on lui en enlèvera la moitié dans pas bien longtemps! Tout cela se savait plus ou moins depuis le Baby-Boom de l’après-guerre, c’est mathématique mais bon, septante ans après la République en est encore à planquer la merde au chat sous le tapis, pour que le brave citoyen oublie de percevoir l’étendue des malheurs qui l’attendent au tournant. Et vous avez même des Marine Le Pen qui vous promettent le retour de la retraite à soixante piges! C’est y pas beau la Démocratie?

Je noircis le tableau? Oui, peut être…après tout jusqu’à présent nos gouvernants successifs ont-ils toujours trouvé des solutions à l’impécuniosité chronique d’un Secteur Public indéfiniment dilapidateur, c’est vrai…d’où les deux-mille milliards de dettes qui en font bien cinq-mille si l’on compte ce qu’il est pudiquement convenu d’appeler le « hors-bilan », notamment les retraites des fonctionnaires…garanties  par l’Etat, celles-ci, pas question d’y toucher! Oui, seulement, comme dit le proverbe « tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se brise »…nous autres on croit juste qu’elle se mouille! Et puis de toute façon, au bout du compte il faudra bien trouver quelqu’un pour payer, forcément, inéluctablement… on n’a qu’à demander à Mohamed et à Mamadou… c’est pas gagné…

Allez, je vous la finis vite fait sur une note optimiste : pour la première fois, une greffe de pénis vient de se solder par un succès! Depuis une tentative malencontreuse, en Chine voilà près de dix ans, plus personne n’avait tenté le coup. Il faut dire que le pauvre Chinetoque s’était révélé incapable de s’habituer à utiliser l’engin qu’un chirurgien peu scrupuleux lui avait bricolé, une teub de chimpanzé, paraît-il…du coup il s’était mis à grimper aux arbres! En revanche, là, maintenant, nous avons affaire à du sérieux : ça se passe en Afrique du Sud, patrie de la première greffe du coeur, c’est dire! L’heureux bénéficiaire se retrouve doté d’un outil en parfait état de fonctionnement, et pas seulement pour faire pipi, semble-t-il! Un véritable espoir pour les centaines de jeunes garçons circoncis à vif dans la brousse, à l’opinel rouillé et qui jusqu’à présent se retrouvaient avec une bonne gangrène entraînant l’amputation dans le meilleur des cas et le décès atrocement douloureux dans le pire…il vaut encore mieux une mort subite qu’une mort sans bite, c’est moi qui vous le dis! Comme quoi on nous bassine en long en large et en travers avec l’excision mais le cisaillement du prépuce personne n’en parle jamais! D’accord ça ne concerne que des mecs mais bon, des blacks tout de même, faut pas déconner! Donc, vous disais-je, voilà un grand espoir, désormais, au profit de tous ceux qui, pour une raison ou pour une autre, éprouveraient le besoin de changer de zigouigoui. Il peut s’agir de motifs d’ordre physique, certes, comme notre copain greffé Sud-Africain mais aussi de questions psychologiques. Vous n’imaginez pas les souffrances que peut engendrer le célèbre complexe dit « de la petite chose » ou de « la quéquette d’oiseau mouche », terrible! Personne n’a jamais cherché à évaluer le nombre des suicides liés à une telle pathologie, subie dans le silence et l’indifférence par des palanquées de pauvres types hantés par les images traumatisantes de Rocco et ses frères hardeurs montés comme des équidés en chaleur. Dommage, vous seriez surpris et nos chers gouvernants y trouveraient un domaine à explorer en matière de santé publique…enfin pubique, en l’occurrence… Le « tiers bandant » en quelque sorte: ça pourrait intéresser Mme. Touraine dite MST, comme projet pour creuser encore plus le trou, pas vrai? Et une nouvelle piste pour les thuriféraires du don d’organe: « Vous possédez une belle biroute? N’oubliez pas de la laisser pour les copains, non seulement ça fera un heureux mais encore vous baiserez post mortem! »… Mettez vous à la place du brave garçon qui se réveille avec un braquemart de vingt-cinq centimètres au repos : soudain un grand bonheur l’habite, je vous le garantis!

Bon, assez déconné, je vous prie de bien vouloir accepter mes excuses pour cet article réalisé avec des moyens réduits en raison de l’arrêt de travail d’une certaine catégorie de mes neurones (vu que contrairement à Sarko, j’en possède plusieurs).

Bon dimanche de fin d’hiver.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

Le Calife

Comme je vous le faisais observer la semaine dernière: pendant que nous médiatisons passionnément autour de nos guéguerres picrocholines genre barrage de Sivens et autres foutaises du même tonneau, les aimables Djihadistes d’Irak et de Syrie prennent leurs aises dans le confort douillet d’un « Etat Islamique » dont tout le monde conteste plus ou moins la légitimité sans rien faire pour lui apporter le moindre désagrément. A l’exception des Kurdes, directement concernés, qui font ce qu’ils peuvent -pas grand chose, hélas- le reste du monde observe, condamne, survole, bombarde un peu à côté et surtout attend patiemment le moment où il faudra bien reconnaître le Califat comme membre à part entière de la communauté internationale. Ce n’est pas pour tout de suite, d’accord; cependant au train où vont les choses nous avançons, tout doucement mais tout droit, vers une acceptation bien pépère du fait accompli. D’ailleurs, plusieurs de nos fidèles alliés et non des moindres, genre Arabie Saoudite et Qatar, ne verraient aucun inconvénient à prendre, sous l’aile tutélaire de leurs vastes djellabas,  un petit nouveau venu si conforme aux prescriptions de la Loi Divine. Bien sûr la famille royale Saoudienne se méfie t-elle un tantinet des visées expansionnistes du Califat et l’Emir du Qatar ménage t-il avec un art consommé la chèvre djihadiste en même temps que le chou occidental, mais tout le monde sait bien que ces gens-là ont partie liée et possèdent notamment deux ennemis communs : les Chiites à éradiquer le plus vite possible et les « Croisés » qu’il convient de laisser mijoter à feu très doux afin de les déguster quand ils seront cuits à point.  Si vous ajoutez à cela l’attitude limite ambiguë des Amerloques (on ne s’appelle pas pour rien Barack-Hussein), la stratégie d’Israël, fermement décidé à contenir en priorité l’ennemi Iranien Chiite, et l’absence totale de volonté politique manifestée par des Européens émasculés en voie d’islamisation, vous comprenez aisément qu’il peut regarder l’avenir avec confiance, le Calife Al Baghdadi, son trône apparaît assuré pour les siècles des siècles.  Les Occidentaux se révèlent même infoutus de choisir entre l’infâme Bachar, notre seul véritable allié possible dans la région et l’Etat Islamique l’ennemi mortel avec qui nous rêvons inconsciemment de pactiser puisqu’il se contente, somme toute, de génocider  des Alaouites, des Yézidis et des Chrétiens, ce dont le monde entier se fout éperdument. Un peu comme si, en 42, les anglo-saxons de fussent pincé le nez en refusant de s’acoquiner avec Staline et en laissant se dernier se colleter tout seul avec nos amis Allemands… remarquez, au bout du compte… mais ne digressons pas, revenons à nos moutons comme on dit, grâce à Allah Le Très Miséricordieux, pendant l’Aïd el Kébir.

Ainsi, juste à peine un peu étonnés, nous les regardons égorger, lapider, crucifier, fusiller, amputer, pendre et enterrer vivants des tas de pauvres bougres, sans même, le plus souvent, émettre la moindre protestation. On condamne avec la plus grande fermeté, un peu, pour la forme, quand c’est un otage occidental qui passe à la moulinette, on s’indigne un poil, toujours avec la dernière énergie, lorsque ces ordures fanatiques détruisent à la masse ou au bulldozer les témoignages les plus précieux de l’Histoire de l’Homme et puis on remet vite fait les charentaises pour s’en aller vociférer contre le danger immense qui menace la République, je veux parler, bien sûr, du Front National.

Comme tout se passe à merveille, donc, pour le très estimable Calife de Mossoul, il acquiert de plus en plus de prestige vis à vis de ses collègues criminels salafistes. Ceux d’Afrique, en particulier, trouvent l’Etat Islamique tout à fait à leur goût. Il s’agit en effet d’un point d’appui de premier ordre avec un vaste territoire, du pétrole et donc des dollars, une armée conséquente ainsi qu’une notoriété bien assise propre à inspirer à la fois la crainte et le respect, sans compter l’irrésistible attrait qu’il exerce sur les petits Musulmans perdus de l’Occident. Après l’Algérie des assassins de ce pauvre Gourdel, la Libye des égorgeurs de Coptes, nous voyons débouler le poids lourd Boko Haram, spécialiste de l’assassinat de masse, du viol en mode industriel, de la réduction en esclavage et autres témoignages d’infinie piété, qui vient à l’instant de déclarer son allégeance pour le meilleur et pour le pire à l’organisation mortifère d’Al Baghdadi. A ce train là, nous ne tarderons pas à voir basculer le tiers du continent, de l’Atlantique à la Méditerranée, en attendant mieux. A bien regarder la carte, on devrait s’inquiéter pour l’Egypte… vaudrait mieux qu’il garde la main Al Sissi, sans quoi ce ne serait plus l’anxiété mais l’angoisse! Quant à l’Europe, juste de l’autre côté de notre petite mer, elle pourrait à bon droit commencer à numéroter ses abattis. Je pense à la France, par exemple, avec ses dix ou douze millions de mahométans affirmés, comme tête de pont ça présenterait plutôt bien; et puis les esprits y sont prêts : un sondage ICM Research de Juillet dernier, bien passé sous silence, ne révélait il pas que 16% des Français ont une opinion favorable de l’Etat Islamique dont 27% pour les dix-huit à vingt-quatre ans? Ça ne vous dit rien, ça? Au fait, ces 16% sont à comparer aux 7% relevés au Royaume-Uni et aux minables 2% obtenus par l’Allemagne…On est les champions, on est les champions! Alors, hein, le jour où il veulent débarquer, les hommes du Calife, c’est tout trouvé : Marseille!

Bien sûr, au risque de me répéter,  dans le beau pays de Hollandouille nous avons d’autres préoccupations que la discrète montée en puissance de l’empire d’Allah. Le Premier Ministre s’inquiète gentiment de tous ces jeunes « européens » qui se barrent en Syrie, il avoue même mille quatre cents « citoyens français », bientôt trois mille, (un véritable détournement d’allocations familiales), bref un phénomène un peu inquiétant et pas facile à maîtriser…mais roupie de sansonnet en comparaison des sondages relatifs aux prochaines départementales! En pleine campagne anti-Le Pen, il s’agite, vocifère, vitupère, bisque, rage, anathémise, conjure, adjure, menace, stigmatise et prophétise même une victoire de la mère Marine en 2017 : le super-scoop! La France va se fracasser contre le FN a t-il éructé, Mini-Caudillo, pas plus tard que ce matin chez ce vieux morpion de Elkabbach. Putain, la panique, tout le monde sur le pont, les femmes et les enfants d’abord! Vous vous rendez compte du genre de type qui est censé nous gouverner, tout de même : un aliéné! Il en est même à déclarer carrément que le PS et l’UMP ce serait bonnet blanc et blanc bonnet, comme disait un autre vieux con, dans le temps! En d’autres termes l’UMPS! Ou alors Sarko serait dans le vrai : Vallsounet ferait le jeu de Marine pour niquer l’UMP en 2017 ? Je ne sais pas mais en tout cas les choses virent carrément à la pantalonnade : en proie à un danger mortel que nous refusons de voir, nous continuons à nous disputer pour des histoires de mal-pensance et de supposée nauséabonderie, tout en escamotant au bout du compte la règle de base en démocratie : l’électeur fait ce qu’il veut dans l’isoloir et sa décision est souveraine, s’il a envie d’élire les sbires de Marine c’est lui qui a raison, un point c’est tout. Et j’ajouterai même qu’au point où nous en sommes il s’agit là sans doute de la seule conduite raisonnable à tenir.

Bien sûr, après, on peut faire aussi comme notre immense Prix Nobel JMG Le Clézio, à qui je décernerai modestement la palme du connard de la semaine. Il trouve que l’Europe de Schengen a scandaleusement tort de ne pas laisser libre accès total à tous ceux du monde entier qui souhaiteraient y entrer, encore un fou, quoi. Et vous savez ce qu’il a sorti, le Jean-Marie-Gustave? Je déchire mon passeport français si le Front National gagne les prochaines élections, voilà! Alors vas y, mon Gugus, déchire le ton passeport et carre toi le où je pense en guise de suppositoire! En tant que bi-national franco-mauricien tu feras un joli Prix Nobel pour ton île, ça lui manquait… à nous tu ne nous manqueras pas, on a ce qu’il faut…et puis déjà que notre Ministre de la Culture ne trouve pas le temps de lire Modiano…

Allez bon dimanche à tous et puis bonne semaine; profitez-en pour lire quelques sourates, ça fera plaisir au Calife, faut toujours fayoter c’est un brevet de longue vie.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

« C’est la Gauche qui protège »

 

La confusion règne, on ne sait plus qui est qui, qui dit quoi et son contraire, les rôles se distribuent à contre-emploi, les repères disparaissent dans le flou quantique, on n’a plus rien de sûr pour se raccrocher, bref on perd les pédales.  Alors attendez, quand je dis « on perd les pédales » il convient de l’entendre au figuré, n’est-ce pas, je ne parle ni de la suspension de l’équipe Kazake « Astana », victorieuse du dernier Tour de France, ni de l’invalidation du Maire Front National du Pontet, dont rien ne prouve, d’ailleurs, qu’il émarge lui aussi à la jaquette- flottante, faut pas généraliser tout de même, flûte! Non, je constate seulement, chez les personnes le plus éminentes de notre Pays, une tendance affirmée à causer comme l’adversaire. Cukierman, par exemple, le big boss du CRIF, qui décerne carrément un certificat de bonne conduite à Marine Le Pen, comme quoi  elle apparaît tout à fait irréprochable, quasiment digne d’aller larguer sa gerbe sur le mémorial « Yad Vachem ». Et comme il ne mâche pas ses mots le type en question, il s’est même permis de trouver une qualité au FN : la non-violence! En conclusion ses coreligionnaires feraient mieux, selon lui, de se méfier des « jeunes musulmans », auteurs de toutes les agressions judéophobes, plutôt que de s’en prendre aux ouailles de la Marine. De là à dire « il faut faire cause commune face à l’ennemi commun » il n’y avait qu’un pas mais il s’en est bien gardé ce brave Cukierman,  faut pas déconner tout de même…et puis comprenne qui peut… Bon, bien sûr même comme ça en version soft tout le monde lui est tombé dessus à bras raccourcis et il a fallu qu’il s’excuse gentiment, mais les camarades baptisés au sécateur ne s’y sont pas trompés, je ne serais pas surpris qu’ils déboulent en masse à voter nauséabond, les bougres! Comme dirait Jean-Marie « à cheval donné on ne regarde pas les dents…fussent elles en or ».

Dans le même ordre d’idée paradoxal autant qu’inattendu, vous trouvez aussi Culbuto – qui l’eût cru – avec sa sortie sur les « Français de souche…comme on dit »… eh bien non, justement, on ne dit pas! Putain la gaffe crédieu! Un peu « connoté » pas vrai, comme le souligne finement Libé, de quoi révulser tous les gauchiards de service à commencer par Aurélie Filipetti toujours prête à mordre les fesses de celui qui, naguère, la débarqua comme une malpropre. Et puis, une fois le coup parti, terminé, pour l’arrêter le truc macache et midi sonné, tiens fume tu peux toujours te l’arrondir! L’avantage de ce mec réside toutefois dans le pardon bienveillant que les media lui accordent très vite, on l’a déjà vu à plusieurs reprises. Sur ce coup-là après vingt quatre heures on était déjà passé à autre chose, l’actualité bouge tellement aussi…son départ pour les Philippines entre Marion Cotillard et Mélanie Laurent, son discours dans un anglais digne de l’élève Chausseillon (http://www.youtube.com/watch?v=q-Ll4y9EXOE)…. oublié donc le « Français de souche » profanateur de tombes juives… ça tombe bien, de la sorte le bon peuple ignorera toujours qu’il s’agissait d’un putain de trotsko-antifa-islamophile…mais pas du tout issu de l’immigration, na!

Et puis encore « Les Enfoirés » dites donc! Goldman, le Bienheureux Jean-Jacques des Restos du Coeur, le machin préféré des Français, l’irréprochable, le glorieux auteur des chansons bien-pensantes les plus consensuelles, avec de jolies mélodies passe-partout et de chouettes paroles du même tonneau souvent vociférées par l’immense chanteuse Québécoise à moustaches – mais non voyons, pas Mononc’ Serge  Ayatollah Couillard , (merci Mamedjo), juste Céline Dion, c’est plus cher mais beaucoup moins drôle. Et donc ce très inestimable Goldman nous pond une nouvelle chanson des « Enfoirés » laquelle explique grosso-modo aux membres des nouvelles génération qu’ils ont intérêt à se bouger un peu le cul plutôt que d’attendre, en fumant leur joint, que la fortune leur tombe directos du ciel. Là encore, levée en masse de boucliers, protestations scandalisées tout azimut, anathèmes, déclarations indignées, condamnation, fulmination, horreur! Certains, même, allèrent jusqu’à les traiter de réactionnaires, vous vous rendez compte? Comment ces Enfoirés là, bien sous tout rapport, engagés, gauchos affirmés pour la plupart, incontestables dans l’ordre  de l’humanitarisme médiatisé, ont ils osé secouer les puces des petits « jeunes » victimes de l’abominable ultra-libéralisme qui les écrabouille comme merdes de chiens galeux? Ces nantis, gros et gras, parvenus par la grâce du Système, où trouvent ils le culot d’aller houspiller nos charmants bambins englués dans l’abrutissement numérique et l’oisiveté illettrée ? Et tout de même, soyons francs, quelle surprise de voir les Goldman Brothers and Sisters jouer ainsi le rôle sévère des censeurs donneurs de leçons! Et le politiquement correct, alors, ils en font quoi ces nantis du show-biz? Surtout, en somme qui sont ils ces « Jeunes », hein? Ben oui, avant tout Mohamed et Mamadou, voyons les choses en face, alors comment peut on décemment les inviter à se prendre en main, je vous le demande, y a déjà assez « d’éducateurs » et d’imams pour ça, non? En même temps, soyons sérieux, l’équipe des Enfoirés dans les quartchiers sans-cible ça ne fait guère péter l’audimat… déjà, Goldman… Encore une tempête dans un verre de flotte, quoi, d’ailleurs le soufflé est retombé, les gazettes ont désormais cessé d’y prêter attention, c’est dire!

Et puis, de toute façon nous entrons en campagne électorale, alors nous allons forcément parler d’autre chose. Discrète finalement, la campagne, elle passerait même totalement inaperçue si l’incroyable toréador de Matignon n’avait décidé de  choper le taureau par les cornes et de s’en aller par les chemins prêcher la bonne parole auprès des masses provinciales. Décidé, le mec, avec un seul adversaire déclaré : le Front National; et un mignon slogan vachement chiadé : « C’est la Gauche qui protège! ». Pourquoi vous rigolez? Il fait bien dans le paysage son truc, les braves gens en veulent de la protection, en ce moment, surtout depuis le coup de Charlie, ils commencent vraiment à baliser grave. Normal, vu ce qui traîne dans nos rues, des fois vous croisez des spécimens à côté desquels Coulibaly passerait pour le gentil Sénégalais des boîtes de Banania.  Et puis ils le sait bien, le Populo, que la Gauche le protège, mais le lui rappeler ne saurait nuire, bis repetita placent et tris c’est encore mieux. Surtout qu’il y a Taubira qui pose un peu question en matière de sécurité… Alors Vallsounet avec ses grands coups de menton et ses œillades furibardes ça fait piqûre de rappel, une remise salutaire des pendules à l’heure, enfin à peu près.  Moi, je lui suggérerais bien un truc à Manolo, si je me permettais… allez je me lance : pourquoi ne distribuerait il pas des préservatifs avec le slogan marqué dessus? « C’est la Gauche qui protège » sur une jolie capote rose, hein? On voit bien l’effet, pas vrai? Et puis, pourquoi pas le portrait de Mme. la Ministre de la Santé, en couleur, juste au dessus du texte? La belle MST, au fond (c’est bien le cas de le dire), aurait toute sa place dans cette sorte de marketing à vocation prophylactique. Sans compter le buzz, je vous garantis qu’une initiative pareille serait de nature à faire basculer l’élection… enfin basculer peut être pas mais favoriser la pénétration de l’électorat, assurément! Alors pourquoi s’en priverait-il Manolito? Pas en raison du coût de l’opération, voyons! D’abord c’est pour la bonne cause et puis, aussi, Moscouvessie vient de nous accorder un nouveau délai, alors hein, ne mégotons pas, faut foncer, il y a un sacré paquet de points à rattraper! Sans compter que sa campagne anti-FN c’est le contribuable qui la finance, autant qu’on en profite un peu pour faire reculer le SIDA…

Et pendant ce temps là, l’Etat-Islamique s’installe tranquillement…nous en reparlerons…

En attendant, joyeux Dimanche à tous et bonne Fête des Grands Mères à celles qui se trouvent concernées. Même si c’est un peu cucul, ce truc, elles l’ont de toute façon bien mérité nos copines…faudra quand même qu’ils pensent un peu aussi aux Grands Pères,  j’ai besoin de changer de vélo moi!

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN