Comme un subtil parfum de sapin…

Né à peine plus d’un an après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la survenance inopinée d’une regrettable année 2016 me refile un peu le tracsir, comme l’eût sans doute affirmé notre bien regretté Maître Frédéric, dit San Antonio. Vous comprenez, je n’ai pas disposé du temps nécessaire pour m’y faire, sept décennies ça passe tellement vite sacrebleu! Comment voulez vous que je me résolve à tutoyer les soixante-dix balais alors même qu’hier encore j’avais vingt ans, ou trente, ou quarante…c’est pareil, c’est jeune tout ça…et aujourd’hui…
Enfant, et même adolescent, je regardais le septuagénaire comme un pauvre débris auquel on allait, sous peu,  se faire chier à apporter des chrysanthèmes, l’antichambre de la mort si vous voulez. Et puis, pan dans les dents, voilà-t-y pas qu’arrive mon tour! Là, illico, de suite! Merde alors! Avec tout ce qui me restait comme rivages à explorer, comme places à investir, comme bastions à emporter, comme compétitions à disputer de haute-lutte (voir par exemple cette petite-ode de derrière les fagots)… Et là, à présent, ça commence à schlinguer grave la fin du parcours, la disqualification brutale, la mise au rebut, l’exclusion aetatis causa, l’horreur cacochyme et podagre! Et pour couronner le tout, ce pauvre Delpech qui passe l’arme à gauche, dites donc! Il trimballait seulement quelques mois de plus que votre serviteur, le mec…bon, on se fréquentait peu  vu que la chansonnette m’a toujours laissé assez froid, seulement nous avions fait nos premières communions la même année et nous eûmes nos calvities à peu près en même temps, ces petites choses ne créent pas de liens, certes, mais induisent toutefois des rapprochements susceptibles de se révéler fâcheux lorsque l’autre décide de boulotter son extrait de naissance….Putain de bonne année, dites donc, un peu comme si on vous proposait gentiment la fosse commune en guise de piscine avec un maillot de bain en bois verni assorti d’une grande serviette de lin blanc! Bonne année, tu parles Charles!  Annus horribilis, oui comme disait naguère la maman de ce dernier, la vieille Windsor, toujours là cependant comme pour bien montrer aux jeunes gens qu’ils n’ont pas fini de se stirasser (comme on dit par chez moi) les ancêtres en rupture de cimetière.  Elle dégage une fragrance particulière, pour moi, cette année 2016 de malheur…comme un subtil parfum de sapin…va falloir faire avec.

En même temps, l’exemple de la susdite mère Elizabeth ainsi que la simple rigueur statistique,  joints à l’épouvantable situation financière de notre système madoffien de retraites, me conduisent à relativiser un peu tout cela. Quand j’évoque le temps heureux (enfin plus ou moins) de mon enfance ça nous remet quand même, l’un dans l’autre, soixante ans en arrière. Or, pendant ce laps considérable  – et à l’exception cuisante de Michel Delpech –  on a énormément gagné en espérance de vie, pas vrai? Vingt ans au moins, non?  Alors de là à dire que les septante ans d’aujourd’hui (je n’oublie jamais mes très estimés lecteurs de Suisse et de Belgique) correspondent grosso-modo à la petite cinquantaine de cette époque en noir et blanc… Bon, ben finalement quinquagénaire ça me va, tiens! Allez, on garde l’idée!  Du coup l’odeur se dissipe un peu…il ne me reste plus qu’à éviter soigneusement les miroirs et les photos, moyennant quoi elle se présentera ni mieux ni pire que les autres cette saloperie d’année 2016, en tout cas moi je vais m’efforcer de faire comme si!

Mais foin du nombrilisme et de mon dérisoire petit cas personnel -bien que je tende tout de même à lui concéder une primordiale importance- quand je dis « ni mieux ni pire que les autres » cela résulte sans doute d’un optimisme carrefourien aussi béat que l’imbécile publicité à laquelle je fais allusion. Partis comme nous voilà je la verrais bien dégueulasse, affreuse et mortifère cette saleté d’année nouvelle! Comment pourrait-il en être autrement, je vous le demande? Coincés entre des envahisseurs de plus en plus nombreux, hostiles, déterminés à nous faire rendre gorge et des pouvoirs étatico-médiatiques toujours prêts à minimiser la menace en nous faisant prendre les vessies de l’ennemi intérieur pour les lanternes du vivre-ensemble-sans-amalgame- ni-haine-de-l’autre, nous allons continuer à nous engluer doucement dans une guerre que personne n’ose qualifier de « civile » car, si l’ennemi la fait vraiment, nous autres souchiens nous contentons de la subir. Tout au plus apparaît-il de bon aloi de se déclarer « résistant », à l’étrange motif que nous continuons de déambuler dans les rues, d’un pas furtif et vigilant, voire de fréquenter, la trouille au ventre, les terrasses des cafés germanopratins… Entre ici, Jean Moulin, avec ton cortège d’expressos bien serrés, de spritz dûment frappés et de mojitos révolutionnaires d’inspiration fidelcastrienne! Vous savez, les Franchouilles s’en sont toujours coltiné une sacrée couche, c’est indéniable, mais je crois qu’en ce moment nous atteignons des sommets, on se surpasse!

Bon, allez, je dis « les Franchouilles » mais gardons nous de toute généralisation, n’est-ce pas, padamalgam, en quelque sorte. J’admets bien volontiers que le bon populo, le manard, le type qui prend le train à cinq plombes du mat’ pour se crever la paillasse avec un petit smic à la clé, ou celui qui pointe à Pôle Emploi dans l’angoisse de n’en sortir jamais, celui-là n’en a rien à foutre de la « résistance » des quartiers chics, il évite juste de regarder dans les yeux ses jeunes voisins de hachloum, Mohamed et Mamadou, histoire d’éviter autant que possible les représailles en forme de passage à tabac. Il n’en pense pas moins, le pauvre bougre, vous savez, seulement personne ne l’écoute, personne ne le défend, on l’ignore, on l’oublie et on le laisse se traîner obscurément dans sa décrépitude excrémentielle. Le petit blanc de banlieue devient le paria de notre monde d’aujourd’hui, il vivote tant bien que mal en espérant que ses gosses, convertis pour survivre, ne partiront pas un jour ou l’autre guerroyer en Syrie. Il vote Front National, bien sûr, tant qu’il y aura des isoloirs où l’on parvient encore à s’isoler, mais à chaque fois il l’a dans l’os! Éternel minoritaire, condamné, en conséquence à avoir toujours tort, vilipendé par les media qui le traitent à l’envi de beauf nauséabond et qui le couvrent de pipi parce qu’il bouge encore un peu…patience, il n’y en a plus pour longtemps, la Charia lui rendra sa dignité ou le crèvera comme le cochon de croisé qu’il est…sans trop le savoir, malgré lui, malgré tout…Dieu merci il lui reste le foot et les séries télé à ce pauvre malheureux; bien sûr ces choses là finissent parfaitement de l’abrutir, pire que l’assommoir de ses arrière-grands-parents, mais c’est le but recherché qu’est-ce que vous voulez, faudrait tout de même pas que le cave se rebiffe, pas vrai?  Hé bien ne vous inquiétez pas M’sieur-dames de l’Élite, il ne se rebiffera pas Thierry, il crèvera gentiment, sans vous faire suer, bien antipathique et bien planqué dans sa crasse! Et je ne vous parle même pas de son ex-femme à cette enflure, ni de sa triste descendance… d’ailleurs c’est déjà fait (voir http://onefoutus.over-blog.fr/article-la-figure-comme-le-cul-121034991.html). Là on touche à la parfaite abomination sur fond d’indifférence bien-pensante. Vive la République et ses Valeurs et bonne année à ceux qui en profitent.

Et dans ce domaine là vous avez le choix. Tenez par exemple, allez, un petit coup de promo  légion d’Honneur, juste pour le fun, histoire de finir sur une note réjouissante. Vanessa Paradis, ça ne vous dit rien? Là aussi on dépasse largement toutes les bornes du cynisme crétinisant sur fond d’esprits des Lumières et du 11 Janvier réunis! La République et ses Valeurs, merde, vous réalisez tout de même? Ou alors il faudra qu’ils la refilent carrément à Salah Abdeslam leur breloque de mes deux! Vous en faites pas, au rythme où ça déboule on ne tardera pas à y arriver, un peu de patience que diable! Fabuleux symbole, ça, la Légion d’Honneur, un truc qui vous explique la France tout bien comme il faut, suffit de prendre la liste des promus, dans le Journal Officiel et vous comprenez tout. Il fut un temps, pas très lointain encore, où j’épluchais systématiquement le document en question pour y rechercher les copains à féliciter, au cas où il s’en trouverait, ce qui se produisait assez fréquemment vu que je connais beaucoup de Franc-Maçons. Honte à moi! Pauvre con! Je préfère encore aujourd’hui, et de beaucoup, féliciter le charcutier pour la qualité de son saucisson (mais non, juste le pur-porc, enfin) ou bien même la pute qui réalise dignement et en conscience les opérations inhérentes à sa fonction sociale. Mais les récipiendaires de leur croix à la con, qu’il s’agisse de Jospin le « Ministre Plénipotentiaire Honoraire » de mes burnes, de l’inoubliable interprète de « Jo le Taxi » malgré son joli cul, ou bien encore des braves feu-Israélites qui faisaient leurs courses au mauvais moment à l’Hyper-Casher et à qui le ruban rouge ne fera pas, hélas, la jambe plus belle. Non vous m’excuserez, pour les congratulations ils repasseront, les chevaliers, les officiers, les grand- croix et tout le bordel. Je n’arrive même plus à en rigoler, dites donc, vous vous rendez compte?
Alors, si vous le voulez bien, nous allons les laisser arroser ça, tous ces saligauds de profiteurs de la Répupu. Quant à nous, que voulez vous, nous allons devoir nous la farcir, vouloir ou non, cette année 2016 au goût déjà prononcé de campagne pré-présidentielle… Chez le père Juppé, dès aujourd’hui, le futur président perce sous le repris de justice…il pousse son pion le vieux roublard, et ça marche, enfin c’est ce qu’on nous raconte dans les media : « le candidat préféré des Français »! Il faut dire que le mec en question fonce toutes voiles dehors vers les soixante et onze… Comme un subtil parfum de sapin, je vous le confirme, tout n’est pas perdu mes amis…

Alors Bonne Année, comme on dit…mais que cela ne vous empêche pas de passer une excellente semaine.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

Publicités

68 réflexions sur “Comme un subtil parfum de sapin…

  1. merlendominique 3 janvier 2016 / 14 h 53 min

    du très grand Nouratin, avec du vague à l’âme et l’angoisse des quasis septuagénaires comme moi aussi, qui se demandent comment ils en sont arrivés là, dans ce merdier improbable

    dominique

    J'aime

    • nouratinbis 3 janvier 2016 / 15 h 00 min

      Comme vous dites cher ami, comment avons nous pu…et puis
      qu’est-ce que c’est que cet âge à la con, une mauvaise blague,
      non?
      Merci et amitiés.

      J'aime

  2. grainsdesel 3 janvier 2016 / 15 h 34 min

    […je regardais le septuagénaire comme un pauvre débris auquel on allait, sous peu, se faire chier à apporter des chrysanthèmes, l’antichambre de la mort…] Bienvenue au club des « septante »… ! Avec un gros avantage pour t’ézigue, ta calvitie précoce te fais faire des éconocroques de *merlan, quand aux fleurs (et couronnes) précises dans ton testament que tu es allergique à l’art floral.
    Voilà un billet plein de vérités mais combien hors des normes de la pensée unique de nos gouvernants et comme disait Coluche : « On ne peut pas dire la vérité à la télé, il y a trop de gens qui regardent ». Ou plus sérieusement quoique… ! « Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle va détester ceux qui la disent (George Orwell) ».
    Alors, mon cher Nouratin, avec tes vérités que tu nous exposes tous les dimanche, tu prends le risque de te faire des ennemis, ce dont je suis sûr, « tu t’en bats les cou…es… ! Pour ma part je suis prêt, malgré ma méconnaissance du solfège à ce que nous formions le Philharmonique des « casses couil..s. Je terminerai ce commentaire (ayant peur de briller à nouveau par mon absence) en te présentant (ainsi qu’à toutes tes lectrices et lecteurs) mes meilleurs vœux.
    J’allais oublier le plus important pour tous les porteurs de viatique avec burettes : « Et que nos femmes ne soient pas veuves… ! »
    Bien amicalement.
    Suri, qui va essayer de continuer à ouvrir l’œil, et le bon (celui de droite).
    * Juste pour rester dans l’ambiance, car tu n’as pas à aller te faire débroussailler.
    La fable du bénévole… !
    À Paris, un jour, un fleuriste se rendit chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux. Après sa coupe, il demande combien il devait. Le coiffeur répondit : « C’est gratuit, je fais du bénévolat cette semaine ». Le fleuriste s’en alla tout content. Le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur trouva à sa porte une carte de remerciements et une douzaine de roses.
    Plus tard, c’est le boulanger qui se présenta pour se faire couper les cheveux ; Quand il demanda à payer, le coiffeur lui dit : »Je ne peux accepter d’argent, cette semaine, je fais du bénévolat ». Heureux, le boulanger s’en alla tout content. Le lendemain, il déposa à la porte du coiffeur une demi-douzaine de croissants avec un mot de remerciements.
    Puis un autre jour, ce fut, ce fut un député qui se présenta. Lorsqu’il voulut payer, le coiffeur lui répondit : « Mais non…cette semaine, c’est gratuit, je fais du bénévolat ! » Très heureux de cette aubaine, le député quitta la boutique. Le lendemain, quand le coiffeur arriva pour ouvrir son salon, une douzaine de députés et sénateurs attendaient en ligne pour se faire couper les cheveux gratuitement.
    Voici la différence fondamentale entre citoyens de ce pays et certains de nos politiciens qui nous gouvernent, coupés des réalités profitent à fond du système… ! Et il parait que dans la file il y avait des chauves. Si, si… !

    J'aime

    • nouratinbis 3 janvier 2016 / 15 h 47 min

      Tu sais ce qu’ils te disent les chauves?
      En tout cas elle est excellente, et combien vraie, c’est faire
      injure aux putes que d’en traiter les politicards!
      Merci Suri pour ce super-com et d’accord pour le philharmonique,
      il va juste falloir répéter un peu…
      Bonne année aussi et, d’accord sur ce point également : que nos
      femmes ne soient jamais veuves, les pauvres!
      A bientôt.

      J'aime

  3. pR CALGUÈS 3 janvier 2016 / 15 h 37 min

    Là il y a vraiment du talent, Monsieur et juste ce qu’il faut d’amertume aussi. Je veux parler de celle relative à l’âge, le reste est sans importance.
    C’est à ce moment, à 70 balais, qu’on a l’impression de n’avoir rien fait de sa vie, de n’avoir servi à rien et de ne plus compter que pour tripette…
    Ne soyez pas trop triste, cher ami, cela passera doucement.
    Mes pensées vont vers vous.
    Sincèrement.

    J'aime

    • nouratinbis 3 janvier 2016 / 15 h 49 min

      Merci pour ce réconfort, cher ami, j’espère que ça passera…
      de toute façon ça finira bien par passer…définitivement!
      Amitiés.

      J'aime

  4. BOUTFIL 3 janvier 2016 / 16 h 03 min

    quelle foutue année tu as raison moi aussi je vais passer ce cap infernal des 70 jeunes années, ce qui me console, c’est qu »avec le baby boom, on est nombreux !
    Quel beau billet tu nous a fait là, un vrai festival et entre nous, je ne connais pas beaucoup de jeunes couillons capables d’en faire autant ! le talent viens avec la sérénité et la calvitie ( enfin pas pour moi, )
    Qu’avons nous fait de ces années passées si vite ? on a fait ce qu’on a pu et c’est déjà pas si mal
    Gros bisous

    J'aime

    • nouratinbis 3 janvier 2016 / 18 h 25 min

      Merci Danielle, nous tacherons de nous y faire et puis, comme
      tu dis, on a fait ce qu’on a pu…
      Gros bisous.

      J'aime

  5. trucmuche 3 janvier 2016 / 16 h 08 min

    Vanitas vanitatum disait l’Ecclésiaste, et non Vanina Vanina comme chantait Dave, tout est dit depuis longtemps.

    Les cimetières ont finalement du charme, leurs occupants sont silencieux, disent pas de bêtises, sont reposants. C’est appréciable par les temps qui courent.

    Aimé par 2 people

    • carine005 3 janvier 2016 / 17 h 12 min

      « Vanitas vanitatum disait l’Ecclésiaste, et non Vanina Vanina comme chantait Dave »

      C’est pour des trouvailles comme celle-là que j’aime les blogs et les blogueurs ^^

      J'aime

    • nouratinbis 3 janvier 2016 / 18 h 26 min

      C’est vrai, les cimetières sont reposants…pour les vivants
      parce que les morts ça peut se reposer n’importe où, c’est ce
      qui fait leur force.
      Vania vania tatum…
      Amitiés.

      J'aime

  6. carine005 3 janvier 2016 / 17 h 10 min

    Une semaine, ça peut se faire.
    En tout cas, on va tâcher moyen de, comme on dit dans le Lot.
    Faut qu’on tienne !
    On se fait vieux, ce qui prouve qu’il n’y a pas que des vieux cons, ya nous aussi ^^

    Mon cher Tonton, je te présente tous mes voeux officiels et les autres aussi (je veux dire que je te présente mes autres voeux aussi, même si ça peut aussi vouloir dire que je présente mes voeux officiels aux autres aussi, je veux dire tes lecteurs. Les autres, ceux qui ne te lisent pas, tu sais ce qu’on leur dit.)

    Merci pour tes textes si jubilatoires, malgré leur fond de triste lucidité.

    Bonne année !

    Brosannéebouzix.

    J'aime

    • nouratinbis 3 janvier 2016 / 18 h 32 min

      Merci beaucoup pour tes bons voeux officiels et pour les autres
      aussi ainsi que pour les voeux officiels aux autres mais pas à
      ceux à qui on dit ce que nous pensons…les pauvres!
      Et merci aussi pour ton indulgence à mon égard!
      Bon nanée.
      Etrouxozibousdeuxmilleseizegrous!

      J'aime

  7. mevennais 3 janvier 2016 / 17 h 32 min

    Ben oui, c’est quand même une belle génération que la nôtre, la dernière à avoir connu cette décennie étonnante des années 50 nous y vivions, quasiment, de la même façon qu’avant guerre et ça n’était pas franchement les « 30 glorieuses », économiquement parlant, comme le clament nos « bobos d’aujourd’hui », par contre c’était la France, celle qui est, aujourd’hui et à tout jamais disparue. Bon, merci pour cet excellent billet, plébiscité me semble t’il, et bienvenue au club ! Oui, c’est difficile, ce cap des 70, on entre, effectivement, dans la dernière ligne droite, seule incertitude, l’arrivée sera jugée à quel poteau ? (premier deuxième ou troisième). Mais même au troisième, on sait que ce sera….après-demain. Contre ça, on ne peut rien, alors j’ai pris la décision de mettre en pratique la chanson de Fugain : « aime la vie, aime comme si tu devais…. »et je relativise tout et me retranche derrière une bonne couche de dérision, chacun peut découvrir sa propre « forteresse », pour moi, c’est la nature, les arbres, les fleurs, les odeurs et couleurs dont celle-ci se pare, le chant des oiseaux et…la misanthropie (sauf ceux que j’aime et/ou apprécie), et j’ai réussi à trouver un certain équilibre, une sorte de sérénité. Et puis, je me réfère aussi à la citation de Montand, deux jours avant son décès : »peu importe ce qui va arriver, j’aurais bien vécu », je ne suis pas Montand, mais quand je me retourne et constate ce qu’était ma situation et mon milieu quand j’étais gosse, je me dis que, à mon niveau et ce qui était, raisonnablement, à espérer, « j’aurais bien vécu » en y ajoutant même, en prime, une bonne dose de chance.

    Pour 2016, espérons qu’elle ne sera pas pire que 2015 (excepté les victimes), c’est tout ce que je peux en dire. Régalez nous toujours de vos excellents billets et passez l’année en excellente santé avec le moins de soucis possible.
    Amitiés. Gilles

    J'aime

    • nouratinbis 3 janvier 2016 / 18 h 40 min

      C’est vrai, nous avons le privilège(peu enviable à ce jour) d’avoir
      connu des temps sans commune mesure avec l’époque actuelle, ce qui
      nous rend l’adaptation difficile. Mais oui, bouffons la vie, empiffrons
      nous en comme des goinfres pour ce qu’elle veut bien encore nous offrir.
      Pour le reste nous verrons bien, le mieux c’est encore de n’y point trop
      penser.
      Merci Gilles et pour vous aussi une grosse santé pour pouvoir faire
      tout ce qui vous passera par la tête…et pas trop de soucis, en effet,
      si on peut éviter…
      Amitiés.

      J'aime

  8. EQUALIZER 3 janvier 2016 / 17 h 41 min

    par chez moi on dit « rassa stirasse ».. que ça sous-entend des sous-entendus pas entendables par toutes les zozores … Bienvenue pour courir la septantaine ! bonne année à tousse ! 😉

    J'aime

    • nouratinbis 3 janvier 2016 / 18 h 44 min

      Oui par chez moi aussi…on disait ça dans le temps parce qu’un
      nombre considérable d’Italiens étaient venus nous piquer nos
      nanas avec les conséquences naturelles qui en résultent.
      Aujourd’hui nous serions bienheureux s’il s’agissait encore
      d’Italiens…
      Merci, « courir la septantaine » c’est très chouette!
      Bonne année et amitiés.

      J'aime

  9. Pangloss 3 janvier 2016 / 17 h 52 min

    Tu as de la marge par rapport à moi. 2016 sera l’année de mes trois-quarts de siècle. Prépare-toi! Les dernières sont les plus dures. On perd peu à peu ses boulons, la plomberie se grippe et le rendement de la machine faiblit. Heureusement, la cervelle tient encore le coup. Alors, accroche-toi! Continue à nous combler de tes billets dominicaux et bravo pour l’ode.
    Amicalement.

    J'aime

    • nouratinbis 3 janvier 2016 / 18 h 48 min

      Ce que tu me dis n’est pas fait pour me rassurer, surtout que cinq ans
      ça passe très vite…mais quand je vois ta vigueur intellectuelle je
      me dis que le reste doit suivre, forcément, quitte à forcer un peu.
      Content que tu aies apprécié l’ode…
      Et merci cher ami.
      Amitiés.

      J'aime

  10. trucmuche 3 janvier 2016 / 19 h 21 min

    Ah, j’oubliais, ou plutôt j’osais pas trop souhaiter bonne année, vu le merdier actuel un peu partout, ca pourrait porter malheur.
    Donc, je suis prudent, je souhaite une 2016 pas pire que 2015, que 2016 ne soit pas l’année du père Lachaise. Faut avoir des ambitions modestes de nos jours, ca évite les désillusions.

    Edgar Morin, en est à 94 ans et toujours farceur, donc vous voyez, vous avez encore des années devant vous.

    J'aime

    • nouratinbis 4 janvier 2016 / 12 h 42 min

      Merci pour vos vœux raisonnables, vous avez raison, pas
      la peine d’en souhaiter plus, comme ça ce serait déjà pas
      mal. Quant aux 94 balais, même farceurs,ça ne me fait que
      moyennement envie…bon inch’Allah comme disent nos amis
      Muz, on verra bien.

      J'aime

  11. Pakounta 3 janvier 2016 / 20 h 39 min

    Merci à vous pour ce texte. J’aurais aimé l’écrire, parce que j’en pense chaque ligne. Mais j’ai plus le souffle, si tant est que j’aie eu le talent. Vous avez l’âge de mon petit frère, né après la guerre.Moi, je me la suis farcie, et j’ai passé le mois dernier les 3/4 de siècle. Ca pèse. Je me rappelle (j’ai très bonne mémoire et j’étais bon élève), en 52-53, j’avais appris que l’espérance de vie était de 64 ans, et ça me paraissait immense, vu que j’en avais 12-13… Elle est passée, cette putain d’espérance, à 80 ans environ. Et pour les gens de nos âges, vu qu’on a échappé à la mortalité infantile et autres duels d’honneur de la jeunesse stupide, il nous reste en moyenne une douze-quinzaine d’années. Mais dans quel état ? Outre la fatigue qui me paralyse l’écriture (alors que j’ai ouvert mon miniblog à 71 ans), ça me fait bizarre de voir que, de plus en plus souvent, les gens qui disparaissent sont plus jeunes que moi. C’était bien moins fréquent quand j’avais 15-20 ans, je sais pas ce qui se passe.
    Merci donc de trouver l’énergie et le sourire pour nous raconter tout ça, dans ce monde bougnoulifié dirigé par de lamentables psychopathes, gouvernail fixé sur l’iceberg. Des chefs de guère, on dirait !
    J’arrête, tout ça n’est pas cohérent. C’était juste pour vous dire que je pense pareil, et merci.

    Aimé par 1 personne

    • carine005 4 janvier 2016 / 12 h 17 min

      Bonne année Pakounta !
      Allez, courage !
      Fais-nous un ptit billet bien senti !

      J'aime

    • nouratinbis 4 janvier 2016 / 12 h 49 min

      Pas cohérent? Allons donc, merci pour ce précieux commentaire!
      Je me sens un peu comme votre petit frère quand vous me dites
      des choses de cette nature, ce serait un honneur…
      Et pour tout vous dire, voir claquer des gens plus jeunes, d’une
      certaine façon ce n’est pas aussi attristant qu’on ne pourrait
      le croire, enfin ça dépend de qui il s’agit.
      Merci à vous et nous attendons tous de vous lire bientôt!
      Amitiés.

      J'aime

  12. mamedjo 4 janvier 2016 / 3 h 47 min

    c »est si bien dit qu’on en oublie que c’est triste , ma ptiote toute neuve que j’ai contemplée 6heures de suite aujourd’hui m’a fait oublier que l’an prochain je passe aussi le cap
    comme je ne sais pas quand au juste tu passes la dizaine je te souhaite un bon anniversaire comme ça cela sera fait
    gros bisous
    ne panique pas il y a des blogs au paradis

    Aimé par 1 personne

    • carine005 4 janvier 2016 / 12 h 15 min

      Longue et heureuse vie à ta nouvelle ptiote, ma Jo !
      Et une excellente année à toi !
      Elle a bien commencé 🙂

      J'aime

    • nouratinbis 4 janvier 2016 / 12 h 53 min

      Attends faut pas s’emballer c’est en Novembre, laisse moi
      savourer les rapides délices des 69 rugissants!
      Sans compter qu’il vaudrait mieux pour moi qu’il y en ait
      en enfer, des blogs, avec tout ce que je me trimballe sur
      la conscience…
      Pouponne bien Mémère et profites en pour bien respirer
      l’air pur de la Belle Province.
      Gros bisous.

      J'aime

    • René de Sévérac 4 janvier 2016 / 14 h 08 min

      Mais c’est une maladie du club.
      S’il n’y a que des septuagénaires, faut que j’aille voir ailleurs …
      Bonne Année …. et bonne santé à vous Jo.
      Quoique les femmes soient plus robustes que nous 🙂

      Et bisous.

      J'aime

      • mamedjo 4 janvier 2016 / 23 h 40 min

        merci René , je vous la souhaite longue e,vigoureuse et generatrice de bien des plaisirs .cette année nouvelle …..
        amitiés enneigées

        J'aime

  13. Berny 4 janvier 2016 / 10 h 09 min

    Bonjour Noura

    Je lis vos commentaires tous les samedis, vous me faite penser à un autre commentateur dans votre genre qui est malheureusement disparue en 2005 et qui avait la même verve que vous, (c’était un ancien pilote de chasse) lui n’avait pas de site, il envoyait ses commentaires par e-mail à tous ses amis, des vrais amis et il en n’avait une ribambelle un peu partout dans le monde aux états unis, en Guadeloupe, à l’île de la Réunion, au canada, et bien sûr en France, et des amis d’internet dont je faisais partie. Lui il envoyé tous les jours des commentaires qu’il puisait sur internet et qui le révoltait tout comme vous, un vrai régal, beaucoup d’humour, je rigolais tous les jours, vous n’êtes pas en reste car vous me faites bien rire aussi malgré des sujets graves, mais vous le faites tellement bien avec aussi beaucoup d’humour. J’ai lu derrière Napoléon, plier de rire j’étais, moi qui ne lis plus beaucoup, je l’ai lu d’une traite, je m’y voyais, dans ce café. Il était plutôt de gauche l’ami en question, mais quand quelque chose ne lui plaisait pas, il ne se gêner pas pour les dézingués; et comme beaucoup de chose ne lui plaisait pas ils en prenaient pour leur grade presque tout le temps, ne parlons pas de la droite qui en prenaient plein la gueule, Chirac et Sarkozy et d’autre ont les oreilles qui sifflent encore aujourd’hui.C’était un révolté.

    J’espère que je ne vous ai pas ennuyé avec mon petit discours. En tout cas continuez comme ça.
    J’attends votre prochain billet avec impatience.

    J'aime

    • nouratinbis 4 janvier 2016 / 12 h 58 min

      Vous me faites bien plaisir, tiens! D’autant que vous avez
      lu Derrière Napoléon, ce que très peu de gens ont fait et
      qu’en plus vous l’avez apprécié.
      Grâce à des gens comme vous on a encore envie d’écrire, c’est
      extrêmement salutaire…même si la littérature française n’a
      pas grand chose à y gagner.
      Merci beaucoup et à bientôt, donc.
      Amitiés.

      J'aime

      • René de Sévérac 4 janvier 2016 / 14 h 10 min

        C’est vrai; je m’étais pourtant promis de terminer « Derrière Napoléon ».
        Pardon Nouratim.

        J'aime

      • nouratinbis 4 janvier 2016 / 15 h 43 min

        Ne vous excusez pas, quand la lecture d’un livre reste
        inachevée, ce n’est jamais la faute du lecteur mais bien
        celle du pignouf qui l’a écrit.

        J'aime

  14. mevennais 4 janvier 2016 / 11 h 37 min

    @ Berny
    Bonjour. Votre ancien pilote de chasse ne signait il pas « nonyme » par hasard ? D’après la description que vous en faites, ça correspondrait bien…. j’ai lu ses coms sur un autre blog, qui, hélas, est actuellement en « inactivité ».
    Amicalement

    J'aime

  15. René de Sévérac 4 janvier 2016 / 12 h 04 min

    Je suis content de vous voir franchir cette étape, avec la même humeur.
    J’ai fait la même expérience en 2013, et je reconnais que ça fait un choc différent des décennies précédentes.
    J’observe également que vos commentateurs sont quasi-tous de la même génération.
    Je reçois chaque mois l’Echo Sévéragais qui me rappelle la disparition de gens que j’ai connu.
    Brassens a raison, on ne vit plus au rythme du glas de nos campagnes !

    Cela dit, quand on voit où va notre beau pays, on se dit que la vie future (ne traduisais pas la « vie éternelle » que j’ai du mal à me figurer, même si l’existence de Dieu -avec qui j’ai une relation personnelle- ne me fait aucun doute !) sera une sacrée période, tant les propagandistes d’Allah (je parle plutôt d’Hollande et consorts) font de leur mieux pour tisser leur nid.

    J’ai été absent une vingtaine de jours; et toujours sans nouvelles !
    Ca ne m’empêche pas de vous rester fidèle.

    Bonne Année à tous.
    Amicalement.
    Je reviendrai voir les réactions des Nouratim’s fans.

    J'aime

    • nouratinbis 4 janvier 2016 / 15 h 40 min

      Je ne sais toujours pas comment faire pour vous donner des nouvelles…
      les mystères de WordPress… En tout cas, merci de venir quand même.
      Nonobstant votre relation personnelle avec Notre Seigneur, vous avez
      bien raison de vous interroger sur la vie éternelle…personne en tout
      cas n’est revenu pour nous raconter (sauf Jésus mais ça ne compte pas)
      …enfin je veux dire…et puis zut, vous comprenez, quoi!
      Très bonne année!
      Amitiés.

      J'aime

  16. René de Sévérac 4 janvier 2016 / 14 h 27 min

    Je reviens vous voir.
    Relisant la fin de votre billet, j’observe une baisse de moral.
    En particulier, l’atttribution de la Légion d’Honneur aux héros du Bataclan … voilà un geste de mort grandiose !
    Mourir au champ d’honneur en assistant à un concert de Eagles of Death Metal, ou buvant un pot …

    La prochaine promotion sera pour xx (j’ai oublié les noms des combattants d’Allah) !

    Un dernier mot, le septugénaire bordelais (Ali Juppé, « le futur président [qui] perce sous le repris de justice… »
    n’a pas le moral dans les chaussettes, mais il a franchi le cap six mois plus tôt.

    Amicalement again.

    J'aime

    • nouratinbis 4 janvier 2016 / 15 h 46 min

      Ali Juppé ne le fait pas voir, bien sûr, mais chaque fois
      qu’on le traite de vieillard c’est comme si on lui plantait
      un couteau entre les deux épaules! Il fait contre mauvaise
      fortune bon cœur…
      Vive la Légion d’Honneur pour Salah Abdeslam!
      Re-amitiés.

      J'aime

  17. mevennais 5 janvier 2016 / 9 h 54 min

    @Berny,
    Non, il ne s’agit, manifestement, pas de la même personne. Celle dont je parle commentait sur un autre blog sur lequel j’intervenais moi-même, il y a encore peu de temps (deux ans peut-être), le patron du blog en question m’avait informé qu’il était ancien pilote de chasse. En ce qui concerne la personne que vous évoquez, je n’ai jamais consulté son blog, d’ailleurs, je n’ai commencé à lire ce genre de blogs (par celui de notre ami Nouratin) que depuis environ 5 ans, la profession de pilote de chasse n’est donc qu’une coïncidence, étonnante, mais réelle.
    Bien à vous.
    Gilles

    J'aime

  18. elba 5 janvier 2016 / 9 h 57 min

    Bonjour Nouratin… et tout le monde ici !

    Puisque, tradition oblige, c’est l’époque des souhaits, eh bien je vous souhaite à tous le meilleur, dans ce que la vie peut nous/vous apporter de joies.

    Punaise ! Vous voulez nous mettre le moral à zéro, avec vos 69 années (érotiques ? ;))… Vous êtes-vous demandé, cher Nouratin, pourquoi personne ne revenait du grand voyage ? Eh bien, c’est sans doute parce que les gens qui sont partis se sentent tellement mieux, là où ils sont, qu’ils n’ont peut-être pas du tout envie de revenir !!! Avouez tout de même que c’est un peu le boxon, sur notre bonne vieille terre !! 😉

    En tous les cas, c’est ce que je me dis… Et ma grosse trouille, ce serait qu’on se réincarne à chaque fois…indéfiniment… parce que j’ai la chance d’être née après guerre, et que je n’ai pas eu à supporter ce que les palestiniens, par exemple, ceux qui ont votre âge ou à peu près, supportent depuis leur naissance. Et combien d’autres peuples aussi, sont dans ce cas-là ?
    Je n’ai pas envie de connaître la guerre, la destruction, même si je sais (et je me sens si impuissante à ce niveau !) que ceux qui ont les manettes du pouvoir ne se gênent nullement pour faire assassiner des milliers d’innocents un peu partout.

    En plus, il paraît que les voyages forment la jeunesse… « Le grand voyage » nous apportera peut-être un coup de jeune ? … ailleurs !

    Allez ! Je tente de vous redonner le moral comme je peux !

    Pour ce qui est de l’honneur, la légion je veux dire, c’est un truc qui m’est complètement indifférent : que tout ce « beau » monde aille se faire voir (entre eux, si ça leur chante) comme on dit. Et puis, j’ai regardé un peu sur le net, il faut encore payer pour ça… Je n’en aurais pas les moyens, et qui plus est, je préfère mettre mes sous ailleurs que dans un monde de bo(no)bos.

    En tous les cas, vos billets me sont toujours agréables à lire et me font souvent sourire, malgré l’air du temps qui n’est pas franchement à la rigolade…
    Pas continué non plus à lire « derrière Napoléon », même si j’ai bien aimé ce que j’en ai lu jusqu’à présent. Cependant, je suis de la même génération que vous, – nettement plus jeune, cependant 😉 héhé !) et j’avoue qu’un bon livre papier m’est plus agréable que l’écran (surtout que je lis beaucoup plus les romans dans mon lit, le soir, et que ce n’est pas facile – même impossible – d’y amener mon ordinateur qui n’est pas un portable.
    Je n’en culpabilise pas pour autant, et votre derrière (Napoléon, j’entends) ne fait qu’attendre un peu que j’en lise la suite…

    Allez ! Je cesse mon bavardage et vous envoie un gros bisou sur chaque joue !

    J'aime

    • nouratinbis 5 janvier 2016 / 18 h 12 min

      Il est vrai que mon Derrière (Napoléon) n’est pas très agréable à lire
      mais je n’ai jamais cru souhaitable de le publier sous forme traditionnelle.
      Je crois que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Je l’ai sorti sur Kindle
      Amazon, considérant que l’avenir est au livre électronique (c’est fabuleux
      d’avoir toute sa bibliothèque dans un petit rectangle à peine plus grand
      qu’un téléphone et qui est encore plus pratique qu’un bouquin pour lire au lit)
      et par flemme aussi j’ai adopté cette solution…mais comme je n’ai pas fait
      de pub personne ne l’a vu…
      En tout cas merci de me remonter le moral…qui n’est pas si bas que cela, je
      vous rassure.
      Et deux gros bisous sur chaque joue, deux!

      J'aime

      • nouratinbis 6 janvier 2016 / 19 h 54 min

        Merci, tu l’as trouvé!Mais bon, fallait le chercher…
        Bonne soirée Suri.

        J'aime

      • elba 6 janvier 2016 / 20 h 07 min

        Personnellement, j’ai trouvé simple de l’enregistrer directement sur mon ordinateur…
        Seulement, je suis obligée de noter la page à laquelle je suis arrivée. Lorsque je reprends ma lecture, ça reprend au début… 🙂

        J'aime

      • nouratinbis 6 janvier 2016 / 23 h 18 min

        En effet ce n’est pas très pratique, vous avez du mérite…
        moi je crois que j’aurais laissé tomber!
        Baisers.

        J'aime

    • trucmuche 6 janvier 2016 / 1 h 20 min

      Galabru a foutu le camp, c’est un signe… Ce cher Galabru était si drôle et simple de modestie.

      Pour la mort, c’est relativisable quand on considère les théories de la physique. L’humain n’étant qu’une portion de l’espace temps d’un multi-univers assez probable selon les équations d’Einstein dont on ne connait que très peu encore, mais dont les recherches montrent qu’il est immense.

      Un humain ici n’est probablement qu’un amas temporel éphémère de bosons de Higgs et de molécules plus ou moins mal branlées dont la conscience ne rend qu’imparfaitement compte à postériori.

      J’ai une tendance à penser que la mort constatée est une mise en scène sociale, malgré les affres des souffrances terminales du corps en décomposition pre et post mortem.

      A minima, les morts ne se font plus chier et c’est une libération, sinon ils sont partis pour d’autres aventures spatio temporelles et y a du boulot assez pour ne plus penser à avant.

      J'aime

      • grainsdesel 6 janvier 2016 / 10 h 14 min

        Je l’ai pas toute comprite et mes deux abrutis (Hue et Dia) m’ont dit qu’ils n’avaient jamais entendu jacter le Einstein, de toute façon je relativise et question Post Mortem je m’en tiens au remarquable bouquin de Philippe Ariès « La mort apprivoisée », comme quoi même si sa méthode de ne point demander notre avis est un peu féroce, on peut l’apprivoiser.

        J'aime

      • trucmuche 6 janvier 2016 / 22 h 50 min

        Si ca peut vous rassurer, ainsi que Hue et Dia, même les astrophysiciens ont encore pas tout bien compris, selon leurs propres aveux.

        Philippe Ariès me semble une excellente référence de lecture. J’ajouterais que pas plus la vie que la mort ne nous demandent notre avis, ce qui laisse une marge de manœuvre assez réduite, mais pas inexistante non plus, heureusement, même si il faut en rabattre pas mal de nos prétentions de s’imaginer pouvoir décider de tout.

        J'aime

  19. elba 5 janvier 2016 / 10 h 06 min

    Ah mince, j’oubliais, Nouratin…

    Votre ode du 31 décembre est tout simplement… Mince ! Je ne trouve pas le mot pour la caractériser !
    Que j’eusse aimé être la muse qui a inspiré un tel poème !!

    Vous voyez bien que vous n’êtes pas si « vieux » que ça !! On n’est vieux que lorsque l’on n’aime plus.

    Deux autres bisous en remerciement de ce joli cadeau que vous nous avez fait. C’est tellement joli, tellement doux, tellement frais ! 🙂

    J'aime

    • René de Sévérac 5 janvier 2016 / 15 h 06 min

      Faute d’alaerte, je suis revenu voir les réponses du maître des lieux.
      J’en profite, Elba pour vous faire une remarque stupide à propos de :
      « Pas continué non plus à lire « derrière Napoléon », même si j’ai bien aimé ce que j’en ai lu jusqu’à présent. »

      Notre hôte aime la flatterie, … mais avec modération !
      le « même si j’ai bien aimé » ne convint pas, … mais tellement agréable à entendre.

      Bon voeux pour 2016 !

      @MamedJo :

      « je vous la souhaite longue et vigoureuse et generatrice de bien des plaisirs »
      vous p

      J'aime

      • elba 5 janvier 2016 / 16 h 06 min

        Mais…. Ne pensez-vous pas, René de Séverac, que j’ai usé de modération dans mes propos ?
        … Je n’ai pas dit du tout que c’était un prix Goncourt, par exemple ;). … Vous m’avez bien fait rire, en tout cas.
        Je ne laisse pas tomber pour autant ma lecture du café derrière Napoléon. Je procrastine seulement… c’est parfois un de mes nombreux défauts. Souvent, même, je l’avoue humblement. 🙂

        Vous n’avez donc toujours pas d’alerte ? Pour moi, ça fonctionne très bien, pourtant. Merci de vos voeux. Recevez les miens en retour.

        J'aime

    • nouratinbis 5 janvier 2016 / 19 h 07 min

      Merci très chère, vous me faites vraiment plaisir.
      Cela dit, quand on est vieux, même si on aime comme
      on ne ramasse que des râteaux ça ne rajeunit pas
      trop malgré tout…la Muse s’en fout un peu!
      Mais votre com est délicieux et savoureux.
      Cela vaut bien trois bisous sur chaque joue!

      J'aime

  20. René de Sévérac 5 janvier 2016 / 15 h 12 min

    Le commentaire est parti sans crier gare.

    Donc, je disais @MamedJo, à propos se ses voeux :
    « je vous la souhaite longue et vigoureuse et generatrice de bien des plaisirs »
    vous parlez de la santé !

    Amicalement à vous tous, Jo, Elba & Nouratiom.
    Je retourne sur Boulevard Voltaire.

    J'aime

  21. Sale gosse 5 janvier 2016 / 19 h 32 min

    Merci,

    Meilleures pensées a toutes, tous,

    Une belle phrase lue, et retenue sur le BBB.

    Rajouter de la vie à vos années, et non des années à votre vie.

    Courage. Ca va le faire …. z’inquièter pô! 🙂 Z’avez pô le choix. Autant prendre du bon côté.

    Bien a vous,

    J'aime

    • nouratinbis 5 janvier 2016 / 19 h 56 min

      Merci, vous avez raison, il faut toujours prendre les choses en riant
      comme disait l’illustre Contrepétri.
      Alors, rajoutons de la vie à nos années (va en falloir beaucoup pour
      que ça se voie, quand même.!)
      Amitiés.

      J'aime

  22. Dr WO 7 janvier 2016 / 20 h 45 min

    Allons jeune homme, vous avez de beaux restes.

    J'aime

    • nouratinbis 8 janvier 2016 / 18 h 23 min

      Merci Docteur…mais il y en a peu qui savent accommoder les
      restes!
      Amitiés.

      J'aime

  23. Sale gosse 10 janvier 2016 / 0 h 45 min

    😉 😉

    J'aime

    • nouratinbis 10 janvier 2016 / 9 h 49 min

      Merci, une pure merveille! Ça nous change des « humoristes »
      d’aujourd’hui…
      Amitiés.

      J'aime

  24. Lebuchard courroucé 10 janvier 2016 / 15 h 39 min

    Bon… avec un peu de retard sur vos terres, je vous souhaite à nouveau (je vous avais répondu chez moi) une excellente année 2016 et que de très bonnes choses pour vous et vos proches, et avant tout la santé.
    Ce billet plutôt globalement pessimiste, avec un vague à l’âme caractéristique, et avec son brin de colère comme nous l’aimons, se finit par un  » Comme un subtil parfum de sapin, je vous le confirme, tout n’est pas perdu mes amis… » plutôt encourageant et très optimiste.
    Je partage cette affirmation et tout le reste du billet bien qu’étant de 27 ans votre cadet.
    Merci pour vos billets, il faut poursuivre et ne pas baisser les bras car cette année et la suivante vont être riches en grand changement auxquels nous devons contribuer comme nous le pouvons à tous les niveaux.
    Bien à vous.
    Amitiés.

    J'aime

    • nouratinbis 10 janvier 2016 / 16 h 47 min

      De grands changements…si vous le dites! En tout cas je ne
      baisse pas les bras…ils descendent tout seuls…
      Mais vous êtes drôlement jeune dites donc! Alors croyez moi,
      profitez en à bloc et surtout, surtout, soyez très égoïste,
      après c’est trop tard!
      Merci pour vos veux, je vous souhaite tout le bonheur du
      monde.
      Amitiés.

      J'aime

  25. Lebuchard courroucé 10 janvier 2016 / 15 h 44 min

    et j’y vais de la mienne comme Sale gosse, une de mes préférés de la chanson française !

    le belle vie continue mon cher !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s