Votez Morano!

La grosse affaire, pour nos braves politicards, revient à savoir qui, au bout du compte, raflera la mise. Ceux de gauche, évidemment, apparaissent assez enquiquinés par le double handicap de l’exercice péteux d’un pouvoir totalement déconsidéré, d’une part, et des « Valeurs de la République » d’autre part, lesquelles les obligent à appliquer aux plus sanguinaires des Djihadistes les règles éminemment bienveillantes du sacro-saint « État de Droit ». Cependant nos gentils Socialos persistent avec un courage de lion à affronter l’adversité tout en gardant, comme Petit Caudillo, par exemple, le menton bien haut ainsi que le regard furibard du matador qui, en pleine minute de vérité, se file par mégarde un coup d’épée dans les baloches.
A « droite » en revanche l’exercice se présente bien plus aisé, forcément, mais le deal consiste à capter l’attention du plus grand nombre possible d’électeurs, en caressant dans le sens du poil les sentiments divers qui animent la grosse majorité de nos concitoyens et qui varient de la trouille verte à l’agressivité xénophobe, en passant par la persistance d’une volonté un peu niaise de « vivre ensemble », par l’envie de déguerpir au plus vite pour se tirer du merdier salafiste, ou par  l’éventuelle idée  que, foutu pour foutu, autant refiler la patate à Marine pour voir enfin de quoi elle se révèlerait capable.
Ainsi assistons nous, au fil des attentats, aux allocutions mollusquéennes du Président Biencoiffé 1er, aux petites crises d’autorité de Vallsounet, aux déclarations nauséeuses du nabot de la Place Beauveau (et non du beau veau de la place Nabot, pas d’amalgame!), aux interviews-choc du Sarko-pas-candidat-mais-ça-vient, à deux doigts si ça continue de ressortir le Kärcher, aux exercices d’équilibriste de Juppé lequel tente de progresser sur le fil ténu qui marque la frontière entre le ventre-mou centro-humanitariste et la fermeté mesurée du bon vieux berger entièrement dévoué au bien être de ses ouailles, brebis galeuses comprises.
Voilà pour les premiers rôles. Après vous avez les seconds voire troisièmes couteaux qui arrivent par derrière avec plein de couillonnades à nous servir en supplément de menu, genre Cambadélis qui impute l’attentat de la Prom’ au loueur de camions de Saint-Laurent du Var, lequel aurait omis de signaler à la cellule anti-terroriste du Parquet de Paris la non restitution dans les délais contractuels de son dix-neuf tonnes. Dans un genre plus léger on trouve aussi la dame Joëlle Le Goïc, élue bretonne, gauchiarde jusqu’au trognon bien sûr, qui s’interroge sur le point de savoir si, mort en martyr, le Père Hamel aura droit à soixante-dix enfants de cœur au Paradis… il faut dire que l’égorgement d’un vieux curé par un Muz fanatique c’est à se pisser dessus de rigolade, pas vrai? Surtout quand l’assassin se nomme Abdelmalik-Nabil… Petitjean (cherchez l’erreur)!
Et puis bien sûr à « droite » chacun y va aussi de sa petite contribution, histoire d’essayer de faire avancer le schmilblick présidentiel, ça va des récupérations estrosiennes avec leur côté un peu bricolé vite fait sur un coin de l’établi, jusqu’aux « dérapages » de Nadine Morano au sujet de l’Islam « qui… dit elle… nous crée un gros problème » ( à propos, les petites blagounettes sur le martyre du Père Hamel, en revanche, n’ont rien d’un dérapage, c’est juste la liberté d’expression…). Elle a bien raison Morano, les Muz, comme problème ça se pose là, ce n’est pas la première fois qu’elle tient des propos sensés, cette bonne dame  (   https://nouratinbis.wordpress.com/2015/10/11/les-jeunes-barbus/ ) j’y reviendrai plus loin! Mais bon, suffit pas de le dire…

En revanche le Premier Sinistre -encore lui- proclame exactement la même chose mais sans déraper, toutefois, vu qu’en dépit de tout, ça reste un Homme de Gauche, et un Homme de gauche ça tient la route mieux qu’un pneu Michelin, pour le faire déraper faut se lever de bon matin, c’est archi-connu. Et puis aussi il va beaucoup plus loin le mec, il donne la solution pour qu’on ne soit plus jamais emmerdé: il faut « bâtir un pacte avec l’Islam de France » voilà tout! Vous vous rendez compte, vous? Et personne n’y avait encore jamais pensé à ce style de combine! Et d’en remettre encore une couche : « la France doit faire au monde entier la démonstration que l’Islam est compatible avec la démocratie »! Il n’a vraiment pas froid aux yeux, le bel hidalgo! Alors, pour bien prouver, il s’agit d’aider les Muz à trouver des sous… mais surtout pas dans les pays du Golfe! Nous allons donc « réactiver » un vieux machin qui végète depuis dix ans, la « Fondation pour l’Islam de France »; ainsi ils trouveront du blé chez nous, les culs-en-l’air ( au besoin en piochant discrétos dans la poche du contribuable, mais faut pas le dire). Il conviendra, bien sûr,  de « revoir certaines règles », comprenez vous, mais attention, hein, surtout pas de concordat, malheureux, respect de la laïcité avant tout, on ne touchera pas – ou à peine- à la merveilleuse loi de 1905,  on va juste reconstruire sur des fondations saines, éliminer les influences extérieures, tout ça quoi, mener une lutte sans merci contre l’islamisme radical et enfin repartir d’un bon pied, avec nos petits camarades mahométans rassérénés, vers des lendemains qui chantent et des aubes qui se redressent! C’est y pas génial tout ça?
En attendant Gaudot,  la Mosquée En Nour qui vient de s’inaugurer à Nice, juste avant le coup du camion islamiste, fonctionne à pleins tube avec le pognon de l’Arabie Saoudite et les Imams Wahhabites qui vont avec. Pas de problème! Que voulez vous, il s’agit d’une décision du Conseil d’Etat, n’est-ce pas, une interdiction eût constitué, selon les propres termes de la Haute Juridiction Administrative, « une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte ». Il faut croire que, dans l’esprit de nos bien aimés juges, l’atteinte à la vie des pauvres couillons qui périssent sous les coups des musulmans fanatisés à l’ombre desdites mosquées, apparaît sans doute illégale… mais finalement pas si grave que ça!

Et à propos de juges, qu’est-ce que vous pensez de la brave dame qui instruisait l’affaire du petit Adel Kermiche? Gaulé deux fois alors qu’il tentait de rejoindre l’Etat Islamique, il a eu le bol de tomber sur cette inqualifiable connasse qui l’a fait sortir de taule… avec la bénédiction de la Cour d’Appel, laquelle a suivi comme un seul homme les conclusions de la précitée… Et contre l’avis du Parquet Antiterroriste dont la myopie, désormais bien connue, ne l’avait tout de même pas empêché de voir en cette petite saloperie d’Adel un véritable danger public! Au fond vous savez ce qu’elle voulait essentiellement éviter, la Juge? Ben oui, qu’il puisse repartir en Syrie, Kermiche! Et pour le reste, ma foi, elle n’y voyait pas malice! Ça aura coûté un curé hors d’âge zigouillé comme un lapin et un vieux paroissien passablement amoché… pas de quoi fouetter un chat, somme toute, les magistrats responsables n’auront pas à s’inquiéter pour la suite de leur carrière, rassurez vous. Vive la République, putain d’Adel!
Naturellement certains esprits chagrins pourront trouver que tout cela commence à faire un peu trop de légèretés, d’insuffisances, d’incompétences, de laxisme, de bavures, d’erreurs de jugement, que sais-je encore, mais quoi, nous n’étions pas préparés à cela, voyons, faut comprendre. Voilà seulement quatre décennies que nous importons à tours de bras des millions de Musulmans, que nous fabriquons à la chaîne, à grands renforts d’allocation familiales, des myriades de petits « Jeunes », totalement ingérables et inassimilables, animés à l’encontre des « Céfrans » d’une haine aussi farouche qu’inexpiable. Comment voudriez vous que nos chères Elites imaginassent un seul instant que les plus déterminés de ces jeunes gens puissent commettre des attentats sur le sol de la mère Patrie, au mépris d’un état de droit que le monde entier nous envie et qui forme le ciment indéfectible de notre bien aimée Nation, hein, comment voudriez vous?
On peut dire ce qu’on veut, pour ma part je ne m’en suis pas privé, ( voir notamment https://nouratinbis.wordpress.com/2016/06/19/moi-aussi-jaccuse-y-a-pas-de-raison/ ) mais il y a aurait tout de même un certain nombre de choses à revoir -comme dirait Valls  (sans déconner, pour une fois),  dans le fonctionnement de notre impeccable démocratie… Faudrait s’inspirer d’Erdogan, faire dans le prophylactique si vous voyez,  purger grave les corps constitués, charcuter à bloc les parties gangrénées, désinfecter, désinfester, assainir… foutu d’avance, en somme, je me demande même pourquoi j’en parle, je critique les politicards et je  fais pareil!

Alors il va nous rester quoi, comme espoir, en attendant le prochain attentat? Pas grand chose, je le crains. L’impression bizarre d’avoir aperçu Mousident dans une église, chose qui ne s’était pas produite depuis les obsèques de son arrière-grand-père, en 64, le côté farce des dignitaires musulmans venus assister à la Messe ce Dimanche, histoire de se dédouaner un peu, le sentiment étrange de tromper la mort chaque jour en allant acheter son camembert ou sa baguette… on voit mal dans tout cela les raisons de se refaire un moral de vainqueur.
Alors l’approche des élections, peut être, l’illusion démocratique, la satisfaction un peu vaine d’aller déposer dans l’urne un bulletin mal pensant? Tiens, ça ne mange pas de pain, bientôt la « Primaire de Droite » et si j’y faisais un saut, histoire de voter Morano, juste pour emmerder, pour bien faire voir qu’elle, au moins, ne profère pas seulement que des âneries politiquement correctes? Ah, oui, c’est vrai, ils ne la laisseront jamais aller jusque-là… Mais non, pas parce qu’il s’agit d’une nana… enfin pas seulement. Bon, qu’importe, je me bricolerai moi même un bulletin de vote Nadine (bébek comme on dit chez nos amis Musulmans). Les occasions de prononcer d’une façon ou d’une autre l’unique parole illustre de ce pauvre Cambronne,  faut jamais les laisser passer!

Faites donc comme moi, votez Morano… en attendant mieux…

Sinon que voulez vous, passez un excellent Dimanche, vous avez le choix entre le farniente, la pétanque ou l’amour -courtois ou pas-  ( https://nouratinbis.wordpress.com/petite-ode/ ) sauf que pour cela il faut être au moins deux… sans quoi il vous reste encore la lecture, c’est pratique, ça.

Amitiés à tous.

NOURATIN

Publicités

Dormez bonnes gens…

Ouf! Le soulagement règne sur la sphère médiatique: le tueur de Munich n’a pas plus de liens avec le Djihad que l’islamisme n’en possède avec l’Islam…rien à voir, voilà tout. D’ailleurs s’il existe un rapport à établir c’est avec Anders Breivik, parfaitement, l’affreux norvégien blond, l’ordure de droite, le nazi à tronche d’aryen-criminel-né. Ça c’est vrai ça! comme disait en son temps la Mère Denis, puisque je viens à l’instant de le lire dans Le Figaro, alors hein? Je vous la coupe, pas vrai! La preuve? Ben c’est évident, le « forcené »-il convient à présent de le désigner ainsi- a pris soin d’agir cinq ans jour pour jour après le massacre de Norvège, ça saute aux yeux comme un pied au cul, non? Bon, il s’agit donc d’un déséquilibré, et extrémiste du mauvais côté par surcroît, respirons un grand coup, pour cette fois on est sauvé.  Non, parce qu’avec tout ce qui se passe depuis quelques temps, on aurait pu faire l’amalgame, vous savez, un Germano-Iranien, tout de suite on pense musulman, donc Daech, donc « terroriste »,  d’ailleurs les officiels chleus n’ont pas hésité dans un premier temps à donner dans le panneau, sans même savoir, une honte! Pourtant ils auraient pu réfléchir un tantinet, quand même! Déjà le nom, tenez, David Ali Sonboly qu’il s’appellait le gus, David comme Halliday (en espérant que ce ne soit pas comme Ben Gourion), Ali comme Juppé et Sonboly comme le volcan rital cinématographique, enfin presque…comment voudriez vous qu’un garçon qui trimballe cette sorte de blase se trouvât animé par l’esprit du Califat! On ne dispose même pas de la certitude que le mec confessât chez Mahomet, vous avez déjà vu des Muz qui se prénomment David, vous? Aaaaalors! Et même a supposer qu’il fît réellement partie de la confrérie des culs-en-l’air, ce sale facho, il eût appartenu, forcément, à la mouvance Chiite,    (cf. http://onefoutus.over-blog.fr/article-iconoclasteries-96349068.html ) rien à voir non plus avec l’État Islamique, au contraire, dans le genre ennemis héréditaires on pourrait difficilement trouver mieux, excepté ces saloperies de Rosbifs et nous autres, à la rigueur. Sans compter qu’ils viennent encore de s’en prendre plein la poire, ces pauvres Chiites, au moins quatre-vingts morts et trois-cents blessés des œuvres de deux saloperies de kamikazes djihadisés…mais bon, comme ça se passe à Kaboul tout le monde s’en fout vu que ni BFM ni I Télé ne sauraient y envoyer leurs équipes spéciales, trop loin et trop dangereux, alors on cause Tour de France et jeux Olympiques puisque, encore une fois, sur Munich nous voilà rassurés…

La question consiste cependant à comprendre ce qui les réconforte à ce point, nos chers media, dans cette affaire de forcené breivikéen ou prétendu tel… l’idée selon laquelle les Musulmans Fanatiques seraient moins terribles qu’on ne pourrait le croire? Le sentiment d’une omnipotence surestimée de l’État Islamique? Que non point, pensez vous, ces niaiseries on s’en tamponne, c’est du bidon. Par contre un attentat sanglant commis par un David illico catalogué extrême-droite, là ça pèse son poids de délicieuse surprise, dites donc! Ce coup-là ni Mohamed, ni Salah, ni Mehdi, ni Moussa, dites, juste David (d’ailleurs Ali on va le zapper aussi sec)! Ah, ils l’ont dans l’os, ces crevures de rassisses toujours prêts à nous niquer le padamalgam, rien à dire sur le massacre bavarois! Au contraire, il relève de leur infecte coterie, le massacreur… vos gueules, sales nauséabonds, balayez donc un peu devant votre porte avant d’aller pisser sur nos braves « Jeunes »… circulez, cette fois y a rien à voir! Ben oui, faut comprendre: au moins depuis les frasques de Mohamed Merah chaque fois qu’il y a une grosse merde il s’agit  d’une -ou plusieurs- « Chances Pour la France » (ou pour la Belgique, cela revient au même). En conséquence il devient particulièrement ardu, à la longue, de continuer à raconter les même conneries comme quoi « l’immense majorité » apparaît constituée par des gens paisibles et pénétrés d’un amour infini pour le genre humain. Au bout d’un certain nombre de tueries barbares ça décourage, on voit arriver le moment où il faudrait bien reconnaître que nous avons engraissé, au sein de nos « quartchiers sans-cible »,  toute une multitude haineuse animée d’une seule idée: nous faire la peau. Je veux bien qu’on puisse parfois, comme à Nice, gloser sur la présence d’un fort contingent de Musulmans parmi les victimes, mais c’est comme l’omelette norvégienne à la Anders Breivik, quand on utilise la grande poêle on ne peut pas vérifier un par un les œufs qu’on casse, y a forcément du dégât collatéral. Grâce à ce brave David-Ali, nous allons donc pouvoir continuer encore  à nier tranquillement l’évidence et à planquer la merde au chat sous le tapis germano-persan… vous comprenez pourquoi on touche à l’euphorie dans les salles de rédaction?

Surtout qu’on n’en avait même pas fini avec le massacre de la Promenade que déjà ça pétait grave dans le Val d’Oise. L’affaire Adama Traoré, dites donc, un « Jeune » d’origine malienne, tout ce qu’il y a de bien, vous savez, un garçon plein de courage et de sens de la famille qui a voulu soustraire son petit frère, accusé -injustement vous pensez- d’extorsion de fonds, à l’infâme barbarie de la Gendarmerie Nationale. Hélas, notre héros, à l’issue d’un combat désespéré contre un ennemi sans honneur et supérieur en nombre, trouva la mort dans cette affaire. La République, les mains pleines du sang de ce juste, se voit donc immédiatement confrontée à l’une de ces jolies petites émeutes que nos banlieues savent si bien concocter, surtout en plein été après l’Aït El Fitr. Le scénario habituel, vous savez, les nuits de guérilla urbaine avec tirs de barrage sur la flicaille, voitures incendiées, bâtiments publics démolis, la routine quoi et, parallèlement, la famille qui appelle à l’apaisement avec à la clé une marche blanche de derrière les fagots à Beaumont sur Oise… Crénom, des « marches blanches » de ce calibre je n’en avais encore jamais maté…je vous invite à regarder les vidéos (on les trouve partout, je ne vais pas m’enboucaner à essayer de vous mettre une horreur pareille en ligne)! En guise de marche blanche ils nous ont carrément servi une marée noire pire que l’Amoco-Cadiz et l’Exxon Valdez réunis! Ça fout les jetons, garanti sur facture, on dirait  le Soweto de la grande époque…avec plein de nanas voilées en supplément de programme! Moi je leur conseillerais de faire pareil, à tous ces braves marcheurs, mais du côté du Boulevard Saint-Germain, y aurait un peu de transport, certes, mais ça marquerait beaucoup mieux les esprits.
Remarquez, on trouve aussi de la  nouveauté dans le genre. Pas plus tard qu’hier nous pouvions observer devant la Fontaine des Innocents (subtilité subliminale), un rassemblement à l’appel de « Black Lives Matter France » une nouvelle tuile avec laquelle il va désormais falloir compter, c’est moi qui vous le dis! Déjà un bon millier de blacks hurlants, poings gauches brandis, certes plus chics et plus intellos comme look que leurs potes du Val d’Oise mais tout aussi inquiétants. Voilà le black power à l’étasunienne qui nous revient en pleine gueule maintenant… eux encore, là bas, ils ont Donald, avec une chance sérieuse de ramasser la mise présidentielle; mais nous? Vous ne vous figurez tout de même pas que Marine aurait les moyens de nous sortir de ce cloaque infernal? Même si par impossible elle virait en tête au mois de Mai de l’an prochain! Non, mes amis, pour nous la cause est entendue, regardez les vidéos en question et vous aurez une petite idée de ce qui nous pend au nez… « black lives matter »white lives on s’en branle!
Cela dit, les choses se sont bien arrangées dans la grande banlieue Oiseuse. La cinquième nuit d’émeute s’est révélée bien calme, juste de petites escarmouches de rien du tout, n’est-ce pas, quelques arrosages sporadiques sur les gendarmes…mais attention, hein, au fusil de chasse, pas à l’arme de guerre! Et puis un minimum de tirs de mortiers… quasiment rien, en somme, comme je vous le disais, une nuit paisible et sereine… Vous croyez vraiment qu’on nous prend pour des cons, vous? Mais non, jamais de la vie, on nous préserve, c’est tout, on fait bien attention à ne pas nous traumatiser. Et dans le même ordre d’idée, nos Ministres se réuniront une fois par semaine tout cet été afin de nous protéger, de nous garantir la paix publique…bon, au moins du côté de l’Élysée et de Matignon, faut fixer des priorités, c’est ça être responsable sacrebleu! Dormez, bonnes gens, dormez tranquilles!

Et puis, pour finir sur une note positive -une fois n’est pas coutume- vous avez vu? Ça n’a pas loupé, Biencoiffé 1er. vient de gagner trois points de popularité, comme après chaque super- attentat vachement meurtrier, celui de Nice arrivant à point nommé pour lui refaire un peu la cerise au gros mollasson… Vous imaginez, vous, ce qui peut se passer dans la tronche de ces sondés? Ils ont la trouille alors ils se blottissent dans les bras du jules à Julie… no comment comme dirait l’ami Hank Hulley! Heureusement Petit Caudillo, pour sa part, ne baisse ni n’augmente, il faut dire qu’il s’en sort bien, les Niçois sont gens civilisés, au lieu de le lyncher ils se sont contentés de le conspuer; on ne le verra plus de longtemps du côté de Rauba Capeù, je le crains… un peu comme Cazevide, celui qui demanderait au personnel des caméras de surveillance de bricoler un peu le rapport, histoire de ne pas laisser un vain peuple croire à l’absence totale de Police Nationale sur la Prom’  le 14 Juillet 2016. Ce serait éminemment regrettable vu qu’ils étaient, je vous l’avais signalé la semaine dernière, une bonne petite vingtaine bien planqouzés on ne sait pas trop où… ce qui explique clairement pourquoi on ne les voyait pas. D’ailleurs il n’a pas manqué de porter plainte le nabot de l’Intérieur: ben flûte alors comment voulez vous qu’on arrive à repérer une poignée  de flics au milieu d’une foule compacte de trente ou quarante mille personnes, hein? Elle en a de bonnes la responsable des caméras d’Estrosi, qu’elle numérote ses abattis, à la première occase on ne la loupera pas, celle-là! Déjà que les salopards de la Municipalité Niçoise avaient refusé dès Mercredi dernier de détruire les enregistrements du massacre comme l’exigeait le parquet de Paris… Non décidément y a rien à en tirer de ces saloperies à l’Est du Var…à part le pognon qu’on leur pique en impôts, bien sûr.

N’y pensez plus, allez, c’est l’été, les vacances, le Tour, les Jeux de Rio, les joies du camping et des bouchons (non pas de Champagne, autoroutiers je veux dire).
Dormez bonnes gens…

Amitiés à tous.

NOURATIN

 

T’es allé voir le feu d’artifice?

Elle a bonne mine, la République, l’air un peu niais, un peu andouille, comme son président, crucifiée le jour même de sa fête par le premier radicalisé de frais venu. Et la voilà encore une fois à déplorer les morts qu’elle a causés par le laxisme éhonté de ses élus à la con dont pas un n’apparaît susceptible de relever l’autre. Jamais je ne digèrerai ce qui s’est passé le 14 Juillet 2016 à Nice, cette fois la coupe est pleine, la mesure comble et l’inacceptable largement dépassé. L’épouvantable hécatombe de la Promenade des Anglais résulte d’une ahurissante cascade d’imbécilités irresponsables, elle arrive désormais  comme le point d’orgue de toute la série des lâchetés, des inconséquences, des bisounourseries, des gauchiarderies, des stupidités bien-pensantes et des déconnages politiquement-corrects qui émaillent l’histoire de la France depuis quatre décennies.
Je ne vous referai pas https://nouratinbis.wordpress.com/2016/06/19/moi-aussi-jaccuse-y-a-pas-de-raison/ hélas c’est tout frais, même pas un mois et voilà l’horreur absolue qui me revient en pleine gueule, là, chez moi, dans cet endroit béni dont la France du Second Empire s’empara jadis par le biais pervers d’un referendum éminemment douteux. Devant une catastrophe de ce calibre je ferais sans doute mieux de fermer ma gueule et de me recueillir comme tous ces braves gens que l’on voit à la télé accumuler des petits tas de fleurs, de peluches, de photographies et de colifichets divers à l’endroit où s’acheva, Jeudi dernier, la course abjecte du camion massacreur… vous pouvez toujours vous brosser! Ou ça sort ou j’implose, j’en ai trop gros sur la patate!

Pour commencer on va regarder le cas particulier de ce nouveau Mohamed qui vient, provisoirement hélas, clôturer l’interminable liste des criminels du fondamentalisme islamique. Ressortissant Tunisien, l’ordure en cause -je cite Le Monde- était bien « connu des Services de Police pour des faits de menaces, de violences, de vols et de dégradations commis entre 2010 et 2016 ». Un vrai danger public, en somme. Nos amis les Juges se décidèrent enfin à prononcer le 24 Mars dernier une petite condamnation à six mois de prison pour violences avec arme…assortis du sursis vu qu’à ce moment précis le casier judiciaire du loustic se trouvait encore vierge! Condamné pour quoi, au fait? Oh, presque rien, une peccadille, ce grand balèze s’est borné à démolir à grands coups de « palette » la tronche de l’infortuné automobiliste qui avait par malheur croisé sa route…l’histoire ne précise pas le nombre de mois d’hospitalisation du pauvre bougre mais ce cher Procureur Molins, lui, pour bien expliquer que Mohamed on ne pouvait vraiment pas s’en méfier, a lourdement insisté sur la « palette »: c’est pas méchant comme arme, pas vrai? Prenez vous en donc une en pleine tronche, de « palette », Monsieur le Procureur, vous verrez comme ça donne du plaisir par où ça passe!
Or donc, et c’est là que je souhaite en venir, nous avons affaire à un étranger muni d’un titre de séjour daté de 2009 (on nous l’a assez montré) qui, dès son arrivée à Nice, se conduit en véritable racaille, une saloperie incontrôlable qui distribuait les gnons pire que Hollandouille l’argent du contribuable et qui, même, était passé à un poil de l’homicide volontaire. Et qu’est-ce qu’ils font les Pouvoirs publics? Rien! On lui laisse une paix royale, au mec, sans parler des prestations sociales dont je vous fous mon billet qu’il bénéficiait joyeusement… elle est-y pas sympa la République? Cela dit, en ce qui concerne la Justice inutile d’en rajouter, on connaît suffisamment son infinie mansuétude vis à vis des criminels.
Mais M. Sarkozy, alors? Le chevalier blanc qui accuse de laxisme et d’impéritie notre gouvernement de branquignols, ce serait-y pas un peu lui le pourfendeur de la « double peine », l’homme qui, au lieu de faire l’inverse ainsi que l’eût laissé supposer la fameuse promesse du « kärcher » (voir http://onefoutus.over-blog.fr/article-du-karcher-au-kouchner-47505637.html ), rendit inexpulsable l’étranger délinquant? Avant Sarko un voyou du calibre de Mohamed Lahouachose on aurait pu le réexpédier dans son bled… auquel cas les quatre vingt quatre morts et les deux-cents blessés de la Prom. péteraient toujours la forme olympique. Merci qui?
Après, dans le même ordre d’idée et dans le même genre de sympathique politicard « de droite » vous avez le sémillant Estrosi, le « Premier Adjoint » de son discret subordonné le « Maire de Nice » (pour cause de non-cumul des mandats). Alors celui-là il présente joliment les choses, lui aussi, il nous fait la grosse colère contre notre Gouvernement de peigne-culs, lequel négligea, hélas, de réserver à Nice les dispositifs de sécurité indispensables. Tout à fait d’accord aussi… Oui mais justement, il savait très bien, le Motodidacte, que son feu d’artifice mal protégé pouvait virer à la tuerie: alors ne fallait surtout pas le maintenir, voilà tout! Un type qui décide en Juin d’interdire les kermesses dans les écoles de « sa » Ville pour éviter tout risque d’attentat et qui laisse, en Juillet, cinquante mille badauds se balader tranquillement en terrain découvert à la merci des kamikazes de tout poil, vous en pensez quoi, vous? Moi j’aime autant ne pas le dire ce serait malpoli!

Je ne saurais naturellement passer sous silence l’invraisemblable nullité des enfoirés de socialos qu’une partie, hélas suffisante, du corps électoral a cru malin de nous coller à la tête de l’État. A commencer, à tout seigneur tout honneur, par le premier d’entre eux Biencoiffé 1er. empereur des sales connards. Alors celui-là, franchement, il bat tous les records, faudra penser à le foutre au musée dans le formol dès qu’il aura cessé de semer le désastre. L’interview du 14 Juillet: -« ah ben je m’en vas supprimer l’état d’urgence, tiens »… en d’autres termes y a plus de danger puisque l’Euro s’est déroulé quasiment sans incident, hé oui, quoi, ça prouve bien, n’est-ce pas? Si vous préférez, il ne s’agissait pas à proprement parler d’un « état d’urgence » mais plutôt d’un « état matches de foutebôle »… circulez, y a plus de danger, tous les fouteux sont rentrés chez eux! Là où ça devient un peu criminel sur les bords c’est que parmi les bousillés de la Promenade des Anglais, vous en avez plein qui ont reçu le message cinq sur cinq : « on peut y aller les gars, ça craint plus du tout, c’est Grotoumou qui l’a dit ». Je déconne un peu mais à peine, vous savez, les propos rassurants lorsqu’on a besoin d’être rassuré ça rassure, même quand ça vient d’un guignol de haute graisse… du moment qu’il l’affirme en plein Discours du Trône!
Petit Caudillo, je vous en parle à peine, de toute façon il ne compte guère plus désormais que le slip-kangourou conservé sous la pile, dans le tiroir de votre commode, parce que ce serait dommage de le jeter vu qu’il est presque neuf. Lui, à chaque coup, tout ce qu’il trouve à dire avec sa tronche de croque-morts ronchon c’est : « allez, préparez vous à en chier grave, ça arrivera encore plein de fois, juste qu’on ignore où, quand et comment! » En quoi on ne saurait évidemment lui donner tort mais nous n’avons nul besoin des services, au demeurant fort onéreux, d’un Premier Ministre matignonnesque pour déplorer pareilles évidences.
Quant au nabot de la Place Beauveau, avec le palmarès qu’il trimballe depuis le 7 Janvier de l’an dernier, en nombre de morts et de blessés, personnellement je le verrais beaucoup plus volontiers à l’extérieur qu’à l’Intérieur. Vu que cette espèce d’homoncule ne semble pas avoir la décence de démissionner, les deux connards précités auraient déjà dû le foutre à la porte à grands coups de latte dans le fion, pas besoin de lever bien haut la guibolle… mais bon, on comprend: en toute logique faudrait eux aussi qu’ils lui emboîtent le pas, et le fromage apparaît trop bon pour qu’on l’abandonne au premier renardeau venu. Qu’importe le carnage pourvu qu’on préserve la mimolette! Alors vous savez ce qu’on va faire? Eh bien on va commencer à rappeler les réservistes, tiens, comme en 38! Avec ça on peut regarder l’avenir en pleines confiance et sérénité, croyez moi…
On notera avec intérêt, enfin, l’extrême discrétion du Préfet des Alpes-Maritimes, le sieur Adolphe(!) Colrat. Nommé par les précédents il n’a pas intérêt à la ramener… Vu les mesures qu’il a arrêtées (une bonne vingtaine de poulets) pour protéger les dizaines de milliers de spectateurs de la pyrotechnie motodidactique, mieux vaut d’ailleurs qu’il se fasse oublier… son devoir et sa responsabilité, puisqu’il n’était pas en mesure d’assurer la sécurité, consistait à interdire les festivités… après, reste à savoir si même en pareil cas les braves gens ne seraient pas allés prendre le frais sur la Prom… ils eussent seulement été moins nombreux et peut être le camarade Lahouamachintruc eût-il  renoncé à son épouvantable gymkana…

Bon, nous n’allons pas refaire l’histoire. Désormais nous restons avec l’horreur, surtout les gens qui se trouvaient là et qui ont vu, les enfants notamment, ceux-ci risquent d’en être traumatisés à vie. Je préciserai tout de même qu’à Nice, quand on fonce dans le tas on risque essentiellement de bousiller du mahométan. Ça n’a pas loupé! Parmi les blessés et les morts on en trouve plein, des braves gens pour la plupart bien intégrés -surtout les femmes, elles ont avantage à s’arracher aux tentacules islamiques- dont le seul tort consista à vouloir regarder les jolis bouquets, sur la mer… Si c’est vraiment Allah qui commandite faudra voir à réfléchir un peu, non?

Voilà, il me resterait tant de choses à vous dire…cependant au bout d’un moment j’aurais le sentiment de radoter. Alors je m’arrête. Le dernier mot je le laisserai au vieux Maurice: Vendredi matin, journal en pogne, il sirotait son petit noir sur une terrasse de la Place, tranquille, tout seul bien sûr- vu qu’en ce genre de lendemain les clients préfèrent toujours consommer dedans- plongé dans un silence de mort aussi inquiétant qu’inhabituel. Et aussitôt qu’il m’aperçoit il me fait, comme ça: -« alors t’es allé voir le feu d’artifice? »
Dans le genre humour macabre on ne saurait faire mieux, non?

Amitiés à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

Clapping et fracture raciale

Allez, encore quelques heures d’abnégation et ce sera plié. Vain Dieu, pas trop tôt! Un mois qu’ils nous bassinent à tire-larigot avec leurs niaiseries foutebôlistiques, comme ils disent, qu’ils nous pompent l’oxygène et l’azote avec les moindres faits et gestes de ces fameux « Bleus » derrière lesquels tout Français se doit de marcher avec l’enthousiasme fervent des soldats de l’an II! Un mois qu’ils nous assènent à jet continu les déclarations télévisuelles des Deschamps, Sissiko, Pogba et autres Griezmann, les observations prétendûment autorisées des vieilles badernes du ballon rond genre Courbis, Boli, Giresse… pas Platini, non, heureusement celui-là ils nous l’ont mis de côté pour cause de virement bancaire en millions de Francs-Suisses. Un mois qu’on nous fait tartir avec des histoires de supporteurs vociférants, ahuris de béatitude, peinturlurés de partout en bleu-blanc-rouge. Qui ne saute pas n’est pas français… vous saisissez maintenant pourquoi il reste, Petit Caudillo le Catalan, fidèle au poste contre vents, marées et majorité en capilotade! Et voilà-t-y pas, maintenant, qu’on nous imposerait presque le drapeau à la fenêtre, pour manifester sans ambiguïté un patriotisme en béton précontraint visant à soutenir ces héros qui, tels leurs ancêtres de Verdun (je pense essentiellement aux Tirailleurs Sénégalais), firent pièce aux féroces Allemands, victorieusement repoussés cette fois sur le champ d’honneur du Stade-Vélodrome aux accents bien sentis d’une Marseillaise plus légitime que jamais ratione-loci. En ce 10 Juillet 2016 destiné à rester dans les mémoires franchouilles (ou portugalaises, allez savoir) comme un jour de gloire presque aussi flamboyant que celui de 98 quand l’équipe des « Black-Blancs-Beurs » (aujourd’hui c’est la crise: y a plus de beur!) entraîna Jacques Chirac dans un simulacre un peu maladroit d’euphorie footo-supportrice. Bref, au moment où j’écris ces lignes à la con, nous atteignons le paroxysme, pas moyen d’allumer une télé, d’ouvrir un baveux, d’écouter une radio, voire de tailler une bavette à la boutique ou au bistrot du coin, sans se morfler une bordée d’Euro en pleine poire. On n’y voit que du Bleu! Et cependant réjouissons nous, mes bien chers frères, demain on n’en parlera peut être encore un peu…ou plus du tout, même, en cas de victoire lusitanienne. Acta est fabula, ite missa est, deo footballibus gracias! Amen.

Bien entendu, Derrière Napoléon ça se passe comme partout, on cause un peu foutebôle. Que voulez vous c’est fait pour ça, n’est-ce pas, depuis la qualification pour les huitièmes et surtout à compter de la fabuleuse victoire sur les Islandais, toute hostilité politico-syndicale apparaît de facto suspendue. La loi Konnerie et son 49.3 ont glissé sans contrainte, comme un suppositoire dans le fondement d’un Ministre de la Culture. Tout le monde s’en foot du moment que le pied providentiel d’un merveilleux blondinet natif de Mâcon parvient en toute grâce et légèreté à « la mettre au fond », comme ils disent (n’y voyez bien sûr la moindre allusion à la glissante métaphore de la phrase du dessus). Avec en plus les grandes vacances qui s’installent, toute la vigueur de la contestation bobo-prolétarienne, Nuit-Debout, Martinez, Mailly, la SNCF, « les casseurs » et d’une manière générale tous les corniauds qui s’acharnèrent des mois durant à nous pourrir la vie, se dissolvent désormais dans la douce moiteur de la liesse nationale et de la transhumance estivale. Seuls survivants de la débandade, les « Zadistes » de Notre Dame des Landes tiennent encore le terrain avec un acharnement digne des Barbudos de Fidel dans la Sierra Maestra… m’est avis que le petit Cazevide devrait leur donner l’assaut aujourd’hui même, sans plus attendre: opacité garantie, même avec un ou deux morts (parmi les Forces de l’Ordre, veux-je dire, faut pas déconner).
Or donc, vous disais-je, ça pronostique dur sur le zinc de Thérèse. Ici vous avez Jean Foupallour et Grauburle qui dissertent des mérites comparés de Blaise Mattuidi et de Cristiano Ronaldo, là vous observerez le vieux Maurice tout employé à rappeler par le menu les exploits de Just Fontaine auteur de treize buts lors de la coupe du monde de 1958 et fossoyeur de l’Allemagne battue pour la dernière fois jusqu’avant-hier, par une équipe de France pas encore « Bleue » mais cependant toute blanche…une époque lointaine et révolue où seul le Polonais créait la mixité. En somme la footmaniose vire à l’épidémie. « Ils n’en mouraient pas tous mais tous étaient frappés », au point que votre serviteur soi même, après une vaine tentative de placer la conversation sur un Tour de France un peu orphelin, se retrouve obligé, sauf à s’abstraire de toute conversation ce qu’à dieu ne plaise, de discuter coup-franc, hors jeu, penalty et quatre-quatre-deux avec les copains, un comble! D’ailleurs, je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais, même en temps normal, je veux dire en dehors de toute compétition internationale dans laquelle nos bien aimés négroïdes dribbleurs figurent avec un minimum de brio, les discussions entre hommes s’alimentent la plupart du temps du commentaire plus ou moins avisé de la dernière rencontre à la balle au pied. C’est sans doute la raison pour laquelle j’ai un faible pour la conversation des femmes, celles-ci disposant d’une variété de thèmes infiniment plus étendue, bien que l’intrusion en leur cénacle d’un porteur de baloches les incitât la plupart du temps à en éviter certains.
Cette brave Thérèse, toutefois, derrière le vieux comptoir, en rajoute une petite couche relative à l’étrange pratique du « clapping » dont nous gratifièrent les « Bleus » et leurs supporters au soir de l’élimination des Chleus, à Marseille. En voilà une chouette trouvaille, le clapping, un truc fabuleux qui consiste à écarter grand les bras en prenant l’air inspiré du mec qui s’apprête à déféquer à l’aise, puis à battre des mains sur une cadence très lente, avec componction et solennité. A l’instar de notre bien aimée bistrote,  l’on ne saurait rester insensible à l’esthétique et au grandiose d’un tel geste, pratiqué dans un moment d’intense émotion afin de célébrer la communion de l’équipe et de son public. C’est beau comme l’antique, pas vrai, et puis pendant ce temps-là on oublie tous les ennuis petits ou gros de l’existence sous le règne mollasson de Culbuto 1er. Ah si l’on pouvait clapper à tout bout de champs, au boulot ou à Pôle Emploi, à l’Assemblée ou au Sénat, à l’Elysée ou Place de la République, au barrage de Sivens ou sur la zone promise à l’Ayraultport, partout quoi, et à qui mieux-mieux, elle prendrait de jolies couleurs la vie, vous savez, surtout celle de nos malheureux politicards, proies permanentes de la critique la plus malveillante et de la méchanceté la plus acerbe. Le « clapping », en somme, ce serait un peu comme la bonne nouvelle de l’Evangile, un message de paix…en nettement plus fastoche à comprendre et surtout à mettre en application.

Et puis, comme le fait observer Maître Jean Trentasseur en déglutissant son whisky-soda, cette glorieuse aventure de l’Euro franchouille arrive à point nommé pour ressouder une Nation qui s’en allait un peu, reconnaissons-le, en quenouille. En dehors d’un étrange manque de footballeurs issus du Maghreb, comme nous le remarquions déjà un peu plus haut (cet ignoble Deschamps aurait en confidence déclaré « plus un seul arabe, c’est des fouteurs de merde ») l’équipe réunit cependant, sous la bannière tricolore, une communauté black and white-surtout black, quand même- dont la fraternelle cohésion réjouit les coeurs les plus indifférents aux charmes de la diversité. Aux dires de notre avocat socialiste, cet Euro marquerait le début d’une nouvelles ère dans laquelle les jeunes-gens de toute couleur et de toute origine se retrouveraient autour du drapeau tricolore, soudés par l’amour sacré de la Patrie et galvanisés par la vibrante Marseillaise dont ils connaissent désormais les paroles presque aussi bien que celles de la dernière oeuvre rappeuse du groupe banlieusard le plus en vogue. Un véritable miracle, au bout du compte, cette histoire de foot…mais attention, un miracle laïc! Ca vous a tout de même une autre gueule que les petites visions pyrénéennes de feu Bernadette Scoubidou!

Pour ce qui me concerne, j’émets quelques doutes au regard de la pérennité du constat mais je souhaite cependant bien sincèrement qu’il voie juste, le Maître… Oh bien sûr je n’y crois guère, sachant pertinemment que les Gendegôche passent le plus clair de leur temps à s’enfoncer le doigt dans l’oeil jusqu’au bout de l’humérus. Mais nous en aurions tellement besoin dans ce pays de fous qui se laisse envahir depuis plus de quarante ans et qui semble désormais si exotique aux pauvre couillons de ma génération, les coupables! Pourtant nous avions un bel exemple sous le nez, les Etats-Unis, exemple qu’il fallait à tout prix se garder de suivre. Au temps de ma prime jeunesse on nous médiatisait à coups de racisme genre K.K.K., les histoires de Little-Rock et autres horreurs dont on pouvait aisément conclure que deux populations totalement étrangères l’une à l’autre n’ont aucune chance de vivre en paix sur le même territoire. Encore les noirs d’Amérique confessent-ils le Christianisme, enfin plus ou moins, mais cela ne suffit à éviter ni l’envie, ni la peur, ni la haine. Après on nous a sorti Martin-Luther King, lequel avait naturellement tout arrangé et enfin, cerise sur le gros baba, l’élection miraculeuse du Président Noir qui apportait bien entendu la paix éternelle et l’amour infini du prochain quelles que puissent en être la couleur et la gueule.
Eh bien voilà! Hier Le Figaro pouvait titrer sur la « fracture raciale » en évoquant ces tireurs embusqués venus à Dallas pour bousiller, à la faveur d’une manif contre les « violences policières », du blanc et, si possible du flic blanc. Apparemment, donc, la presse politiquement correcte s’empare du problème en appelant un chat un chat, à savoir qu’il s’agit de la lutte des noirs contre les blancs…d’un conflit racial, donc! D’où le titre… ça serait-y possible que maintenant il y ait de nouveau des races? Bouh quelle horreur!

Il apparaîtrait donc vachement sympa qu’il voie juste, Jean Trentasseur, sur les effets apaisants autant que fédérateurs de l’équipe des « Bleus »…Remarquez, avec sept noirs pour quatre blancs dans la formation type il a mis toutes les chances de notre côté, Deschamps, la raison du plus black est toujours la meilleure! Allons, pas de problème, ça va le faire, je le sens bien…je le sens d’autant mieux que j’attaque à l’instant mon huitième Ricard… Vive le foot, vive Jean Trentasseur et longue vie à la paix des races, comme eût dit Jean Marais (pour ceux qui s’en souviennent). Marchons, marchons, qu’un sang impur… Et espérons seulement qu’un Djihadiste plus malin que les autre ne profite pas du dernier jour pour se faire péter quelque part au milieu de la foule en délire!

Bon Dimanche et à la semaine prochaine- si tout va bien…

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

Juillet mortel

Bon. Et puis zut, après tout, je ne vois pas pour quelle obscure raison je m’associerais moi aussi à ce concert de louanges à la convenu qui ponctue de manière systématique et unanime le décès des pauvres types dont la notoriété ne les place, hélas, pas à l’abri de la fin misérable du premier clampin venu, dans la chambre anonyme d’un hôpital sinistre. Pour moi Rocard ça restera avant tout le créateur de la CSG et du RMI. Un énarque éminent, inspecteur des finances, comme Juppé! Un fonctionnaire dans l’âme, comme Juppé! Un socialo fervent, comme Juppé! En somme, un loser de haut-vol, comme Juppé aussi, selon une probabilité qui pourrait très bientôt se confirmer. Les types en question ressortissent à la race funeste des Giscard et des Chirac, ce dernier beaucoup moins brillant -mais si chaleureux- dont l’action inlassable autant qu’obstinée à fini par mettre à genoux le Pays, avant qu’il ne s’effondre complètement sous les coups de boutoir du petit dernier provisoire de la série, le camarade Hollandouille.
Pour en revenir à ce pauvre Rocard, que voulez vous, il aura réalisé, comme ses pareils, un fort joli parcours entièrement financé par l’argent du contribuable. Voilà pourquoi, sans doute,  l’essentiel du génie de ces mecs-là consiste à inventer des impôts. En l’occurrence la CSG, une remarquable pompe à phynances bricolée avec le plus grand soin afin qu’elle débarquât sans trop faire mal, en remplaçant juste, au début, les cotisations maladie tout en s’étendant, comme sa dénomination l’indique, à l’ensemble des revenus sans distinction aucune. Un véritable piège à cons partiellement non déductible (vise un peu l’arnaque!) dont le développement ultérieur démontre avec éclat, au bout de trois décennies, le côté visionnaire que la plupart des oraisonneurs funèbres de ce matin s’empresse de reconnaître à son créateur, feu le petit Michel.
Mais  notre homme appartenait surtout à la cohorte merveilleuse de ces bienfaiteurs de l’humanité gonflés à bloc par les intentions louables dont nous oublions trop souvent qu’elles constituent le revêtement cahotique des chemins de l’enfer. Sans doute, pour un Huguenot qui se respecte, la notion d’enfer apparaît-elle un peu floue, toujours est il que celui qui nous occupe n’a pas manqué d’ajouter son gros pavé à la chaussée en cause en imaginant ce RMI qui continue aujourd’hui son petit bonhomme de chemin, transformé toutefois en RSA -encore plus coûteux- par le couple infernal Sarkozy-Irsch. Grâce à cette géniale invention nous pouvons désormais, tout en bossant au noir, nous constituer un joli petit complément de revenu, lequel nous donnera droit, en supplément de programme, à la sécu gratuite dite CMU, concoctée quelques temps après par un autre protestant-loser, l’incroyable Jospin mort aux pluches un certain 21 Avril. Non seulement l’action conjuguée de ces grands humanistes permet  à des millions de braves gens de vivre aux crochets de leurs contemporains moins futés sans contribuer le moins du monde à l’alimentation des caisses publiques, mais encore elle renforce dans de fabuleuses proportions l’attraction exercée par notre belle France sur ces populations du Tiers-Monde qui nous adorent au point de tout abandonner pour venir s’enraciner chez nous .
Parfaitement conscient, donc, de tout ce que nous devons à Michel Rocard, je m’abstiendrai de lui tresser quelque couronne mortuaire que ce soit, fût-elle de laurier-sauce.  Je me limiterai à souhaiter à son âme la paix qu’elle mérite, puisqu’au fond il s’agissait je crois d’un brave homme dont seules les lunettes roses l’empêchaient de voir clairement la réalité. Un excellent socialiste, au bout du compte.

Par malheur on meurt beaucoup en ce début Juillet. Outre le précité Socialiste, nous déplorons ainsi Élie Wiesel dont la longue survie à l’issue de la Shoah témoigne d’une santé dont seule la grande vieillesse parvint à triompher. Perte immense, aussi, que celle de l’illustre Yves Bonnefoy dont pas plus tard qu’hier j’ignorais l’existence même! Jusqu’à présent pas une seule ligne écrite par ce poète de renommée grosso-modo mondiale ne m’était tombée sous les yeux – la réciproque est vraie, bien sûr, mais c’est pas pareil-! Je n’ai donc pas manqué de combler la lacune…enfin dans le sens où cela demeure encore possible…bon ben ça rame très-très loin derrière Baudelaire et je ne vous parle même pas de Verlaine… Cependant on fera avec… en comparaison de ce que de nos jours on arrive à trouver en termes de galimatias à prétention poétique. Et puis, on meurt beaucoup aussi à Istambul, à Daca, à Bagdad et même aux restos du Ceur de Montreuil, sous les coups des Musulmans fanatiques qui continuent de plus belles à foutre en l’air les pauvres gens au nom d’Allah Le Miséricordieux. Tout cela finit par tomber dans la routine, un peu comme les vols Apollo vers la Lune au temps de Richard Nixon…jusqu’au jour où -à Dieu ne plaise- ces ordures nous feraient péter la Tour Eiffel ou les Galeries Lafayette ce qui rendrait à nos folliculaires leur vigueur rédactionnelle des moments héroïques et à nos politicards la puissance lyrique des orateurs inspirés par les malheurs hors du commun… à l’exception toutefois du Président de la République dont l’éloquence ne saurait en aucun cas dépasser le niveau du canard enrhumé.

Pour tenter, malgré la conjoncture, de trouver des raisons de vous être un peu agréable comme il conviendrait en période de vacances, j’essaie donc de porter le regard sur des choses plus gaies; tenez, par exemple Sarko, avec ses petites magouilles de parti, ses meetings à la Mutualité en l’absence des adversaires qui s’escriment tous à trouver des excuses afin d’éviter de venir passer pour des cons devant les caméras…sauf le susnommé Juppé, lequel se contente d’expliquer qu’il n’a rien à secouer des combines concoctées par un nabot qui, en dépit des évidences,  ne possède même pas les couilles de s’avouer candidat à la succession hollandienne. Seulement voilà, pour vous parler de cette sorte d’affaire, faudrait-il encore que cela présentât un quelconque intérêt…personnellement je n’en vois rigoureusement aucun, alors qu’ils aillent tous se faire lanlaire!
C’est comme les Socialos de l’autre combinard là, Cambadelis…figurez vous qu’ils annulent leur Université D’Été, ceux-là! Alors me direz vous, nous n’en avons encore moins à foutre que pour ce qui concerne Les Républicains de l’UMP… certes mais tout de même…ils annulent parce qu’ils ont la trouille des mecs de la Gauche activiste; ils l’ont si bien laissé s’implanter, celle-là, du côté de Rennes et de Nantes… comme c’est précisément dans cette dernière ville qu’ils comptaient se réunir fin Août, les Solfériniens, ils renoncent. Et puis comme ça au moins les Frondeurs et autres contestataires perdent une occasion de leur foutre le souk dans le congrès…oui, au fond vous avez raison, ça aussi on s’en fout complètement!
Alors qu’est-ce qu’il nous reste? Vous ne voudriez tout de même pas qu’on revienne encore sur le Brexit! Déjà qu’on y a passé tout le temps la semaine dernière sans faire tellement avancer les choses. Déjà qu’on nous abreuve à tire larigot de considérations à caractère dramatique destinées à bien nous raconter en long en large et en travers tous les malheurs affreux qui attendent ces pauvres Grands-Bretons dès qu’ils auront quitté le sein douillet de l’Union Européenne… histoire de bien dégoûter les autres de leurs éventuelles velléités d’en faire autant! Déjà qu’on nous emmerde à longueur de temps avec la petite nana d’Écosse qui s’en va pérorer tout azimut comme quoi elle va lâcher le Royaume, sa Reine, son rosbif et son brexit… Déjà qu’on nous explique à satiété qu’à Londres aussi ils veulent faire pareil, rejoindre l’Union quitte à laisser choir le reste du pays entre les mains des vieux ploucs qui votent mal; surtout qu’on voit bien ce que ça peut donner, Londres sans l’Angleterre et l’Angleterre sans Londres : on nage en plein réalisme, pas vrai?

Et, en conséquence, comme nous n’allons tout de même pas céder aux tendances ambiantes en causant football ou vélo, j’ai bien peur que, pour cette fois-ci, nous n’en restions-là. C’est ainsi, que voulez vous, il arrive toujours un moment où l’on sent que ça patine…en pareil cas faut surtout pas insister!

Allez, bonne semaine à tous et, quoi qu’il puisse en être, vive Juillet!

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN