Matraquage

Ah, si vous aviez connu le Carnaval des années cinquante-soixante! Un joyeux boxon dans toute la ville, le populo par milliers qui défilait joyeusement, des zigotos déguisés un peu n’importe comment, des jeunes pas très recommandables qui coursaient les filles en vue de leur faire bouffer des confetti à poignées, des corsi bigarrés truffés de fanfares déconnantes et de grosses têtes aux évolutions erratiques, rivalisant de grotesque avec les énormes chars tout coruscants de carton pâte bariolé. Le tout baignant dans la bonne humeur pépère des braves gens qui mettaient l’occase à profit pour se lâcher un peu avec, bien souvent, l’assistance propitiatoire des bouteilles de cancaron (1) dont les cadavres innombrables débordaient des grosses poubelles en tôle étamée .
Par la suite, bien sûr, au fur et à mesure de la diversification des populations, l’évènement a progressivement perdu en spontanéité, pour devenir enfin ce qu’il est aujourd’hui: un exercice convenu, confiné au périmètre hyper-sécurisé de la Place Masséna et tout juste bon à donner le change aux troupeaux de vieux touristes blafards déversés par cars entiers dans des tribunes soldées à prix de gros. Il apparaît bien évident que le danger potentiel résultant des dizaines de milliers de « Chances Pour la France » qui grouillent dans les faubourgs de la ville, ne saurait nous autoriser à festoyer sereinement à l’instar de nos chers ancêtres. Le 14 Juillet dernier l’a prouvé de la manière la plus magistrale: ces petites joyeusetés bien de chez nous sont désormais à classer sans suite dans nos mémoires incertaines de vieux kroumirs.
Quel dommage, dites vous? Oui, j’en conviens, mais reconnaissons toutefois qu’on ne peut pas avoir le beur, la religion du beur, et les gaités de la vie d’avant! Il fallait y penser bien plus tôt, voilà plus de quarante ans, lorsque Giscard et Chirac, à peine constitués en couple exécutif promis à un divorce aussi rapide que conflictuel, décrétaient le « regroupement familial ». De Gaulle, autant que Pompidou, résistant aux pressions constantes d’une Gauche peut être encore plus hermétique au bon sens que celle d’aujourd’hui, refusèrent fermement de se laisser embarquer dans l’aventure invasive qu’on cherchait à leur imposer. Nos deux fringants petits nouveaux, sous prétexte de changement modernisateur, ne manquèrent pas, sitôt les élections bouclées, d’ouvrir tout grand les robinets du remplacement de population. On savait bien, pourtant, que les Maghrébin de l’époque croissaient et multipliaient dans des proportions hallucinantes, les familles de douze enfant et plus étant monnaie courante et bien connues notamment des services de la Sécu, lesquels crachaient déjà aux bassinets des petits papas immigrés. Mais qu’importe l’invasion pourvu qu’on mette un terme à la « misère sexuelle » de ces derniers! Que tout ce petit monde débarque chez nous, on se poussera un peu et la France retrouvera un dynamisme démographique qui s’émoussait grave depuis la fin du baby-boom! Sans parler du fabuleux enrichissement culturel qui devait à l’évidence en résulter… Alléluia les choux sont gras! Et c’est ainsi que le tsunami commença pour de bon… si vous buvez la tasse aujourd’hui, au moins savez vous à qui vous le devez!

Tout naturellement, depuis le milieu des années soixante-dix, la flotte passée sous nos jolis ponts a du mal à rivaliser avec l’ampleur de la marée humaine qui nous a déboulé dessus. Les chouettes cités H.L.M. dont nos politicards se montraient auparavant si fiers, évoluèrent très rapidement en territoires réservés aux immigrés, les infortunés européens qui y vivaient heureux jusque-là se voyant fortement incités au départ, en raison notamment d’un décalage civilisationnel insupportable. Ainsi, depuis la survenance, au sein desdites cités, des nouvelles générations de petits français généralement bi-nationaux et de plus en plus hostiles à leurs concitoyens aborigènes, une population spécifique s’est constituée, avec ses mœurs, son langage et ses lois propres, désormais suffisamment forte et nombreuse pour se trouver en mesure de damer le pion à l’État. Les « jeunes » d’origine maghrébine forment le noyau dur de cette nation concurrente, les sub-sahariens, généralement musulmans, gravitant autour de ces derniers en orbite basse, les Antillais et les « petits blancs » résiduels apparaissant en quelque sorte comme les métèques des précités, tenus de faire leurs preuves pour se voir tolérés.
Par surcroit, les complexes nourris par nos soi-disant élites depuis la fin de la seconde guerre mondiale, ont conduit celles-ci à considérer le simple constat ci-dessus évoqué, comme haïssable, voire pénalement condamnable en vertu des lois particulières votées contre « le racisme » par un parlement inféodé aux tenants de l’immigration bienfaisante. Dans un tel contexte les media de masse, totalement noyautés par ces derniers, n’ont cessé de mener une guerre sans merci aux lanceurs d’alerte qui tentaient de mettre en évidence les risques liés à l’invasion. Le « racisme anti-immigrés » se trouvant constitué en mal absolu, malheur à qui s’en verrait accusé par le tribunal médiatique. Durant quatre décennies, non seulement la France, mais également l’Europe et même l’Occident dans son entier, ont vécu sous un véritable matraquage publicitaire destiné à promouvoir l’immigré, vaguement regardé -sans le dire- comme le « bon sauvage » à la Rousseau, victime expiatoire de la méchanceté de nous autres, les sales néo-colonialistes inavoués. Sous un tel matraquage et la sourde terreur qui en découle, impossible de maîtriser l’évolution d’une situation dont on voit bien aujourd’hui le piège mortel qu’elle représente pour nos pays et singulièrement pour la France qui est la plus gravement frappée par le phénomène.

Alors quand par hasard la matraque change de mains et quand le matraquage s’applique au fondement d’un « jeune » de banlieue, le grand scandale éclate et l’émeute -légitimée par le diktat médiatique- le suit de près. Et nous avons l’affaire Théo!
Cette histoire à la con dont nous savons à peu près comment elle a commencé, tout en étant bien incapables d’en prédire la fin, n’est jamais que le dernier produit en date des quarante années de masochisme élitaire ci-dessus évoqué. Théodule, ou Théodore, on ne sait pas trop, garçon de bonne famille antillaise contrainte par les duretés de la vie caraïbe à s’exiler en Métropole, aperçoit tout à coup, à quelques encablures de sa déambulation, un contrôle de police. Les contrôlés étant, bien entendu, des petits « jeunes » de la cité de Théo, ou de Dudule, si vous préférez… d’ailleurs moi je préfère, alors comme je fais ce que je veux, à partir de cet instant, que cela vous plaise ou non, on va l’appeler Dudule, ce garçon, voilà!
Cela étant acté, le contrôle se passait mal, vu que les poulets s’obstinaient à vouloir contrôler alors que les jeunes gens manifestaient avec violence une intention rigoureusement contraire. A cette vue, le sang de notre Dudule ne fit qu’un tour et il s’en alla, fort courageusement, se mêler à l’altercation afin de prendre la défense des ses petits camarades injustement agressés. Mal lui en prit, car nos saloperies de flics eurent alors la malencontreuse idée de tenter de contrôler aussi la sienne d’ identité, à ce brave Dudule… De facto, après la fuite des petits jeunes bien heureux d’une aubaine qui leur aura évité une fouille au corps susceptible de déboucher sur une perte de temps devant un juge admonestateur, l’affaire tourna à l’arrestation musclée de notre héros. Alors, hic jacet lepus, Dudule, grand balaise n’étant pas homme à se laisser maltraiter fût-ce par des représentants de l’Ordre -surtout, même- commença à distribuer beignes et gnons tout azimut, ce qui entraîna l’ennemi à riposter grave. A un contre quatre, en dépit de son exceptionnelle vigueur, Dudule ne pouvait que succomber sous le nombre à l’issue d’une résistance héroïque. Et c’est au cours de cet affrontement bref mais violent que l’arme de l’un des roycos devint momentanément la grosse matraque à Dudule, vu que ce dernier hébergea un instant l’objet, paraît-il, au plus profond de son intimité. Que se sera t-il passé exactement, ne comptez pas sur moi pour vous le dire, je n’y étais pas, Dieu merci. En revanche l’Inspection Générale de la Police nationale, dont la mansuétude à l’égard des flics épinglés n’est toutefois pas la qualité première, conclut à une sodomisation accidentelle, sans doute liée aux paroles proférées par Dudule dans le feu de l’action: « ta matraque je m’assois dessus! » Là-dessus -enfin si j’ose dire- la résistance de Dudule fléchit, ce qui se comprend aisément et les volatiles purent alors lui passer les menottes et l’embarquer au poste. Comme un vulgaire malfaiteur!
Il fallut cependant se rendre à l’évidence, le troufignard de notre jeune ami avait passablement souffert de l’aventure, ce qui conduisit le commissaire à le confier au corps médical, mieux à même que lui de pallier les conséquences de cette sorte de bobo. A l’hosto, le jeune garçon raconta l’affaire à sa façon, les folliculaires commencèrent à s’y intéresser et, ce qui n’était jusque-là qu’une banale altercation de quartier, vira très vite à l’affaire d’état. Les télés publièrent une vidéo de l’arrestation, et bien qu’on n’y vît nullement le coup de la grosse matraque à Dudule, se mirent illico, dans un assourdissant concert médiatique, à hurler au viol, à dénoncer les violences policières et à réclamer justice pour Dudule, enfin pour Théo. Ce qu’entendant, l’ami Culbuto, n’ayant plus grand chose à foutre, se précipita au chevet du jeune homme… on prétend même qu’il lui aurait apporté un tube de vaseline, à toute fins utiles, pour une éventuelle prochaine fois… En tout cas on notera surtout qu’il n’en rate pas une, Pépère, il fonce et réfléchit après, comme pour Léonarda…il y en a que l’expérience n’enrichit pas, il n’écoute toujours que son petit cœur, le cher Homme. Plait il? Comment dites vous? Ah, non, l’histoire ne dit pas si pour gagner du temps il s’est vraiment rendu à l’Hôpital sur son scooter, je crois qu’il s’agit là d’une rumeur invérifiable.

Et voilà, donc! Depuis lors le matraquage médiatique n’a pas cessé une seconde et, profitant de la lumière aveuglante du gros projecteur, la banlieue s’embrase, l’émeute gronde à Bobigny et les cités sans-cible semblent en passe de nous refaire 2005. Observons seulement que tout ce qui compte dans ce pays, jusqu’au plus haut sommet de l’État, n’a eu de cesse de considérer a priori le jeune homme comme victime des violences policières. Le fait -avéré- qu’il ait attaqué des flics en service, ses refus d’obtempérer, sa rébellion manifeste contre les Forces de l’Ordre, les coups qu’il a portés aux poulagas, toute ces choses-là ne comptent en aucune façon. Dans ce pays, toute racaille dispose du droit d’agresser la Police, alors que réciproquement celle-ci a le devoir de se laisser faire sans protester. Seuls les honnêtes-gens restent tenus de respecter un tant soit peu les représentants de l’Autorité Républicaine… ce qui explique surabondamment pourquoi cette dernière part complètement en quenouille!

Et vous voyez, vous, par dessus le marché, Macron Président? C’est pour le coup qu’on y aurait droit pour de bon, nous aussi, à la grosse matraque à Dudule!

Bonne semaine, amitiés à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

(1) Le Cancarone est un petit vin de Ligurie, pas bien terrible, d’où le fait que par chez nous on appelait « cancaron » un pinard de mauvaise qualité.

Publicités

47 réflexions sur “Matraquage

  1. Pangloss 12 février 2017 / 17 h 21 min

    Et les joyeux duettistes Chirac-Giscard coulent une vieillesse paisible loin du bordel qu’ils ont créé.

    J'aime

  2. capitaineenzo 12 février 2017 / 17 h 25 min

    Et bien heureusement que tu es là pour nous disséquer l’affaire Théodule, car moi je n’y comprend plus rien. Donc si je suis ton conseil, y intérêt à stocker de la vaseline avant que ça manque, parce le Macroncon, ils vont y arriver à le faire passer. Moi quand je parle à des gus qui sont pendus devant leur télé ils le trouvent très bien et même sans programme. Pour une fois qu’on va avoir un mec bien sous tous rapports, le gendre parfait quoi. Je trouve que Tex Jagger, comme dit son frère Mick.
    Amitiés.

    J'aime

    • nouratinbis 12 février 2017 / 18 h 35 min

      Tu résumes bien, faisons provision de vaseline, c’est ce
      qui sera le plus recherché bientôt, pire que le gazoil!
      Amitiés.

      J'aime

  3. René de Sévérac 12 février 2017 / 17 h 26 min

    Excellent qualité littéraire. bravo, l’ami !
    cette histoire me gène … comme le Fillon-gate !
    Le sujet qui me semble fondamental aujourd’hui, c’est l’itinéraire MACRON.
    Où va-t-on ?
    Je vois le deuxième tour sous la forme Macron-LePen.
    Ce qui ne me pose pas de cas de conscience : ma voix (si je suis en vie) allant à Marine !

    Salut l’ami et le bisou aux dames !

    J'aime

    • nouratinbis 12 février 2017 / 18 h 37 min

      Ah ça, au second tour il faudra voter Marine dans tous les
      cas de figure.
      Et tu participeras au scrutin, crois moi.
      Préserve toi bien!
      Amitiés.

      Aimé par 1 personne

  4. G.Mevennais 12 février 2017 / 17 h 56 min

    Banal, banal de nos jours, le communautarisme porté à un degré « intéressant », et ce n’est pas fini, nous attaquons la phase finale, le pire est à venir. Je répète ce que j’ai écrit sur votre dernier billet (on m’a fait une réflexion à ce sujet, je n’ai jamais dit que le père Fillon n’avait pas établi un programme économique, mais qu’on occultait tout ce qui était économique, notamment dans les « médias », pendant le début de cette campagne présidentielle). Je disais donc que lorsque les difficultés économiques vont réellement s’appesantir, les joyeusetés banlieusardes d’aujourd’hui sembleront bien pâlottes en comparaison.
    Allons, cher Nouratin, levons nos verres remplis d’un bon petit vin de « carnaval » et hauts les cœurs !
    Amitiés à vous et bonne semaine à tous.
    Gilles

    Aimé par 1 personne

  5. PR CALGUÈS 12 février 2017 / 17 h 56 min

    Demandez le programme ? Mais qu’est-ce que c’est que ces salades !
    Il est là le programme de Macron, bien étalé, il nous crève les yeux.
    Macron c’est le mondialisme merveilleux, annonciateur de lendemains qui chantent, c’est la France bureaucratique, inféodée plus que jamais à l’Otan et à l’Europe ivre et dominatrice, c’est l’immigration « chance pour le pays ».
    Macron, le Moon du 16ème arrondissement, est devenu l’homme providentiel pour l’establishment, les Soros, Gates, Ortega, Buffet, Betancourt, Bezos, Zuckerberg, Bloomberg, Arnault et consorts.
    Macron élu c’est la France encore plus sous la férule de ses énarques, c’est Davos, c’est le Siècle, c’est Rothschild, UBS, JP Morgan, Citigroup, Goldman Sachs, c’est le Medef, c’est la Trilatérale, les Loges. L’entre soi quoi !
    C’est bien parti car Fillon, pleinement conscient, orgueilleux comme un paon, se fait hara-kiri et entraîne la droite dans son naufrage.
    À voir combien de naïfs électeurs suivent aveuglément le pipeau de Till Eulenspiegel, le hold-up électoral de Macron réussira.

    J'aime

    • Anne 12 février 2017 / 18 h 01 min

      Fillon se fait hara-kiri ? On l’aide un peu, non ?

      J'aime

      • Souris donc 12 février 2017 / 20 h 16 min

        Oui, Anne, les mêmes qui ont eu la peau de Bérégovoy, le Canard Enchaîné, à propos d’un prêt.

         » Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme et finalement sa vie, au prix d’un double manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de notre République, celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d’entre nous. »
        Je n’aime pas la Mitte, mais là, c’est beau et vrai.

        Je ne sais où j’ai lu cette définition : au Canard Enchaîné on attend à la machine à café la délation qu’on publie pourvu qu’elle nuise, puis on s’intitule « journaliste d’investigation ».

        J'aime

    • nouratinbis 12 février 2017 / 18 h 41 min

      Eh oui, c’est bien pour cela qu’ils cherchent tous à nous
      placer Macron, comme une bonne grosse matraque à Dudule.
      Et ils y arriveront, c’est pratiquement sûr!
      C’est con la démocratie, pas vrai?
      Baïeta.

      J'aime

  6. Anne 12 février 2017 / 17 h 57 min

    Tout part en quenouille avec une rapidité stupéfiante.
    Je ne peux m’empêcher de croire qu’ il y a un plan orchestré par des puissances qui ont un gigantesque intérêt (financier) à promouvoir cette mondialisation galopante, avec son cortège d’immigration qui sape et détruit la civilisation occidentale.

    Avec quelques complicités actives volontaires (Attali-Macron), et les pions/idiots utiles (tous les autres, Culbuto, Médias, « Justice « ,etc).
    C’est valable partout.

    Les Américains ont résisté momentanément à l’intégration à cette mixture non-identifiée avec Donald, et les Anglais avec le Brexit.
    Si le troupeau bêlant français ne voit pas le piège et élit Macron, nous ne nous en sortirons pas.

    Ce charmant jeune homme (qui a assuré l’exemplaire Dudule de son soutien), soi-disant sans programme, a pourtant tout révélé à Lyon en affirmant qu’ il n’y avait pas de culture française !!
    C’est une bombe ! Qui aurait dû initier des débats…pas vraiment en sa faveur ?
    Juste un petit article dans Le Fig et dans Causeur, ces propos étant consciencieusement occultés partout ailleurs !!!

    J’en ai la nausée…
    Comme aurait dit Raimu, nous sommes dans un sacré pétrin !

    Gros bisous vraiment désespérés, après cette semaine de merde et avant la prochaine que je subodore encore pire !
    Amitiés et bises à tous.

    J'aime

    • nouratinbis 12 février 2017 / 18 h 43 min

      En effet, le moins qu’on puisse dire est qu’il n’y a pas grand
      chose de bon à espérer… la bêtise de l’électeur fera le reste…
      Bisous résignés.

      J'aime

  7. Souris donc 12 février 2017 / 17 h 57 min

    Ici en terre rurale, la matraque dans le cul fait hurler de rire absolument tout le monde. Au mépris de toute indignation solidaire que les médias (sauf RTL dont ils ont cramé une voiture, faut pas exagérer) voudraient nous voir partager.

    J'aime

  8. Jean-Jacques Soyeux 12 février 2017 / 18 h 00 min

    les deux vieux croulants responsables de ce merdier sont toujours là et nous coutent un bras sinon les deux.Quand à Dudule,il à goûté du bidule.Bien sur on ne parle pas des viols et des vols
    dans les quartiers insensibles;cépagrave!Salauds de keufs’ s’attaquer à une gentille racaille en survetement,m’enfin les braves gents defilent pour réclamer la justice,leur justice qui ne doit pas ressembler à la notre.
    Amitiés

    J'aime

    • nouratinbis 12 février 2017 / 18 h 47 min

      @ Souris Donc
      Ouh là! C’est vraiment pas bien ça!
      Il faut leur expliquer à vos petits copains terreux que
      le Dudule c’est une victime, sans quoi comment feraient
      ils pour s’en apercevoir?
      Amitiés.

      J'aime

  9. nouratinbis 12 février 2017 / 18 h 49 min

    @ Jean Jacques
    Leur justice, le jour où ils nous la feront déguster, nous regretterons
    vraiment de ne pas avoir collé au mur les deux kroums en question!
    Amitiés.

    J'aime

  10. elba 12 février 2017 / 19 h 34 min

    Ce que je ne comprends pas, moi, c’est qu’à chaque fois qu’il se passe quelque chose entre les forces de l’ordre et les djeuns des quartchiers il y a ensuite des festivals nocturnes avec feux d’artifice le soir même, et parfois pendant plusieurs jours : que les flics soient punis ou non, il y a toujours de pauvres gars (ou filles) qui perdent leur voiture dans tout ça.
    Et les assurances ne donnent pas grand-chose aux gens qui ne possèdent pas de voitures neuves… Comment ils sont dédommagés, ces messieurs-dames « toulmonde » qui n’ont plus de véhicule pour aller travailler le lendemain ?
    Il faut admettre tout de même que certains ont vraiment la « culture » de la pyromanie et de la casse en tous genres !
    Ca, ça me met en colère aussi.

    Pour ce qui est des élections, c’est vraiment du jamais vu. Ca dégoûte vraiment aussi. Mais ne soyez pas si pessimistes : pourquoi elle ne passerait pas, la Marine ? Je garde espoir. Même si je me demande si on peut lui faire confiance à elle aussi… « Un pour tous… » vous connaissez la suite qui finit en « …ris ».

    Merci Nouratin. Je vous admire d’utiliser des vocables qui n’ont pas cours régulièrement dans notre belle langue française (« coruscant », pour ne donner qu’un exemple… « propiciatoire » pour en donner un second.) Si je connais la définition de ces mots, je ne parviens jamais à les employer dans mon langage courant.

    Plein de bisous pour vous, ainsi que pour René, Mamedjo, Suri… et tout le monde. ♥

    J'aime

    • Anne 12 février 2017 / 22 h 06 min

      Elba, tu as bien raison de noter le très riche vocabulaire de notre hôte !
      J’avoue qu’ hélas ces mots ne me viendraient plus à l’esprit.
      Gageons que dans peu de temps, on ne connaitra même plus leur existence…quand on voit la misère des manuels scolaires actuels !
      Bises et bonne soirée 😊

      J'aime

      • elba 12 février 2017 / 23 h 06 min

        Eh oui, Anne. Le langage des nouveaux quartchiers nous parle de teuf, de meufs et j’en passe. Hélas !
        Et lorsque l’on lit des commentaires sur le net, nous sommes obligés de gober les fôtes d’ortograf à chaque ligne ou presque. Même dans les articles de presse sur le net ce n’est pas rare.
        Snif !
        Gros bisou à toi également.

        J'aime

    • nouratinbis 13 février 2017 / 18 h 23 min

      L’avantage de l’écriture c’est qu’on peut de temps en temps
      coller des mots de ce genre là…
      Sinon, pour le reste, rien d’enthousiasmant en effet et la mère
      Le Pen n’inspire pas plus confiance que ses petits camarades
      politicards, y a juste qu’elle dit certaines choses que les autres
      gardent pour eux.
      Des tas de bisous.

      J'aime

  11. elba 12 février 2017 / 19 h 39 min

    Mince, je me suis relue après coup… Les festivals nocturnes ne durent pas « plusieurs jours », mais « plusieurs nuits »… Pardon pour … l’oxymore ? C’est ça ?
    Re-bisous.

    J'aime

  12. Anne 12 février 2017 / 21 h 34 min

    @ souris donc

    J’adore les « il s’y est pris comme un manche » ! Mais quoiqu’il ait dit ou fait le résultat doit être le même, il doit disparaître du paysage, point barre. Et ils disposent de tous les leviers pour ça.

    Journaliste d’investigation, kézaco ? Investiguer sur Macron et la libéralisation des bus (Flixbus / copain de chez Rothschild), ou la semi libéralisation des grossistes en pharmacie trustés par un fonds de Rothschild ?

    Davet et Lhomme, que l’on nous présente comme tels, et qui n’ont eu qu’ à brancher leur micro sur invitation de Narcisse 1er..?

    Et une p’tite enquête sur Bayrou, au hasard ? Membre de l’organigramme de France Galop encore en 2007, je ne sais pas aujourd’hui (Pt Édouard de Rothschild + tous les De machin trucmuche français) : monsieur qui déteste tant l’argent de Fillon est propriétaire de onze chevaux de course, excusez du peu !
    Il assure ces frais exorbitants grâce aux indemnités de maire de Pau ? Ses très anciennes indemnités de député ? Son ex salaire de prof ? Avec 5 enfants…

    Ce qui me tue, c’est que les veaux vont gober ce véritable coup d’état dans un gvt des juges qui se sont octroyés le droit de dire la morale !
    Comme le conseillent Nouratin et Pr Calguès, il nous reste à faire provision de vaseline.

    Pardon c’est trop long, mais je suis très en colère et cette impuissance me mine !😠

    J'aime

  13. carine005 12 février 2017 / 21 h 53 min

    A mon humble avis, c’est encore plus simple et bien pire que çà.
    Theo ne savait pas comment dire à Papa Maman qu’il en est, comme disait plaisamment feu Fernandel.
    Et c’est le seul scénario qui lui est venu à l’esprit.
    Comme ça, ils savent qu’il n’est plus vierge ^^.
    D’accord, c’est une sortie de placard qui nous coùte cher, mais on a l’habitude.
    Outcomingzibousques.

    J'aime

    • nouratinbis 13 février 2017 / 18 h 26 min

      Je crois que tu as raison, ça explique tout!
      Mais comme tu dis ça fait cher le coming out!
      J’allais dire « qu’il aille se faire f… » mais ça ira
      comme ça.
      Bisodozoumigrotes!

      J'aime

  14. Boutfil 12 février 2017 / 23 h 09 min

    faut dire aussi qu’avec des flutiaux qui arrivent sous leurs augustes petits culs, la matraque à vite fait de glisser ! le Dudule, c’est un dealers bien connu des services, un de ces petits commerçants sans ursaff, , alors bon, les flics ne sont pas raisonnables non plus, aller chercher des noises à des honnêtes artisans, ça les fâchent, du coup, ils foutent le feux , quoique quand ils grillent une voiture de journaleux, j’aurai plutôt envie de rigoler, comme la matraque ça m’a fait bien rire, pour une fois que c’est ceux qui nous traient d’enc… qui se retrouve dans cette situation, c’est le bonheur !
    gros bisous pour toi et tournée spéciale pour René et Suri

    J'aime

    • nouratinbis 13 février 2017 / 18 h 28 min

      Mince alors, ils sont allés enfiler un droguiste! Ils n’en font
      jamais d’autres ces cognes!
      Gros bisous.

      J'aime

  15. atoilhonneur2 12 février 2017 / 23 h 12 min

    D’abord, c’est pas une grosse matraque, pas même un tonfa, et heureusement pour Dudule, c’était une simple matraque télescopique dont le bout, celui qui est entré dans le cul de Dudule ( pardon, mesdames) ne doit pas faire plus de 1 cm de large. Soyons précis avec le déroulé des évènements, Nouratin, svp, merci.
    La finesse de l’engin permet d’imaginer qu’au cours de la bagarre il ait pu accidentellement frapper à la porte du trou à Dudulle et y pénétrer sans y être invité quitte à transpercer jogging cradingue et caleçon second choix.
    Et c’est ainsi que l’IGPN a conclu à une violence accidentelle.
    Le pb, c’est que pour expliquer tout cela au grand public, c’est pas simple alors on fait comme si que ce fut un viol avec une grosse matraque et roule ma poule: salauds de flics !
    Ceci dit, toute personne ayant subi outrage postérieur ( qualifié plus tard de déchirure rectale sur plus de 10 cm ) peut à juste titre se demander comment le brave Dudulle a pu se relever et marcher, certes bien encadré, jusqu’à la voiture de police en boitillant à peine… Je dis ça, je dis rien, passons…

    Quant à ce qui nous sert de Président, sa visite à Dudulle n’était-elle pas le meilleur moyen de désigner, sans autre forme de procès ni même enquête,  » la police assassine  » ? La jeunesse qui a manifesté à Bobigny lui en est gré. Il mériterait le même sort que Dudule, mais avec un tonfa !

    Voilà, c’est tout ce que j’avais à dire ce soir.
    Amitiés
    Corto

    nb: au fait Dudule avec un  » l  » ou deux « l  » ?

    Aimé par 1 personne

    • elba 13 février 2017 / 9 h 24 min

      Bonjour et merci de tes précisions, toilhonneur2. Je m’imaginais effectivement une matraque plus grosse, et me demandais comment les policiers avaient pu faire en un si court instant.
      Notre Moudubulbe va t-il rendre visite aux policiers à présent ? : http://echelledejacob.blogspot.fr/2017/02/bobigny-3-policiers-battus.html#more

      En tous les cas, j’ai allumé BFM ce matin pour une fois, pour regarder la météo (hier matin à peine 1°, il a même neigé un peu, et ce matin même heure 10°… la météo est aussi folle que le reste du monde…) donc, chez BFM ils ne parlent pas du tout des policiers blessés, mais encore aujourd’hui, « le pôvre Dudule » est encore à la une chez les merdia… Les journalistes ont même trouvé un « Alexandre » qui aurait subi le même sort que lui, auparavant.

      Decathlon pillé, voitures brûlées, abribus et vitrines cassées… Dudule est un beau prétexte pour « faire la fête ».

      J'aime

    • nouratinbis 13 février 2017 / 18 h 33 min

      Moi, Dudule je mets un seul L mais avec deux ça marche aussi, comme
      pour le célèbre GLLOQ, sauf que Dudule les deux L il ne les a pas là car
      la place est prise.
      En tout cas, tu veux que je te dise: c’est un « cul serré », ce Dudule!
      Merci pour ces précisions.
      Amitiés.

      Aimé par 1 personne

  16. adcral 13 février 2017 / 9 h 12 min

    Aujourd’hui avec les kamis les babouches les niqab les hidjab les burqa et tout le tuttim c’est carnaval tous les jours.

    J'aime

    • Soyeux j-j 13 février 2017 / 11 h 03 min

      Bonjour Gérard,on se cache???
      J-J S

      J'aime

      • Gérard 13 février 2017 / 19 h 35 min

        On se cache pas, je n’arrive pas à me défaire de ce truc ! Amitiés

        J'aime

    • Souris donc 13 février 2017 / 11 h 29 min

      Adcral, dans les déguisements, ajouter le burkini. Sans la moindre délicatesse (qui ne fait pas partie de leurs 500 mots de vocabulaire), le 14 juillet, drame de Nice. Le mois suivant, ils trouvent le moyen d’attirer sur eux les projecteurs et de SE victimiser avec le burkini.
      Un mois après les 75 morts de Nice. En invoquant la décence…

      J'aime

      • Gérard 13 février 2017 / 19 h 40 min

        Oui, leur façon à eux de se foutre de nous ! Et il ne faudrait pas être islamophobe !!!!

        J'aime

    • nouratinbis 13 février 2017 / 18 h 34 min

      C’est vrai aussi, dans certains endroits on se croirait revenus
      aux années soixante…enfin, bon, vu sous cet angle, n’est-ce pas…

      J'aime

  17. mamedjo 13 février 2017 / 11 h 30 min

    un petit bonjour en guise d ‘au revoir peut être. je retourne a l’hosto tout a l’heure et j’espère bien qu’on va me donner une prime de fidélité même si grace a Dieu et aux gens qui pensent , on fait la rate dans une ville le foie dans une autre et le pancréas dans une troisième …quelques kilomètres a faire pour le mari éploré , en attendant le regroupement des trois hostos en un seul , loin de toutes les villes de nord deux sèvres, qui desservira principalement les lapins , par des chemins de terre car ils ont pensé a tout sauf aux routes nécessaires pour ce rendre dans ce lieu de soins de délices et d’économies .
    la politique me gave, je suis montée a l’ordi pour le fermer , (un quart d’heure d’effort pour monter l’escalier en serrant les dents ).
    je vote de Gaulle a la prochaine si je suis là, sinon j’attends René à la porte puisqu’on part sans doute par le même train ou presque…c’est la vie c’est pas triste et c’est le seul moyen qu’on a pour que l’on ne nous fasse plus chier .
    je suis contre les controles systématiques de l’identité des gens dans les quartiers 100 cibles …il serait plus judicieux de faire un mur sans porte tout autour de ces putains de lieux , le beau monde qui nous aime pas serait heureux sans nous sans nous voir, sans nos coutumes …et nous donc !
    bisous chaleureux a vous tous

    J'aime

    • Soyeux j-j 13 février 2017 / 11 h 38 min

      Bisous à vous Mamedjo et bon courage pour la suite.Bisous

      J'aime

    • René de Sévérac 13 février 2017 / 11 h 42 min

      MamedJo, bon séjour à l’hosto !
      Et bon retour à la maison où vous attend un bisou que je vous adresse 🙂

      J'aime

    • elba 13 février 2017 / 13 h 08 min

      Je penserai très fort à toi, Mamedjo… en attendant ton retour à la maison. Merci de ton p’tit mot. Figure-toi que j’ai eu la même idée que toi, à savoir un mur tout autour des quartchiers. Pas de police : ils se débrouillent entre eux.
      Avant ça, il faudrait tout de même faire sortir tous ceux qui aiment la France et ne cassent rien.
      Plein de gros bisous pour toi. ♥

      J'aime

    • Boutfil 13 février 2017 / 17 h 26 min

      une grande pensée pour toi Mamedjo , prends bien soin de toi, nous t’attendons pour tes prochains billets , je t’embrasse

      J'aime

    • Souris donc 13 février 2017 / 17 h 57 min

      Bisous, Mamedjo, et attention en traversant, on a vite fait de se prendre une matraque par les temps qui courent.

      J'aime

    • nouratinbis 13 février 2017 / 18 h 37 min

      Jo, tu sais ce que je te dis…et je suis de tout cœur avec toi.
      Finis en vite avec ces conneries et reviens nous en pleine forme!
      Courage et gros bisous.

      J'aime

    • Gérard 13 février 2017 / 19 h 37 min

      Courage, Mamedjo, on est avec vous au moins par la pensée et l’espoir. Bises

      J'aime

  18. G.Mevennais 14 février 2017 / 11 h 12 min

    Je me joins à tous, Mamedjo, pour vous soutenir dans vos épreuves, cette « chaine » d’amitié sur « nos blogs » démontre qu’il reste toujours un espoir et réconforte.
    Bises.

    Gilles

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s