L’essentiel

Aujourd’hui je manque de temps, alors j’irai à l’essentiel… Oui mais l’essentiel jessépaçékoi, comme on dit si joliment aujourd’hui! S’agirait-il des « Journées du Patrimoine » qui permettent à nos concitoyens médusés d’aller baver d’admiration sous les ors de la République -lesquels dans la plupart des cas nous viennent du temps honni des Rois de France- et à nos Ministres les plus obscurs de faire les intéressants devant les caméras? J’en doute, car si le patrimoine national revêt une importance fort appréciable, les petites attentions qui lui sont consacrées deux jours par an me laissent d’autant plus froid qu’il ne me viendrait jamais à l’idée de me coltiner deux heures de queue à seule fin de visiter la Mairie ou la Sous-Préfecture (ben oui, en Province on fait avec ce qu’on a). L’essentiel se trouve donc forcément ailleurs et la consultation de la presse devrait me permettre d’y voir plus clair.
J’empoigne donc Le Figaro -on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a- et j’y trouve en première page (façon de parler, je suis un garçon moderne, moi, le baveux je le consulte sur Internet):
– La nouvelle méthode de calcul des A.P.L. ce dont je me fous comme d’une guigne, vu que les machins en question, inutile de vous dire que je n’en ai jamais vu la couleur;
-Le retour du jeune Loup Bureau (ès propi lou bureau, comme on dit chez moi), « reporter indépendant » jeté au cul de basse fosse par des Turcs qui devaient avoir leurs raisons. Macrouille et Le Driant viennent de récupérer ledit folliculaire, avec, paraît-il, l’aide discrète de Culbuto dont tout le monde sait qu’en sa qualité de tête de ressortissant à lui, le Dictateur d’Ankara l’apprécie au plus haut point. Cela dit en dehors de l’intérêt communicatoire de l’évènement pour les personnalités précitées, j’ai l’honneur de vous faire connaître que le retour de ce garçon, je m’en fous complètement.
-Après vous trouvez le Hamas qui fait un pas en direction de Mahmoud Abbas, l’article ne précisant pas s’il s’agit en l’occurrence d’un pas de géant ou d’un pas de clerc, à moins qu’il ne s’agisse d’un pas de tir, voire d’un pas de bourrée (auquel cas il conviendrait de consulter Martine Aubry). En tout état de cause, nous attendrons de plus amples précisions avant de prêter à l’évènement l’importance qu’il pourrait revêtir si, par impossible, la Bande de Gaza et la bande de salauds qui l’occupent se mettaient tout à coup à renouer le dialogue avec les Palestiniens du Fatah, ces derniers se trouvant très estimés des bien-pensants. Pour le moment laissons le sujet aux pisse-copie en mal de scoop, et passons à la suite.
-La Fête de l’Humanité! Ho putain! Question essentielle s’il en est, naturellement puisqu’il s’y traite de la querelle entre le stalinien Laurent et le bolivarien Méluche. Le torchon brûle entre ces deux brontosaures du marxisme triomphant de grand-papa…laissons le brûler et essayons de passer aux choses sérieuses, il serait temps!
-Attentat de Londres (ah, tout de même!) interpellation d’un second homme ce matin, après perquisition dans la très chic maison d’un vieux gentleman au dessus de tout soupçon… un bienfaiteur de l’humanité décoré naguère par Her Majesty pour son action en faveur des enfants abandonnés issus de l’immigration! Tiens, on dirait, pour le coup, qu’on s’approcherait de l’essentiel. Curieux comme histoire, d’autant que ce genre d’info, vous la captez au vol, comme ça, en laissant traîner l’oreille du côté des radios dont les chroniqueurs imprudents et pressés diffusent ce qu’ils apprennent, avant même que le black-out ait le temps d’être prononcé. Ce que je vous raconte là, je ne l’ai pas trouvé dans Le Figaro, ni même ailleurs, juste ce matin au petit déjeuner sur un truc genre Europe 1 ou RMC, je ne sais trop. Apparemment fallait pas le dire… ben oui, vous comprenez si un humanitariste de haut-vol, estampillé, reconnu, honoré et tout le bazar,  se retrouve mouillé dans une histoire d’attentat djihadiste, faut pas déconner, on n’en parle pas avant d’en savoir plus… et même pas du tout, tiens, comme ça on est sûr de ne pas commettre le moindre impair: mince, Sir Machintrucbidull, avec sa jarretière accrochée par Elizabeth II soi-même et en personne, à son âge, avec ses rhumatismes, ses varices, son lumbago chronique, la pauv’ vieille, tout de même, vous n’y pensez pas! Remarquez, cela vaut pour les media franchouilles, certes mais pour les journaux rosbifs vous pouvez toujours vous fouiller. La une du Sunday Times, aujourd’hui, portait une grande photo de la Reine en train d’épingler une médaille sur le poitrail d’un vieux birbe en redingote accompagné de sa super-plantureuse mémère; le titre « Terror police raid home of honour couple » chapeaute un petit article malheureusement illisible sur You Tube… On n’en saura donc pas plus sur ces bienfaiteurs de l’humanité hors d’âge qui justifient une descente de police à leur domicile de banlieue hyper-classe, avec installation d’un périmètre de sécurité de cent mètres tout autour et surveillance par une bonne centaine de flics en tenue de combat. Ces derniers ont laissé une minute aux bourges du quartier pour décamper de chez eux après quoi, fouille généralisée. Ils cherchaient la fabrique d’explosifs! Dommage que nous n’ayons pas la liberté de la presse, en France macronnisée, cela m’éviterait d’aller chercher les informations à l’étranger et le plus souvent dans des langues à la con à peu près incompréhensibles comme l’anglais, tiens, un patois barbare! Si Jeanne d’Arc ne les avait pas virés de chez nous, ces pignoufs, ils se seraient forcément mis au français, merde, ça fait réfléchir, non?
En tout cas, ils n’échappent pas non plus aux petits travers des pays d’immigration, les rigolos d’Outre-Manche: l’auteur présumé de l’attentat venait juste d’être arrêté…puis relâché! Vous comprenez, si l’on devait garder tous ceux qui sont suspects ou potentiellement dangereux, il faudrait transformer l’ensemble des bâtiments publics en prisons de haute sécurité, y compris Buckingham Palace, parfaitement! Elle ne voudra jamais, Elizabeth, vous pensez…c’est peut être pour ça qu’elle décore les dhimmis…

Cela dit, moi, comme je vous le disais, je cherche l’essentiel, ça urge parce que les attentats c’est sans doute la routine, De tout côté on n’entend plus que ça!, mais de là à dire que c’est tout ce qui compte, pas vrai? Non, grâce à Dieu… pas à Allah, bien sûr, et merde! Voilà le hic, quand dans un pays vous avez affaire à deux Pères Éternels qui ne pensent pas du tout la même chose, vous ne savez plus, c’est bien le cas de le dire, à quel saint vous vouer.
Ah, il est loin le temps des curés en soutane qui vous balançaient la Vérité Révélée, avec pour seuls contradicteurs les laïcards et autres libres-penseurs, lesquels n’emmerdaient pas le monde en se risquant dans le domaine épineux de la religion. Les mécréants c’était sympa, ça prenait les choses à la rigolade, ça blaguait gentiment les prêtres catholiques en les brocardant notamment au titre de prétendues histoires de cul, chose qui réjouissait quasiment tout le monde, à l’exception de quelques bigotes ainsi que des putes spécialisées dans l’ecclésiastique dont le bizness s’en trouvait, sinon affecté, tout au moins considérablement compliqué en raison des précautions extrêmes qu’il leur appartenait de prendre pour protéger leur clientèle. C’était toutefois le bon temps et le bon clergé, l’arrivée des imams permet, a posteriori, de bien s’en convaincre. Désormais nous voilà confrontés à deux catégories de révélations, la vieille et l’importée récente; en général, quand les anciens en trimballent un grand coup dans l’aile, ce sont les petits nouveaux qui prennent le dessus… nous n’y échapperons pas, je le crains!
Et nous les regretterons, nos vieux curés qui s’en allaient, en civil et en douce, tremper le biscuit à la ville voisine… « Jamais dans sa paroisse », telle était leur devise! Manque de pot ils n’y parvenaient pas toujours, parfois ils tombaient amoureux sur place, les pauvres types, et là ça devenait beaucoup plus dur…si j’ose m’exprimer ainsi.

Parce qu’en réalité il réside bien là, l’essentiel dont je cherchais éperdument la trace. L’essentiel c’est l’amour… enfin pas l’amour de Dieu, vous m’avez compris, ça c’est réservé à une élite, non l’amour quoi, comme ça par exemple, le truc qui vous prend et qui met beaucoup de temps à vous lâcher…si jamais il vous accorde un jour la grâce de vous foutre enfin la paix. Pas la peine d’aller fouiller plus loin… mais cela peut vous tomber dessus un jour, sans crier gare, comme disait le chef du même métal, celui qu’on prétendait cocu, dans le temps, et qui devait probablement en souffrir mais évitait scrupuleusement, toutefois, que ses états d’âme perturbassent si peu que ce soit le trafic ferroviaire… je vous parle d’un temps où la conscience professionnelle l’emportait sur tout, même sur l’essentiel!
Le problème avec cet essentiel là, c’est qu’il joue souvent à sens unique. En pareil cas ça fait très mal et c’est alors que vous mesurez vraiment l’étendue du désastre…du coup tout le reste vous semble vachement secondaire. Je ne souhaite ça à personne, vous voyez, mais bon c’est beaucoup moins dangereux pour la société que le fanatisme musulman ou bien la guerre de corée , encore que sur ce dernier point je ne sois pas totalement sûr de mon fait, après tout il n’est pas forcément aussi méchant qu’il en a l’air, Kim Jung Un (deux, à trois je fais tout péter), comparé à Cupidon on le croirait presque inoffensif, surtout qu’il ne montre pas sa quéquette à tous les passants, lui, le Kim…encore heureux!

Amitiés à tous, faites bien gaffe où vous mettez les pieds…et le reste.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

23 réflexions sur “L’essentiel

  1. Isabelle 18 septembre 2017 / 0 h 38 min

    🙂

    L’Essence Ciel,

    Bien a vous toustes, meilleures pensées,

    J'aime

  2. Jean-Jacques Soyeux 18 septembre 2017 / 5 h 49 min

    l’essentiel c’est d’avoir un billet bien fagoté le dimanche soir.Amitiés.

    J'aime

  3. Pangloss 18 septembre 2017 / 6 h 42 min

    Tu as raison c’est l’essentiel.
    Amicalement.

    J'aime

  4. Boutfil 18 septembre 2017 / 8 h 22 min

    les chagrins d’amour,pour qui ne les connaitraient pas, sont en général précédés d’un moment de douce euphorie, mais ils vous ramènent vite fait dans la réalité du monde, c’est pour ça, qu’une fois qu’on y a gouté, faut les éviter comme la peste et l’islam réunis
    l’essentiel c’est de le savoir,
    gros bisous

    J'aime

  5. nouratinbis 18 septembre 2017 / 11 h 43 min

    Exact, y a pas pire!
    Mais bon, on fait pas toujours ce qu’on veut…
    Gros bisous.

    J'aime

  6. carine005 18 septembre 2017 / 11 h 50 min

    Dans nos contrées agitées, il est bien difficile de distinguer l’essentiel et de lui faire un sort blogueux.
    Mais tu réussis très bien alors que moi, j’ai du mal avec tout ce qui se passe.
    J’arrive difficilement à choisir.
    Alors je ne choisis pas, je vais lire les copains.
    Navrée de lire que tu as connu un amour à sens unique et j’espère que tu vas mieux..
    Grozibouilles à toi et tous.

    J'aime

  7. nouratinbis 18 septembre 2017 / 12 h 36 min

    Merci beaucoup, c’est sympa…bon, tu sais à mon âge on ne se fait guère
    plus d’illusions, ou en tout cas elles se dissipent vite.
    Bourateaugirouzogx!

    J'aime

  8. PR CALGUÈS 18 septembre 2017 / 16 h 13 min

    Toujours aussi plaisant à lire.
    Amitiés.

    J'aime

  9. Anne 19 septembre 2017 / 15 h 54 min

    Superbe billet Nouratin…et très beaux poèmes en liens !
    En fait, quitte à ce que ce soit très douloureux, je me demande si l’essentiel n’est pas d’avoir pu ressentir ces profondes émotions…
    On sait au moins que l’on est vivant, contrairement à tant de nos congénères qui semblent traverser leur plate existence avec tant de facilité qu’ elle me paraît un peu dénuée d’intérêt.

    Une façon commode de positiver, une fois que la cicatrice ne gratouille plus qu’ épisodiquement ? Sans doute aussi…

    Gros bisous très empathiques

    J'aime

  10. Isabelle 19 septembre 2017 / 18 h 30 min

    Nouratin,

    Vous me faite peine …. tristounet gros nounours,

    En espérant pouvoir vous aider a passer le cap,

    Si c’est douloureux, ce n’est pas de l’amour! Mais de l’attachement. Attache (chaînes) ment (abuse) Deux mots négatifs.

    Pensez a la fable du loup et du chien. 😉

    Que notre joie demeure,

    Bien a vous touste,

    J'aime

    • nouratinbis 19 septembre 2017 / 22 h 05 min

      Oui, Le loup et le chien, bonne idée…promis j’essaie.
      Amitiés.

      J'aime

  11. carine005 21 septembre 2017 / 12 h 37 min

    C’est tout récent alors, ta peine de coeur ?
    Courage !
    Gros bisous ovomaltinés !

    J'aime

  12. nouratinbis 21 septembre 2017 / 13 h 10 min

    Ce n’est pas tout récent mais ça ne passe pas…c’est bien embêtant!
    Merci, quoi qu’il en soit.
    Zigroballotbouxis!

    J'aime

  13. G.Mevennais 21 septembre 2017 / 14 h 05 min

    Ben merdalors, j’arrive juste à l’instant et j’apprends que l’ami Nouratin a le moral dans les chaussettes ! Eh oui…. voilà une bonne leçon de psycho., ceux qui nous font rire, et Dieu sait que vous en faites partie, ont, également, une vie privée avec ses joies et ses peines. Il y a des « blessures » dont on ne guérit jamais tout à fait, et les traumatismes psychologiques et/ou sentimentaux, en font partie. On ne peut rien contre les peines de coeur, sinon assurer de son soutien et de sa compassion, mais c’est bien peu de choses, en tout cas il va sans dire que, que c’est sincère. Tenez le coup, cher ami, la vie est si courte que nous n’avons plus l’âge d’en perdre une seule journée…..mais je suis bien conscient que c’est tellement plus facile à dire qu’en mettre en application.
    Bien à vous et sincères amitiés.
    Bonne semaine à tous.
    Gilles

    J'aime

  14. SOYEUX JEAN JACQUES 24 septembre 2017 / 14 h 34 min

    Amitiés pour ces moments difficiles.
    JJS

    J'aime

  15. elba 7 octobre 2017 / 17 h 03 min

    J’ai connu ça, Nouratin. Et tant d’autres aussi ! Je dirais comme Anne : avoir ressenti et partagé, c’est une belle expérience. Et la vie n’est-elle pas une succession d’expériences ?
    Et puis, si l’on y réfléchit bien, tout a une fin. D’une façon ou d’une autre.
    (Bien obligés de se faire une raison, pour qui ces choses adviennent ! 😉 )

    L’essentiel, comme vous dites, c’est de ne jamais cesser d’aimer. Aimer se décline de tellement de façons ! On aime nos amis, nos enfants, … et quelque part, il y a toujours quelqu’un qui nous aime.
    Peut-être pas forcément comme nous l’aurions voulu ? Mais qu’importe !

    Je vous dirais que je n’aime pas ce vers de Léo : « avec le temps, on n’aime plus ». Parce que pour moi, si l’on n’aime plus, on ne vit plus.

    Gros bisous d’amitié. Gardez le moral.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s