Le Grand Charlemagne, mon père…

De vrais malotrus nos concitoyens de la Guyane! Surtout le Collectif « Pou Lagwyan Dékolé »! Même pas foutus de recevoir civilement le gentil petit Présipède, venu de si loin pour leur apporter la bonne parole de La République en Marche -quitte à se frayer un chemin au sabre d’abattis- tout en se montrant attentif aux petits problèmes que les élus locaux pourraient lui soumettre… A condition bien entendu de ne pas le faire suer avec des revendications déplacées, style « Manu des sous! ». Il le leur a sorti d’emblée, d’ailleurs, dès sa descente d’avion: « Je ne viens pas jouer les Père Noël car les Guyannais ne sont pas des enfants » voilà qui est parlé! Et cela apparaît d’autant plus méritoire que le seul exemplaire de la population franco-amazonienne connu de notre petit Jupiter restait probablement la dame Taubira, dont on a pu naguère se demander à maintes reprises si elle n’était pas un peu retombée en enfance, notamment en la voyant débouler dans la cour de l’Élysée sur son petit vélo, affublée de son petit casque qui la faisait si joliment ressembler à un gland (j’évoque juste le fruit du chêne, qu’allez vous imaginer!).
Manque de pot, les énergumènes de « Pou Lagwyan Dékolé » c’était bien Papa Noël qu’ils attendaient de pied ferme! Ben oui, que voulez vous, là bas, à part Ariane 5, y a que dalle qui « dékolé » et la prospérité censée sourdre des hautes technologies spatiales, le « Lagwyan » de base n’en voit pas la couleur, il se contente du RSA, le mec…vous me direz qu’il n’en branle pas une, c’est vrai mais en même temps, à part « nos ancêtres les Gaulois » et les plaies historiques de leur beau pays, victime à la fois de l’esclavagisme et du bagne, la République ne lui a pas appris grand chose au natif de Cayenne ou de Saint-Laurent du Maroni. Alors il se retrouve déçu, n’est-ce pas, de devoir se contenter de beaux discours au pied du sapin factice ( ce ne sont pas les arbres qui manquent dans ces coins-là mais allez donc coller un wacapou ou un simarumba en plein milieu du salon, vous m’en direz des nouvelles).
Au moins, les mecs d’avant, les sbires de Culbuto et de Vallsounet, venaient-ils avec des promesses de milliards plein les fouilles…même si on n’en voyait jamais trop la couleur, ça faisait passer un bon moment, ça refilait de l’espoir, ça faisait briller les yeux du bon descendant de « neg marron »! Et l’autre bouffi qui leur bousille le rêve sans même avoir la délicatesse de venir se laisser couvrir d’œufs pourris, de mollards et d’injures par la populace! Pendant qu’on l’attend devant le commissariat avec fourches, manches de pioche et barres de fer, il se balade à l’autre bout de la ville dans les quartiers sans-cible vidés de leur population la plus hostile! Un futé-rusé, le mec, y a pas! Il se permet même de leur faire remarquer gentiment que chez eux ça pue le shit à pleins naseaux, sans toutefois leur en faire vraiment reproche bien sûr, il faut vivre avec son temps, même sous l’équateur.
Alors voilà, le petit Jupin n’a pas manqué à ses devoirs, il a visité la Guyane, comme tous ses prédécesseurs, dont acte. Il y a fort à parier qu’il n’y mettra plus les pieds car ce genre de chose se fait une fois, s’avale comme une purge et ensuite s’oublie. Il lui reste encore tant de coins de notre pays à visiter,  Montluçon par exemple, tenez, pourquoi ne se rendrait-il pas à Montluçon, ce garçon? C’est moins loin -donc moins coûteux- que Cayenne et, dans son genre, c’est tout aussi sympa. Et je ne vous parle même pas d’Andorre! D’accord ce n’est pas la France, Andorre, ce qui n’empêche pas Macrouille d’en porter la couronne, qu’il partage, en tant que coprince,  avec son petit camarade l’évêque d’Urgell …en Catalogne!
En creusant un peu, on s’aperçoit que cette petite principauté montagnarde et paradisiaque -au moins dans l’ordre fiscal- possède une langue officielle: le catalan! Et un hymne national « El gran Carlemany », lequel se chante en ladite langue avec des paroles commençant ainsi: « El gran Carlemany mon pare, dels Arab em deslliurà« , vous voulez la traduction? Ah bon, vous n’entendez point le catalan… regrettable, surtout par les temps qui courent…allez, je vous la fais parce que c’est vous, mais attention, ça secoue! Alors voilà, ça dit comme ça: « Le grand Charlemagne, mon père, nous délivra des Arabes »! Celle-là, elle vaut son pesant de llonganissa, (leur grosse saucisse, aux Andorrans), ne trouvez vous pas? Alors vous l’imaginez Macrouille, avec sa petite demi-couronne de coprince sur la moitié de la tronche, vociférant à pleins poumons et la main sur le cœur « Le Grand Charlemagne, mon père, nous délivra des Arabes »? Même en catalan avec l’accent d’Amiens ça reste du très lourd, pas vrai? Moi, jusque dans mes rêves les plus fous, j’ai énormément de mal à concevoir! Trop grandiose, trop merveilleux, un vrai conte de fées pour grandes personnes!
Seulement voilà, du coup ils y vont très peu en Andorre, nos Coprinces républicouilles franchains, je veux dire républicains franchouilles! Comment voudriez vous qu’ils passent le cap de l’hymne, hein? Foutus, cuits, niqués! C’est que les gens de là-bas, ils y tiennent à leur Gran Carlemany, faut les comprendre! Vous ne pouvez pas leur demander d’en modifier si peu que ce soit les paroles, ils vous enverraient aux pelotes! Envisagez un court instant qu’on vous propose une Marseillaise dépourvue du sang impur abreuvant nos sillons, par exemple, une belle dégueulasserie, certes, vachement injurieuse pour nos voisins et amis de l’actuelle Union-Européenne totalement visés par ladite saignée, mais bon, on n’y touche pas à l’hymne, il est sacré! Sacrément républicain, même, c’est tout dire! Eh bien pour nos montagnards des Pyrénées Catalanes, la délivrance des envahisseurs reste au moins aussi importante qu’aux yeux du Français patriote l’étripage sanguinolent des pauvres soldats autrichiens ou allemands (1).
Hollandouille, lui, il s’y est rendu dans sa Coprincipauté, en Juin 2014, il a juste dû prétexter une extinction de voix passagère au moment de chanter… Cependant ça marche une fois ces combines, Coprincipède, lui, il devrait trouver autre-chose…mais ça finirait par déplaire aux Cosujets, ces stratégies d’évitement… Alors je vous fous mon billet qu’il ne s’y rendra pas, en Andorre, Macrounette. De toute façon des nauséabonds qui se félicitent d’avoir été débarrassés des Arabes, fût-ce par Charlemagne, c’est juste bon à crever la gueule ouverte dans leurs montagnes pourries! Sans compter qu’en ce moment précis, la fréquentation de lieux aussi proches de la Catalogne sécessionniste pourrait se révéler quelque peu risquée, on ne sait jamais.

Et quand je dis « proche », il s’agit d’un doux euphémisme. Nous y sommes en plein, là, en pays Catalan. Je dirais même plus, vous en avez un bon bout en France, de la Catalogne, prenez Perpignan, tiens, Perpinya si vous préférez, une des principales villes de ce pays désormais indépendant, n’en déplaise à Rajoy, et qui pourrait un jour ou l’autre revendiquer la Cerdagne, le Capcir, le Roussillon, le Vallespir et le Conflent…autrement dit, la quasi-totalité des Pyrénées Orientales. D’accord, la situation remonte à loin, au Traité des Pyrénées de 1659, mais après tout, vous êtes capables de me dire vous, si les habitants d’Angoustrines, de Costouges, d’Enveitg, voire de Font-Romeu, consultés par référendum, ne choisiraient pas de se joindre à leurs cousins du Versant Sud? Elle possède quoi de si attrayant, la Répupu Franchouille? Ses impôts? Ses mosquées? Son Education Nationale? Ses Syndicalistes? Son Mélanchose? Vous trouvez des charmes particuliers à tout ce fatras de contraintes, d’absurdités, de gaspillages, de risques mal calculés, de solidarité à sens unique, de prières de rue, de bêtise, hein? Bon, moi je veux bien qu’il s’agisse d’une question de patriotisme, d’accord, mais c’est quoi la patrie pour un Catalan? Apparemment plutôt la Catalogne, non, à choisir?
Houlala, ça en fait des questions tout ça… Cependant les questions il vaut mieux se les poser pendant qu’il est encore temps, pas vrai Mariano? … Mais non, pas Luis, enfin, il n’en a plus rien à foutre depuis près de cinquante ans qu’il est canné, pauvre vieille tapette à la voix d’or, sans compter qu’il était Basque, par dessus le marché! Non je m’adresse à Mariano Rajoy, ce con, ou bien il n’a pas vu venir le coup ou bien il n’a absolument rien fait pour l’éviter, en tout cas maintenant il se trimballe un sacré pacsif et il aura du mal à s’en débarrasser, moi je vous le dis!
Alors, notre petit Coprinçounet d’Andorre ferait peut être bien de s’intéresser à la question, ça le regarde. Bien sûr il faudrait pour cela qu’il comprît un tant soit peu la mentalité des populations de ces coins-là, qu’il tente de saisir, par exemple, le sens profond de l’Hymne à Charlemagne…autant demander à un âne catalan (Català burru!) de courir l’Arc de Triomphe (oups, je veux dire le « Qatar Prix de l’Arc de Triomphe », veuillez m’excuser M. l’Emir)!
Il y en a bien un, dans nos sphères politiques qui capte sans doute vaguement quelque chose: Manolito, vous savez, Petit Caudillo, le Catalan de Matignon…ne me dites pas que vous l’avez déjà oublié… Ah bon! Pourtant depuis qu’il porte le bouc… Émissaire? Oui, en fait il se rendra prochainement dans son pays natal comme émissaire, c’est tout à fait exact. Mais émissaire de qui? Encore une question qui va rester sans réponse, parce que Valls, avec ou sans barbiche, désormais tout le monde s’en fout! Au lieu de faire de la peine à sa petite sœur en essayant de jouer les conciliateurs de mes deux, il ferait sans doute mieux de prendre la tête du futur mouvement sécessionniste de Cerdagne-Capcir, au moins ça le remettrait sur le devant de la scène et son compatriote Puigdemont se sentirait moins seul sous sa grosse perruque!

Allez, assez déconné, je vous laisse. Bonne semaine à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

 

(1)N’en déplaise aux gauchiards du Monde et autres bobos allumés qui ont un temps essayé de nous faire gober que le « sang impur » était celui des Soldats de la République … comme si Rouget de Lisle et les Conventionnels eussent possédé une telle couche de connerie qu’il se fussent réjouis de voir le sang de leurs propres fantassins engraisser les labours.

Publicités

#Ne balance pas ta cochonne

Avec Abdelkader c’est clair! Le barbouzard l’a déclaré solennellement devant la Cour d’Assises de Paris: « je ne reconnais que la loi d’Allah ». En d’autres termes, il s’en montre tout à fait désolé, le grand-frère de Mohamed Merah, mais les lois de la Répupu il n’en a rien à secouer. C’est ainsi, faut le comprendre, que voulez vous, Dieu ça reste le patron et comme Ses Prescriptions sont scrupuleusement rapportées dans le Coran, lequel fut rédigé sous Sa dictée par un Prophète analphabète (ça se sent), le brave Abdelkader, en dépit qu’il en ait, se trouve bien obligé, ès-qualité de Muz orthodoxe, d’y souscrire en totalité et sans barguigner. En vertu du principe général du Droit « impossibilium nulla obligatio » – à l’impossible nul n’est tenu- il appartiendra à la Cour d’acquitter purement et simplement l’accusé, en lui allouant, au surplus, des dommages intérêts pour le dérangement. Quand vous ne pouvez pas, vous ne pouvez pas, voilà, point final! Et le bon Musulman, entre les lois de nos petits franc-maçons républicouilles et celles du Tout Puissant Miséricordieux, il n’a pas le choix,  et même le simple fait de poser la question s’apparente déjà à un blasphème justiciable des pires châtiments, vu  que l’Islamiste Céleste, il a beau communiquer lourd sur la miséricorde, quand il s’agit de punir il n’y va pas avec le dos de la cuiller à couscous.
En vérité je vous le dis, mes chers amis, il va falloir un jour ou l’autre, réaliser les réformes qui s’imposent. On ne peut pas obliger des braves-gens qui représentent dores et déjà vingt bons pour-cent de la population franchouille, à respecter des lois qu’ils apparaissent, en toute bonne foi, dans l’impossibilité absolue d’appliquer. C’est une question de justice, de liberté, d’égalité et même de fraternité -en quelque sorte-  alors faut pas déconner, on va illico rechercher les moyens de sortir de l’impasse. Et des moyens vous n’en dégotterez pas trente-six, croyez moi sur parole et suivez moi  bien, c’est du lourd.
Voilà, il n’existe en tout et pour tout qu’une seule solution: la Charia, la Loi de Dieu! Plaît-il, comment…je suis complètement sinoque? Mais jamais de la vie, voyons, laissez moi finir, bordel comme dirait Macrouille, j’explique, flûte, asseyez vous deux minutes je n’en ai pas pour plus! En un mot comme en cent, nos amis Muz se trouvent confrontés à l’interdiction absolue de se conformer à nos lois, lesquelles apparaissent, dans la plupart des cas, en contradiction totale avec les leurs. Étant donné, que nous appliquons des règles profanes modifiables ad libitum -il suffit pour cela d’un petit vote des quelques parlementaires de service- alors qu’Allah, Lui, pour lui faire changer quoi que ce soit vous pouvez toujours vous fouiller, c’est donc à nous autres qu’il appartient de s’aligner. Voilà! Et du même coup, plus de problème, plus de risque d’attentat, l’ordre règne et la paix de Dieu redescend sur l’hexagone comme langues de feu sur apôtres en goguette. Un vrai beurre! Ça nous changera un peu la vie, bien sûr, pour les gonzesses notamment les choses devraient se compliquer, forcément, mais après quelques bonnes bastonnades,  amputations,  pendaisons, lapidations et autres crucifiements, tout le monde finira par prendre le bon pli, on peut s’habituer à n’importe quoi, même à l’enfer…

Et puis, dans le fond vous savez, nous serons bien obligés d’y passer un jour ou l’autre. Tenez, par exemple, l’autre jour j’entendais sur une de ces radios de merde que la Bienpensance nous inflige, une nana qui dissertait sur les « prénoms préférés des Français ». Pour les garçons la greluche annonçait Gabriel, Raphaël, Jules, Adam, Ethan etc…et, toute guillerette, « un petit nouveau qui fait son entrée dans le top 20: Mohamed! A paris il arrive même en dixième position! » Remarquez bien, nous accusons un sacré retard sur nos amis les Rosbifs, eux, si l’on ajoute les Muhammar, Muhammad, Mohammad, Mohrlamehrd et toutes les autres variantes, il chope carrément la pole-position, le Prophète, avec une chiée de longueurs d’avance! Mais ne vous faites pas de bile, nous n’allons pas tarder à recoller à la tête du peloton, à l’allure où ça pédale!
Donc, vous voyez, autant s’y mettre tout de suite à la Loi Islamique, ça nous fera gagner du temps et de l’argent…et avec la pub que je leur fais, les Imams, j’ose l’espérer, laisseront bien vivre mon petit blog…ah, non, vous croyez? Égorgé en place publique, dites-vous? Ah, l’auteur, oui, je comprends… Eh bien tant pis que voulez vous, on ne fait pas d’aït el Kébir sans zigouiller le mouton! Du moment que c’est pour le bien commun…

Et puis, bon, il n’est que temps d’en revenir à la rectitude absolue des mœurs. M’enfin, vous voyez bien, tout de même, le Sodome et Gomorrhe que devient notre Occident démocratico-laïc. Un véritable boxon grandeur nature, la partouze à ciel ouvert, les pires dégueulasseries à tous les coins de rue, à tous les étages!
Vous vous rendez compte, par exemple, du patacaisse déclenché par l’histoire de Weinstein, le producteur de ces dames, (voir  ). Depuis qu’une tordue a lancé le hashtag « Balance Ton porc » ça fuse de tous les côtés, les gorets  caftés, anonymes ou nommément désignés à la vindicte universelle, se comptent par milliers à ce jour! A croire que le clampin moyen, lui même, avec sa timidité, sa calvitie précoce et son bigoudi valseur à rigidité décompensée, se transforme soudain en prédateur sardanapalesque assoiffé de…bon, enfin bref, l’abomination le dispute à l’ignoble. Tout le monde ramasse son paquet! Même les députés macrouillistes, les conseillers-régionaux ex-socialistes, « ils n’en mouraient pas tous mais tous étaient frappés! »
Jusqu’à ce brave Jean Lassalle, vous réalisez, avec son gros pif, sa tronche de crétin des Pyrénées et son accent à la mords moi le béret: « le député le plus gluant de tout l’hémicycle » selon une attachée parlementaire qui aurait pris sa main (a priori rien d’autre) au panier. Un homme bon et généreux à qui on donnerait le Bon-Dieu sans confession, si toutefois il n’émargeait à une autre sorte de rite! Lassalle! Les langues féminines se délient, désormais; entre autres vilénies, ce type se baladerait tout nu pour proposer aux copines de prendre une petite douche ensemble. Sans compter qu’avec le tarin qu’il se trimballe, si ce qu’on prétend s’avère, il serait sans doute moins risqué pour les nanas en cause d’héberger un mortier de 81… C’est sans doute pour cette raison que le malheureux doit se contenter de propos déplacés assortis, à titre exceptionnel, d’une paluche un tantinet baladeuse. Il n’en reste pas moins un gros cochon et loin de moi l’idée de prendre fait et cause pour un pignouf de cette espèce…cela dit, bien sûr, il ne s’agit que d’accusations twitteresques, la présomption d’innocence, tout ça… Mais j’ai suffisamment vécu pour accorder quelque crédit aux déclarations de ces dames, ce genre de plouc mal dégrossi qui se pense arrivé, ça laisse souvent libre cours…
Cependant, le mieux, le plus beau, le cadeau du ciel, la cerise confite sur le divin gâteau, la merveille des merveilles, le nirvana éthéré, le petit coucou du Jésus coquin, ça reste, nul ne saurait valablement prétendre le contraire, les petites fantaisies sexuelles sur adolescente que la jeune victime, désormais adulte et écrivaine (comme tout le monde), impute à vous savez qui? Eh oui, je vous le donne en cent, en mille, en cent mille, en tout ce que vous voudrez…Pierre Joxe, parfaitement! Le dogmatique, l’incorruptible, l’irréprochable, le Robespierre au petit pied, le Saint-Just un peu juste, le marxo-mitterrandiste de la première heure! Encore une fois, gaffe, hein, la dénonciation manque de preuve, vu que les privautés présumées remontent à 2010, un soir où la petite accompagnait son père alors ministre, Eric Besson pour ne pas le nommer -un ex-socialo sarkozyfié- à l’Opéra Bastille. Le camarade Joxe aurait, horresco referens, glissé à plusieurs reprises sa main dans l’entrejambe de l’oiselle, laquelle se trouva finalement  obligée de pousser un petit cri étouffé tout en lui plantant les ongles dans le gras de la pogne! On voit ça d’ici! Cela dit, n’est-ce pas, ne le dites à personne, il a encore de hautes relations dans les milieux régaliens, le Pierrot gourmand, moi, je le présume innocent, n’est-ce pas, même si je n’en pense pas moins…
Maintenant, et cela me ramène d’une certaine façon à mon propos initial, vous trouvez également, si paradoxal que cela puisse paraître, du gros porc chez le fondamentaliste musulman! L’eusses tu cru, Tarik Ramadan, lui aussi ramasse son petit paquet! Alors, n’est-ce pas, à qui se fier? Un pote à Mahomet, tout de même, clean dans le domaine de la Religion comme personne, un docteur de la Charia, un type qui vous explique comment battre sa femme conformément aux prescriptions coraniques et le cas échéant les règles sacro-saintes de la lapidation si cette dernière venait à fauter avec un coquin islamique…l’hypothèse de l’amant non-musulman exigeant la sélection de cailloux plus pointus mais de taille inférieure, aussi, histoire de faire durer le plaisir des lanceurs…pas celui des visés, évidemment, soyons sérieux! Eh bien, si invraisemblable que cela puisse paraître, ce saint-homme se serait tapé naguère une salafiste non consentante, laquelle, défroquée depuis lors, n’a pas manqué de le balancer comme le premier cochon d’infidèle venu! On en entend de ces trucs! Quelle époque épique, comme disait l’autre! Si l’on en croit Sandrine Rousseau d’Europe Écologie Les Verts Pas Mûrs: « nous sommes face à une prise de conscience soudaine, il va falloir laisser le temps aux hommes de trouver leur place dans ce mouvement »… y en a qui l’ont déjà trouvée, dirait-on, non?

En tout cas, mes chers amis, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, Logan-Alexandre Nisin et ses nauséabonds amis de la nouvelle OAS se trouvent désormais sous les verrous; l’Ultra-Droite décapitée, il n’y a plus grand chose à craindre, n’est-ce pas, car c’est forcément de là que venait le pire des dangers, cela saute aux yeux comme un pied au cul… Décidément ils n’ont pas fini, tous ces salopards politico-médiatiques,  de nous prendre pour des jambons, comme on dit vulgairement!

Bonne semaine à tous, et pour ceux qui ont la chance d’en avoir, ne balancez surtout pas vos cochonnes, elle peuvent encore servir!
Amitiés.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

 

Circulez, y a rien à voir!

Hank Hulley, lui son Amérique personnelle apparaît aussi éloignée de celle de Hollywood que les opinions des gens qui fréquentent ici peuvent l’être des fuligineuses pensées du sieur Bernard Henry Lévy. N’empêche qu’il rigole comme une otarie enrhumée aux aventures du gros porc cinématographique Harwey Weinstein. Ça le met en joie, cette sinistre histoire de cul sur fond de glamour et de paillettes! -« Tu sais, old timer, quand je vois tous ces pouraves qui tordaient le pif à propos des petites déclarations trumpiennes style you can kiss them when and where you want, and catch these bitches deep into their fucking pussies, et tout ça, tu t’en souviens? Hé bien les funky fagotts en question c’est rien que des potes au Harwey! Hillary (mais maintenant y chiale) en tête, faut voir le blé qu’il lui a refilé à la vioque, pour essayer de niquer Don le Rouquemoute…avec le succès qu’on a pu constater! Pour Bamboula 1er. les choses avaient mieux fonctionné, ils s’aimaient bien tous ces dirty craps, les Obama, les Clinton et les Weinstein, Sarkozy, aussi, même qu’il lui avait refilé la Légion d’Honneur, comme à tous les bloody bastards qui se respectent..mais ça c’était avant, bien évidemment …Alors moi je me marre, tu vois, surtout que si tu regardes bien, tu trouves les Polansky, Woody Allen, Brian Singer, sans parler des glorieux pionniers de l’après guerre, les Cohn, les Zanuck… avec le camarade Weinstein, rien que des Ashkénazes dis donc…pareil que votre Strauss-Kahn, Minou la Tringlette comme tu l’appelles…Bizarre, non? Ça viendrait-y pas un peu du baptême au sécateur ce genre de fièvre obsidionale? Toi qui vis dans un pays truffé aussi de Séfarades, t’aurais pas des exemples pour étayer la théorie? Non, tu ne vois pas? Merde alors, si ça se trouve y aurait des variantes dans la technique d’ablation du prépuce, ça expliquerait, holly shit, faudrait se renseigner, ne serait-ce que pour faire avancer la science! En tout cas, moi je l’ai toujours soutenu mordicus, couper la bite aux enfants c’est des méthodes gestapistes, faut imaginer le traumatisme, tout de même! Au fond ils ont des excuses ces tremendous depraved, tu te rends compte, à peine sorti de l’œuf tu te vois foncer sur ton petit bigoudi à coulisse un rabbin crado avec sa sale gueule barbichue et son bistouri mal aiguisé! On devrait en tenir compte dans l’application des peines, tu ne crois pas?  Question d’humanité, pas vrai? »
« En tout cas, voilà le marigot démocrate frappé en plein cœur, l’empereur incontesté de la filmosophie, le Einstein de la pellicule, qui tombe du piédestal comme une bouse du cul de la vache! Une merveille, tous ces salauds du cinoche, des media, des milieux intello and so on qui se morflent une pastèque en pleine poire. L’homme aux cent Oscars se prend les pieds dans la red carpet! Par contre, l’illustre saloperie ritale De Niro, celui qui voulait casser la gueule à Trumpie pour cause d’irrespect à l’égard des gonzesses, là on ne l’a même pas entendu, il n’y touchera pas à son pote Weinstein… Ils ont trop de souvenirs communs, tu sais, un peu comme des copains de régiment: ils ont servi dans les même corps! Alors, tu vois, nous autres les nauséabonds, évidemment on se retrouve excommuniés d’office pour cause de politiquement incorrect… Chez les Bien-Pensants, au contraire, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles; juste que de temps à autres, il y a la merde qui refoule grave, parce que, même avec les plus gros tuyaux, le réseau n’arrive plus à suivre. Mais pas de problème, old chap, on évacue le trop-plein et ça repart…Là ils se débarrassent de l’étron Weinstein; après ça recommencera à s’écouler normalement et ils pourront de nouveau cogner à bras raccourcis sur le Président, comme le pornographe en chef Larry Flint qui offre dix millions à qui donnera des informations de nature à le faire impeacher… Il n’avait pas les mêmes pudeurs ce triste cochon, lorsqu’il promettait son pognon pour sauver un Bill Clinton englué dans ses turpitudes sexuelles abjectes! Indulgence crapuleuse pour les aminches et délation grassement encouragée à l’encontre des mal-pensants, ainsi va la vie dans notre fabuleuse démocracy! »

On ne peut pas lui donner tort, pas vrai, à ce vieux Hank, enfin on pourrait, bien sûr, mais il faudrait pour cela une sacré dose d’aveuglement humanitariste, du genre de ce qu’on trouve chez le macronniste moyen, celui qui, ce soir, va se délecter devant son téléviseur afin de gober la bonne parole comme d’autres -ou les mêmes si ça se trouve- dégustent leur partie de fouteballe en grignotant des chips arrosées à la Kronembourg 1664! Pour ce qui me concerne je jetterai plutôt un coup d’œil aux élections autrichiennes; si vous cherchez un peu de réconfort je vous recommande de le chercher de ce côté-là. Selon les probabilités les plus sérieuses, la Droite devrait, ce soir, rafler la mise avec près de soixante pour cent des voix, trente-trois pour les « conservateurs » du ÖVP et vingt-sept pour le FPÖ, la Droite dite « extrême ». Comme d’habitude, les folliculaires nous chantent leur jolie chanson pour expliquer le phénomène sans évoquer si peu que ce soit les questions relatives à l’immigration. C’est pourtant là qu’on trouve la raison du triomphe probable de ceux qui refusent de se laisser envahir. Les Autrichiens ont de la mémoire, ils se souviennent des Turcs, notamment quand ces derniers assiégeaient Vienne en 1529 et en 1683. Deux fois les Viennois s’en sont tirés de justesse et, pour avoir recueilli les récits de leurs compatriotes ayant subi la déferlante ottomane, ils connaissent les méthodes musulmanes et ne tiennent pas à y goûter de nouveau. L’enjeu, c’est le renforcement du bloc des réfractaires en Europe Centrale, le Groupe Visiograd et l’Autriche, cela commencera à peser lourd au sein de l’Union Européenne. Pour peu que l’Italie, dont les législatives ne sauraient tarder, concrétise le rejet de l’invasion qui semble s’y manifester de plus en plus clairement, on pourrait commencer à espérer un regain de lucidité dans ce domaine…ne rêvons cependant pas trop…

Quoi qu’il en soit, nous autres en Franchouillie-Macronnisée nous poursuivons tranquillement notre petit bonhomme de chemin. Nous venons d’enterrer le pauvre Rochefort, dites donc, bon acteur, certes, surtout si l’on en juge par les hommages médiatiques. Un Germanopratin bon teint, aussi, le cher vieux moustachu, ça compte, ça! Il avait su donner les gages de bienpensance qui lui assuraient sa place au soleil de la culture subventionnée avec notre pognon. Par exemple ici vous comprenez tout de suite les raisons de la bienveillance dont bénéficiait le noble vieillard. Il a contribué, ce brave Jeannot, à la connardisation du pays, peut être sans malice, d’ailleurs, juste pour pouvoir travailler, car dans son boulot mieux vaut montrer patte rose, surtout lorsqu’on aspire à un certain standing… Vieille pute ou brave gauchiard sincère, je ne saurais trop dire…Il restera pour moi l’inoubliable commandant du « Crabe Tambour », un rôle de moribond travaillé par le remords d’avoir manqué à sa promesse de rejoindre l’O.A.S. (vous mordez le topo?) et donc en délicatesse avec son honneur, pour un officier de marine c’est plus chiant que pour un politicard. Beau film de Schoendoerffer qui valut une récompense compressée à notre héros, lequel en rigolait d’ailleurs « un bras en moins et un cancer du poumon, c’était le César assuré! »… Et puis, un type qui a refusé l’O.A.S. ça se respecte, pas vrai, chez nos amis Bienpensants! Une autre pelloche que j’ai bien aimée, dans un registre assez différent, c’est « Les W.C. étaient fermés de l’intérieur », je vous le recommande, celui-là, en matière de second-degré vous ne trouverez pas mieux…avec Coluche, pour en rajouter plusieurs couches! Un délice! Alors, vous l’avez compris, dans le fond moi aussi je l’aimais bien, ce vieux lèche-cul de Rochefort, personne n’est parfait, après tout, le Diable ait son âme.

Et pour terminer en beauté je m’en voudrais de ne pas évoquer le blanchissage -ou devrais-je écrire « le blanchiment »?- de notre vieux pote Ferrand (voir Le canal des Ferrand). Le voilà donc lavé de tout soupçon, le cher homme, innocent comme le fœtus même pas encore expulsé! Il faut dire aussi qu’avec un copain du calibre de notre bien aimé Présipède, la cause apparaissait quasiment entendue: « M. le Procureur, nous saurons nous en souvenir…allez, non lieu! » Évidemment le sieur Fillon qui n’en avait sans doute pas tant fait, a-t-il logiquement subi la loi de Brennus, « Vae victis« ! Comme disait La Fontaine « la raison du plus fort est toujours la meilleure », il parle d’or ce brave Jeannot, toujours, l’avez vous remarqué? Et qui c’est-y le plus fort, hein?
Allez donc, braves gens, circulez, y a rien à voir!

Veuillez agréer mes très sincères et amicales salutations.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

Encore un petit effort…

Ouf! Il s’agissait en réalité d’un vulgaire accident de la circulation, voilà tout! Eh oui, padamalgam! Nos amis Londoniens, habitués à se prendre des attentats allahouakbar plein la musette, en sont quittes pour la peur, ce coup-ci… En tout cas la version officielle apparaît-elle tout à fait rassurante: juste une auto qui monte sur le trottoir et écrabouille onze clampins avant de finir sa course incontrôlée dans deux pauvres bagnoles en stationnement. Le chauffard, un superbe noir dans la force de l’âge, n’a absolument pas hurlé le nom de Dieu, ni en arabe, ni en swahili, ni en okoukombé, ni en monomatopopo, ni en zoulou! Même pas en anglais, dites donc -« oh my gode », comme disait la concierge le jour où son amant a loupé sa marche d’escalier- . Que dalle! Bon d’accord il avait l’air un peu sonné, le gaillard, maintenu à terre par quatre poulets-worcestersauce, quasiment assis dessus mais rien de plus, pour pas qu’il bouge, quoi, et surtout pas qu’il l’ouvre, on ne sait jamais. Rapidement évacué vers Scotland-Yard, le jeune Afro aurait argué -selon des sources à fiabilité invérifiée- de sa maladresse au volant liée à un permis obtenu au Malawi pour une poignée de manioc et deux boisseaux de tapioca. En tout cas, rien a voir, nous assure-t-on, avec une nouvelle manifestation du djihad islamique, l’honneur est sauf et la réputation du Royaume-Uni un peu moins écornée… Dame, à force de se faire écraser à tout bout de trottoir dans le centre de Londres les touristes finiraient par abandonner la destination et apporter leurs sous ailleurs! Où? Pas forcément à Paris, convenons-en, le risque s’y révèle encore pire; pas spécialement à New-York non plus, vu qu’aux Etats-Unis ça flingue à tout va, certes pour des tas de raisons souvent un peu confuses et incompréhensibles mais le fait demeure… Alors qu’est-ce qu’il leur reste aux touristes…Ben oui, Budapest et Varsovie, chez les salauds de l’Est barricadé, ceux qui refusent l’hospitalité aux pauvres « réfugiés », les fachos de l’axe de Visegrad, les affreux égoïstes imperméables à la « solidarité »! Là bas, vous pouvez sans crainte et à n’importe quelle heure vous balader dans les rues, même bourrés comme des cochons où vêtues haralatouff, personne ne viendra vous enquiquiner si peu que ce soit; les conducteurs de véhicules automobiles veillent scrupuleusement à demeurer sur la chaussée et même à s’arrêter aux feux rouges, dites-donc! Il y a de l’avenir, je crois, pour ces petits paradis nauséabonds; si ça se trouve c’est par là qu’il nous faudrait envisager d’aller finir nos jours… On n’y pense pas assez aux doux pays de Visegrad,  peut être conviendrait-il de regarder ça de plus près, vous savez, ça mérite…

Cependant, reconnaissons le, pour nous autres Franchouilles, ça se présente plutôt pas mal. Les « Bleus » (foncés) se maintiennent en tête de leur poule, ce qui apparaît de nature à plaire à ce fameux coq gaulois, animal certes éminemment stupide mais emblématique de nos sportifs nationaux. Etant donné, par ailleurs, que Paris -lequel sera toujours Paris, même sous le régime débilitant des maires socialistes successifs- accueillera dans six ans les Jeux Olympiques d’été, nous nous considérons fondés à pousser à tout propos des cocoricos bien sentis, dont l’addition salée ne manquera pas de nous tomber sur la gueule au fur et à mesure de la réalisation des travaux pharaoniques indispensables à cette sorte d’évènement psycho-pathologique. Mais les plus heureux d’entre nous, à ce propos, se découvriront parmi les milieux musulmans fanatiques, lesquels se voient offrir une occasion royale de bousiller plein de monde sous l’œil attentif et passionné de l’Univers entier. M’est avis que notre Guignol de l’Intérieur devrait dores et déjà songer à renforcer ses effectifs, voire, si cela ne choque pas trop la bien-pensance, à prévoir des solutions pour neutraliser les djihadistes, au moins pendant la période cruciale… Il n’est jamais trop tôt pour se poser les vrais problèmes, d’ailleurs, pour les plus fondamentaux d’entre eux c’est déjà trop tard. Le Lyonnais précité n’en affiche pas moins l’intention formelle de les prendre à bras le corps.
C’est le cas à propos de l’affaire Ahmed Hanachi, du nom de l’abominable ordure qui trucida la semaine dernière les deux jeunes filles rencontrées, hélas, en gare de Marseille (voir La démocratie, quoi…). Cette sous-merde qui infectait le territoire national depuis dix ans sans aucune autorisation de séjour, arrêtée à huit reprises pour des délits divers et présentant à chaque coup des identités aussi fantaisistes que variées, s’était retrouvé l’avant-veille de l’assassinat dans un commissariat de Lyon, pour cause de menu larcin au préjudice d’une galerie marchande… Affaire classé, comme tant d’autres, sans suite et ce cher Ahmed tranquillement réexpédié dans la rue, vu que les autorités préfectorales avaient d’autre chats à fouetter que de mettre au frigo ce clandestin-là, parmi des centaines de milliers d’autres. Ne nous y trompons pas, ces étrangeries se produisent tous les jours, par centaines et dans tout l’ensemble du territoire national. Les fous, les délinquants, les « sans-papiers », grouillent absolument partout et en de tels nombres que ni les flics ni l’administration n’ont la possibilité d’y remédier en quoi que ce soit. Par surcroît, les procédures pénale et administrative se révèlent désormais effroyablement pesantes, avec, pour en garantir la plus rigoureuse application, toute une ribambelle d’associations dhimmis subventionnées grâce à nos sous. Cette charogne (on peut ainsi l’appeler puisque, dieu merci, les troufions l’ont descendu) de Hamachi, apparaissait par conséquent en mesure de créer tellement d’emmerdements aux services susceptibles de traiter son cas, que ces derniers ont renoncé comme renoncent quotidiennement tous leurs homologues de tout le pays, sans que cela émeuve le moins du monde les hauts responsables de cette fabuleuse pétaudière qu’est la République.
Eh bien désormais c’est fini! Collomb-Guignol l’a déclaré pas plus tard qu’aujourd’hui: « Ca va être pour moi une préoccupation essentielle que de regarder tous les dysfonctionnements et d’y mettre fin »! Vaste programme! comme disait Charlot-Gros-Pif, bon courage ma pauvre vieille! A se demander s’il est vraiment niais à ce point-là ou s’il se  fout carrément de nos gueules…m’est avis qu’il doit y avoir un peu des deux. En tout cas,si vous comptez sur lui pour faire cesser un tel bordel…

Ouh, tiens, au fait, vous avez vu le coup de Macrouille? Oui, je veux dire l’affaire des syndicalistes de GM&S, « feraient mieux d’aller chercher du boulot au lieu de foutre le bordel » qu’il a sorti, le petit Présipède! Qu’est-ce qu’il n’avait pas dit là ce sacré Manu! Je ne saurais affirmer s’il l’a fait exprès ou pas, je pencherais plutôt pour la seconde hypothèse, vu qu’il exprimait son agacement, plus ou moins en aparté -si la chose garde encore du sens de nos jours- et à chaud, sur le tas, avec les pochetrons de la CGT qui gueulaient comme des veaux quelques mètres plus loin. En tout cas, pour faire le « buzz », comme on dit puis, il eût difficilement pu trouver mieux. Sauf à danser tout nu avec une plume dans le troufignard ou à apporter les croissants du petit matin revêtu d’un casque de scootériste, en aucun cas il ne risquait de provoquer pire scandale. Vous vous rendez compte comment ce petit merdeux traite la classe ouvrière? Un  ploutocrate né avec une cuiller en or dans la gueule! Et voilà le travail! Après les ouvrières bretonnes illettrées, les « gens qui ne sont rien », Les costards, les Kwassa-Kwassa, la Fainéantise! Sans compter que ça tombe mal, en plein au moment où on lui refile l’étiquette sarkozyfique de « président des riches », où on lui reproche les kadofisko, la suppression de l’ISF et la non-taxation des quarante-huit yachts qui constituent les fleurons de la flotte française de plaisance.
Eh bien tiens, pour une fois je m’en vais me payer le luxe de prendre son parti (attention j’ai bien dit « son » pas « ses ») à ce gamin! Y en a marre après tout, de ces syndicats de mes deux qui emmerdent tout le monde depuis la nuit des temps et qui nous ont collé dans la situation économique inextricable où nous voila rendus. Marre de la dictature de ces enfoirés de marxistes à la mords-moi le nœud qui ont toujours utilisé le syndicalisme à des fins personnelles, enrichissement, gloriole ou simple glandouillage aux frais de la princesse. Je trouve positif et rafraîchissant que le Chef de l’Etat recommence à proférer cette sorte de blasphème, comme le Général sus-visé lorsqu’il évoquait la « chienlit » soixante-huitarde dont on voit clairement aujourd’hui dans quel pétrin elle nous a fourrés.
Alors moi, sur ce coup là je dis bravo ma poulette, continue comme-ça! Et si tu veux bien, pour qualifier ta Répupu, j’oserais même te suggérer « le bordel arabe »…allez, encore un petit effort, je sens que ça vient…

Amitiés à tous ceux qui me lisent,

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

La démocratie, quoi…

Dites, vous imaginez un peu ce qui pourrait se produire si on organisait des referenda (ben oui, c’est le pluriel de referendum) de partout? Et, au fond, pourquoi pas, comme l’observait finement Toussaint Anchichini (voir ici et ), « la démocratie c’est quand on demande l’avis du populo, non? » Oui, seulement les choses se révèlent toujours plus compliquées qu’il n’y paraît de prime abord. Il le reconnaît lui même, mon pote Corsico, à partir du moment où l’on admet la dictature de la majorité comme règle fondamentale des sociétés démocratiques, et c’est bien le cas dans nos contrées civilisées ou prétendues telles, on crée des oppresseurs et des opprimés; le seul avantage du système réside dans la possibilité d’être tour à tour l’un ou l’autre… Sauf lorsque la décision revêt un caractère irréversible, comme le Brexit, par exemple et bien sûr comme les referenda en question: quand vous cessez d’être Espagnol c’est a priori pour toujours, et que cela vous satisfasse ou vous débecte.
Alors, l’ami Toussaint, fort des quatre Ricard qu’il venait de s’entifler comme tout le monde à cette heure encore relativement matinale Derrière Napoléon , en conclut la nécessité d’agir avec parcimonie et à bon escient (comme dans l’histoire de Doumé: « que tu dépenses ton argent avec Parsimoni je veux bien, mais avec un Arménien il n’en est pas question »). Pour lui, en ce qui concerne la Corse, vu que la Catalogne il n’en a somme toute rien à secouer, l’indépendance n’apparaît pas jouable. Ses compatriotes, depuis près de trois siècles, ont pris leurs habitudes avec le continent hexagonal, sans aucune envie affirmée de couper les ponts virtuels qui les relient à celui-ci. On trouve bien, encore, une frange d’irréductibles francophobes mais marginaux et de moins en moins agressifs. En revanche l’Ile tendrait à s’orienter vers une autonomie de bon aloi susceptible de l’affranchir des inconvénients de la France tout lui en conservant les avantages. Solution qui aurait le mérite de satisfaire quasiment tout le monde, depuis les Bonapartistes fervents jusqu’aux Nationalistes raisonnables. C’est-y pas plus gentil comme ça? En tout cas, il y compte bien, le camarade Anchichini, parce que pour lui, la France ça reste quand même quelque chose…du moment qu’elle lui fout la paix!

Mais pour en revenir au sujet du jour, la Catalogne à feu et à sang, enfin pas trop mais un peu tout de même, ça risque de laisser des traces chez nos amis ibériques. Reconnaissons qu’empêcher les braves gens de voter, en démocratie ça la fout mal. Rajoy n’étant pas, je suppose, complètement abruti, il fallait qu’il ait vraiment la trouille que le « oui » l’emporte, pour qu’il lance les forces spéciales à l’assaut des bureaux de vote. Seulement en s’opposant à la sacro-sainte expression de la volonté populaire, il s’expose à se faire traiter de Franco, de Caudillo, de dictateur et de tout ce que vous voudrez, jusqu’à ce que mort politique s’ensuive.
Blaise Sanzel, vous le connaissez, quand il peut la ramener en évoquant sa connaissance des temps révolus il fonce. Et là, le vieillardissime nous en a collé une couche sur la guerre d’Espagne; d’accord en 36 il frisait les huit ans révolus mais peu importe, il a entendu le fracas des combats sur la T.S.F. de son Tonton et les commentaires de ce dernier à propos des communistes et autres racailles gauchiardes dont il espérait vivement la cuisante déconfiture. Du coup il possède, le père Sanzel, une vision politiquement très incorrecte des affaires d’Outre-Pyrénées et il considère les choses sous un angle, certes périmé mais cependant original.
-« Vous savez, déclara-t-il en regardant son verre vide avec l’air embêté de celui qui, tout en mobilisant ses neurones sur un sujet coriace, perçoit confusément un truc qui va de traviole, c’est toujours pareil, on la joue démocratique, ouverte, moderne et tout le bazar, sauf qu’un beau jour ça finit par merder quelque part et c’est là qu’on se rend compte à quel point on a déconné….Crédieu Thérèse il fait soif, remettez nous donc ça s’il vous plait! (Voila, il s’est débloqué l’ancêtre!)… Ils ont trop lâché de lest, les Espagnols, et vous en trouverez toujours pour en abuser, comme le rigolo de Catalogne, avec son air con et sa perruque, qui veut faire sécession. Dieu merci, nous la République -je veux dire la Troisième, on ne déconnait pas sur les principes, à l’époque- a bien verrouillé le bidule pour étouffer dans l’œuf les éventuelles velléités d’indépendantisme.
« Alors vous réalisez, ajouta le fossile en portant à ses lèvres le pastaga nouveau tout juste arrivé, si jamais cette affaire catalane venait à mal tourner -car avec les Espangos on n’est jamais à l’abri des grosses cagades- elle pourrait donner le signal du départ à des tas de provinces! La Padanie, là, derrière les montagnes, l’Ecosse au fond de son trou du cul du bon dieu, la Bretagne avec ses traditions à la flanc… et la rive gauche du Var, tiens, pendant qu’on y est, bon exemple! Vous demandez au gens du Comté de Nice s’ils veulent ou non rester avec la mère patrie, vous savez ce qu’ils vous répondent?… »
« Merde! Intervint alors Maurice -le vieux mais vachement moins que l’orateur interrompu- ils répondent merde, voilà! Je vous vois venir, Blaise, avec vos sabots en béton plombé! Qu’est-ce que vous voulez que ça nous fasse de poser des questions à la con dont personne jamais ne verra la couleur, hein? Moi je vais vous dire, si on me le proposait votre referendum, je voterais pour foutre le camp et vite fait encore! Qu’on puisse enfin s’organiser, virer la racaille, cesser de financer les feignasses de tout poil, avoir les dirigeants qu’on souhaite, des mecs de droite bien formatés et non des parisiens élevés dans le boboïsme sciencepotien! Je serais même prêt à faire des offres de service à Bébert, là, le gros rigolo du Rocher, avec lui au moins on se dorerait un max les burnes sans être obligés d’aller tout le temps aux urnes, je vous fais cadeau de la rime! Si ça se trouve ça l’intéresserait, le Monseigneur, lui qui dépense des tas de milliards pour s’agrandir le territoire de quelques hectomètres, vous vous rendez compte l’aubaine! Et il se retrouve avec un Luxembourg méditerranéen, le rêve!…Mais la question, personne ne nous la posera, soyez tranquille, la Répupu une et indivisible, quand elle tient quelque chose, elle le garde. La démocratie n’a d’intérêt que pour perpétuer le bordel ambiant, celui qui engraisse les républicains professionnels. Et certainement pas pour essayer de savoir ce que désirent les soi-disant citoyens… Citoyens mes choses, oui, citoyens pour élire les salopards qu’on leur choisit à l’avance et qui nous étripent à petit feu depuis quarante ans! T’en fais pas, Blaisou, tu crèveras Franchouille et moi aussi, et même vous tous, ici, que ça vous plaise ou non! »

Forcément, avec le genre de perspective qu’il nous offrait, ce sacré Maurice, l’apéro prit fin assez rapidement. Tout le monde s’est égaillé dans la nature sans plus penser qu’à se remplir la panse. Pour ce qui me concerne je m’installai ensuite, afin de digérer tranquille, devant ma télé, branchée sur une de ces chaînes effroyables qui alternent les pubs imbéciles et la logorrhée prétentiarde… C’est pourtant celle-ci qui m’a réveillé! Avec le nouvel attentat allahouakbar: deux nanas égorgées à la gare Saint-Charles, sacré nom de dieu! Ça faisait longtemps! D’accord à Marseille faut s’étonner seulement qu’il n’y en ait pas plusieurs tous les jours, y a du rabe de potentiel! Mais tout de même, sacrebleu, deux petites nanas de dix sept et vingt et un ans qui, sans rien demander à personne, se sont retrouvées dans le train pour la paix éternelle! Poignardées, égorgées au nom d’Allah avant même que les bidasses de Sentinelle aient pu intervenir, comme les carabiniers d’Offenbach mais en moins drôles, beaucoup moins! Ils lui ont eu la peau, certes, au musulman, mais après le désastre, les filles étaient déjà au ciel! Saloperie d’ordure! Mais comment voulez vous, à Marseille, distinguer un  muz fanatique d’un muz ordinaire, hein? Essayez un peu vous m’en direz des nouvelles! Toussaint Anchichini, lui il le reconnaît: « vous, ils sont beaucoup trop nombreux, chez nous c’est plus simple, dès qu’il y en a un qui franchit la ligne, on lui explique bien, alors la semaine suivante au plus tard il prend le bateau avec toute sa famille et on n’en parle plus… » Comment, m’indignais-je, vous les renvoyez au Bled? » « Mais pas du tout voyons, enfin, ils partent à Marseille, tu penses…ou à Nice… »

Et pendant ce temps-là, ça barde en Catalogne, la flicaille charge les gens qui veulent aller voter…déjà une centaine de blessés…la démocratie quoi…

Allez, veuillez m’excuser pour cet article rédigé un peu à l’arrache, j’espère faire plus léché la semaine prochaine.

Amitiés à toutezétousse, comme on dit désormais.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN