Prosper Yoppelbaum

Parfois, comme ça, au détour de la conversation, une question surgit, embarrassante, inattendue et propre à créer ces quelques instants de silence qui caractérisent la recherche généralisée d’une réponse aussi fugace qu’improbable.
Cette fois, le coup part d’un Grauburle à peine affecté par les quatre premiers Ricard qu’il vient de s’entifler -pareil que les copains- dans la touffeur déjà pesante de cette fin de matinée dominicale et pré-footballistique. Il est vrai que DERRIERE NAPOLEON n’a toujours pas la clim, machin d’un autre âge que le sien, vénérable, qui, en cas de grosse chaleur prévoyait juste de faire du courant d’air en laissant ouverte la porte des chiottes et en bloquant celle de l’entrée principale au moyen d’une de ces chaises au rond dossier qui n’existent plus que dans les souvenirs des vieux et chez quelques brocanteurs de l’arrière-pays.
Il nous fait comme ça, le Marcel:
– » Et au fait alors, vous savez vous, qu’est-ce qu’y devient le père Chirac? »
Dedieu, tu parles d’une question, toi? Et comment on saurait, nous autres, vu que les baveux eux-mêmes ne traitent plus le sujet depuis une éternité. D’autant que Dame Bernadette elle même, question santé ça part en couilles complet, la grosse poisse, le fauteuil roulant et tout le toutim, plus bankable la pauvre mémère, alors on s’en désintéresse carrément et, ces deux pauvres vieux, on les laisse crever dans un silence médiatique qui, somme toute, satisfait tout le monde…sauf des kroumirs genre Grauburle! Cette catégorie de poivrot ça veut toujours tout savoir et rien payer -façon de parler, car chez nous les conso ça se règle rubis sur l’ongle, Thérèse y veille avec un soin religieux- et tant qu’il n’aura pas un minimum de réponse il campera sur sa question comme un grognard devant Tilsit. On n’en sortira pas!
Donc faut faire quelque chose…dans ces cas là, comme on n’est pas, certes, des perdreaux du siècle mais qu’on a encore du répondant up to date, on fait quoi? Ben oui, on dégaine les smartphones et vas-y que je te tape le patronyme de l’ex-Présipute dans l’espoir de dégotter du solide avant les copains…peine perdue, que dalle, rien de récent ni de costaud, le désert de gobi, comme disent si bien nos pescadous lorsqu’ils rentrent bredouilles (1). A part le sémillant Villepinette, qui, entre deux calinous lambertisés, confiait en Mars dernier « il va aussi bien que possible » -ce qui, en l’espèce, tendrait plutôt à accréditer l’hypothèse du naufrage total et absolu- rien d’autre! Plus de son-plus d’image, écran noir, black-out définitif. Seul l’enterrement nous le remettra quelques heures au goût du jour; va falloir qu’il attende un peu, Grauburle, ces choses-là ne se commandent pas.
Sinon, on trouve des vieux trucs dans ce genre-là qui remontent à l’an pèbre et ne nous apportent guère plus qu’un peu de nostalgie… l’époque où votre serviteur s’exprimait volontiers en vers de mirliton, ça m’a passé, allez donc savoir pourquoi… l’inspiration c’est un peu comme la chaude-pisse, ça vous brûle grave sur le moment mais une fois bien soigné on n’y pense même plus. Moi, ce qui m’a guéri de ce genre d’infection purulente c’est sans doute de m’être essayé -avec un bonheur tout à fait relatif- à la vraie poésie (voir ici et ). Après on n’y revient plus, le chemin est trop dur et la concurrence des génies disparus trop rude. Verlaine, Baudelaire, Apollinaire… il peut toujours s’accrocher le Nouratin!
Alors, pour ne pas rester complètement sec, c’est Jean Foupallour qui réussit à balancer le dernier mot sur ce sujet délicat… et la délicatesse n’étant pas à proprement parler sa caractéristique majeure ça donne ce qui suit:
-« Ho ben tu sais, Marcel, quand on a la cervelle comme le jour où t’avais bouffé des huitres un peu fatiguées, enfin je veux dire le résultat final, quoi, celui qu’on évacue en tirant la chasse, ben t’as plus grand chose pour intéresser la race humaine, vu que t’en fais même plus partie! »
-« L’espèce, corrige notre ami Prosper Yoppelbaum, l’espèce, pas la race Jeannot! Attention à ce que tu dis, l’emploi de ces sortes de mots pourrait bien désormais te conduire au trabuquet, tu sais, on ne rigole pas avec la race, mon pauvre vieux, de nos jours tu te retrouves en correctionnelle pour moins que ça. Nous autres, dans la famille, la race on s’en est toujours méfié à cause des Chleus qui nous couraient après avec la trique et la schlague histoire de nous fignoler la cuisson à feux vif, mais vous, désormais, c’est pareil, vous risquez à peine moins. Es qualité de mâles-blancs-franchouilles-de-souche, il vous appartient de surveiller votre langage comme du lait sur le feu, sans quoi vous vous retrouverez face à un juge du Syndicat de la Magistrature qui vous brisera les reins avec un plaisir même pas dissimulé! Prends garde Foupallour, prends garde, la race blanche te regarde… d’un sale œil…l’espèce, n’oublie pas…et encore, tu sais, au fond le mieux serait encore que tu fermes complètement ta grande gueule… en pareil cas ça reviendrait un peu comme la limitation de vitesse à zéro kilomètres-heure: plus aucun risque et le Bon Dieu pour tous les baptisés (si possible au sécateur mais c’est pas donné à tout le monde!) et vive le Peuple Élu …oh merde, j’ai intérêt à faire gaffe moi aussi, avec la faune qui se trimballe dans l’environnement, désormais! Déjà qu’on ne peut même plus porter la kippa sans se faire arracher les burnes au premier coin de rue… vous me direz, moi la kippa ne m’a jamais beaucoup grattouillé le cuir chevelu mais c’est la question du principe, quoi! Aujourd’hui la djellaba et le bonnet à sourates ça passe très bien, surtout avec la barbouze hirsute de l’imam Akbar Bapou, mais la kippa, la race, les petites nanas à moitié à poil qui faisaient le bonheur de nos rue, c’est fini, tout ça, liquidé, foutu, dézingué, carbonisé! Et vous savez à qui la faute, hein! Les Framac, les Cathos, les Bobos… et les Juifs, naturellement, à venir engraisser le discours des soi-disant Lumières, des droidlom et de la fraternité de mes deux! En vérité je vous le dis, chers Chrétiens des Alpes (Maritimes): les plus cons de tous, contrairement à ce qu’un vain peuple pense, ce sont les Juifs, enfin les Ashkénazes comme moi, parce que les autres, sur le sujet on ne la leur fait pas…mais ce sont des africains, vous savez, eux s’adapteront. Pas nous autres, tous autant que nous sommes! Nous avons creusé nos tombes avec nos illusions bisounoursiques! Les zobes secs c’est pour bientôt, prépuce ou pas! »

Je ne crois pas vous l’avoir encore présenté, Prosper, il faut dire aussi qu’on le voit débarquer seulement en temps de vacances. Normal, un Parisien le mec, un Germanopratin, même, c’est tout dire…mais atypique, pas comme tout le monde là bas, un type intelligent, une sacrée pointure. Copain d’école de Finkielkraut et dans un schéma de pensée comparable, pas le Juif classique de gauche avec portefeuille à droite. La preuve, on le voit Derrière Napoléon, il boit le coup avec nous autres sales fachos et en plus il se fout lui aussi de la gueule de l’ami Jean Trentasseur, le macrono-socialo de service.
Son idée au sieur Yoppelbaum consiste essentiellement à considérer les gens et les évènements à l’aune du seul bon sens. Il dit ainsi « nous autres, nous nous sommes réfugiés en France au moment où ça bardait grave pour nos matricules; après, profitant des places libres et du caractère bien pépère des Français, lesquels voient l’avenir heureux au travers du prisme de l’emploi public, nous avons pratiquement trusté tous les créneaux profitables, et ce avec tellement de bonheur que les patrons aujourd’hui c’est nous; et au lieu de remercier le Ciel de nous avoir fourni une nouvelle terre promise de ce calibre, nous avons trouvé quoi? Eh oui:  favoriser l’invasion de ce lieu béni  par nos ennemis les plus acharnés, ceux dont l’objectif obsidional se borne à nous couper tout ce qui dépasse, avant de nous exposer, sanguinolents autant qu’agonisants, à la vindicte populaire ».
Il voit les choses comme cela, Prosper, et il estime le point de non-retour à peu près atteint. Sa progéniture fricote désormais aux Etats-Unis -et non en Israël, bien sûr, faut pas déconner- quant à lui, à soixante-dix balais, il reste où il est, avec ses habitudes et ses petits plaisirs, sachant que les envahisseurs ne seront pas à Saint Germain des Prés avant un bail. Les beaux quartiers accueillirent en leur temps les immigrés du style Famille Yoppelbaum, maintenant aux banlieues de faire le boulot, chacun son tour! Mais il aura juste le temps de claquer, Prosper…après lui, le déluge!

Voilà donc pour ce garçon, au demeurant fort sympathique et parfaitement capable de s’enfiler ses quinze pastagas comme les copains. Comme quoi, on peut dire tout ce qu’on veut mais des hommes dignes de ce nom il s’en trouve partout, dans tous les milieux, dans toutes les religions…mais pas dans toutes les races, vu que ça, ça n’existe pas, cré vain dieu et par surcroit c’est défendu! Le seul ennui, c’est qu’il y en a peu, des hommes dignes de ce nom… sans compter que le plus souvent ce sont des femmes…

Allez, à bientôt, n’arrosez pas trop la victoire des Bleus-Foncés… si les Croates veulent bien, évidemment… et surtout évitez de vous essayer, en cas de but, à la danse du chimpanzé, pour ça il faut l’âge, la souplesse et les origines ethniques (j’ai pas dit raciales: pas fou) de nos aimables jeunes fouteballeurs, vous risqueriez l’entorse voire la coxalgie!

Bonne semaine à tous, les amis.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

(1) Gobi: appellation locale d’un poisson vulgaire et plein d’arêtes qu’on trouve au large de nos côtes.

29 réflexions sur “Prosper Yoppelbaum

  1. carine005 15 juillet 2018 / 15 h 30 min

    Il est pas mal, ton Prosper !
    Mais malgré sa très grande lucidité, bien supérieure (normal ^^) à celle de la plupart de nos concitoyens qui ne voient pas d’où viennent les coups (pas de Ricard ni de rosé, mais les autres coups), il ne nous dit pas grand chose du Chirac.
    Et c’est qui qui reste sur sa faim de savoir et sa soif de comprendre ? Hein ?
    Allez, bon match !
    Et croatobizouilles !

    J'aime

    • nouratinbis 15 juillet 2018 / 16 h 13 min

      Oui d’accord, mais Chirac on s’en fout, y a plus rien à dire!
      En revanche sur la rigueur de la construction, il y a en effet beaucoup à dire…
      Bon match aussi.
      Bleufoncébisouilles!

      J'aime

  2. Pr Calguès 15 juillet 2018 / 15 h 37 min

    Prosper : entrée en scêne d’un personnage fort sympathique… et avisé !
    Baïèta.

    J'aime

    • nouratinbis 15 juillet 2018 / 16 h 15 min

      Oui, un garçon lucide à qui il ne manque qu’un petit bout!
      Baïeta.

      J'aime

  3. elba 15 juillet 2018 / 15 h 56 min

    Je n’y avais pas trop réfléchi auparavant, Nouratin, mais qu’allons-nous faire de ce mot, à présent, si les races n’existent plus ? Vais-je devoir dire à une personne que je croise : « il est beau, votre chien, c’est quelle espèce ? »
    Moi qui ai toujours un dictionnaire « papier », vais-je devoir soigneusement rayer ce mot au crayon bille… sans compter que l’on ne pourra plus l’employer au scrabble, je suppose ?
    Après nous ôter le pain de la bouche, voilà que l’on nous en ôte les mots à présent ! Qu’allons-nous devenir ? Plus de race, plus de mademoiselle… Plus de quoi, bientôt ?
    Plus de nous un de ces jours, c’est certain, puisque nous mourrons tous… 😉

    Personnellement, j’ai vérifié sur le net : le mot race existe encore réellement, voyez :

    « Ensemble de personnes présentant des caractères communs (profession, comportement, etc.), et que l’on réunit dans une même catégorie : La race des gens honnêtes. » (https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/race/65899)… Le dictionnaire de 1939 de feu mon papa mentionne la même chose, quelques petites choses en plus concernant la filiation, telle la « race d’Abraham » (exit, la race d’Abraham ! héhé !). Sur internet ça va sans doute changer, mais faudra t’il brûler les livres anciens à cause d’une nouvelle ‘loi’ ? (snif !) Dans le dico cité plus haut, il n’est même pas question des animaux (chevaux, chiens, chats etc.)

    Bref ! La race humaine n’existe plus, donc ! On devrait faire ça avec les religions, ce serait sans doute plus profitable. Mais d’aucuns ne seront sans doute pas d’accord.

    Pour en finir, je pensais que Prosper, le chéri de ses dames, le roi du macadam, était mort et enterré. Je constate que je me trompais. Passez-lui le bonjour de ma part, même si je ne suis pas de la même r…(lire « espèce ») que lui, d’après ce que vous racontez de sa biographie.

    Un « bénit » dans votre texte comporte un « t » en trop, mais je ne sais plus où. Je vous laisse chercher si ça vous tente. (retrouvé : 4e paragraphe en partant de la fin de votre article « lieu béni »)

    Et puis, merci pour ce nouveau rendez-vous dominical : c’est toujours un plaisir pour moi de vous lire. J’ai d’ailleurs relu « petite ode » que j’apprécie toujours autant. (Devil’s Valentine également, mais j’ai une préférence pour le premier poème.)

    Plein de bisous, de la part d’une femme d’espèce blanche. 😉 (ça, on peut ?)

    J'aime

  4. nouratinbis 15 juillet 2018 / 16 h 22 min

    Comment dites vous? Une espèce de femme blanche?
    Non je plaisante, c’est grave parce qu’il va falloir faire un autodafé de tous les
    dictionnaires et autres encyclopédies, dare-dare encore!
    Merci pour béni(t) je vais corriger de ce pas.
    Et merci aussi pour « Petite Ode » c’est aussi mon préféré, la seule fois où j’ai
    réussi à aller presque jusqu’au bout sans déconner.
    Des tas de bisous.

    J'aime

  5. Boutfil 15 juillet 2018 / 19 h 35 min

    Bon maintenant qu’ils ont gagné, le Macron va pouvoir faire passer un tas de joyeusetés sans soucis , je ne sais pas comment c’est chez toi, mais à Paris, c’est de la folie, ceci dit,dès la semaine prochaine ils pourront à nouveau faire bruler les drapeaux bleu blanc rouge, qu’ils ont acheté en pagaille et agité depuis quelques jours
    gros bisous

    J'aime

    • Pangloss 16 juillet 2018 / 9 h 37 min

      Aux footeux, il va même réussir à mettre le ballon où je pense sans qu’ils s’en aperçoivent.

      J'aime

  6. nouratinbis 15 juillet 2018 / 20 h 14 min

    Hystérie collective et connerie à tous les étages, ça donne la nausée!
    Bon, je pense qu’à Paris au moins, ce soir, il y aura des morts, c’est
    prévisible.
    Et les drapeaux, oui, ils en feront un usage différent, ensuite…
    Gros bisous.

    J'aime

  7. Isabelle 15 juillet 2018 / 23 h 48 min

    Merci Noursratin,

    C’est dingue! Société de fous!

    Elba.

    il est beau, votre chien, c’est quelle couvée ? 🙂

    Bien à vous toustes,

    J'aime

  8. Pangloss 16 juillet 2018 / 9 h 35 min

    Le foot, c’est fait. Passons donc à autre chose (ça va être difficile pendant quelques jours encore) et saluons l’arrivée vacancière de ce Prosper bien sympathique. Belle trouvaille!
    Amicalement.

    J'aime

    • nouratinbis 16 juillet 2018 / 11 h 39 min

      Ils n’ont pas fini de nous courir sur le haricot avec leurs petites footades mais
      le plus dur est passé.
      Merci pour Prosper, ça va lui faire plaisir…à moi aussi d’ailleurs.
      Amitiés.

      J'aime

  9. G.Mevennais 16 juillet 2018 / 14 h 08 min

    Ah, vous savez que, dès le début, j’ai été séduit par vos « personnages », alors, un de plus, atypique de surcroît, c’est une superbe trouvaille. Pour le reste, ce n’est pas tant de s’être « un peu » intéressé au foot qui pose problème, mais l’hystérie généralisé que nous avons vécu depuis trois semaines, avec, en apothéose, le déferlement d’hier. Enfin quoi, un match de foot, fut-il prestigieux, mais sortir et manifester des millions de gens en France, et rien pour….. (il y a tellement plus de sujets dramatiques à énumérer, que j’y renonce).
    Amitiés, cher Nouratin et bonne semaine à tous/toutes.
    NB. je vous ai adressé, voici quelque temps, un p’tit mail concernant une « relation » réciproque.

    J'aime

  10. G.Mevennais 16 juillet 2018 / 14 h 23 min

    Oups : « l’hystérie généralisée que nous avons vécue. »… et puis la phrase d’après, c’est pas terrible.. « fait sortir et manifester… ». Voilà le résultat lorsque la flemme est à l’origine de l’absence de relecture….mea culpa !

    J'aime

    • nouratinbis 16 juillet 2018 / 17 h 40 min

      Mais non, c’était très clair, de toute façon vous en avez raz le bol du foot
      comme toute personne dotée d’un cerveau non exclusivement reptilien.
      Je vais regarder mes mails…
      Amitiés.

      J'aime

  11. Liz 17 juillet 2018 / 16 h 57 min

    Super Prosper ! Un cadeau cher Nouratin merci.

    Le mot race est proscrit, reste les couleurs, prière de sortir votre nuancier, le noir n’existe pas, il est marron, de même le blanc qui est couleur chair, rosé (Derrière Napoléon doit cultiver de joyeuses couperoses) ou bronzé sur les plages. Tant qu’à rectifier et oeuvrer dans le politiquement correct soyons précis.

    La race est remplacée par le sexe… polychrome sans doute et peu importe l’origine, la traçabilité saute aux yeux.
    L’histoire se complique avec les LGBT fragiles. Certains hommes se déclarent désormais femmes lesbiennes, donc ont des partenaires féminines. Des femmes optent pour la masculinité en dépit des apparences et avouent qu’elles sont gays, donc ont des partenaires masculins.
    Si bien que les uns et les autres ont des relations hétérosexuelles tout en… vous y comprenez quelque chose ? J’y perds mon latin de cuisine.
    C’est le N° de sécurité sociale qui va s’affoler !

    Je préférais le bon temps des races, c’était plus clair, si je puis dire.

    Bises et sourires non racialisés

    J'aime

    • Gérard 18 juillet 2018 / 19 h 57 min

      Comment ça, « non racialisé » ?
      On se tue à vous dire qu’il n’y a plus de race, donc plus de racialisés, ni de non racialisés puisque le critère de base n’existe plus.
      Faut vous le dire comment ?
      Bises et sourires quand même, mais point barre !

      J'aime

      • Liz 19 juillet 2018 / 17 h 38 min

        Ho pardon Gérard ! L’abus de jambon blanc ou de pays sans doute, mille excuses.
        Je vous renvoie, mais revenez vite, à Houria Bouteldja qui a déclaré : « Non à l’intégration, ni par le jambon, ni par le foot. » J’espère quelle ne pense pas à la désintégration, je lui souhaite longue vie, ailleurs de préférence. Dans un pays dont elle a la nationalité perpétuelle. Serait-elle, secrètement, racialisante ?

        Ethniquement vôtre donc !

        J'aime

    • nouratinbis 18 juillet 2018 / 20 h 00 min

      Hé oui mais que voulez vous, ça c’était avant; désormais ce sont les Sinoques
      qui ont pris le pouvoir.
      Bisous racés.

      J'aime

  12. Liz 19 juillet 2018 / 17 h 50 min

    Coucou Elba,

    J’ai commis une p’tite faute dans ma réponse à Gérard. Merci de la corriger dans un mail privé ou pas et aussi dans un éclat de rire.
    Ceci n’est pas un message crypté. Je l’jure Maître Nouratin.

    Les Français parlent aux Français… semaine du Grand Blanc, la braderie est fermée. Je répète…

    J'aime

    • nouratinbis 19 juillet 2018 / 18 h 34 min

      Des fois il vaut mieux crypter, ne prenons pas de risque inconsidéré…

      J'aime

    • elba 19 juillet 2018 / 21 h 29 min

      Restent (et non reste) les couleurs ? Mais ce commentaire était destiné à Nouratin, Liz. Non ? 😉
      Pour ce qui est de Gérard, c’est une apostrophe qui manque à « quelle »… ?

      Eclats de rires effectivement ! Et bisous… à tout le monde !

      PS – cet après-midi avec ma maman, j’ai regardé le tour de France. J’ai regardé les mollets des sportifs. (Jolis ! Pas mal du tout ! ;))Il n’y en a pas beaucoup de… disons « très bronzés ». Mais c’est vrai qu’il n’y a pas d’équipe de France de cyclisme.
      Je suis mauvaise langue, n’est-ce-pas ? Ma soeur m’a traitée de raciste. 🙂

      J'aime

      • J-J S 20 juillet 2018 / 7 h 19 min

        Normal Elba le vélo c’est bien plus dure que le foot et bien moins payé.
        Amitiés d’un vieux cycliste.

        J'aime

  13. elba 20 juillet 2018 / 9 h 01 min

    J-JS, je ne regarde pas le tour de France habituellement. Mais j’ai regardé exceptionnellement hier. J’ai trouvé effectivement que les coureurs avaient plus de courage et d’endurance que les footeux qui ne donnent un coup de collier que pendant… une heure (c’est ça ? ;)) mais j’ai aussi appris qu’il y avait à présent des magouilles, ou plutôt des tactiques qui faisaient que ce n’étaient pas les plus courageux qui étaient gagnants. Là aussi il y a de l’argent de brassé il paraît. (équipe Sky – anglaise – sponsorisée par un anglais plein de sous.)

    J’ai vu ce Steven (c’est bien ça ?) qui pédalait en tête depuis bien longtemps, se faire dépasser juste avant l’arrivée par ceux de l’équipe Sky, justement… J’ai trouvé cela injuste.

    Et personne ne parle de ceux qui terminent aux dernières places, mais qui se sont tout de même tapés ce tour de France avec courage.

    Les compétitions de sport nationales ou internationales finissent par me dégoûter…
    Amitié itou.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s