Langue vernaculaire

L’Algérie c’est très compliqué. Des siècles et des siècles de voisinage par Méditerranée interposée, mais aucune entente réelle, rien qui permette d’affirmer qu’un jour ou l’autre nous pourrons nous entendre avec ces voisins-là. Mes lointains ancêtres établis sur les rivages de la mer en question, nourrissaient à leur égard une trouille effroyable, au point, durant tout le Moyen-Age, de construire leurs villages au sommet d’éperons rocheux offrant une vue imprenable sur les embarcations approchant de la côte et constituant des positions défensives quasi-inexpugnable. Plus tard, aux XVI ème, XVII ème et XVIII ème. siècles, le danger se limitant à de brèves incursions plus ou moins nocturnes, ces braves-gens redescendirent en bord de mer, histoire de mieux profiter des avantages de la civilisation. De temps en temps toutefois, quelques filles ou quelques jeunes gens imprudents, se laissaient attraper par les « Barbaresques » lesquels les emmenaient de l’autre côté sur les marchés aux esclaves et, la plupart du temps on n’en entendait plus jamais parler. Du coup, aux XIX ème. siècle, les Français, joignant l’utile à l’agréable, décidèrent carrément d’annexer l’Algérie par la force, faisant ainsi disparaître les petits emmerdements sus-évoqués, tout en récupérant une colonie de première bourre. Un gros siècle plus tard, en 1962, sous la pression d’une communauté internationale américano-bien-pensante, la France renonçait et rapatriait les infortunés, coloniaux et autres Juifs et Harkis, dont le tort avait été de croire à la pérennité de ladite combine. Cela s’opéra toutefois au prix d’une espèce de guerre, fort malsaine au demeurant, dont les séquelles atroces  demeurent encore dans les esprits de ceux qui la vécurent.

Parmi ces derniers figure en bon rang notre ami Maurice, le vieux Maurice, le pilier à demis-pression du bistrot de cette brave Thérèse. Et il ne décolère pas, le cher homme, la rogne et la grogne à fleur de peau, dites donc!
– » Non mais des fois, vous réalisez, bordel de merde de putain de dieu, cet espèce de petite fiotte à deux balles qui présente ses excuses pour une ordure de sale traitre qui combattait contre nous, du côté des Fellouzes! Alors c’est ça Macrouille, l’intelligence avec l’ennemi, désormais, ça devient un titre de gloire, un truc à vous citer à l’ordre de l’Armée, pas vrai? L’acte héroïque par excellence! Non mais on part en couilles les pieds en avant, complètement, définitivement, sans rémission ni recours, la mort de mes os! Il aurait pu au moins attendre qu’on soit tous cannés, nous autres, les pauvres connards envoyés par la Répupu se faire crever les yeux et couper les baloches, juste pour obéir aux  socialos à la con, genre le pépère Guy Mollet et l’illustre Mitterrand, qui drivaient le truc à ce moment-là.
« Bien sûr, les Cocos étaient contre. Forcément. Une habitude bien ancrée chez ces endoffés de mes couilles qui n’obéissaient qu’à Moscou. Vieille habitude, vous savez, sans la disparition de l’Union-Soviétique ils en seraient encore là, c’était leur patrie l’URSS, leur raison de vivre et leur seul amour sincère. La France, elle, ils attendaient simplement qu’elle entre au bercail, qu’elle rejoigne la merveilleuse Internationale, celle dont ils rêvaient tous au point de se la fantasmer à bloc; la réalité virtuelle, ils avaient inventé, ces andouilles de Rouges! Ils voyaient, sentaient, dégustaient un machin qui n’a jamais existé que dans leur imagination à faucille et marteau, ils vivaient leur rêve, quoi, jusqu’au bout, jusqu’à la trahison, jusqu’à vouloir la mort des copains, parfois des frères…père et mère ils auraient liquidés, pour peu que l’ordre leur en arrive du Comintern, je vous jure!
« Sans compter qu’ils auraient eu bien tort de se gêner, les bougres, souvenez vous de Thorez, tiens…ah oui, comme tu dis Jeannot, c’est qui ça Thorez? Ben Thorez c’était un communard de haut vol dans les années trente à cinquante, un fumier qui préféra s’éviter le crève-cœur de combattre les Allemand en 39/40, vu qu’à l’époque ces derniers avaient signé le « Pacte Germano-Soviétique », en gros, Hitler et Staline, même combat! Alors pas question de guerroyer contre les Chleus…il  foutu le camp au Kremlin, le Thorez en question, et il y a passé toute la guerre…Mais non, Jeannot, enfin t’es vraiment con pire qu’un électeur socialiste, toi! Pas au Kremlin-Bicêtre, sacrebleu, à Moscou, merde! Bois ton pastis et ferme là, patate, on cause sérieusement, là! Je cause, merde! Oui, c’est ça, un déserteur, exact, un type qui est passé à l’ennemi, en somme…sauf que lui, il a eu la main heureuse, l’ennemi c’est devenu tout à coup le sauveur de la France, le « Petit Père des Peuples », comme ils disaient. Par contrecoup, les Communistes restés en France…ben oui, seuls les pontes triés sur le volet s’étaient vus invités en Russie, forcément… se sont mis à résister aux Fridolins. Au bout du compte, le camarade Thorez, au lieu de le refiler au peloton d’exécution ils en ont fait un ministre, à la Libération…Libération mon cul! Douze ans après on nous envoyait dans les collines de merde du Sud-Algérien pour défendre une illusion dont les ordures qui nous gouvernaient n’étaient même pas dupes. Une République de charognes, la Quatrième, un conglomérat informe de Communards et de Socialos avec une bande de centristes-ventre-mou, le MRP, qui venaient compléter le tableau. Et nous autres, on crevait pour ça, pour rien, mais souvent dans la douleur, vous savez, les libérateurs de l’Algérie se faisaient un plaisir, quand ils chopaient l’un des nôtres, de se venger avec la cruauté la plus recherchée, de tous les profiteurs du burnous qui sue.
« Alors, évidemment, quand l’armée en chopait un, elle le faisait parler. Rien de glorieux, je reconnais… Seulement elle a sauvé beaucoup de copains, la gégène, faut savoir ce qu’on veut, quand vous lui brûlez le bigoudi-valseur au deux-cent-vingt volts, le type a tendance à s’exprimer, voyez vous, il n’apprécie que lorsque ça s’arrête, alors il fait tout pour… Mais le communiste de Présipède, là, le traitre bien aimé à qui il demande pardon au nom de la Répupu Franchouille, on n’a pas dû avoir besoin de le mettre au courant avec les électrodes, le mec, en général ceux-là parlaient avant…L’électrification c’était pour les plus durs, les combattants du Bled profond. Mais ils l’ont zigouillé, au couteau, le Coco, c’est ce con d’Ausaresse qui est allé raconter ça avant de claquer… le gâtisme, faut croire, on ne sait même pas si c’est vrai. En revanche, la certitude c’est que le défunt combattait contre nous, ses compatriotes, ses copains, ses amis, ses frères si ça se trouve, et il dégoulinait de leur sang, la salope! Et maintenant, l’autre petit trou du cul qui va présenter les excuses! Ce faisant ce faisan nous crache à la gueule, l’enfoiré…mais c’est vrai aussi qu’on est des vieux…et des morts, souvent…alors qu’est-ce qu’il en a à foutre, hein, je vous le demande? Les vieux votent mal et les morts, plus du tout…les descendants de Fellaghas venus chez nous pour toucher les presta, oui par contre, ils peuvent, en tout cas ils ont le droit, putain d’adèle! Comme les derniers Communistes, les Antifas, les Mélanchonicoles, les Gauchiards de tout poil….Vous voyez, y a pas photo… »
Et d’engloutir son demi, d’un trait, sans pose ni répit! Que voulez vous, pris pour un con à ce point là, et sans presque plus personne qui comprenne par dessus le marché, ça doit donner soif, à tout le moins. Pourtant quand on a passé les quatre-vingts, normalement, l’injustice et l’ingratitude on y est bien habitué…allez comprendre, certains possèdent encore un cœur de midinette…il n’a pas la tronche à ça, le  Maurice, mais ça reste un gros sensible!

Nous autres, les plus jeunes, enfin les septuagénaires, tout de même…comme quoi la relativité mène le monde, nous gardons à l’esprit les souvenirs cuisants de l’Algérie mortelle. Ma mère, paix à son âme pure et délicieuse, vivait avec la terreur de me voir partir un jour avec le sac sur le dos et finir, un autre, enterré avec la tête qui dépasse et la bite dans la bouche. Quand de Gaulle a lâché l’affaire, je ne vous raconte pas le soulagement. Une délivrance, carrément! Eh oui, elle en connaissait plein, des mères de troufions, appelés pour l’autre côté de la mer, l’autre côté de la vie, le moche, l’affreux, celui de la peur et du temps qui semble passer à l’envers jusqu’au jour de la sale nouvelle… Pourtant en 62 je cognais à peine les quatorze piges, c’est dire si on n’en voyait pas la fin de cette horreur…
Alors bon, nous autres, nous savons encore un peu de quoi il veut parler, le vieux Maurice. En revanche, un type comme Foupallour, avec sa poignée d’années en moins, il a déjà du mal à capter… Par conséquent,  vous pensez, le Président de la République!

Et puis, Macrounette c’est l’Empire des Bobos, le règne des fils à papas, papas « progressistes » comme on dit maintenant, souvent soixante-huitards. Bande de tordus irrécupérables, ignorants de la vie, aveugles de naissance, tout juste bons à coller des Ferrand  au Perchoir de la Représentation Nationale. Le règne des couillons bisounoursiques et des petits escrocs minables qui tirent les marrons du feu. A vomir! Et puis vous savez, il n’y en a vraiment pas un pour relever l’autre, tous vérolés jusqu’au fond de la cervelle… Regardez donc Blanquette, au hasard, celui de l’éducation bordello-nationale, un mec bien, celui-là, qui promettait de revenir aux vieux principes pédagogiques, ceux qui avaient fait leurs preuves, avec en prime de l’ordre et de la discipline… de toute façon tant qu’on prononce juste des mots, on peut y aller carrément, sans compter, ça ne coûte pas bien cher, juste d’ouvrir sa grande gueule… Mais quand il s’agit de passer aux actes, il fait quoi, le sauté de veau? Ben oui, il nous leur met l’arabe en première langue, à nos chères têtes blondes un peu crépues dans les tons foncés… Comme ça au moins c’est clair, ils savent où ils sont, les bambins: en terre d’Islam! La Répupu leur apprend la langue vernaculaire, celle du Prophète, c’est y pas le bonheur, ça?

Allez, bon Dimanche à tous, faites bien attention en traversant, aujourd’hui y a pas de bagnoles et les vélos c’est silencieux!

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

32 réflexions sur “Langue vernaculaire

  1. Pangloss 16 septembre 2018 / 9 h 08 min

    Les vélos sont silencieux comme les couteaux qu’on vous plantera dans le dos avant de crier Allah Akbar.

    J'aime

    • nouratinbis 16 septembre 2018 / 18 h 22 min

      Comme quoi le bruit n’a pas que du mauvais…
      Amitiés.

      J'aime

  2. Fredi M. 16 septembre 2018 / 9 h 56 min

    Je prédis à Macron une fin à la Hollande.
    Et, comme lui, il sera infichu de se représenter.

    J'aime

    • nouratinbis 16 septembre 2018 / 18 h 23 min

      Il a quand même des soutiens solides, le bougre, je suis moins optimiste que
      vous…mais j’espère que vous avez raison!
      Amitiés.

      J'aime

    • Branlon Mado 16 septembre 2018 / 20 h 56 min

      Et il sait parler aux cons, c est le secret de la politique : parler au plus grand nombre, ceux dont l ignorance crasse le dispute à la stupidité la plus cretine.

      J'aime

      • nouratinbis 17 septembre 2018 / 4 h 20 min

        Que voulez vous, c’est la démocratie..
        .
        Amitiés Branlon.

        J'aime

    • carine005 18 septembre 2018 / 15 h 45 min

      Perso, je préfèrerais une fin à la Ceaucescu…
      Mais on n’a pas toujours ce qu’on veut.

      J'aime

  3. Gérard 16 septembre 2018 / 17 h 26 min

    Macrouille, c’est comme les crouilles, il me casse les couilles, cette andouille.
    Ceci dit (est un bicot) veuillez agréer mes amitiés.

    J'aime

    • nouratinbis 16 septembre 2018 / 18 h 24 min

      Ceci dit, belle abbesse…comme disait Pierre Dac.
      Avec mes sentiments amicaux.

      J'aime

  4. Boutfil 16 septembre 2018 / 22 h 30 min

    Quand j’ai entendu ça, j’en revenait pas, j’étais déjà dans la vie active comme on dit, et mes copines apprenties, certaines venaient de rentrer avec leur valise, et puis il y avait l’OAS à Paris, des attentats et puis Charonne, qui s’en souviens aujourd’hui ? on avait des copains qui partaient, ils avaient tout juste leur 18 ans dans le paquetage, certains y sont restés 36 mois, d’autres complètement , avec des mères tout en noir sans le quartier, alors d’entendre que le Macron, qui n’était même pas une envie dans les bottes de son vieux parles d’excuses pour un pourri de traitre qui ne méritai que 12 balles, franchement, c’est une belle saloperie !

    Ce pays va mal, très mal et c’est de pire en pire puisque maintenant, les traitres sont des héros

    Gros bisous et bonne semaine , nous serons avec quelques nauséabonds comme chaque année dans l’Aveyron, l’amitié réchauffe !

    J'aime

    • nouratinbis 17 septembre 2018 / 4 h 23 min

      Nous partons en quenouille.
      Bon séjour, amitiés aux copains.
      Gros bisous.

      J'aime

  5. Anonyme 17 septembre 2018 / 6 h 25 min

    … »aujourd’hui y a pas de bagnoles et les vélos c’est silencieux! »…

    Oui, même à Trégastel, et enfourchés par de jolies filles, par un soleil magnifique… Quel plaisir au retour de vous lire en découvrant cette superbe conclusion d’un article au sujet si sérieux.

    Toujours votre humour, qu’on a envie de faire illico partager ; et parfois en commentaires sur des sites… plus laïques et républicains

    Votre Vieux Marcel sait si bien raconter l’Algérie Française, de sa création à la séparation dans d’autant d’atroces douleurs.

    Merci, pour ce billet encore, et pour ceux que l’on apprécie mais que vous le dire passerait pour flagornerie.

    J'aime

    • nouratinbis 17 septembre 2018 / 17 h 17 min

      Vous êtes trop aimable! Mais attention, lui c’est Maurice, Marcel c’est juste
      Grauburle, le retraité des PTT (comme dit Maurice).
      Merci à vous.
      Amitiés.

      J'aime

  6. Liz 17 septembre 2018 / 13 h 44 min

    Macron n’est qu’un démarcheur, il oeuvre dans le ratissage large, le clientélisme électoral. L’histoire de France et ses pics douloureux, il s’assoit dessus, ça doit lui faire du bien.
    C’est la répupu (comme vous le dites Nouratin) qu’il veut promouvoir, pour ses adeptes de la truelle et du compas. La répupu est une entité vague, pas une nation. Donc soluble dans le magma européiste/bancaire/apatride.

    Je suis une descendante de Pieds-Noirs. Des pieds-Noirs blonds, ce qui en a surpris plus d’un. Dans « Pieds-Noirs » il y a « noir ». Passons…
    Les anciens de ma famille sont blessés par cet esprit de repentance à l’adresse de Maurice Audin. Un traître. Paix à son âme.
    Mes ancêtres ont été impliqués dans cette histoire frauduleuse, ils ont cru, ils ont perdu.
    J’ai, dans mon héritage, les deux fauteuils dans lesquels Roger Degueldre s’est assis avant l’attaque de la villa rue Faidherbe, occupée par les barbouzes de la répupu. Il s’en est suivi une prise d’otage de ma famille ce jour de l’an 1961/1962. Fort heureusement tout le monde a été sauf.

    L’histoire est écrite par les vainqueurs. Il reste toutefois ici et là, pour cette aventure et d’autres, quelques traces honnêtes :

    Cliquer pour accéder à dommergue-polacco-de-menasce-roger-auschwitz-le-silence-de-heidegger.pdf

    Pour ceux qui voudraient approfondir, lire « l’Algérie » de Bernard Lugan, un grand amoureux de l’Afrique.

    Merci Nouratin, des bises à tous une de plus à vous, tendre.

    J'aime

    • Pr Calguès 17 septembre 2018 / 14 h 03 min

      Chère Liz, je vous trouve bien du mérité d’essayer de convaincre et de défendre la Mémoire.
      Bien du mérité car c’est souvent peine perdue.
      Merci et bravo.

      J'aime

      • Liz 17 septembre 2018 / 14 h 28 min

        Cher Pr Calguès,

        Je n’essaie pas de convaincre, je transmets à ceux qui veulent bien s’ouvrir à autre chose qu’à la propagande. Je n’exclus pas mes erreurs d’appréciation et ne demande qu’à comprendre.
        Je ne suis que « de là où je viens ».
        Toute expérience demande à être replacée dans son contexte.
        Un regard défocalisé est le bienvenu. C’est ma définition de l’honnêteté intellectuelle.
        Il est évident que je conchie l’idéologie péripatéticienne.
        Chez Nouratin, un vent de liberté souffle, entre sourire et rire gaulois, je me permets d’ouvrir les écoutilles pour laisser filtrer une autre information.

        Merci pour le bravo, merci pour le partage.
        Bises

        J'aime

    • nouratinbis 17 septembre 2018 / 17 h 24 min

      Et oui, les « Pieds Noirs », les vrais, étaient plutôt blonds, des Français, en somme.
      Les autres c’étaient des Espagnols, des Italiens, des « Juifs indigènes » comme les
      qualifiait la IIIème Répupu, laquelle prenait moins de gants que celle de Présipède.
      C’est une histoire qui mériterait d’être contée par des gens honnêtes, pas par des
      politicards à brouettes d’arrière-pensées.
      Douces bises.

      J'aime

  7. Pr Calguès 17 septembre 2018 / 13 h 48 min

     » annexer l’Algérie par la force, faisant ainsi disparaître les petits emmerdements sus-évoqués, tout en récupérant une colonie de première bourre »…

    Quand les Français sont arrivés en 1830, mon cher Nouratin vous le savez bien, la colonie était loin, très loin, d’être une colonie de première bourre comme vous écrivez

    Mais je suis comme le vieux Maurice : « je n’ai pas la tronche à ça, et je reste un gros sensible », aussi je préfère me taire désormais et ruminer dans mon coin la honte et l’affront que le garde du corps de Benalla, dixit J.Y.Leconte …, a occasionnés à notre bien-aimé pays !

    Tiens, du coup, j’engloutis mon demi, d’un trait, sans pose ni répit,..
    In memoriam !
    Amitiés.

    J'aime

  8. nouratinbis 17 septembre 2018 / 17 h 32 min

    Je vous comprends parfaitement, vous savez, comme je comprends Liz, et tous
    mes vieux potes qui viennent de là bas. Je pense malgré tout qu’il ne fallait pas
    aller en Afrique -ni d’ailleurs en Asie- le système du « ôte toi de là que je m’y
    mette » me semble injuste et porteur de vengeance potentielle, c’est ce que nous
    payons aujourd’hui…très cher!
    Allez, je trinque avec vous, de toute façon, trinquer c’est notre lot, à nous autres!
    Amitiés.

    J'aime

    • Liz 17 septembre 2018 / 21 h 10 min

      Trinquons donc cher ami, nous sommes j’en suis certaine, d’excellents trinqueurs qui n’ont pas d’autre choix que d’aimer l’instant présent quoi qu’il arrive.
      Comme vous, je pense que l’aventure africaine était porteuse de retours malencontreux. Il aurait été plus astucieux de commanditer le Maroc et la Tunisie pour s’approprier des terres qui n’étaient algériennes que parce que la France l’avait décrétée. L’Algérie n’existait pas.

      C’est le sourire qui anime ma réflexion paisible et sans concession.

      J'aime

      • nouratinbis 18 septembre 2018 / 8 h 07 min

        Les Chinois l’ont bien compris:ils achètent et ensuite ils font suer le boubou. Ce n’est pas de la colonisation, juste du bizness.
        Bises.

        Aimé par 1 personne

  9. PR CALGUÈS 18 septembre 2018 / 10 h 00 min

    Hors sujet mais je la pose quand même :
    quelqu’un a-t-il des nouvelles de Marc Leroy le talentueux blogueur de LA PLUME À GRATTER ?

    J'aime

    • Liz 18 septembre 2018 / 11 h 40 min

      Peut-être le trouverez-vous sur Facebook ? Je ne suis dans aucun réseau social, ne peux donc effectuer cette recherche.
      J’allais régulièrement voir ce que grattais la plume.

      J'aime

    • nouratinbis 18 septembre 2018 / 14 h 48 min

      Perdu de vue depuis longtemps, faudrait voir avec Boutfil, après son retour de
      vacances.

      J'aime

  10. Jeannot Scours 18 septembre 2018 / 13 h 17 min

    Quand même ce Maurice, traiter Aussaresses de gâteux …. un peu de respect pour Soual tout de même. Et puis sa dernière saillie verbale n’était elle pas un petit scrupulum glissé dans la botte merdeuse de la répupu ?
    Enfin, les choses étant ce caleçon, je me couperais les joyeuses rien que pour voir des Hommes façon Massu, Commandant O, Denoix de Saint Marc remettre de l’ordre dans la chambrée .
    Amitiés

    J'aime

    • nouratinbis 18 septembre 2018 / 14 h 47 min

      Ah ben vous savez, c’est Maurice, ça, on n’y peut rien…
      Sinon c’est vrai qu’on manque un peu de remetteurs d’ordre, ça
      s’est perdu en 68…
      Amitiés.

      J'aime

  11. carine005 18 septembre 2018 / 15 h 47 min

    Pensez printemps !
    Trogneuzobizouilles (pouark !)

    J'aime

    • Gérard 18 septembre 2018 / 20 h 29 min

      Euh … après la rentrée, l’autre, il a plutôt l’air de penser automne, non ?

      J'aime

      • nouratinbis 19 septembre 2018 / 8 h 03 min

        Qu’il pense ce qu’il veut ce bazigut!

        J'aime

  12. G.Mevennais 22 septembre 2018 / 17 h 17 min

    Excusez moi, j’étais parti vomir !! Des traites de cocos, pas ceux « de base », souvent sincères, je parle de ceux « d’en haut » et des intellos, il y en a eu un bon nombre, à commencer pas sartre, de beauvoir, sagan….(sans majuscules) tout ce beau monde se vantant d’avoir, eux aussi, été porteur de valises FLN. Quant aux deux premiers sus nommés, ils s’étaient auto-proclamés « juges » à la libé. avec les « saloperies » qui en ont découlées ! Que de français (toujours sans majuscules pour les qualifer) dégueulasses…..
    Amitiés, cher Nouratin, et bonne semaine à tous/toutes.

    NB j’étais absent depuis huit jours (je bouge beaucoup) et demain, je file en « Aveyron » passer la journée en compagnie de la bande de « nauséabonds ». (J’en profiterai pour prendre des nouvelles de Marc Leroy).

    J'aime

  13. nouratinbis 22 septembre 2018 / 20 h 44 min

    Tous ces salauds-là ont bien vécu, riches et adulés, pendant que Maurice et ses copains se faisaient massacrer par les glorieux combattants du FLN…Les ancêtres de nos « chances pout la france »…les temps se suivent et se ressemble, la gauche est toujours aussi stupide.
    Amitiés à vous et transmettez en aussi aux amis nauséabonds.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s