Quand on crache en l’air…

Vous savez, au fond on s’en fout bien pas mal de leur remaniement à coulisse. De toute façon tout le monde sait bien qu’il s’agit en l’espèce de magouillages politicards à la petite semaine, la difficulté vient de là, sans quoi le premier couillon venu ferait l’affaire pour assurer le remplacement de Gégé-Gnafron la gatouille. Et puis de toute façon, un ministre ça ne sert pas à grand chose…à rien, même, si on y regarde bien. De nos jours les types qu’on colle dans cette sorte de fonction n’ont de raison d’être que publicitaire, c’est de la communication appliquée, de la figuration intelligente…enfin, bon, de la figuration, on va dire. Les choses suivent leur cours naturel et les Administration tiennent les rênes, le peigne-cul qu’on place dans le grand bureau à dorures du dernier étage, lui, il promène, donne des interviews, fait le beau devant l’Assemblée à lire avec plus ou moins de conviction les réponses soigneusement préparées par son cabinet… Pourquoi ça s’appelle un cabinet, au fait, vous y avez déjà pensé, à ça? Moi je vous l’apprends sans doute mais l’explication c’est qu’il s’agit d’un lieu clos qui utilise beaucoup de papier et qui nous fout dans la… Enfin vous voyez ce que je veux dire.

Donc nous n’avons toujours pas de remaniement et nous survivons sans problème, n’en déplaise aux media qui, d’ailleurs, ont fini par se désintéresser de la question pour passer à du plus concret. La taxe foncière, par exemple, où l’on peut constater les ressorts les plus évidents du macronisme: l’arnaque de bas étage, le jeu de trompe couillon élevé à la hauteur d’un principe de gouvernement. Le petit Présipède, souple comme un renard et malin comme un roseau, nous a pondu le coup de la taxe d’habitation: on supprime, voilà! Un impôt injuste à la con qui va disparaître, bonne nouvelle, non? Alors, attention, hein, pas pour tout le monde, mais 80% quand même des corniauds qui jusqu’à présent la payaient…en attendant les autres, enfin pas tout à fait tous mais presque…bon, pas sur les résidences secondaires mais sur les principales, bien sûr… l’ensemble, non, naturellement, mais la plupart, voire un peu plus si affinités! Voilà où nous en sommes, pas vrai? Ce sont des choses qui renforcent grave la crédibilité macronistique! Avec ça vous êtes fixé!
Cependant, le petit Macrouille, non seulement il nous raconte de jolies histoires pour endormir les bambins, mais encore le truc qu’il a oublié de préciser reste tout de même que les communes en faisaient leurs choux gras, de la taxe en question. La disparition d’une source de revenus ça entraîne quoi lorsque ça frappe un machin démocratique quel qu’il soit? Ben oui, la recherche immédiate d’une ponction compensatoire, d’un nouvel impôt, ou de l’alourdissement d’un déjà existant à proportion du préjudice subi. Une municipalité placée devant ce type de dilemme ne se chatouille pas longtemps.  N’imaginez surtout pas qu’elle envisagerait de faire des économies, de virer tous ses fonctionnaire territoriaux qui n’en branlent pas une, soit la quasi-totalité, d’arrêter les subventions aux associations, surtout celles qui procèdent des mouvances porteuses d’espoir, l’islamiste notamment, de cesser d’arroser les entreprises à fort potentiel d’influence par des travaux publics ou des commandes de biens et fournitures diverses dont l’utilité n’est évidemment contestée par personne, à part peut être la Cour des Comptes, mais ça tout le monde s’en fout, la Démocratie guidant en maîtresse dominatrice le petit univers politicard! Non, les Maires et leurs sbires, que font ils en pareil cas? Hé bien ils augmentent la taxe foncière. Voilà tout. Les vases communicants, en quelque sorte. Et là, je vous assure, il y a de quoi rigoler comme des bossus, parce que les gogos qui la payent, la taxe en question, ce sont les propriétaires, les riches, si vous préférez, les petits rigolos qui ont su se constituer un patrimoine immobilier, même si, pour nombre d’entre eux, ils en chient comme des russes et se serrent une ceinture à crans multiples pour rembourser leur emprunt. Là où ça devient désopilant c’est lorsqu’on réalise que ceux-là, justement, constituent les fameux 20% qui continueront à raquer la taxe d’habitation…la double peine…ne rigolez pas trop, surtout si vous vous sentez cons-cernés, parce que, figurez vous, elle va augmenter, celle-ci, vu que forcément les cons qui la payent se raréfient de manière drastique; la bonne vieille méthode fiscalo-franchouille: on réduit l’assiette et on majore le taux de prélèvement! Personne n’ignore qu’il faudrait faire tout le contraire mais la raison et la démagogie font mauvais ménage, la seconde apparaît tellement inhérente à la République dont elle est le corollaire obligé, qu’elle ne saurait céder le pas à quoi que ce soit, fût-ce à l’intérêt bien compris du pays et de ses soi-disant citoyens.
Le tribuable proprio, celui qui fait également partie de la minorité assujettie à l’impôt sur le revenu, verra donc ses deux taxes favorites de l’Automne, augmenter simultanément et dans des proportions variables selon la localisation de ses biens. Par exemple, le Niçois se morfle une augmentation de 20% dans les gencives, au titre du foncier…auxquels il conviendra d’ajouter, le mois prochain, 10% de mieux pour la taxe d’habitation… De quoi, foutre à Papa-Noël des bâtons dans les roues du traineau!
Et tout cela, nous le devons à qui? A Présipède, bien sûr, au premier chef (c’est le cas de le dire). Mais là où on se marre vraiment, c’est quand on se souvient que l’écrasante majorité des baisés d’aujourd’hui avait voté pour ce mec là, l’an dernier! Quand on élit un bougre de ce calibre, il ne faut pas s’étonner de l’avoir ensuite dans le baba! Ça me fait penser aux retraités, lesquels viennent maintenant pleurer dans le giron de Macrounette comme quoi ils s’en sont ramassé plein la musette entre la CSG et la stagnation des pensions! Fallait y penser avant, brave-gens; et quand il vient gentiment vous prier d’arrêter de vous plaindre, comme le préconisait si bien son illustre prédécesseur Charlot Gros-Pif, vous n’avez rien d’autre à faire que de l’écouter et vous écraser comme des pignoufs que vous êtes. Quand on crache en l’air…

En somme, si vous examinez bien le problème, nous avons actuellement un gouvernement de rigolos, avec une sorte de grand dépendeur d’andouilles barbu à sa tête, ministre de l’intérieur par intérim et par surcroît. Au dessus, un président de la république dont chacun commence maintenant à mesurer l’insipide vacuité. Le monde autour de ces rigolos est en train de changer, les nauséabonds gagnent chaque jour du terrain, ils ont le pouvoir aux États-Unis, ils vont le prendre au Brésil, ils font tache d’huile en Europe! Merkel ne saurait tarder à se faire balayer en Bochie, le scrutin bavarois, ce soir, devrait confirmer une progression fulgurante des horribles fachos de l’AfD… Et nous, ce sont les socialistes recyclés et leurs coadjuteurs ex-UMP, les plus opportuno-mollassons, que nous continuerons à nous farcir pendant encore près de quatre ans, sinon jusqu’en 2027 puisqu’il ne faut jamais sous-estimer le corps électoral du pays des droidlom dans sa capacité à privilégier presque toujours la solution la plus imbécile, dans la mesure où c’est celle qui fait le moins peur. Et bien entendu, quand on constate les dégâts, on râle! Pauvres bêtes!

Nous avons donc tout machiné bien comme il faut pour l’avoir dans le prose. Toutefois, certains y gagneront, nécessairement. Mohamed et Mamadou, en particulier…si j’ose dire. A part ça tout baigne, n’est-ce pas, nous n’allons pas tarder à avoir un pape, je veux dire un ministre de l’intérieur… Que diriez vous de Castaner, tiens? Il est bien de l’intérieur, celui-là! Forcalquier on ne saurait trouver mieux adapté. Et puis, il n’y a pas si longtemps il détenait encore sa belle carte du Parti Socialiste…il devrait la garder en souvenir d’ailleurs, ça ne va pas tarder à devenir collector ce bidule!

Allez, bonne semaine à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

20 réflexions sur “Quand on crache en l’air…

  1. elba 14 octobre 2018 / 18 h 53 min

    On a vraiment besoin d’un sinistre de l’intérieur ? Pour le moment il n’y en a pas, et je ne vois pas de différence. Les gens du « cabinet » (excellente définition de votre part :)) doivent toujours travailler comme d’habitude.
    Ça ferait une petite économie (toute petite, certainement, mais il n’y a pas de petites économies à ce qu’on dit) d’avoir un ministre à payer en moins.

    Bisous et bonne soirée.

    J'aime

  2. nouratinbis 14 octobre 2018 / 19 h 17 min

    Si on les supprimait tous, là oui, on économiserait des milliards!
    Ce n’est pas tant ce qu’ils gagnent, qui pose problème, c’est ce qu’ils coûtent
    avec toutes leurs initiatives.
    Gros bisous.

    Aimé par 1 personne

  3. Boutfil 14 octobre 2018 / 20 h 46 min

    Je viens de lire ta définition du cabinet à l’homoconjointus, ça l’a fait rigoler, bien vu a-t-il dit ,

    virer tous les territoriaux qui n’en branlent pas une,? mais tu veux la chienlit ( comme disait le grand Charles ) à la république , déjà que c’est très occupé par les végan, les anti-chasse, les marcheurs du climat , les sans-papiers qu’en veulent, y’a plus de place !

    Allez, bonne semaine, sans sinistre de l’intérieur, je trouve que c’est calme d’ailleurs

    gros bisous

    J'aime

  4. nouratinbis 14 octobre 2018 / 21 h 15 min

    Ca ne va jamais aussi bien que lorsqu’ils ne sont plus là. Je me souviens de
    la Belgique qui, une fois, s’est retrouvée longtemps sans gouvernement: une
    embellie comme on n’en avait jamais vu!
    Gros bisous.

    J'aime

  5. Pakounta 15 octobre 2018 / 8 h 37 min

    Avec vous, j’ai l’impression de comprendre les mécanismes de notre sodomisation, expliqués en douceur et avec le sourire. Merci.

    J'aime

    • nouratinbis 15 octobre 2018 / 14 h 49 min

      Merci à vous, c’est assez simple, il suffit de faire semblant de mettre
      un peu de vaseline…
      Amitiés.

      J'aime

  6. Fredi M. 15 octobre 2018 / 9 h 11 min

    Que les impôts baissent en France voilà qui aurait été une première…

    J'aime

  7. Pangloss 15 octobre 2018 / 9 h 45 min

    Les électeurs de Macron voulaient des promesses: il en ont eu. Et avant les élections encore! De quoi se plaignent-ils?

    J'aime

    • nouratinbis 15 octobre 2018 / 14 h 52 min

      Il est vrai que la Répupu n’a jamais été avare de promesses, surtout avant
      les élections, après, bien sûr, on comprend…
      Amitiés.

      J'aime

  8. Jeannot Scours 15 octobre 2018 / 11 h 37 min

    Aujourd’hui autour de moi de plus en plus de tribuables soumis au tryptique – impôt sur le revenu – taxes habitation – taxes foncières se mettent en « marge » de l’état qui n’assure plus ses fonctions, hormis pour les nouveaux citoyens issus des masses tiermondisées.

    croyez moi, faire de la décroissance et vivre avec peu, quitter les métropoles pour les villages tranquilles, bref être bénéficiaire net au lieu de contributeur, c’est la mort programmée de la république.

    La courbe de Laffer s’appliquera pleinement , les arbitrages entre fruits du travail confisqués et loisirs subventionnés vont être conséquents.

    Aimé par 1 personne

    • nouratinbis 15 octobre 2018 / 14 h 54 min

      Ben oui, à force on finit par s’adapter…ou foutre le camp!
      Amitiés.

      J'aime

  9. berthon 15 octobre 2018 / 12 h 01 min

    Le 17 septembre, la ministre des Transports Élisabeth Borne a confirmé la poursuite de la hausse de la taxation écologique. « Le gouvernement a annoncé une trajectoire carbone pour tenir compte de la pollution des carburants fossiles qui a été annoncée et les taxes vont continuer à augmenter », a-t-elle affirmé. Elle a indiqué que le projet de loi de finances pour 2019 prévoyait une hausse des taxes sur le diesel de 7 centimes par litre au 1er janvier 2019, tandis que celles sur l’essence monteront de 4 centimes.

    J'aime

  10. elba 15 octobre 2018 / 14 h 58 min

    A propos de taxe écologique, il serait peut-être bon de taxer les cargos porte-containers qui polluent les mers et dépensent des fortunes en carburant. Et puis aussi les yachts de trois étages ou plus, avec hélico privé, qui « ornent » par exemple le port de Barcelone… Mais qui battent pavillon étranger, bien entendu !

    Au lieu de cela, l’état taxe les petits « sans dents » et j’avoue que ça m’inquiète un peu pour ma petite 206 diesel qui n’est plus de la première jeunesse – comme moi d’ailleurs – et que je n’ai pas vraiment les moyens de changer.
    J’ai pourtant un grand besoin de ma voiture, puisque je vis dans un petit village de la France Profonde, où la vie est encore douce et relativement calme, où les gens, à défaut de parler un bon français, gardent parfois le patois de leur enfance et où l’on profite de la campagne. Et je suis tout à fait d’accord avec vous, « Jeanne au secours » en ce qui concerne la décroissance.

    J'aime

  11. nouratinbis 15 octobre 2018 / 15 h 05 min

    Hé oui, que voulez vous, l’impôt écologique c’est comme les radars, ça fait rentrer
    des sous et en plus c’est pour notre bien!
    Amitiés.

    J'aime

  12. Liz 15 octobre 2018 / 20 h 49 min

    La taxe supprimée masque la taxe réactivée. Bonne pioche de toute façon pour Bercy-racket.

    Il y a aussi l’omelette norvégienne, froid dedans, chaud dehors ou l’inverse, recette façon GIEC. Le principe est comme toujours, celui de la peur et de la culpabilité payante, organisées à l’échelle planétaire.
    L’invention climatoxique, taxée à hauteur du mensonge :
    http://echelledejacob.blogspot.com/2018/10/lescroquerie-du-rechauffement.html#more
    Courage, bois, cachemire, alpaga et mérinos, le réchauffisme survivaliste immédiat et organisé.

    Cracher en l’air comme un couillon s’exerçant au boomerang, nous sommes d’accord, ça n’arrange pas les gencives. Ainsi soit-il pour le retour du lancer de bave.

    Bises à tous, une de plus à vous Nouratin

    J'aime

    • nouratinbis 17 octobre 2018 / 14 h 02 min

      C’est le retour qui est contrariant,avant ça va tout seul!
      Biz Liz

      J'aime

  13. G.Mevennais 17 octobre 2018 / 16 h 41 min

    Coucou ! Me voilà de retour, un peu inquiet de retrouver le Languedoc, mais, en ce qui me concerne, pas trop de problèmes. Enfin, je vais rester sédentaire jusqu’à la mi-avril (si tout va bien) et ainsi vous lire dès la parution de vos billets.
    En ce qui concerne les impôts locaux, d’ailleurs c’était une preuve du « concubinage gouvernement/journalistes », personne n’avait soulevé les trois problèmes pouvant découler de la « suppression » de la taxe d’habitation, à savoir :
    – Le calendrier de cette suppression, et les ayants-droits.
    – L’éventuel incidence sur l’augmentation du taux pratiqué par les mairies.
    – L’éventuel incidence sur la taxe foncière.
    Les bons couillons de Français ont marché comme d’hab. Ainsi vont les choses en « franchouillie »

    Amitiés, cher Nouratin et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles

    J'aime

  14. nouratinbis 17 octobre 2018 / 20 h 59 min

    Nous sommes à la merci d’une bande de malfrats soutenue par des millions
    d’abrutis….Remarquez, c’est la définition de la démocratie, ça…
    Amitiés.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s