Manifestations

Manifester c’est vachement bien! Démocratique et tout, incontestable, légitime, droidlomesque, bref une véritable perfection issue de toute une vieille tradition républicaine qui fait chaud au cœur du citoyen conscient et sincère dans sa foi personnelle, qu’elle soit de droite, de gauche ou de quelqu’autre nature. Tout cela part de la vieille idée qui consiste à descendre dans la rue. Pourquoi faire? Là l’affaire devient déjà plus compliquée. Dans le temps les choses paraissaient tout à fait claires, on descendait (sauf les habitants du rez-de chaussée et des sous-sols, naturellement) puis, de son côté, le détenteur du pouvoir envoyait l’armée, la garde, enfin tout corps plongé dans une situation insurrectionnelle et susceptible de la faire cesser en tirant dans le tas. Il arrivait parfois que le big-boss se dégonfle un peu, ce qui a débouché sur nos jolies révolutions, la prétendue « grande » de1789 et les deux un peu oubliées de 1830 et 1848. La Commune, pour sa part, constitua un épisode grandiose de ce type, avec évidemment beaucoup de dégâts et une fin de récréation sifflée par  Thiers, lequel fit le nécessaire pour qu’elle cessât dare-dare, les fusils ayant, sur son ordre, parlé de la manière la plus définitive.
Après quoi s’installa la République, notre bonne vieille Répupu des familles, celle qui depuis 1875, nonobstant de petits aménagements de détail, dont notamment trois chouettes constitutions artistement rédigées, règne sur la France avec la bonhommie tranquille des personnes, dites « morales », lesquelles somme toute n’existent pas, ceci expliquant sans doute cela. Avec la Répupu, s’ancrait aussi dans les mœurs et les mentalités la Démocratie à la franchouille, celle qui confère à tout un chacun une partie – sans doute infime mais cependant incontestable- de la souveraineté nationale. Partant de ces admirables principes, l’esprit revendicatif de nos concitoyens trouva alors, par la descente dans la rue, un moyen de manifester leur mécontentement tout en exerçant une pression virtuelle sur les détenteur du pouvoir, afin qu’ils réservent à leurs desiderata une suite favorable. Et progressivement l’habitude se prit d’organiser des déambulations urbaines en grands groupes, sortes de révolutionnettes plus ou moins paisibles, d’abord réprimées, ensuite admises du bout des lèvres par des politiciens de gauche qui se méfiaient tout de même du bon peuple en troupes lâché dans l’espace public. Ainsi Clémenceau déclarait-il en 1907 « Je ne suis pas sûr qu’il y ait un droit de manifestation mais je suis d’avis qu’il doit y avoir une tolérance de manifestation« . On ne s’était donc pas encore rendu compte que la sacro-sainte Déclaration de 89 comprenait en son article 20 quelque chose qu’on pourrait par la suite faire passer pour le fondement (pas le derrière, veux-je dire, mais la base juridique) du droit en question. Normal puisque ce fameux texte se borne à affirmer: «  Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi ». On notera au passage ce « même religieuse » particulièrement savoureux… En tout cas, la petite phrase en question évoque sans ambiguïté une manifestation plutôt individuelle d’opinion, bien encadrée par la notion d’ordre public, laquelle, justement, apparaît tout à fait contraire à l’envahissement des rues par des dizaines voire centaines de milliers de tordus énervés. Évidemment, les pères fondateurs de la big révolution  n’eussent pas envisagé une seconde d’avaliser des manifs avec casseurs, black blocs et autres anar-activistes.
Et c’est pourtant ce petit texte que la Répupu finit, à l’issue d’un long processus de maturation politico-syndicale, par bombarder « droit constitutionnel de manifester ». Ensuite bien sûr, toute une palanquée de déclarations internationales de droidlom est venue assurer l’avenir démocratique de cette superbe conquête de l’Humanité, (pas le journal en faillite, l’autre). S’agissant donc d’un droit intangible, imprescriptible et, en un mot, sacré, tout le monde s’en sert avec l’ardeur bon-enfant de celui qui a découvert le nouveau Lotus, le rouleau enchanté dont une seule feuille peut -parfois- suffire.

C’est notamment le cas, désormais, des petits merdeux des Lycées qui suivent la petite merdeuse suédoise égérie des manifs pour sauver la planète. L’idée, au demeurant fort séduisante, consiste à sécher les cours pour s’en aller par les rues gueuler comme quoi il faut absolument arrêter de dézinguer le climat. Comment? Ah oui, ben voilà, alors il convient  d’en finir avec les emballages à usage unique! En tout cas c’est ce que j’ai entendu de la bouche d’une manifestante d’environ quinze ans qui avait l’air de bien s’amuser tout en considérant les adultes comme des irresponsables meurtriers, ce qui, somme toute, n’est pas totalement faux. Cela dit, outre le fait que les emballages en question constituent un élément, certes non négligeable mais pas vraiment central de la dégradation climatique, il faudrait sans doute expliquer à la demoiselle (oh zut, excusez, je ne le ferai plus) à la jeune fille, voulais-je dire, que les choses ne sont pas si simples. Il peut fort bien se trouver, parmi ses petits camarades, des fils et filles de salariés dans le bizness du packaging, comme on dit aujourd’hui, lequel emploie, rien que par chez nous, une ribambelle de populo. Parvenant à ses fins manifestatoires, la douce enfant condamnerait ainsi de sympathiques condisciples à la plus noire des misères, celle qui découle du chômage des parents. Hélas on ne pourra pas compter sur les profs pour faire entrer cette sorte de détail dans les crânes adolescents. L’enseignant apparaît en effet très majoritairement charmé par ce qu’il considère comme une prise de conscience citoyenne tout à fait admirable, de la part des bambins qu’ils sont en principe chargés d’instruire. Du coup, au lieu de faire leur boulot, ces chers suppôts de l’Éducation Nationale encouragent leurs ouailles à manifester pendant les heures de cours. C’est toujours ça de moins à supporter ces petits chieurs et en plus c’est pour la bonne cause, alors…

Et dans le fond, si l’on y regarde d’un peu plus près, c’est quasiment pareil chez nos potes Gilets-Jaunes. Au départ ils protestaient avec la dernière énergie contre l’aveuglement de Présipède, contre son incapacité à comprendre les difficultés des braves gens et contre sa propension à aggraver celles-ci par des mesures fiscales à la con, vaguement peinturlurées aux couleurs de la divine écologie. Que pouvaient ils faire d’autre que de foutre un minimum de bordel, je vous le demande? Jusque là, en somme, rien à dire, le fameux droit de manifester, après tout, autant s’en servir, un peu comme au vieux temps, déjà, de la manif pour tous . Bien, me direz vous, en ces temps-là ça n’avait pas servi à grand chose, de vitupérer le mariage par derrière. Cette « avancée sociale »  si chère à la Taube -vous vous souvenez?- fut adoptée sans barguigner par une majorité hollandouillesque autant qu’écrasante. En revanche, les pauvres ballots de la manif firent l’objet de l’opprobre politico-médiatique, sans parler de la répression implacable mise en œuvre par le Ministre de l’Intérieur, Petit Caudillo, actuel candidat à la Mairie de Barcelone.
En revanche, les porteurs du fameux gilet, eurent plus de chance car Macrounette, sentant le vent du boulet bourdonner à ses oreilles, leur accorda plein de trucs au bout de trois petites semaines de foutoir. Une bonne dizaine de milliards non financés qui allaient s’ajouter à la dette… un peu plus un peu moins…
Seulement ça continue, de plus belles, ni trêve ni repos, n’importe comment, sans savoir où l’on va, mais tant pis, on fonce! Moi, je l’avais tout de suite observé, cette grosse pantalonnade ne tient pas debout. C’est du déconnage débile! On demande des tas d’augmentations, des allègements de charges, des services publics plus étoffés, bref tout une série de dépenses supplémentaires dont ni Présipède ni ses sbires n’ont le premier sou. Ce n’est pas pour me répéter à l’envi -certes j’ai l’âge de radoter mais tout de même-  à force de pousser dans ce sens nous finirons juste par récolter un gros supplément de fiscalité. Vous remarquerez qu’on en parle déjà dans les sphères éthérées du médiatico-politique, après avoir évoqué l’alourdissement massif des droits de succession, on propose maintenant de faire payer l’impôt sur le revenu à tout le monde, jusqu’aux pauvres d’entre les pauvres…pour faire passer la pilule d’une tranche supplémentaire destinée à ratiboiser les hauts salaires… Voilà le bilan prévisible des manifs en jaune!
Ainsi que je vous le disais en Novembre dernier, il vaudrait mieux regarder du côté des dépenses sociales, c’est là que ça devrait se jouer si les Franchouilles disposaient d’un minimum de cervelle. Au lieu de demander à l’État ce qu’il n’a pas les moyens d’accorder, exigeons qu’il cesse de dilapider honteusement notre pognon. Soignons le mal à la racine, débarrassons nous de ceux qui nous coûtent la peau des fesses et en plus nous emmerdent la vie… Rien qu’en faisant le ménage, en expulsant manu, voire pede militari tout une tripotée de racaille étrangère ou bi-nationale à casier bien garni, ou fichés S, je vous promets facilement une bonne trentaine de milliards d’économies… C’est plus qu’il n’en faudrait pour satisfaire grassement toutes les revendications des défileurs du samedi!

Bien sûr, ce que j’en dis c’est juste des paroles qu’emporte le vent parfumé de la bien-pensance républicouille… Vox clamans in deserto, vous savez, le pauvre niais qui prêche dans le désert…

Bonne semaine et amitiés à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

21 réflexions sur “Manifestations

  1. Fredi M. 24 février 2019 / 16 h 04 min

    Une bonne dizaine de milliards non financés qui allaient s’ajouter à la dette…

    C’est assez inexact : il a surtout renoncé à des prélèvements supplémentaires et la hausse de la prime d’activité était prévue mais étalée dans le temps, il n’a fait qu’accélérer sa mise en oeuvre.
    Pour le reste je suis d’accord avec vos préconisations de fin de billet. On pourrait y ajouter une lutte sans faille contre la fraude sociale, allocations indues, les détournements de droits Sécu, la fraude fiscale etc… Pas mal de pognon à la clef.

    J'aime

    • PR CALGUÈS 24 février 2019 / 16 h 32 min

      Vous avez raison FREDI M.

      J'aime

    • nouratinbis 24 février 2019 / 17 h 19 min

      Oui, bien sûr, il faut affiner tout cela mais déjà, le gros des économies
      on sait où le trouver.
      Amitiés.

      J'aime

  2. PR CALGUÈS 24 février 2019 / 16 h 31 min

    Sûr que le pays est en pleine dérive déconnante.
    Entre des GJ qui demandent tout et surtout n’importe quoi et un pouvoir qui mesure son efficacité à ses heures de présence aux « tea parties » ou au Salon de l’Agriculture, on est un peu -beaucoup- en stand by.
    Quant à la petite merdeuse suédoise, elle mérite surtout une bonne grosse douche et un bon gros shampoing.
    Dans l’état actuel, la « chose » c’est plutôt Mimicracra que Greta.
    Amitiés.

    J'aime

    • nouratinbis 24 février 2019 / 17 h 21 min

      En effet! Mais de toute façon, je ne vois pas comment tout cela
      pourrait s’arranger, alors…
      Baïeta.

      J'aime

  3. Pangloss 24 février 2019 / 16 h 57 min

    Conclusion: il aurait fallu que les gilets jaunes réclament qu’on se penche un peu sur ceux qui nous enrichissent la bonne conscience sans qu’on leur ait rien demandé en appauvrissant notre porte-monnaie sans qu’on leur ait rien demandé non plus. Mais ça, c’est pas possible.

    J'aime

  4. nouratinbis 24 février 2019 / 17 h 22 min

    La formule est implacable…la conclusion aussi!
    Amitiés.

    J'aime

  5. G.Mevennais 24 février 2019 / 17 h 36 min

    Il fallait s’y attendre, les gilets jaunes ont des circonstances atténuantes, l’attitude de Macron et des députés EM qui ne sont que des larbins, la colère n’a fait que s’enfler jusqu’à une certaine explosion. Celle ci, cependant, est restée, pour l’instant, dans des proportions sinon acceptables, du moins contrôlables. Et si on parlait des banlieues ? combien ça coûte ? des dizaines de milliards depuis…un certain temps ! On ne me ferait pas croire que de telles sommes ont été investies seulement dans des piscines ou des bibliothèques de quartiers. Je me suis toujours demandé combien de ces « braves gens » payent « recta », leur électricité, leur loyer, leurs taxe d’habitation, etc…etc… Cela n’empêche absolument pas d’étudier les autres pistes, dont celles évoquées ici.
    Amitiés, cher Nouratin, et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles

    J'aime

    • nouratinbis 24 février 2019 / 18 h 24 min

      Vous pouvez additionner les budgets des Allocations Familiales, du RSA,
      de l’Assurance Maladie (CMU et autres) et des machins divers style Aide
      Médicale d’État et vous arriverez à des sommes dont quelques pour cent
      seulement suffiraient à nous tirer d’affaire…le reste devrait suivre puisque
      évidemment, une bonne partie des gens concernés ne paient rien…
      La faillite de l’État a des causes parfaitement identifiables!
      Amitiés, cher Gilles.

      J'aime

  6. Boutfil 24 février 2019 / 19 h 13 min

    ces temps derniers, mes commentaires n’arrivaient pas chez toi, alors essayons….

    il est sûr que les aides sociales coutent un » pognon de dingues  » qu’il disait le pingouin du palais , quand il parait qu’il y a plus d’un million de fausses cartes de sécu, on imagine les fausses déclarations à la CAF et tout le reste, ça fait effectivement du fric qui se promène, mais dans ce cas, ça veut dire attaquer les quartiers où il vaut mieux ne pas aller creuser si on ne veut pas d’emmerdes en haut lieu , donc, le pognon continuera à circuler et les gilets jaunes et les braves travailleurs pourront continuer à pleurer

    Bonne semaine à toutes et tous et gros bisous pour toi

    J'aime

    • Boutfil 24 février 2019 / 19 h 13 min

      YESSSSSS ! c’est passé !!

      J'aime

    • nouratinbis 24 février 2019 / 20 h 51 min

      Oui, ça je leur fais confiance pour baisser le pantalon devant les quartchiers.
      Mais les GJ pourraient mettre un peu de pression là dessus plutôt que de
      brailler des âneries.
      Grozénormesbisous.

      J'aime

  7. Dominique Ducret 24 février 2019 / 20 h 08 min

    Maxime voltaïque :
    « Ne pas confondre Adolphe Thiers de 1871 et le tiers état de 1789 …

    J'aime

    • nouratinbis 24 février 2019 / 20 h 52 min

      En effet, c’est pas le même cierge qui coule!
      Amitiés.

      J'aime

  8. Pinuche 24 février 2019 / 20 h 27 min

    Bien d’accord avec votre billet, mais les Franchouilles sont aux sports d’hiver,et les sondages
    Donnent la R.EM. en tête aux européennes, elle est pas belle la vie pour Macrouille et sa clique ??
    Bien A vous

    J'aime

  9. nouratinbis 24 février 2019 / 20 h 54 min

    Cher Pinuche, vous avez bien raison, le vie macrouillesque est belle
    et heureuse…c’est le pays qui veut ça!
    Amitiés.

    J'aime

  10. elba 24 février 2019 / 22 h 15 min

    Vaste sujet, Nouratin. Entre le train de vie royal de ce gouvernement, la désindustrialisation de notre pays, la vente de son patrimoine, les zaides sociales diverses (sauf pour moi qui ai 900 euros de retraite pour un loyer de 400, mais je suis française de souche et n’ai plus d’enfants à charge, ça se comprend donc), les zaides aux migrants qui ne trouveront pas de travail chez nous.. et j’en passe (les GAFA par ex. qui ne payent pas d’impôts…)

    On est dans la m… !
    Savoir comment tout cela va finir m’inquiète vraiment pour mes petits enfants et leur avenir.

    Concernant la petite suédoise, ne serait-ce pas un truc mis en place pour faire diversion ? Et puis, l’environnement c’est tellement à la mode pour nous faire gober le tout électrique ! (même si je suis consciente qu’il nous faudrait faire très attention à nos déchets… en commençant peut-être à interdire aux industriels l’obsolescence programmée, par exemple.)

    Ceci dit, je vais m’arrêter là. Pour sourire encore et toujours, j’ai bien apprécié vos parenthèses. 🙂
    Bisous, et merci à vous de m’aimer beaucoup. C’est un joli cadeau de votre part.
    Bisous à tous aussi.

    J'aime

    • nouratinbis 25 février 2019 / 19 h 04 min

      Vous avez malheureusement désigné le fond du problème, il n’y a plus assez
      de sous pour les Franchouilles car nos amis les envahisseurs bouffent le
      plus gros des budgets sociaux. Vous avez vos 900 Euros ce qui ne satisferait
      pas ces braves gens. Le problème des GAFA sans être négligeable est très
      accessoire par rapport à cette calamité.
      Mais bon, faut pas le dire, c’est nauséabond ça!
      Gros bisous Elba.

      J'aime

  11. Gachno 25 février 2019 / 10 h 42 min

    Pour la demoiselle, pardon, jeune fille, le qualificatif de donzelle me parait très correct.

    Utiliser le Lotus à la feuille demande une habileté rare, d’écolo, peut-être….

    Bonne semaine qui se réchauffe…

    J'aime

    • nouratinbis 25 février 2019 / 19 h 11 min

      J’ai failli écrire donzelle, mais là j’ai peur que ce ne soit la garde à vue
      immédiate. Alors jeune fille…même pas sûr tiens, ça fait bourge, non?
      Soyez certain que l’écologie est une affaire de trou…oups, j’allais encore
      commettre un impair!
      Amitiés chaleureuses.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s