Que ferions nous sans eux…

– » Faut pas oublier, tout de même, que voilà deux-trois semaines, grand max, ils étaient tous à gueuler comme quoi la sécheresse, tout ça, les nappes frénétiques qui se vidaient, les bestiaux qui manquaient grave de foin, enfin la cata, quoi, pas la fin du monde mais tout près; de quoi chialer à verse histoire d’humecter un peu la nature, pas qu’elle se dessèche à bloc. Horreur, trouille et panique au programme des réjouissances, le supplice de la soif! Ben justement, tiens, tu nous en remets une, Thérèse, histoire de se reconstituer la nappe souterraine avant qu’on se transforme le gosier en vallée de la mort! »
Il a raison, Jean Foupallour, dans sa bonhommie naïve à tendance poétique, la pluie, on l’attend comme le messie (mais non, pas Messi le footballeur de mes choses, enfin!) et puis quand enfin elle arrive, au bout de deux ou trois jours on se prend doucement à regretter l’été sec et brûlant si propice à l’ingestion délicieuse du pastis salvateur, ce breuvage tant associé au tintement frais des glaçons, sur fond de grattouillage cigaléen.
Derrière Napoléon la survenue un peu brutale de l’Automne presque un mois après l’équinoxe, corrode un tantinet le moral des vieux pochetrons accoudés à l’antique zinc « usé, lustré, splendide« , comme disait ce vieux cochon de Totor en évoquant son banc d’école. Il avait bien raison, le barbu lubrique, les sièges d’écoliers ont cela de commun avec les comptoirs de bistrot, qu’à force d’y frotter qui sa culotte, qui ses manches, ils acquièrent, au fil du temps, une brillance patinée du plus heureux effet. C’est pour cette raison, peut être, qu’on qualifie de « lustre » une période de cinq années! Le rade se lustre au fur et à mesure que passent les lustres, voilà pourquoi celui de Thérèse présente ce fabuleux poli-brillant! Son bistrot, je le fréquente depuis dix lustres bien tassés et il était déjà là, tout pareil, depuis probablement autant! La force des survivants provient de leur lustre passé qu’ils communiquèrent, sans le faire exprès, aux choses auxquelles ils se frottèrent tout au long de leur existence. Les choses, hein, je dis bien, parce que les gens ce serait plutôt le contraire, vous avez beau vous y frotter tant que vous voulez, pour le lustre vous pouvez vous brosser jusqu’à plus soif, ça ternit à vue d’œil!

Dehors, donc, il pleut comme vache qui pisse, le ciel qui présente une grosse fuite, on dirait, et le Bon Dieu qui nous viderait ses seaux sur la gueule pour évacuer, si vous voyez. Donc, ici bas on compense comme on peut. Maurice, sempiternellement à la bière, pose un instant son demi-pression et chope le crachoir au vol.
-« Moi, les Octobres pluvieux, j’en ai connu plein, et des plus vieux, pardi, sans déconner! Y a pas à tortiller, c’est la poisse, vous avez la mer qui se refroidit moins vite que l’air, vous comprenez, alors ça produit de l’évaporation et ça nous retombe sur la gueule en trombes! En revanche, l’avantage ça devient le gros temps, la haute houle qui se forme bien comme il faut et la navigation qui prend une tournure plus délicate. Dès que le vent forcit, surtout l’Est, la sagesse exige de rester à terre. Ça vaut pour les pêcheurs, bien sûr, mais pas seulement, les candidats à l’invasion aussi, ils ont intérêt à la mettre en veilleuse parce que les pneumatiques, à partir de force six on peut les considérer comme perdus avant même l’arrivée des Humanitaires; peut être que les passeurs pourront en envoyer quelques uns, histoire de tenter le coup et de faire vibrer la corde sensible à l’issue du naufrage mais bon, faut pas en abuser de la combine, sans quoi la pratique aura vite fait de se défiler. Finalement, vous savez, le passage de crou…je veux dire de migrants, c’est comme tous les commerces, faut respecter le client, le mettre au premier rang des préoccupations, et dans le cas qui nous occupe, donc, éviter de le noyer, ces choses-là se savent très rapidement et vous avez tôt fait de paumer votre réputation! Cela dit, ne nous berçons pas d’illusion, il en faudra plus qu’une météo merdeuse pour nous éviter la déferlante! Ils sont déjà là tellement nombreux qu’on n’a plus notre chance, les calamités font toujours boule de neige, enfin de neige un peu crade en l’occurrence… Bon, bref, on y aura droit de toute façon, les choses, peu à peu, se mettent en place pour nous organiser la submersion définitive, nous le savon de marseille… Non, je veux dire, nous le savons de Gaudin, le Maire de Marseille!
« Oui, il vocifère, le vieux bougre (1), comme quoi le Gouvernement se prépare à désigner  le port illustre de la Cité Phocéenne en vue de l’accueil des migrants trans-Méditerranée. Le mois dernier ça s’est décidé à Malte, en douce évidemment, on va leur envoyer des bateaux style Open Arms, aux descendants des César, Panisse et autres Marius! Les bars à chicha ont déjà largement remplacé celui de La Marine – à ne pas confondre avec la fille aînée de Jean-Marie, quoique-… Mais aujourd’hui, la volonté de Macrounette et de ses sbires, semble concentrer le tir sur la Ville de la Bonne Mère! Elle doit s’arracher les cheveux, la pauvre Madonne! Déjà qu’ils leur ont collé un centre d’accueil pour Islamistes retour du Djihad, les potes à Présipède, maintenant ils leur débarquent carrément les cargaisons de Muz à deux pas de La Joliette! Alors, forcément Gaudin rouspète, même qu’il regretterait, dit-on du côté de La Canebière, d’avoir si gentiment servi la soupe à notre adorable Chef de l’État; ce n’est pas tellement contre l’arrivée des « réfugiés » qu’il peste, le brave Jean-Claude, c’est surtout parce qu’avec des mesures de ce calibre le Rassemblement National pourrait bien rafler la Mairie, l’an prochain. Des Africains mahométans, il y en a déjà sept-cent-mille à Marseille, alors, un peu plus un peu moins, pas vrai… Mais les nauséabonds du Front, ça non, alors! Faut à tout prix éviter le danger, bordel, vous vous rendez compte, si jamais ils s’emparaient du big fromage! »

-« Mais, nom d’une pipe, j’espère bien, s’étouffe alors Jean Trentasseur en déglutissant de travers sa gorgée de Mac Ron, un facho comme cet infâme Ravier, Maire de Marseille! Rendez vous compte, enfin! La honte absolue face au monde entier consterné! Vous pouvez me raconter ce que vous voudrez, mes pauvres amis, pour moi Marseille ça reste le symbole de l’intégration réussie, du vivre-ensemble dans la tolérance et la concorde, bref l’image de la France de demain, diverse et apaisée. Alors, surtout, qu’on n’aille pas nous détruire ce fleuron éclatant du métissage. Pourvu que les tenants de la haine, de la stigmatisation et de l’amalgame, butent, comme à l’habitude, sur notre belle démocratie, accueillante, laïque et républicaine! »

-« Amen! Lance Grauburle rigolard, vous, Maître fait il à l’intention du précédent orateur, on peut dire que vous avez de la suite dans les idées, y a pas de bon dieu! Depuis le temps que ça sent la fiente à plein nez, vous continuez à renifler comme s’il s’agissait des parfums subtils de l’Arabie heureuse…l’Arabie, je ne dis pas, mais heureuse pas encore, faudra avant qu’ils nous éliminent complètement, ces braves gens!
« Remarquez, à la manière dont ils s’y prennent, je sens que ça vient. Y a qu’à regarder les histoires de voile, là, qui reviennent sur le tapis depuis l’incident fameux du Conseil Général de Bourgogne. Tout le monde le sait qu’il s’agit d’un coup monté, tout le monde sauf vous et vos potes de la Gauche caviar macronnisée! On l’a bien vu que la petite maman voilée c’est une proche des Frères Musulmans, mais personne ne le dit, vous pensez, faut pas appeler à la haine raciale du foulard noir, c’est pas permis ça, verboten! Seulement, je vais vous dire, moi, les amis, on nous prend pour des buses avec ces âneries de voile! Ils sont tous là à gueuler comme des cochons qu’on égorge « Laïcité, laïcité » mais pendant ce temps-là, au nom de leur merderie de laïcité républicouille, on continue de raquer des allocations familiales! Je m’en fous, moi, de leur voile à la con, c’est pas le voile qui me gêne, c’est ce qui se trouve dessous! Rappelez-vous, Boumediene en soixante-quatorze, c’est pas d’hier, ce mec avait proclamé gourbi et zobi (2) qu’ils gagneraient contre nous grâce au ventre de leurs femmes! Vous vous en souvenez de ça, tout de même? Eh ben il avait raison, Houari, il voyait juste, lui! Et nous, en guise de réponse, un an après on décrétait le « regroupement familial »! Si c’est pas du sui-génocide programmé, ça, faut reconnaître, ça y ressemble beaucoup, bordel de dieu,! Un demi siècle après il suffit de regarder tout autour de nous pour voir qu’on a déjà perdu, forcément, c’est mathématique! Eh bien nous, pauvres cons de tordus aveugles, on continue à disserter sur le voile, c’est y pas beau ça?
 » Et d’ailleurs, de toute façon, l’islam, le voile, les mosquées, le djihad et les djihadistes, les « radicalisés », les « quartchiers défavorisés », les Imams de banlieue, les boucheries halal, les directrices d’école agressées par les parents d’élèves, les internes des hôpitaux dézingués pour avoir touché une fatma, les conducteurs de bus qui ne veulent pas s’asseoir sur le siège chauffé par leur collègue femme, j’en passe tout plein sans quoi on se retrouverait complètement bourrés avant d’avoir fini la liste! En un mot comme en cent, dans ce pays on ne parle quasiment plus que de ça. Le « débat public », comme il dise, c’est que du jus de musulman, pratiquement à cent pour cent! Qu’est-ce qu’on se raconterait s’ils n’étaient pas là, dites donc? Qu’est-ce qu’on ferait sans eux… »

A la semaine prochaine, mes amis… si Dieu le veut, bien sûr, va falloir compter une fois de plus sur Son Infinie Misericorde.
Salam aleïkoum.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

(1) Au sens premier du terme, je vous laisse le soin de chercher.
(2) Version actualisée de Urbi et Orbi.

23 réflexions sur “Que ferions nous sans eux…

  1. JJS 20 octobre 2019 / 14 h 51 min

    Ah!la pauvre maman muz on lui a gaché sa vie pendant qu’elle pourrit notre pays.Queiie bande de lâches et de traitres dans ce monde de merde.
    Amitiés

    J'aime

    • nouratinbis 20 octobre 2019 / 19 h 50 min

      Nous vivons des heures encore plus sombres que les plus sombres!
      Amitiés.

      J'aime

  2. Pangloss 20 octobre 2019 / 15 h 07 min

    Rien à ajouter.
    Ah si! Ce pays est foutu.

    J'aime

    • nouratinbis 20 octobre 2019 / 19 h 51 min

      On ne saurait raisonnablement prétendre le contraire!
      Amitiés.

      J'aime

  3. fracanapa 20 octobre 2019 / 16 h 50 min

    👍
    A dimanche prochain
    Que ferions-nous sans vous….

    J'aime

    • nouratinbis 20 octobre 2019 / 19 h 52 min

      Vous y arriveriez quand même, j’en suis certain!
      Amitiés.

      J'aime

  4. Boutfil 20 octobre 2019 / 18 h 01 min

    ça, elle est belle la provoc, y’a pas à dire, c’est du beau boulot ! et tout le monde marche comme un seul couillon derrière cette pétasse à allocs ! plus ça va pire ç’est, de toute façon, il est trop tard maintenant, ils vont gagner , si les français, les vrais, pas les importations des 3 dernières générations ne se réveillent pas dans les quelques mois à venir avec les élections qui arrivent, nos descendants mettront plusieurs siècles avant de revoir le jour , moi je ne serai plus là pour voir la suite, Dieu Merci !!
    Bonne semaine et gros bisous

    J'aime

    • nouratinbis 20 octobre 2019 / 19 h 54 min

      Nous ne verrons pas, certes, mais nous commençons a en avoir
      une idée précise…ça fait froid dans le dos!
      Gros bisous.

      J'aime

  5. elba 20 octobre 2019 / 18 h 21 min

    J’ai beaucoup apprécié le début de votre article, Nouratin. Vous parlez de la pluie et du beau temps comme personne, c’est vraiment divertissant et bien écrit. Je souriais et me sentais détendue en vous lisant.
    Puis, au fil de ma lecture… Eh bien voilà, j’ai le moral à zéro à présent !
    J’ai bien envie de filer illico Derrière Napoléon, pour me faire offrir une rasade de Mac-Ron par votre cher ami Jean. Peut-être que ça me ferait oublier toute cette… pendant un petit moment.

    Mais bon ! Je n’ai pas de raison de me plaindre, personnellement. Parce que dans mon village il n’y a ni voile ni mosquée, ni boucherie halal (y’a même plus du tout de boucherie !) ni d’hommes qui ne font pas la bise aux femmes. Les seules voiles que nous pouvons admirer sont celles des bateaux qui voguent sur l’Atlantique, pas très loin.
    Je souhaite que ça dure toujours ainsi.

    Plein de bisous pour vous, et pour tout le monde ici.

    J'aime

    • nouratinbis 20 octobre 2019 / 19 h 56 min

      Eh oui, vous avez la chance de ne pas en avoir encore, par chez vous.
      Je vous souhaite que ça dure encore longtemps!
      Plein de bisous.

      J'aime

      • elba 21 octobre 2019 / 14 h 43 min

        « Par » chez vous… Hélas, Nouratin. Il faut en rester à mon village et aux petits villages environnants : dès que l’on va à la ville la plus proche, on commence à voir des voiles qui ne sont pas celles des bateaux. Et puis, Nantes n’est pas loin… Je n’y vais plus, d’ailleurs.
        Je partage avec vous le soleil éclatant d’aujourd’hui. 🙂

        Fracanapa, peut-être que les « étrangers » ne sont pas attirés par les petits villages parce qu’ils n’y trouvent pas de richesses à exploiter ? Je ne sais trop. C’est une chance pour la France rurale, effectivement. Nous pouvons encore (pour combien de temps ?) oublier parfois de fermer nos portes à clef ou encore de laisser les portes des voitures ouvertes (mais pas les clés dessus, tout de même, hein !) si l’on va faire une course.
        Nous sommes encore en douce France. Plus tout à fait cependant, celle de mon enfance.
        Amitié à vous également.

        J'aime

    • fracanapa 21 octobre 2019 / 13 h 42 min

      Sûr ! Pas le choix…
      Et heureusement pour vous !
      A chacun sa m….
      Amitiés

      J'aime

  6. Gachno 21 octobre 2019 / 9 h 51 min

    Merci pour bougre, je ne connaissait pas.
    Et soudain je m’aperçois qu’il y en a partout, des bougres !!!

    Bojo, bonne journée, ou autre………

    J'aime

    • nouratinbis 21 octobre 2019 / 18 h 40 min

      Oui, c’est plein de bougres, à croire qu’ils se reproduisent…ah mais
      au fait, je crois que ça ne va pas tarder! Bojo…non, non!
      Amitiés.

      J'aime

  7. G.Mevennais 21 octobre 2019 / 17 h 05 min

    Saleté de temps ! plus d’internet ni de téléphone pendant 48 heures, et demain et après demain, rebelote ! Enfin c’est la
    saison ici, comme vous l’avez ci bien décrite (l’air plus frais passant sur la méditerranée encore chaude). Ben oui, et je me
    dis que je suis comme Elba, même si elle ne connaît pas les épisodes « cévenols », elle n’a pas la « chance » d’admirer certains
    voiles, moi non plus d’ailleurs, mais il ne faut pas trop s’écarter des montagnes, car, en bas, c’est « Bab el Oued ».
    Amitiés, cher Nouratin et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles

    J'aime

    • elba 21 octobre 2019 / 17 h 13 min

      Serait-ce « la saison » des pannes internet, Gilles ? J’ai un ami (et tout le quartier qu’il habite) qui n’a plus internet depuis une semaine. Et qui est prévenu qu’il ne l’aura pas avant jeudi prochain.
      Ca rouspète dans les chaumières (contre orange.) Pas d’internet, pas de tél. fixe, et pas de télévision pour certains.
      Apparemment, ils auront une compensation…

      Bisou et bonne soirée.

      J'aime

    • nouratinbis 21 octobre 2019 / 18 h 42 min

      L’avantage des montagnes arides c’est leur absence d’envahisseurs,
      ils préfèrent les lieux bien équipés en tout ce qu’il faut pour profiter
      des avantages d’un Occident qu’ils détruisent peu à peu.
      Amitiés.

      J'aime

    • nouratinbis 22 octobre 2019 / 18 h 32 min

      Oui, Gilles, il faut rester dans les montagnes, c’est ce que faisaient mes
      ancêtres médiévaux pour se mettre à l’abri des Sarrasins…la trêve est
      terminée!
      Amitiés.

      J'aime

  8. G.Mevennais 22 octobre 2019 / 14 h 31 min

    Chère Elba, je ne crois pas qu’il s’agisse d’un cas général, chez nous, dès qu’il y a du mauvais temps (je veux dire trois coups de
    tonnerre), plus d’internet ! Dans la France « profonde », nous ne sommes pas bien couverts au point de vue informatique, je pense
    simplement que nous ne devons pas rapporter assez d’argent. Je reconnais que c’est gênant, mais quand je constate ce qui se
    passe dans les villes (je reviens de la région nantaise), j’apprécie, ô combien, la tranquillité (pour combien de temps encore) de nos
    petits villages.
    Bien amicalement.
    Gilles

    J'aime

    • elba 22 octobre 2019 / 16 h 45 min

      « région » nantaise, Gilles ? Mais il y a tout plein de petits villages dans un cercle de 50km tout autour de Nantes où c’est très tranquille ! 🙂
      Bien entendu, il ne faut pas habiter Vertou, Basse-Goulaine, Ste-Luce ou similaire… Là, nous sommes encore à Nantes !

      Amitié à vous également. Apparemment vous avez retrouvé votre connexion. C’est chouette !

      J'aime

  9. fracanapa 23 octobre 2019 / 8 h 52 min

    A Elba:
    Coucou Elba,
    Je pense que je suis une anomalie sur ce blog, puisque je vis au coeur d’un « quartier sensible », à Toulouse, depuis plus de 25 ans !?!
    Je m’apprête à quitter le Mirail, pour revenir dans mon Tarn natal, ds la petite ville où je suis née il y a presque 62 ans…
    Voilà, très résumée, la tranche de vie d’une française « pur jus »qui a grandi à la campagne, qui, à 18 ans, a fui pour la ville, a fini par atterrir en banlieue, va retourner 43 ans plus tard à ses racines rurales…
    La boucle est bouclée ! Je vous passe mes états d’âme du moment !!!

    Amicalement

    J'aime

    • elba 23 octobre 2019 / 10 h 10 min

      Fracanapa, j’ai l’impression que plus on vieillit, plus nous avons besoin d’un retour aux sources, à savoir avoir une vie moins trépidante – je dirais ‘plus lente’ – et peut-être aussi plus conviviale. Pour ma part, je ne quitterais pas mon village, qui n’est pas celui où je suis née, mais dans lequel j’habite depuis 40 ans. Je m’y suis fait des ami(e)s et la vie y est paisible. Je n’y ai pourtant plus de famille, mes filles ayant migré – un peu comme vous – en ville, et pas vraiment près d’ici. Cependant, les gens du voisinage sont sympas, s’entraident dans une bonne humeur…même s’il y a ici aussi des grincheux. C’est presque la France d’autrefois, quoi !

      Je connais peu de choses du Tarn, mais ce que j’en ai vu m’a beaucoup plu : j’avais une amie (disparue) près de Castres qui m’a fait visiter un peu la région. Bon retour à vous. Dites bonjour de ma part à la montagne Noire. 🙂

      Amitié à vous également.

      Nouratin, vous avez créé un petit espace bien sympa, dans lequel j’apprécie beaucoup les visiteurs. De cela je vous remercie. Une petite pensée en passant pour René et Mamedjo qui ne sont plus là.

      J'aime

      • nouratinbis 23 octobre 2019 / 19 h 12 min

        Oui, ces deux là nous manquent! Mais comme vous dites, l’espace est
        bien sympa, ça me fait plaisir.
        Bises.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s