Le dialogue des vieillardissimes

Maurice, son problème ce n’est pas tellement l’âge, il s’en accommode; sa théorie personnelle, fondée sur l’expérience et la consommation invétérée de bière à la pression, établit en principe qu’une fois passés les quatre-vingts sans encombres, même si la carrosserie laisse à désirer, le moteur tiendra le choc indéfiniment. Les bagnoles se comportent ainsi, après cent-mille kilomètres il ne peut plus rien leur arriver de fâcheux…en tout cas c’est ce qu’il prétend, Maurice, il en est convaincu…mais, comme disait l’autre, il aura sa revanche! Non, là ou ça coince grave c’est sur l’absence totale et absolue de politiquement correct, ce qui le caractérise plus que tout autre défaut, alors même qu’il en regorge, qu’il en est pétri! Il n’a même que ça, des défauts, le vieux birbe, à ce point là ça se transforme carrément en qualité. En tout cas, il ne pense pas comme tout le monde, ce qui présente des risques dans un pays comme le nôtre où la liberté d’expression varie en fonction de ce que l’on exprime. Oui, j’entends par là ( je sais, par là j’entends pas grand chose) qu’une opinion marquée du sceau de la facho-nauséabonderie ne doit rigoureusement faire l’objet d’aucune expression sous peine de poursuites pénales; demandez à des types comme Soral ou Zemmour, ils vous expliqueront clairement la liberté d’expression, faites confiance! La liberté d’expression c’est comme la démocratie, propriété exclusive de la Gauche. La soi-disant Droite Républicaine (l’autre façon d’être de gauche) étant admise à en user de temps à autres mais sous condition expresse du strict respect des règles souverainement édictées par le proprio.
Et justement, c’est à ce niveau là que ça grippe un peu chez le vieux Maurice. Jugez plutôt, ce matin, autour du zinc -les distances de sécurité et les gestes barrières faisant l’objet, je vous l’assure, du respect le plus scrupuleux- le zigomar en question nous développait le raisonnement suivant:
– » Ce pauvre type, je veux dire le prof, là, çui-là qu’à perdu la tête, ben moi, si vous voulez mon avis c’est pas un héros. Pour moi, quand vous avez bobonne et un morpion de cinq ans à la maison, si vous en possédez un minimum dans le cigare, vous évitez la prise de risques inconsidérés. Mais c’était quoi cette affaire d’aller réveiller les histoires de prophète devant une classe d’aujourd’hui, je veux dire majoritairement composée de petits Muz? Vous ne croyez pas qu’il y aurait des moyens plus adaptés d’aller leur expliquer les Valeurs de la République à ces merdeux? Sans compter que le mec, tel que je le ressens -paix à son âme, j’m’excuse- c’était forcément un homme de gauche, dans le cas contraire la question ne se posait même pas. Pour aller faire une ânerie pareille, fallait qu’il y croive dur, aux débilités du folklore gauchiard. Qu’il soit persuadé qu’en expliquant tout bien comme il faut on pourra les récupérer, les petits jeunes en question, que c’est juste la question de leur montrer cékoi la République, comment c’est chouette, comment c’est génial, et comme ça, les transformer en bons petits citoyens, conscients et libérés! Pauvre type! C’est pas sa faute, vous savez, on ne peut pas lui jeter la pierre…souvenez-vous du théorème de Nouratin il y a deux catégories de gendegôche, les lucides et les sincère; les premiers sont des criminels, les seconds leurs victimes! Voilà tout! L’ennui c’est que les victimes en produisent d’autres, les collatérales! Vous imaginez que ces salopards, les mêmes qui nous ont fait avaler des millions d’immigrés, encouragent maintenant les enseignants à les insulter publiquement dans ce qu’ils ont de plus cher au monde, leur religion, leur Prophète, leur Allahou akbar! Mais il sont complètement irresponsables, tous ces enfoirés qui tressent des louanges tire-en-bique (comme le bouc) à un illuminé bisounoursique qui a transformé son gosse en orphelin pour apprendre à des Musulmans comment se foutre de la gueule de Mahomet! Non mais vous imaginez!.. »
Et à ce moment précis, son regard effleure le demi-pression à moitié vide abandonné sur le comptoir, ça le déconcentre à bloc au point qu’oubliant le discours il s’enfile son reste de bière à grandes lampées gouleyantes.

Ce sur quoi, l’ami Blaise Sanzel, toujours prompt à s’emparer de la tribune, décide de placer la sienne, au grand dam de l’autre vieillard, son cadet toutefois de plusieurs années, qui en avale de travers et s’embarque dans une de ces quintes de toux qui vous séquestrent sur le ban de touche pendant plusieurs minutes.
Maurice hors-jeu (j’aime bien l’ablatif absolu, même s’il trouble parfois un peu le lecteur), il y va carrément, le nonagénaire.
 » Vous devez avant tout comprendre l’opportunité que représente pour nos gouvernants cette regrettable affaire de Conflans. Jusqu’à présent, comme vient de le souligner Maurice, la Gauche imposait ses diktats. L’impérialisme de la pensée unique n’offrait aucune échappatoire, pas la moindre brèche susceptible de percée, que dalle, voyez-vous, le dogme rousseauiste du bon sauvage fermait la porte à toute tentative d’insérer un coin dans la palissade. Et voilà-t-il pas qu’en l’occurrence survient un petit Muz doté d’un statut de réfugié manifestement usurpé (comme c’est presque toujours le cas) qui s’attaque de la manière la plus barbare, la plus inacceptable, aux symboles éminemment adulés de la mythologie gauchiarde: l’École de la Répupu, le prof genre hussard-noir, et la liberté de compisser et conchier lourdement une religion au nom de la sacro-sainte laïcité. Alors là, pour le coup, ils peuvent y aller, Macrounette et ses coadjuteurs, s’engouffrer dans le trou béant, foncer carrément sus à l’ennemi, pas les Muz, bien sûr, juste l’Islamisme et son fidèle dhimmi, l’islamo-gauchisme! Du coup le camarade Méluche, avec son air con, sa vue basse et son dentier mal ajusté, se retrouve marginalisé par le jeu à la con qu’il a joué depuis des années. Quant aux Socialos, percés jusques au fond du cœur d’une atteinte imprévue aussi bien que mortelle (il raffole de placer ses réminiscences, Blaise, à près que quatre vingt-quinze balais ça vous pose son homme), ils n’ont plus qu’à suivre le mouvement et appuyer le petit Présipède dans sa démarche contre le séparatisme, doux euphémisme qui, jusqu’à Conflans, ne passait même pas la rampe de l’Assemblée Nationale, trop connoté raciste, paraissait-il… Désormais la question ne se pose plus, on parle même ouvertement de l’Islamisme et des Islamistes, désignés comme ennemis jurés de la Nation, marqués au fer rouge de l’opprobre républicain! On notera l’évolution, tout de même, souvenez vous qu’il y a peu ces gens n’osaient même pas prononcer « État Islamique« , ils disaient « DAESH« , ces poules mouillées, ce qui n’a aucun sens mais évite toute référence à l’Islam. Maintenant, on parle d’Islamistes, d’Islam politique, ce n’est pas encore ça mais on sent que ça vient! Bien entendu, on continue à préciser « padamalgam« , il ne faut tout de même pas trop en demander d’un coup, n’est-ce pas… »

-« Oui mais alors, reprend Maurice, lequel s’est calmé les étouffements par l’absorption successive autant qu’accélérée de deux demis avec faux-col, on va continuer à tourner autour du pot, faut pas se berlurer! Moi, je vais vous dire, je les connais pas tous, ces mecs, les Tchétchènes, les Bosniaques et compagnie, j’en ai jamais vu. Les Marocains, les Tunisiens, comme ils ne m’ont rien fait de spécial j’aurais pas grand chose à en dire. Par contre, les Algériens ça, pour les connaître je les connais, ceux-là! Bon, d’accord, il faut éviter de généraliser mais les Fellouzes, comme on disait quand on se mettait sur la gueule avec eux, fin des années cinquante, je sais à quel point ils nous aiment…ils nous aiment saignants! Moi je m’en suis sorti mais j’ai plein de copains qui ont fini enterrés vivants avec la bite dans la bouche et les oreilles coupées…alors je m’en méfie, vu que les types qui faisaient ça, on les a retrouvés après, chez nous, les fumiers, embauchés par Bouygues, pour venir construire les HLM dans lesquels ils ont fini par s’entasser! Ce sont leurs descendants qui nous pourrissent la vie, maintenant…vous croyez vraiment qu’ils nous adorent, vous? Alors padamalgam, je veux bien, mais vaudrait mieux faire gaffe tout de même… »

Bon. Vous savez, on peut en penser ce qu’on veut mais les très vieux, finalement, tant qu’ils fonctionnent à peu près du ciboulot peut être qu’on ferait bien de les écouter un peu…surtout quand on est comme Présipède, plus près du berceau que du cercueil…oui, enfin, c’est tout le mal que je lui souhaite…espérons qu’il ne morflera pas trop vite une fatwah, ce gamin, parti comme le voilà ça lui pend au nez comme un sifflet de deux sous! Espérons qu’Erdogan et consorts ne s’offusqueront pas outre mesure…

Bonne semaine à tous et rentrez vite à la maison, le soir les virus rodent…et pas seulement les virus…
Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

21 réflexions sur “Le dialogue des vieillardissimes

  1. G.Mevennais 25 octobre 2020 / 16 h 21 min

    Un des problèmes se situe au niveau des générations. Nous avons tous connu, dans le passé, des fils, petits-fils d’immigrés de souche « européenne » et bien que parfois, leur coeur battait pour le pays de leur origine, ils se considéraient, dans leur immense majorité, comme français. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, la descendance des premiers immigrés disons « islamiques » nous hait et le montre de plus en plus, non seulement elle ne veut pas s’intégrer, mais elle souhaite, à terme, nous imposer sa culture, nous sommes mal Patron, nous sommes mal !
    Amitiés, cher Nouratin et merci pour ce billet dont les accents « folkloriques » me réjouissent toujours autant, et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles

    J'aime

    • elba 25 octobre 2020 / 18 h 30 min

      Tss-tss, cher Gilles, vous regardez trop la tévé et les pubs ! 😉 (et moi aussi par la même occasion puisque j’ai reconnu le ‘nous sommes mal, Patron’ !)
      Par contre, je me demande si la jeune génération reconnaîtrait des vers de Corneille. J’en doute !
      On n’enseigne plus guère cela à l’école de nos jours. Un peu comme les fables de Jean de La Fontaine, auxquelles les professeurs des écoles préfèrent les poèmes de Maurice Carème. (Mes petits enfants apprennent ces poésies que je ne connaissais pas.)
      Les temps changent tellement ! Je me sens nostalgique.
      Bisous.

      J'aime

      • nouratinbis 25 octobre 2020 / 18 h 55 min

        Oui, les poèmes de Maurice Carème…c’est de la crotte de bique!
        En revanche, La Fontaine qui est absolument merveilleux on l’oublie!
        Ne nous étonnons pas, c’est l’Éducation Nationale.
        Nostalgique…oui, c’est bien le moins!
        Gros bisous.

        J'aime

      • Isabelle Mazan 26 octobre 2020 / 7 h 26 min

        « Le chat, la belette et le petit lapin »: des squatters déjà à l’époque?

        J'aime

  2. Pangloss 25 octobre 2020 / 18 h 09 min

    Erdogan met en doute les facultés intellectuelles de Macron. En effet, il faut être inconscient pour se mettre à dos quelques centaines de millions de musulmans à travers le monde. Dont beaucoup de pays sont loin d’être nos amis. Même parmi nos « alliés »!
    Amicalement.

    J'aime

    • nouratinbis 25 octobre 2020 / 18 h 11 min

      Perso, je mets en doute la santé mentale de Présipède…mais pas pour les mêmes raisons qu’Erdogan. Plutôt diamétralement opposées!
      Amitiés.

      J'aime

  3. elba 25 octobre 2020 / 18 h 41 min

    Merci Nouratin, pour votre chronique dominicale. Cette fois-ci je n’ai même pas souri… Peut-être parce que la situation actuelle est vraiment préoccupante de tous les côtés ?
    A présent, nous, les vendéens, sommes obligés de porter des masques dans les rues, alors que nous ne voyons pas l’ombre d’un malade covid.
    Je crois bien que désormais je vais aller à la boulangerie (500m) avec ma voiture. Juste pour ne pas avoir à porter ce fichu chiffon sur la bouche – oui, je triche -. Et je prendrai l’air dans mon petit jardin.

    C’est pitoyable et ça met en colère, en plus de ce gros danger de guerre civile (pire ou pas que ce faux covid ? Là est la question) qui nous pend au nez si ça continue.

    Allez ! Hauts les coeurs ! Je vous fais plein de gros bisous démasqués. Je fais la bise à tous ceux/celles qui veulent, moi. 🙂

    J'aime

      • nouratinbis 25 octobre 2020 / 19 h 01 min

        Il est vrai que les perspectives laissent beaucoup à désirer…

        J'aime

      • elba 25 octobre 2020 / 19 h 59 min

        Merci Realist pour l’excellent papier de Dimitri Orlov.
        L’exode urbain est déjà perceptible chez nous dès à présent.
        Nous n’avons plus qu’à nous armer de courage… et peut-être de fourches aussi ? 😉
        Bisou et bonne soirée.

        Aimé par 1 personne

    • nouratinbis 25 octobre 2020 / 18 h 59 min

      La Répupu n’a jamais été tendre avec les Vendéens, aujourd’hui les masques,
      somme toute c’est moins grave. Mais ce sont tout de même des abrutis (pas les
      Vendéens, je veux dire la République, son président et tous l’aréopage d’andouilles
      qui naviguent autour).
      Bisous virtuels mais sans masque non plus.

      J'aime

  4. Mildred 25 octobre 2020 / 20 h 49 min

    Je crois que je suis pire que votre Maurice (la boisson en moins) !
    J’ai toujours considéré que Charlie Hebdo était un torchon, et ce n’est pas parce que ses « journalistes » se sont fait massacrer que j’ai changé d’avis !
    Du temps où j’étais une jeune maman, cela m’aurait beaucoup embêté qu’on montrât à mes enfants, les caricatures de Charlie Hebdo à l’école.
    Mais je viens d’entendre qu’à l’avenir, en plus des caricatures de Mahomet, il conviendra de montrer celles du Pape sodomisant Mère Teresa !
    Votre Maurice n’a pas fini de s’énerver !

    J'aime

    • nouratinbis 25 octobre 2020 / 22 h 35 min

      Il serait en effet dommageable de priver l’Humanité des copulations du Pape,
      surtout avec une partenaire de ce calibre. Et puis, on ne peut tout de même
      pas porter l’ignominie dégoûtante sur le seul Mahomet, ce serait discriminatoire!
      Pour moi, Charlie Hebdo, dès le début, fut toujours un torchon abject, je n’en
      voudrais même pas pour emballer du poisson!
      Amitiés.

      J'aime

  5. Isabelle Mazan 26 octobre 2020 / 6 h 58 min

    « Le soir les virus rodent ». En effet, d’où le couvre-feu car le virus est noctambule et le gouvernement est nyctalope.

    J'aime

  6. Diocles 26 octobre 2020 / 7 h 03 min

    « Ah ! Pour l’amour du vrai souffrez qu’on vous embrasse ! »

    J'aime

  7. Fredi M. 26 octobre 2020 / 10 h 52 min

    La soi-disant Droite Républicaine (l’autre façon d’être de gauche)

    Toutafé…
    Sarkozy en son temps nous l’avait bien fait comprendre avec sa fameuse « ouverture à gauche »….

    J'aime

    • nouratinbis 26 octobre 2020 / 19 h 25 min

      Oui, il nous avait promis le Kärcher et il nous a envoyé le Kouchner!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s