Un îlot de vérité dans un océan de bullshit

Pour le moment, ça parle beaucoup, les rumeurs vont bon train, entre deux controverses de voilà le Covid et autres couillonnades relatives au pass-sanitaire ou bien encore à l’efficacité plus ou moins contestée des vaccins censés nous éviter un prochain confinement. Mais la présidentielle de l’an prochain s’invite de plus en plus fréquemment dans les media de tout poil qui nous arrosent sans pitié de leur baratin lancinant. Alors, évidemment, il va bien nous falloir tenter un point de situation, étant donné qu’aujourd’hui la fin des vacances marque pour de bon le début des vraies hostilités. L’échéance déboule à la vitesse du politicard au galop et non plus à un train de sénateur comme on pourrait le croire en observant Gérard Larcher, lequel est à la promptitude de mouvement ce que l’éléphant de mer est à l’anguille. Nous avons grosso-modo huit mois de déconnage à pleins tubes en perspective, commençons donc à nous y préparer.
Qu’on ne s’y trompe pas, ce coup-ci l’enjeu commence à peser lourd, même s’il convient de ne pas se faire trop d’illusion, hélas, sur une issue qui schlingue la réélection de Présipède à pleins naseaux. Parce qu’il va se passer quoi, somme toute?
Eh bien là, telles que se présentent les perspectives, le camp de la « Droite Républicaine » (l’autre façon d’être de gauche, vous savez…) voit s’opposer deux pointures manifestement sous-dimensionnées au regard de l’objet convoité. J’ai nommé, bien sûr, l’ami Xavier Bertrand, le maçonnique en rupture de ban, et la très chère Valérie Pécresse, illustre fondatrice du mouvement « Soyons Libres » dont quelques uns ont pu, à condition de se montrer particulièrement attentifs, apprendre l’existence avant de l’oublier définitivement. Deux bien-pensants représentant superbement cette tendance ventre-mou qui nous a conduits à l’extrémité dramatique où nous voilà rendus! La différence entre ces deux zigotos et Macrounette apparaît tellement ténue qu’on ne verrait même pas la différence, si par impossible ils se retrouvaient, l’un ou l’autre, propulsés à L’Élysée.
Je ne parlerai même pas des autres postulants de la soi-disant Droite, de ce pauvre Ciotti dont on se demande quel taon du Mercantour a bien pu le piquer, jusqu’au professeur Jouvin, lequel a tout autant de raisons de se retrouver candidat qu’un Ayatollah en chaire à Notre-Dame (quoi que ce dernier exemple soit plutôt mal choisi à l’allure ou l’islamisation progresse) en passant par le très-mou Michel Barnier avec sa tronche de chef de gare des années cinquante. Les braves-gens qui cherchent à gratter quelques suffrages à une primaire de plus en plus hypothétique méritent sans doute un peu de commisération, par charité chrétienne, mais certainement pas de plus amples développements, vu que nous avons autre chose à foutre que de disserter sur les causes perdues.

Si l’on passe rapidement sur les comiques-troupiers de service, genre la Merdeparis, Méluche, les écolos-rigolos, Philippot (au feu tous les samedis) et autres branquignols dépourvus du moindre intérêt, on en arrive tout de suite là où les choses sérieuses se passent, je veux dire, bien entendu, à droite, enfin vraiment à droite n’est-ce pas. Et là, les choses se compliquent. J’éluderai carrément Dupont-Gangnan, dont je doute qu’il dépasse ce coup-ci les deux points et demi et j’en viendrai directement à la question de fond, à savoir le duo Le Pen-Zemmour. Nous n’avons pas fini d’en entendre parler de ces deux-là, vous pouvez me faire confiance!
Pour résumer, sans l’intervention trublionnesque du petit juif en question, nous partions directement pour un remake du second tour de 2017. Les même causes produisant généralement les mêmes effets lorsque les circonstances demeurent à peu près constantes, les duettistes de choc se fussent retrouvés à la table du débat d’entre-deux et, la trouille du corps électoral jouant toujours parfaitement son rôle, nous eûmes obtenu un résultat sensiblement équivalent au précédent. On prend les mêmes, on recommence et Bribri continue à régner sous les ors de la Répupu.
Sauf que là, ça risque fort de changer de musique car la survenue du trouble-fête va singulièrement compliquer le jeu. Surtout qu’il attaque balèze, Zem, dès hier, à Mirabeau (c’est tout dire) il déniait carrément à la pauvre Marine, toute chance de se voir élue à la magistrature suprême et ce devant la forêt de micros et caméras venus tout exprès pour voir le phénomène monter au front.
Le problème avec Zemmour c’est qu’il dit la vérité, il y voir clair, analyse la situation avec une intelligence aiguisée et, du coup, appuie là où ça fait mal. Et comme il ne s’embarrasse pas du fatras politiquement correct qui émascule les velléités de ses concurrents, il se retrouve tout seul à soulever le couvercle de la marmite à couscous avarié. Plus précisément, il n’y a que lui sur le ring présidentiel à s’en prendre au grand-remplacement, vous mordez le topo? Là où les petits challengers précités de la soi-disant droite croient se dédouaner en évoquant à tout bout de champ l’immigration clandestine, le type en question explique que le cœur du problème réside dans les possibilités offertes par la loi aux immigrés eux mêmes d’organiser une immigration légale, bien plus redoutable encore que la clandestine. Par tous les biais qui existent, et notamment le regroupement familial et les époux/épouses importés du Bled, ceux qui sont déjà là détiennent les clés, et font entrer chez nous qui ils veulent, aussi facilement que dans une pissotière. Du coup, la candidature de ce garçon, dans la mesure où elle semble ne plus guère soulever de doute, pourrait bien faire l’effet du gros pavé dans la fosse à purin. Son idée se résume à une constatation simple: « je sais ce qu’il faut faire et je vais donc essayer de le faire ». Jacques Bainville annonçait la seconde guerre mondiale dès la signature du traité de Versailles en 1920, il savait ce qu’il fallait faire, il ne l’a pas fait, jugeant qu’un historien n’entre pas en politique active. Vu le désastre subséquent, Zemmour considère qu’au contraire, quand on sait il faut y aller. Il ira donc très probablement se mêler à la bagarre, reste à savoir ce qu’il pourra bien en résulter.

Pour être franc, je l’imagine mal jouer en 2022 le même coup que Macrouille en 2017. A moins qu’il ne dispose, comme ce dernier, du soutien de la grosse artillerie financière, il n’a évidemment aucune chance. Et même en pareille hypothèse, n’oublions pas que l’autre était bien lisse, bien clean, bien jeune, enfin bien sous tout rapport quoi, alors qu’en l’occurrence nous avons affaire à un personnage que toute la bien-pensance compisse et conchie depuis vingt ans. Le handicap sera dur à remonter! En d’autres termes l’arrivée de cette candidature hors-norme pourrait fort logiquement avoir pour principal effet, de priver la mère Le Pen de second tour. Zemmour apparaît largement en mesure de lui bouffer un nombre de points, conséquent, entre huit et dix au moins, selon toute probabilité, largement assez pour l’éliminer d’entrée de jeu. Reste à savoir si le nouveau venu pourrait alors se retrouver lui même face à Présipède le jour du fameux débat, imaginez donc un peu le régal! Il lui faudrait pour cela, toutefois, récupérer non seulement une grosse partie des voix du R.N. mais aussi un sacré paquet de suffrages républicouilles, tout en piquant au passage quelques électeurs de ci-de là aux Dupont-Philippot brothers… Il est très fort, l’israélite, mais ça représente quand même un sacré boulot!
Reste que l’intéressé tient un langage costaud. Lui, il annonce au bon populo que d’ici la fin du siècle la France sera devenue une république islamique. Il le dit très bien et il argumente d’autant plus aisément qu’il s’agit d’une vérité qui saute aux yeux, il suffit à chacun de regarder autour de soi. Du coup peut être pourrait-il provoquer une prise de conscience au sein de l’électorat blancos, les victimes potentielles du désastre annoncé. Sachant que d’autre part il exposera les solutions qu’il préconise et qui passent à l’évidence par une série de referenda (ou referendums, je ne sais trop), des tas de gens vont peut être comprendre l’idée générale qui consiste essentiellement à sauver ce qui peut encore l’être. En revanche, il dit aussi, Zemmour, qu’en cas de réélection de Macron nous sommes foutus, qu’il n’y a plus de temps à perdre et que nous en avons assez perdu comme cela depuis plus de quarante ans.

Pour conclure, si vous voulez le fond de ma pensée, lequel vaut bien celui de votre pantalon, je ne vous cache pas que cette candidature m’intéresse beaucoup, même si je ne crois guère, hélas, à ses chances de succès. Il reste qu’un clampin de ce calibre aura au moins le mérite de porter le vrai débat sur la place publique, ce que personne jusqu’à présent, au moins depuis la disparition médiatique du père Le Pen, n’aura eu le courage de réaliser. Même si le pessimisme reste forcément de rigueur, ce sera toujours ça de gagné, un petit îlot de vérité dans un océan de bullshit! Ce n’est pas l’ami Hank Hulley qui me contredirait…

Avec mes remerciements et mes amitiés bien sincères à tous ceux qui auront lu ça.
Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

13 réflexions sur “Un îlot de vérité dans un océan de bullshit

  1. G.Mevennais 29 août 2021 / 17 h 10 min

    Je m’esclaffe, régulièrement; à la lecture de vos « comparaisons », c’est toujours un régal. Quant à Zemmour, il lui manque effectivement ce que Macron à eu, le look, la « bien pensance » et le pognon, avec un tel handicap ajouté à celui des journaleux qui vont se déchaîner contre lui, je pense que nous n’avons rien à espérer sauf que, peut-être, nous aurons droit à quelques débats « intéressants ».
    Amitiés, cher Nouratin, et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles

    J'aime

    • nouratinbis 29 août 2021 / 17 h 44 min

      Oui, sans doute, mais il va aussi faire pisser de la copie, donc le déchaînement
      médiatique est certain mais la poule aux œufs d’or ne se laissera pas zigouiller
      facilement. Nous assisterons forcément à des choses intéressantes.
      Amitiés.

      J'aime

  2. Pakounta 29 août 2021 / 17 h 27 min

    C’est bien, avec vous j’ai l’impression que la politique devient claire. C’est reposant, ça fait du bien.
    Quant à l’orthographe des mots latins immigrés, je propose que la série « de référendums », ou de referenda (sans accent aigu, faut pas pousser) devienne « de referendorum », un bon vieux génitif pluriel qui fait du bien.
    Mais bon, c’est clair que je vis dans le passé…

    J'aime

  3. nouratinbis 29 août 2021 / 17 h 46 min

    Merci mais je crois que c’est juste une impression.
    Bonne idée, de referendorum…oui moi aussi je vis dans le passé, comme
    disait un vieux prof à moi laudatores temporis acti!
    Bien amicalement.

    J'aime

  4. Pangloss 29 août 2021 / 17 h 50 min

    Celle de Zemmour est la seule candidature qui donnera un peu d’intérêt à la campagne. Si on le laisse parler, si les media ne se liguent pas contre lui, si on ne lui fait pas un coup en vache (genre rumeurs de corruption, de harcèlement sexuel, de violences conjugales ou de fraude fiscale), rumeurs qui se dégonfleront une fois l’élection jouée. Et bien sûr, s’il a ses cinq cents signatures d’élus qui résisteront aux pressions de la classe politico-médiatico-immigrationniste.
    Attendons-nous à vibrer comme disent le journalistes sportifs.
    Amicalement.

    J'aime

    • nouratinbis 29 août 2021 / 18 h 23 min

      Il est vrai que les 500 signatures seront très difficiles à obtenir, les politicards prêts
      à prendre des risques ne sont pas légion!
      J’espère sincèrement qu’il y arrivera, ce serait dommage de rater ça!
      Amitiés.

      J'aime

  5. Gérard 29 août 2021 / 18 h 10 min

    Pour moi, dorénavant, foin des calculs politiques à la mord-moi le bulletin de vote du genre « celui-là, c’est pas mon préféré, mais comme mon préféré n’a aucune chance de figurer au deuxième tour, je vote pour celui-là faute de mieux » … Donc je voterai pour le candidat qui me plaira le plus, ce qui me donnera au moins la consolation de ne pas avoir été couillonné, comme la dernière fois avec Fillon qui dès son élimination a appelé à voter Macrouille. Ça fera ce que ça fera et de toutes façons, ma voix comptant pour pas grand chose dans le résultat final, je ne vois pas de raison valable d’agir autrement. Il paraîtrait que leur passe sanitaire ne sera pas obligatoire pour aller voter (histoire de pouvoir répéter qu’on est en democratie, pour tenter de le faire croire) mais si c’est pour choisir – par exemple – entre Méluche et Présipède, j’irai plutôt à la plage. Amitiés

    J'aime

    • nouratinbis 29 août 2021 / 18 h 25 min

      Ah oui, alors, Méluche contre Présipède ce serait le cauchemar absolu!
      Amitiés.

      J'aime

  6. Frederic 29 août 2021 / 18 h 52 min

    C est nous qui vous remercions pour vos billets enlevés. Celui-ci tout particulièrement car vous rendez clair l offre qui se présente à nous en mai 2022. Zemmour sera candidat, il sauvera l honneur mais les dès sont pipés ; pire, tout le monde le sait. Comme le disait Coluche si justement : si voter servait à quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit. Néanmoins, et faute d alternative, je sais vers qui se portera mon vote.
    Je ne sais pour vous mais moi ce que j ai retenu ( et que je sais depuis longtemps) , c est que Zemmour, lucide, nous prépare mentalement déjà à notre trop probable futur…. J ai parfois l impression que nous ne sommes qu une poignée à comprendre vers quoi nous allons. Amitiés

    J'aime

    • nouratinbis 29 août 2021 / 19 h 19 min

      Hélas oui! Et pourtant ça saute aux yeux, il suffit de regarder autour de nous,
      nous voyons de plus en plus de gens qui, manifestement sont probablement
      français mais ne sont évidemment pas nos compatriotes. L’invasion commence à
      prendre une tournure catastrophique!
      Amitiés.

      J'aime

  7. Mildred 29 août 2021 / 20 h 03 min

    Je ne voudrais pas casser l’ambiance, cher Nouratin, mais bien que je partage très souvent les analyses de Zemmour, et que j’admire sa culture historique, je ne crois pas qu’il sera en mesure de se présenter.
    Et même en admettant qu’il le soit, que voulez-vous qu’il puisse changer à ce qui nous attend, puisque lui-même considère que le désastre est déjà largement enclenché.
    C’était il y a cinquante ans qu’il fallait réagir et empêcher coûte que coûte ce regroupement familial qui nous a été imposé par Giscard.
    Aujourd’hui c’est trop tard, nous ne pouvons que subir !
    Quant à cette élection présidentielle, le mieux serait qu’une nouvelle circonstance inattendue – comme en 2012 et en 2017 – empêche le chou-chou des sondages et des media, de se présenter, et que de plus il y ait une abstention à au moins 80%.
    Et là, on pourrait espérer voir le tsunami politique majeur – qui remettrait en branle toutes les forces vives de la Nation, qui pour l’instant dorment – dont nous avons besoin que RIEN, pas même la victoire de Zemmour, ne serait en mesure de nous apporter.
    Mais je ne me fais aucune illusion, vous allez dire que je rêve éveillée.

    J'aime

    • nouratinbis 30 août 2021 / 18 h 40 min

      Il faut reconnaître que seul l’intervention divine pourrait nous sauver de la
      réélection de ce type-là. Et il faudra compter sur le Bon Dieu, parce que si
      c’est Allah qui prend l’affaire c’est foutu d’avance.
      Bon, l’espoir fait vivre, n’est-ce pas…
      Amitiés.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s