Inexcusable!

Ça commémorait sec, hier! Présipède gerbait sur le pont de Bezons pendant que son féal Cachsex, flanqué de Blanquette, le taulier du lieu, dévoilait au fronton du Ministère de l’Éducation Nationale une plaque en mémoire du prof d’histoire-géo Samuel Paty zigouillé comme un lapin il y a un an jour pour jour. Curieux rapprochement dû à la nature aléatoire des dates. Le petit Macrounet, se recueillait sur les lieux où, selon des témoins plus ou moins dignes de foi, plusieurs activistes algériens du FLN, furent précipités dans la Seine le 17 octobre 1961, alors que sa paire de co-adjuteurs gouvernementaux rendaient un hommage appuyé à la victime expiatoire d’un terrorisme islamique dont l’origine se situe également de l’autre côté de la Méditerranée.
Parce qu’il s’agit somme toute de deux aspects du même phénomène: l’invasion. Il y a un soixante ans les terroristes de l’Algérie insurgée, soutenus par la Gauche de chez nous, tentaient de porter la guerre-civile sur le sol métropolitain par la mobilisation massive des travailleurs qu’on n’appelait pas encore « immigrés », puisqu’en théorie ils restaient nos compatriotes. L’an dernier, un musulman fanatique d’origine tchétchène lardait, puis égorgeait proprement l’infortuné professeur, fortement encouragé par le père d’une collégienne, une sorte d’imam évidemment originaire du Maghreb et sur les conseils éclairés d’un militant islamique d’origine marocaine, ces deux gentlemen ayant assuré sur Facebook la publicité du blasphème commis par Paty, lequel avait expliqué à ses élèves tout le bien qu’il pensait des caricatures de Mahomet sur Charlie-Hebdo. Un prof hurluberlu qui aurait peut être pu, afin d’enseigner la liberté d’expression, évoquer Voltaire plutôt que la feuille de chou cradingue en question. La leçon eût ainsi gagné en qualité et l’enseignant vivrait sans doute encore, vu que l’auteur de Candide, malgré sa pièce intitulée « Le fanatisme ou Mahomet le Prophète », par ailleurs totalement méconnue du gros des troupes, considérait plutôt bien le fondateur de l’Islam « si son livre (Le Coran) est mauvais pour notre temps et pour nous,il était fort bon pour ses contemporains, et sa religion encore meilleure… » Même s’il prêtait à Mahomet ce qui appartient à Allah, je ne pense pas que nos amis Musulmans lui en tiennent grave rigueur.
Cela dit, le rapprochement -purement conjoncturel- du soixantième anniversaire de l’émeute fellagha de Paris et du premier de la décapitation de l’infortuné Samuel, comporte quelque chose de gênant en ce que les chefs de l’Etat et du Gouvernement s’en sont allés, au même moment, cracher sur son illustre prédécesseur pour le premier et magnifier le sacrifice du prof de banlieue pour le second. Fallait-il vraiment qualifier de crime inexcusable la gestion d’une insurrection ennemie en plein Paris par le Préfet de Police du Général de Gaulle? Fallait-il passer la pommade à feu Samuel Paty sans regretter la raison profonde de son assassinat, laquelle, pour le coup, apparaît réellement inexcusable? J’aurais tendance à répondre non aux deux questions, Présipède ignore totalement de quoi il parle en reprenant à son compte, à l’instar du perroquet de Fernand Raynaud, la propagande du trotskiste-lambertiste Stora. Quant à ces deux couillons de Cachsex et Blanquette, ils font peine à voir dans le prêchi-prêcha des valeurs républicaines vantées aux petits « jeunes » de nos collèges et lycées, ceux qui torgnolent leurs enseignants quand ils ne les massacrent pas. En réalité nous sommes toujours dans le « touche pas à mon pote« , rien n’a changé! Les ennemis de 1961 et leurs descendants installés chez nous aux frais du contribuable font toujours l’objet de la mansuétude infinie des poltrons qui nous dirigent! Zemmour a bien du grain à moudre, décidément!

S’il s’en trouve un, en tout cas, qui n’apprécie pas du tout les simagrées du petit Manu à sa Bribri sur le Pont de Bezons c’est bien le vieux Maurice. En ce dimanche matin ensoleillé et quasi-printannier, nous voilà tous réunis à nouveau DERRIERE NAPOLEON pour l’apéro dominical, celui qui provoque tant de dégâts sur nos foies vieillissants.
Il l’a mauvaise le vieillard maniaque:  » Inexcusable! Inexcusable! Non mais vous vous rendez compte, ce merdeux! Ferait mieux de s’occuper des conséquences de ses conneries personnelles, et y a du boulot, croyez-moi! Depuis son arrivée comme président, ce petit con, il les accumule et après il se mêle de venir critiquer les types qui s’occupaient des affaires alors qu’il n’était même pas encore arrivé dans le slip de son père! Encore heureux qu’on ait eu des gens comme Papon, qui avaient des couilles, eux, et qui savaient que l’ordre ça se fait régner à grands coups de pompe dans le cul et plus si nécessaire! Et là c’était vraiment nécessaire, vous savez, les Fellouzes c’étaient nos ennemis, ceux qui n’ont pas fait la guerre n’ont aucune idée de ce que ça signifie. L’ennemi c’est celui qui t’arrache les yeux à la petite cuiller et qui te coupe la bite pour te la faire bouffer, c’est ça l’ennemi, c’est ça quand on est en guerre! Moi j’ai encore eu du bol de m’en sortir à peu près indemne, de l’Algérie, sauf que mes potes de l’époque beaucoup d’entre eux ne peuvent pas en dire autant. Et l’autre pédé qui vient nous dire  » crime inexcusable »! Oh, putain de la bonne mère, inexcusable! C’est quoi ce morpion pour venir donner des leçons? Parce qu’il est excusable, lui, d’aller sucer la queue à tous les africains qui lui croisent le chemin? De refiler notre pognon à tous les enfoirés qui entrent chez nous comme dans une pissotière? Même pas être foutu de faire respecter la loi, surtout quand il s’agit des petits-enfants pourris des salopards qui nous explosaient la gueule dans leur bled de merde? C’est la meilleure, ça! Faudrait demander pardon alors que sitôt qu’on a dégagé de là-bas, les mecs du FLN n’ont rien trouvé de mieux que de débouler ici! Et on leur a réservé le meilleur accueil, et on les a logés et nourris, gratos, à coups de prestations sociales, et on leur a accordé le regroupement familial, et on les a grassement payés pour faire des enfants à qui ils ont bien expliqué ce que nous sommes, leurs ennemis mais crétins au point de tout leur céder sans la moindre contrepartie! Inexcusable, il a dit, Présipède, alors qu’il aille se faire mettre tant qu’il voudra par ses petits amis issus de l’immigration, y suent des pieds, y suent de ce que vous voudrez et surtout ils nous feront crever, finalement, c’est leur objectif depuis toujours, ils y arriveront, on les y aide bien! »
Grâce à Dieu, la soif le reprenant, les imprécations cessent en même temps que le demi suivant arrive et la conversation, du coup, se porte sur un sujet plus plaisant sachant que la petite Pompy, juchée sur un des hauts tabourets judicieusement répartis devant le zinc, expose désormais aux regards concupiscents de l’assistance, une petite culotte en dentelle rose du plus heureux effet. Même le pauvre Maurice en oublie ses souffrances de jeune appelé successivement couillonné par la Quatrième et la Cinquième, pour en arriver au résultat que l’on sait. Nous dissertons donc d’un air entendu en filant la métaphore allusive, sans toutefois tromper la coquine, laquelle se fend d’un « oh, les garçons, faut pas vous gêner, spectacle gratuit » tout en ouvrant encore un peu plus une paire de cuisses enchantées que tout le monde ici connaît par cœur sans toutefois s’en lasser jamais. Seuls, installés à une table un peu en retrait, nos amis Antoine Pédère et Jérémie Aste (1), détournent un regard un peu dégoûté, faisant toutefois en sorte que nul ne s’en rende compte, c’est raté, certes, mais bien essayé tout de même.
Et au bout du compte c’est Jean Foupallour qui nous sort le mot de la fin.
« Vous savez, tout ce boxon finira mal, c’est sûr, mais il y a comme ça -fait il en désignant d’un coup de menton qui se veut discret la direction de la petite cochonne- des petits détails qui laissent penser qu’en attendant il reste encore du bon dans la nature, et ça, contrairement aux histoires à la con de Présipède, ce n’est pas du tout inexcusable, vous savez, ce serait même carrément recommandé. A la vôtre, les potes, encore une tournée que les Fellaghas n’auront pas! »

Que la paix soit avec vous dans toute la mesure du possible et à Dimanche prochain si Allah veut bien y consentir encore..

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

(1) voir Derrière Napoléon chapitre XV

13 réflexions sur “Inexcusable!

  1. Gérard 17 octobre 2021 / 18 h 41 min

    Inexcusable ? Si c’est inexcusable, pas besoin de s’excuser, il ne l’a pas compris, ce petit c..

    J'aime

    • nouratinbis 17 octobre 2021 / 18 h 45 min

      Il n’est pas très futé, vous savez, sans quoi il aurait fait un autre métier.
      Amitiés.

      J'aime

  2. Mildred 18 octobre 2021 / 11 h 38 min

    Il commence à se savoir qu’en privé, Mitterrand affirmait que la mort de Louis XVI avait été « le drame de la France ».

    Quand la République s’excusera-t-elle pour tous les crimes de la Terreur ?

    J'aime

    • nouratinbis 18 octobre 2021 / 18 h 51 min

      Ah ben non, ça jamais, les victimes étaient de chez nous, voyons!
      Amitiés.

      J'aime

  3. G. Mevennais 18 octobre 2021 / 15 h 05 min

    A peine revenu de mon périple nantais, mon premier « travail » est de vous lire et je constate que les coms se rarifient, hélas. On peut,en déduire, malheureusement, que beaucoup sont tellement écoeurés que cela devient difficile de commenter ce qui est devient « incommentable », enfin, les élections approchent, cela explique, peut être cela.. Tenez le coup, cher Nouratin, m’est avis que vous aurez,, dans les mois à venir, beaucoup de grain à moudre.
    Amitiés et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles, ,

    J'aime

  4. nouratinbis 18 octobre 2021 / 18 h 52 min

    Merci d’être toujours là, les lecteurs se font rares!
    Amitiés, cher Gilles.

    J'aime

  5. elba 19 octobre 2021 / 3 h 17 min

    Heureusement que vous avez fait allusion à la petite culotte de Pompy, Nouratin, sinon votre récit dominical était d’un triste à en pleurer. Présipède commémore tout ce qu’il peut trouver, voyage à tour de bras, fait la fête, sans masque alors que nous sommes sommés d’en porter un, en faisant croître encore et toujours le délitement de notre pays.
    Et pour croire aux lendemains qui chantent, nous pouvons toujours nous lever tôt. Je dirais même que ça nous donne des insomnies. A moins que lesdites insomnies ne soient dues à l’âge, ou encore à toutes ces ondes qui se baladent autour de nous ?
    Allez ! Je vais toutefois tenter de positiver, puisque j’ai retrouvé mon ordi, et par là, la possibilité de vous écrire un petit mot, sans que ce soit trop galère. Il nous faut bien trouver quelque motif de nous réjouir de quelque chose, non ?

    Je vous lis chaque semaine avec plaisir. Non pas pour l’info qui elle, est d’une consternante tristesse, mais pour votre style et votre érudition que j’admire à chaque fois.
    Gros bisous.

    J'aime

  6. FRACANAPA 19 octobre 2021 / 15 h 20 min

    Juste un petit coucou en guise de commentaire*, c’est acceptable ? 🥴

    Bien amicalement, Sabine.

    *je fais mien votre commentaire Elba, si vous me le permettez, insomnie comprise ! 😴

    J'aime

    • elba 19 octobre 2021 / 20 h 08 min

      Il faut me tutoyer, Fracanapa. 🙂 Ici, nous sommes entre ami(e)s
      J’ai la réponse à l’insomnie : regarde comme la lune est belle et ronde !! 😉 Je dors toujours mal à la pleine lune.

      Gilles, nécessaire ou indispensable ne sont pas les bons vocables. Nous laissons parler notre coeur, c’est tout. La simplicité dans la franchise. Et la fidélité en amitié.
      J’aime bien « notre » petit groupe… Je pense toujours à René et Mamedjo.

      Bisous à tout le monde. ♥

      J'aime

  7. G.Mevennais 19 octobre 2021 / 17 h 10 min

    Merci, les filles, il me paraît nécessaire (indispensable ?) de montrer notre attachement aux billets dominicaux de Nouratin, c’est bon pour le moral, le nôtre et le sien.
    Gilles

    J'aime

  8. JJS 21 octobre 2021 / 11 h 45 min

    Coucou aussi je suis fidele au poste.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s