Mais où sont les neiges d’antan?

Une très belle jeune femme, dotée d’un charme particulier, rien qu’à elle, tout en douceur délicieuse, une de celles qu’on voudrait prendre dans ses bras et couvrir de petits bisous, comme ça, presque chastement, une merveille, un cadeau du ciel…et puis un beau jour, comme ça, ex-abrupto (voire même « ipso bruto » comme disait cet ancien collègue que nous surnommions Brutavinée), plutôt un jour moche, ça se prête mieux, vous apprenez qu’elle vient de passer l’arme à gauche dans l’année de ses quatre-vingt-onze balais! C’est naze, vous savez, ça fout les jetons! Comment des horreurs pareilles peuvent-elles se produire ainsi, vicieusement, comme la perversion de la condition humaine qui vous fout sous le pif des vessies que vous prenez pour des lanternes jusqu’à ce qu’elles vous pissent dessus sans préavis. Voilà, une de plus, une de moins, c’est ainsi que les choses fonctionnent. Cette fois c’était Monica Vitti. Elle est passée, comme d’autres avant elle, et d’autres qui suivront. Les anges, les vrais, ne durent pas éternellement, ils finissent toujours par disparaître, allez-donc savoir où? Villon se posait déjà la question au XVème siècle époque à laquelle on mourait souvent jeune, c’était son cas, évidemment, on ne sait trop ce qu’il est devenu celui-là, mais c’est à trente ans qu’il écrivait Les Dames du Temps Jadis. Ils comprenaient la vie plus vite que nous, par la force des choses. Mais les nôtres, de dames, celles qui nous faisaient rêver vers les années soixante/soixante-dix, nous les voyons partir après des décennies de vieillesse discrète, il faut comprendre et apprécier: pour qu’on ne les oublie pas mieux vaut qu’elles se fassent oublier. Dans le cas contraire, le présent brouille le passé, on ne les adore plus…moins sans doute, c’est dommage mais ainsi va la vie. François Villon, jeune, se posait des questions auxquelles il ne savait répondre, nous autres, vieux, peut être y voyons nous un peu plus clair, les dames et les neiges d’antan demeurent seulement dans nos souvenirs, elles disparaîtront avec nous, bientôt, à tout jamais!
De nos jours, époque abominable, les neiges d’antan nous ne les trouvons même plus au Jeux Olympiques d’hiver! Les neiges de maintenant sont artificielles, vous vous rendez compte? On fait des jeux d’hiver sans vraie neige et des Coupes du Monde de fouteballe dans des stades hermétiquement clos et climatisés à mort, au Qatar, en plein désert! Plus con que ça tu meurs! Et dans le même temps vous avez des hordes de pastèques ahuries qui posent culotte dans des toilettes sèches et qui se refusent à bouffer de la vache parce que ces bestiaux pètent du méthane, gaz à effet de serre s’il en fut jamais. Alors, comment voulez-vous que ça marche, je vous le demande? On nous traite de sales réacs, voire de vieux cons, parce que nous prétendons que c’était mieux avant… Ma foi je crois bien qu’au regard de l’évolution sociétale, comme on dit aujourd’hui, il se pourrait quand même que nous n’ayons pas tout à fait tort.
Regardez donc un peu cette campagne électorale dont on nous rebat les oreilles à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Regardons bien, que voyons nous? Rien que du creux et du vide! Non que la démocratie ait empiré au fil des décennies, pas du tout, elle a toujours été ce qu’on voit aujourd’hui, une sinistre mascarade, un cirque grotesque, une suite éperdue de pantalonnades débiles avec, au bout du compte, des types qui sitôt installés au pouvoir se font cracher dessus parce qu’ils se révèlent incapables de tenir leurs promesses à la con. Mais là, en ce moment, c’est autre chose, une situation assez nouvelle, curieuse, pour tout dire…même un peu absurde par certains côtés. Un petit malin à l’Élysée qui n’a fait que des conneries depuis son arrivée et personne, je dis bien personne, n’est sérieusement en mesure de lui piquer son fauteuil! Pécresse c’est Présipède en jupons avec le charisme d’un balais O’ Cédar, Marine on la connaît, elle n’y arrivera évidemment pas, et Zemmour, le seul qui fasse un peu le poids, ne dépasserait pas les trente pour cent au second tour. Je ne parle même pas des autres prétendants, bande de nullards tous plus hurluberlus les uns que les autres. En foi de quoi, ce bouzbir, ce bordel arabe, aboutira à prendre le même et à recommencer pendant cinq ans avec la bande d’andouilles qui nous empoisonne la vie depuis 2017! C’est bien cher payé pour en arriver là, ne trouvez vous pas?
Alors, pour se résumer, même pas la peine d’en parler. C’est foutu, on est foutu à l’évidence puisque nous aurions bien besoin de tout changer et très vite, le récent reportage sur Roubaix envahie le prouve de la manière la plus éclatante. Mais nous garderons Macrouille, le grand remplacement, les musulmans plus ou moins fanatiques, et tout cela avec des impôts que nous ne manquerons pas de grave sentir passer, vu que trois mille milliards de dette ça va tout de même finir par se remarquer un jour ou l’autre.

En d’autres termes, tout cela pue considérablement! L’avenir ressemble à une cuvette de chiottes sénégalais! Si j’avais cinquante ans de moins, je crois que je foutrais mon camp pour essayer de trouver ailleurs un pays moins idiot que celui-ci… ce qui ne doit pas être bien difficile…
Mais où sont les neiges d’antan?

Amitiés à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

10 réflexions sur “Mais où sont les neiges d’antan?

  1. Pangloss 6 février 2022 / 19 h 51 min

    Eh oui! C’était mieux avant. D’abord nous étions moins nombreux sur cette terre. Ensuite, nous étions moins nombreux sur cette terre et enfin nous étions moins nombreux sur cette terre. Si l’on veut raffiner, on peut dire que ceux qui se sont rajoutés sur cette terre ne sont pas ceux que nous aurions accueillis avec joie si on nous avait demandé notre avis. Mais on ne nous l’a pas demandé et on en est réduit à faire des reportages sur Roubaix en accordant une protection policière à ceux qui l’ont fait.
    Bon, d’accord, je simplifie et je résume mais vous voyez ce que je veux dire.
    Amicalement.

    J’aime

    • nouratinbis 7 février 2022 / 19 h 48 min

      Vous résumez à la perfection! L »espèce invasive aura notre peau!
      Amitiés.

      J’aime

  2. La Dive 6 février 2022 / 20 h 39 min

    Oui, c’était mieux avant. Avant nos ennemis nous traitaient de « de sales réacs, voire de vieux cons » comme vous le signalez dans votre billet. Aujourd’hui des amis, ou tout au moins des personnes qui partagent bon nombre de vos idées, vous traitent de catholique intégriste et de nazi.
    Il n’y a pas a dire, le progrès progresse!

    J’aime

    • nouratinbis 7 février 2022 / 19 h 50 min

      Tout à fait, et pourtant nous aurions l’impression de régresser plutôt,
      mais ne cédons surtout pas à nos bas instincts.
      Amitiés.

      J’aime

  3. G.Mevennais 6 février 2022 / 23 h 39 min

    Si vous aviez cinquante ans de moins ? Je n’ose imaginer ce qui va nous tomber sur la tête dans seulement dix ans, voire vingt ans en faisant preuve d’un optimisme d’acier. Notre génération à bénéficié d’une double chance, c’est la première qui n’a pas été mobilisée pour « faire la guerre », nos parents, grands parents et même nos frères ainés n’ont pas eus cette chance, et puis nous avons vécu avec beaucoup d’espoir dans notre jeunesse, alors, à l’heure où nous nous trouvons dans le dernier virage, nous ne sommes plus que des témoins impuissants devant une catastrophe annoncée. Tout cela nous permet, peut être, de relativiser, d’aller seulement à l’essentiel, de ne s’occuper seulement que des deux choses importantes,qui concernent chaque individu, la santé et l’amour, l’affection de nos proches, famille et vrais amis, le reste…..comme le chantait Férré, « avec le temps, va, tout s’en va ».
    Amitiés, cher Nouratin, et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles

    J’aime

    • nouratinbis 7 février 2022 / 19 h 52 min

      Vous avez raison, toutefois profitons bien de la décennie qui nous reste…
      enfin si tout va bien, quoi…
      Amitiés.

      J’aime

  4. G.Mevennais 6 février 2022 / 23 h 41 min

    Nos frères ainés n’ont pas eu…

    J’aime

  5. Fredi M. 7 février 2022 / 8 h 56 min

    Eh bien Nouratin, c’était « Sombre dimanche » on dirait…
    Mais sur le fond on ne peut que vous donner raison hélas.

    J’aime

    • nouratinbis 7 février 2022 / 19 h 54 min

      Il y a des dimanches comme ça, les idées noires volent en escadrilles
      par les temps qui courent.
      Amitiés.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s