Le bon temps…si vous préférez…

Que le sieur Alain Delon franchisse plus ou moins allègrement la barre symbolico-catastrophique des quatre-vingts balais me laisserait relativement indifférent -non que le personnage me soit antipathique, bien au contraire, mais je ne le connais pas personnellement, comprenez vous?- s’il ne comptait, quasiment jour pour jour, onze années de plus que votre serviteur. Or nous ne le savons que trop, hélas, onze ans cela passe en un clin d’œil et, le temps simplement de vous projeter par la pensée dans un futur aussi proche, vous vous y retrouvez pour de bon avec, en plus, le vague sentiment de vous être fait cocufier quelque part, comme on dit puis. Je vois aujourd’hui s’étaler à la une de tous les media qui se respectent la tronche burinée, fatiguée, ravagée, avachie, d’un type dont je fus, temporibus illis, horriblement jaloux tellement il était beau et rendait sinoques les gonzesses; voilà qui me renvoie bien égoïstement, certes, à mon triste cas personnel, à l’image à la con que m’offre cette saloperie de miroir, à l’indifférence et au total désintérêt que je lis désormais dans les yeux des jeunes femmes. Sacré Delon, va! Demain j’aurai ton âge et le fait qu’en raison du tien tu feras sans doute carrément peine à voir ne changera rien à ma détresse…sans évoquer la probabilité que nous nous retrouvions alors tous les deux à déguster les pissenlits sans les arracher. Putain d’Adèle! On peut dire ce qu’on veut mais pour vivre sereinement sa vieillesse, comme ils disent, il faut une sacrée dose de sagesse et de détachement…d’aveuglement, non, plutôt?

Cependant, le nouvel octogénaire en question, adulé comme pas possible par une sphère médiatique décidément bien versatile, ne manque pas, chaque fois qu’il en a l’occasion,  de « déraper » comme un beau diable nauséabond. La dernière fois c’était pour apporter son soutien à Mme. Morano en faisant savoir haut et fort que celle-ci possède une paire de testicules que lui envieraient bien des hommes, politiques ou autres. Considérant qu’il parlait sans doute au figuré, enfin je le suppose, et partageant en pareille hypothèse son point de vue, je ne saurais vous cacher combien je lui sais gré, au sieur Delon (et non pas au « scieur de long »comme l’avançait San Antonio) de cette sorte de déclaration. J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur le sujet (voir http://onefoutus.over-blog.fr/article-delon-en-large-120552263.html) et je reste persuadé que ce genre de type, lorsqu’il brave les foudres de la bien-pensance, fait plus de bien à notre pays que la totalité des bénis oui-oui humanitaro-gaucho-compatibles du show-biz…et pourtant ça fait du monde. Je n’en voudrais d’ailleurs pour preuve que le superbe documentaire qui lui fut consacré cette semaine par le Service Public de l’Audiovisuel, lequel, ne pouvant faire l’impasse sur les quatre vingts ans du demi-dieu japonais, prit le parti d’un black-out absolu sur les positions politiques de ce dernier.  Après une heure et demie de delonnage à visée exhaustive, impossible de se faire la moindre idée à ce sujet…bon, vous comprenez, si on allait expliquer au bon populo que ce mec là affiche des opinions totalement réacs assorties d’une amitié avec les Le Pen, prône le rétablissement de la peine de mort, déclare l’homosexualité « contre-nature » et considère Cyrille Hanouna comme un gros piège à cons audiovisuel doublé d’un vomitif pire que l’émétine ou le sirop d’ipéca, on prendrait le risque de déstabiliser quelque peu le système; y a trop de gens qui l’aiment ce bonhomme, faudrait pas qu’ils se mettent à déraper eux aussi!

Et d’ailleurs, pendant qu’on y est, pourquoi nous priverions nous de remarquer que si la France compte bien – et seulement – deux « monstres sacrés » cinématographiques d’envergure mondiale encore un peu en vie : Bardot et Delon (1), ils professent tous les deux les opinions les plus ignoblement nauséabondes qui se puissent trouver dans ce pays de cons. Tous les deux! Or donc, ce que la France a pu engendrer de plus magnifique en termes de talent, de charme, de capacité de séduction, d’attractivité sexuelle et d’aura médiatique serait complètement vérolé de la pensée, systématiquement malsain d’esprit, aveuglé par la haine de l’autre et le repli sur soi? Vous ne trouvez pas ça curieux, vous? Et si par impossible c’était le contraire? Si les deux spécimen en question, qui ont tout connu en termes de gloire et de célébrité, qui n’attendent plus rien de personne, dont la vie se termine assez tristement dans une décrépitude d’autant plus pénible qu’ils furent les plus beaux et les plus adorés…et si ces deux là se révélaient simplement lucides et sincères, au contraire du tout-venant des peigne-culs ordinaires, non? Ça ne tient pas la route comme hypothèse, cette idée saugrenue? Hé non, bien sûr, que vais-je donc imaginer là comme calembredaine! La raison du plus fort est toujours la meilleure, nul ne saurait nager à contre-courant; demandez à Galilée, demandez à Giordano Bruno! Le Dogme on ne s’y attaque pas, c’est sacro-saint, défendu, verboten, forbidden, vietato! « Touche pas à mon poste » comme dit le gros rigolo dégueulasse précité… nul ne saurait faire du tort à la pensée obligatoire, celle qui conserve le pouvoir aux ordures qui le possèdent, celle qui maintient et conforte aujourd’hui le désordre établi, l’infâme bordel organisé qui nous engloutira tous dans le naufrage programmé de notre vieille civilisation.

Parce qu’ils peuvent dire ce qu’ils veulent, tous ces enclumiers bien-pensants, Bardot et Delon ça reste deux vestiges splendides de notre passé civilisé. Des gens du monde, élégants, racés (oh merde, c’est permis, ça?), éduqués, un peu cultivés, même, peut être…bref tout le contraire de ce qui se fait de nos jours. Nous vivons l’époque des Joey Starr, des Karim Benzéma, des Cyrille Hanouna. Ils n’ont plus rien à foutre dans ce cloaque fétide, nos vieillards sacrés, ils lui sont totalement étrangers…au fond ils n’existent même plus vraiment…quand ils disparaîtront pour de bon la médiatosphère leur consacrera un énorme battage, on les dégustera jusqu’à la nausée au moins une bonne semaine chacun en omettant de dire, bien sûr, à quel point ils rappelaient les « heures les plus sombres de notre histoire » et en évoquant au contraire les plus flamboyantes à sons de trompes, à tire-larigot, à qui mieux-mieux, ad nauseam, sans retenue, sans discernement…sans rien y comprendre! Parce qu’ils appartiennent à un temps qui n’existe plus…le bon temps… si vous préférez…

Bonsoir et à bientôt, j’espère.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

(1) J’aime bien Belmondo mais c’est tout de même la pointure en dessous.

Publicités

36 réflexions sur “Le bon temps…si vous préférez…

    • nouratinbis 8 novembre 2015 / 18 h 55 min

      Le pauvre vieux! Mais il a encore du punch, c’est un costaud.
      Amitiés.

      J'aime

  1. mamedjo 8 novembre 2015 / 17 h 59 min

    je n’ai pas aimé ce mec avec frénésie car je ne suis pas fan du cinoche , cela gueule trop pour moi dans les salles , Ceci dit il faut être’ juste avec eux … dire tout haut ce que la moitié de la france pense tout bas, c’est en avoir une belle paire , et puis même si le bijoutier du clair de lune nous a montré les miches de BB, ce n’est pas en montrant ses burnes que le bel Alain a fait sa carrière
    quand ils etaient jeunes ,on aurait du les elire couple alpha de la patrie , comme chez les loups , les seuls a avoir droit de se reproduire …imagine un peu a quelle bande de tordus on echappait !
    bisou

    J'aime

    • nouratinbis 8 novembre 2015 / 18 h 57 min

      Ah oui, tu as raison, si ces deux là avaient fait des petits
      ensemble…oui mais bon, les petits qu’ils ont fait séparément
      c’était pas terrible…alors…
      Gros bisous.

      J'aime

  2. mevennais 8 novembre 2015 / 18 h 00 min

    Oui, le temps, non seulement passe vite, mais il s’écoule de plus en plus vite au fur et à mesure de notre avancement en âge. Bien évidemment, c’est difficile de vieillir avec lucidité et d’admettre que « la vie n’a pas de sens », en fait c’est la conscience de l’abstrait qui fait que nous pouvons appréhender notre disparition. Bah, je vais plagier Yves Montand qui disait, après son problème cardiaque et juste avant son décès : « advienne que pourra, j’aurais bien vécu ». Je ne suis pas Montand, mais, à mon niveau et à ma façon, « j’aurais bien vécu » et me réjouis ne d’avoir pas procréé…
    Quant aux « people » j’ai toujours trouvé exagéré l’importance qu’on leur donne, dans un sens comme dans l’autre. Le fait de jouer au « cinoche », de pousser la chansonnette ou de jouer au foot ne devrait pas leur donner l’autorisation de croire qu’ils peuvent se prétendre être des directeurs de conscience… Enfin, ce n’est que mon opinion.
    Merci, cher Nouratin, pour cet excellent billet à caractère « philosophique » si on accepte de gratter la forme pour réfléchir un peu sur le fond.
    Amitiés.
    Gilles

    J'aime

    • nouratinbis 8 novembre 2015 / 19 h 03 min

      Moi je suis bien content de ce que j’ai vécu…mais à présent ça
      me fait une belle jambe : « les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
      les souvenirs et les regrets aussi… » comme chantait si bien Montand.
      C’est vrai, Delon n’a aucune qualité pour nous imposer son opinion…mais
      il se contente de la donner quand on la lui demande…on ne peut pas lui
      reprocher ça.
      Merci Gilles.
      Amitiés.

      J'aime

  3. BOUTFIL 8 novembre 2015 / 20 h 39 min

    quels beaux vieillards ils font ces 2 là, moi je suis admirative de BB, qui n’a jamais triché s’accepte comme elle est, c’est une belle âme, si ce terme peut encore signifier quelque chose à notre époque, elle mène de plus un combat qui me va droit au coeur !ils sont courageux de dire ce qu’ils pensent , c’est vrai qu’en les voyant, nous les anciens, on se dit que c’était un autre temps ! moi aussi je trouve que mon miroir déconne, mais bon, faut accepter ! j’ai eu la vie que je me suis faite, pas de regrets ! ma liberté je l’ai parfois payée chère mais Dieu que c’était chouette !
    gros bisous

    J'aime

    • nouratinbis 9 novembre 2015 / 17 h 41 min

      Tu as raison, faut positiver…mais quand même c’était
      mieux avant, à tous points de vue!
      Gros bisous.

      J'aime

  4. trucmuche33 8 novembre 2015 / 21 h 04 min

    Delon avait une belle gueule et après ? Ça lui a rapporté du pognon, tant mieux pour lui.

    En dehors de ça, il n’a ni inventé l’eau tiède, ni le fil à couper le beurre.

    La plupart des stars d’aujourd’hui ou d’antan se croient autorisées, au nom de leur renommée, à parler de sujets dont elles ne comprennent pas grand chose. Delon, ou BB, et l’analyse du monde, c’est un peu comme les Bogdanoff et l’astrophysique.

    J'aime

    • atoilhonneur2 9 novembre 2015 / 16 h 58 min

      @trucmuche; il n a inventé ni le fil a couper le beurre ni l eau tiède… Mouais, c’est sans doute pas une lumière mais c’était un géant du cinéma et un homme d affaires hors-pair. L’essentiel de son actuelle fortune ne venant pas de ses cachets d’acteurs mais du business qu il a monté essentiellement en Asie: parfums, cigarettes, lignes de vêtements, négoce de vin et de spiritueux, etc… le tout doublé d’un évident talent en tant qu’amateur d art et collectionneur.

      J'aime

      • nouratinbis 9 novembre 2015 / 18 h 03 min

        Il n’est pas forcément très sympathique mais reconnaissons lui
        ses qualités…et pour moi c’est quand même un grand artiste!
        Merci d’être venu, bonne soirée Corto.

        J'aime

    • nouratinbis 9 novembre 2015 / 17 h 44 min

      Bof, faut pas sortir de Berkeley pour constater le bordel dont
      les enfoirés qui nous dirigent nous ont gratifiés…s’il y a
      des grandes gueules qu’on écoute pour le dire haut et fort
      c’est mieux que rien…enfin moi je le vois comme ça…
      Amitiés.

      J'aime

  5. elba 8 novembre 2015 / 23 h 37 min

    « Nouratin-le-nostalgique » c’est le titre de la pièce que vous nous jouez aujourd’hui. 🙂 Je serais un peu encline à penser comme Trucmuche à propos d’Alain Delon : certes, il avait la beauté physique. Peut-être aussi la bonté d’âme, je n’en sais rien. Mais cela me laisse un peu indifférente, sauf pour ses propos actuels qui ressemblent à ce que je pense également.

    … Mais comme je suis de votre génération, et « qu’autrefois les choses étaient moins compliquées pour le commun des français (ailleurs dans le monde, ça n’allait pas toujours tout seul), je pencherais à dire que c’est toujours « avant » que c’était le bon temps… Celui où nous étions jeunes, emplis de rêves et de projets. Et où nos préoccupations personnelles étaient un peu plus loin de celles que nous avons à présent : flirter, puis fonder une famille, accéder à la propriété etc.

    Nos jeunes actuellement ont du mal à trouver du travail, pour certains d’entre eux (de plus en plus, d’ailleurs !) et doivent gober toutes les lois liberticides qui sont imposées à presque tout le monde. Nous, nous avions la chance de pouvoir changer de patron si nous n’étions pas contents de celui qui nous employait… Mais lorsque je pense à mes filles qui sont trentenaires, je me dis qu’elles se diront la même chose que vous et moi, lorsqu’elles auront atteint l’âge quasi-canonique de la soixantaine 😉 âge où nous sommes en plein bilan de notre vie passée… et où nous trouvons pratiquement tous/toutes que c’était mieux « avant ».

    Très bien écrit votre article d’aujourd’hui, Nouratin. Perso, j’admirais plus des gens comme Bourvil, Fernandel… et tous ceux qui pouvaient nous faire autant rire que pleurer, sans qu’ils aient été gratifiés par mère nature d’une beauté plastique, loin de là.

    Bisou du dimanche soir. Et oubliez votre morosité du moment : dans dix ou vingt ans, vous vous direz sans doute que 69 ans (tiens ! l’âge érotique ? Mdr !) c’était pas si mal que ça. Héhé ! 🙂

    J'aime

    • nouratinbis 9 novembre 2015 / 17 h 50 min

      Merci beaucoup chère amie, vous voyez juste, surtout pour ce qui
      concerne votre vision à dix ans (vingt ans ça commence à devenir
      beaucoup plus aléatoire)…toutefois en ce qui concerne l’âge
      érotique…bon, passons.
      Moi aussi j’étais et suis toujours fan de Bourvil et de Fernandel,
      et pas jaloux du tout, en plus…hélas ils ne peuvent plus nous
      dire grand chose, eux.
      A bientôt.
      Bisous du Lundi soir.

      J'aime

  6. jacquesetienne 9 novembre 2015 / 7 h 40 min

    Eh bien moi, c’est seize ans jour pour jour que j’ai de moins que Brigitte Bardot. Si elle m’a fait envie, je ne l’ai jamais jalousée !

    J'aime

    • nouratinbis 9 novembre 2015 / 17 h 54 min

      Moi non plus, je vous rassure…en revanche, malgré nos
      douze ans d’écart je lui eusse volontiers fait un ou deux
      doigts de cour…dans les années soixante-soixante-dix…
      Amitiés.

      J'aime

  7. Pangloss 9 novembre 2015 / 9 h 21 min

    Tu as raison. Bardot et Delon sont très au-dessus du lot. Qu’ils refusent de se plier au dogme actuel, qu’ils disent ce qu’ils pensent et dédaignent d’afficher les opinions obligatoirement médiatico-gauchiennes me les rend encore plus sympathiques. Quant à l’âge qu’ils viennent d’atteindre, tant mieux pour eux! Notre jeunesse avait Delon et Bardot, la jeunesse actuelle a les rappeurs de banlieue et Cyril Hanouna. Chacun ses goûts, la merde a le sien.

    Aimé par 1 personne

    • nouratinbis 9 novembre 2015 / 17 h 57 min

      Absolument, et rien n’interdit de l’apprécier…du moment
      qu’on n’est pas obligé…il suffit d’éteindre la télé!
      Vive Delon, vive Bardot…c’est tout ce qui nous reste!
      Amitiés.

      J'aime

  8. PR CALGUÈS 9 novembre 2015 / 11 h 49 min

    Ben moi je les aime bien ces deux là et je les comprends. C’est sans doute parce que je suis comme eux : je n’ai pas inventé l’eau tiède, ni le fil à couper le beurre.
    Quant à l’astrophysique !!!!

    J'aime

    • nouratinbis 9 novembre 2015 / 18 h 00 min

      La compagnie est grande! N’ayant rien inventé non plus je revendique
      pourtant le droit d’ouvrir ma gueule et de parler…un peu dans le
      désert. La célébrité a au moins le mérite de multiplier l’auditoire.
      J’aime bien l’astrophysique mais j’y capte un beignet!
      Baieta.

      J'aime

  9. Dr WO 9 novembre 2015 / 16 h 07 min

    Un billet de pipole politique ou une visite de monuments historiques, j’ai aussi beaucoup de respect pour les vestiges du passé car je me respecte aussi.

    J'aime

    • nouratinbis 9 novembre 2015 / 18 h 01 min

      Il faut voir les choses comme elles sont : j’en suis un autre!
      Amitiés.

      J'aime

  10. carine005 9 novembre 2015 / 21 h 09 min

    « Parce qu’ils peuvent dire ce qu’ils veulent, tous ces enclumiers bien-pensants, Bardot et Delon ça reste deux vestiges splendides de notre passé civilisé. »

    Et ils sont encore très beaux, je trouve.
    Quelle vie elles ont eue, ces deux belles personnes ! Ca marque évidemment les visages et les corps, mais qu’importe…
    Ils sont encore là, et un peu là !

    « Bardot et Delon ça reste deux vestiges splendides de notre passé civilisé. Des gens du monde, élégants, racés (oh merde, c’est permis, ça?), éduqués, un peu cultivés, même, peut être… »

    J’ose à peine imaginer ce que penserait Gabin de tout le cirque que nous vivons.

    Bizougrosziboux !

    Aimé par 1 personne

    • nouratinbis 10 novembre 2015 / 12 h 02 min

      Le pauvre Gabin il doit même se retourner dans sa tombe;
      quant au deux en question le problème c’est qu’ils me
      ramènent à la sinistre réalité : les gens qu’on a connus
      jeunes et resplendissants de beauté presqu’irréelle, quand
      je les voit décatis que c’en est pathétique ça me fout le
      moral au fond des chaussettes : ça va trop vite!
      Mais c’est ainsi, y a rien à faire…
      Gorozouzigrozouxbs!

      J'aime

      • carine005 10 novembre 2015 / 12 h 21 min

        Ma Mamie disait un truc bizarre sur ce thème :
        « On ne peut pas être et avoir été ».
        Mais elle ne disait pas « au même .moment ».
        Pourtant ça me paraissait clair à l’époque (bénie !)
        Zorgrobecs

        J'aime

      • nouratinbis 10 novembre 2015 / 15 h 24 min

        La mienne disait pareil et en effet ça allait de soi et
        c’est hélas encore vrai à notre époque de chiottes.
        Ouzbeczougrobistan!

        J'aime

  11. Isabelle Mazan 10 novembre 2015 / 20 h 19 min

    Ah mais si car on peut être con et l’avoir été.

    J'aime

  12. Souris donc 11 novembre 2015 / 15 h 32 min

    Pas de souci, Nouratin, votre belle verve est l’antidote au radotage sentencieux à la Delon-Bardot.
    Moi, mon préféré est Jean Rochefort.
    Quand il récite Madame Bovary des Boloss des Belles-Lettres en langage des cités.

    J'aime

    • nouratinbis 13 novembre 2015 / 7 h 38 min

      Drôle, en effet mais très gauchiard…vous me direz, dans ce métier
      si l’on veut travailler…
      Amitiés.

      J'aime

  13. ISA 13 novembre 2015 / 0 h 06 min

    Cher Nouratin……Les beaux monuments font de belles ruines…..Merci à vous d’être là . Isa

    J'aime

    • nouratinbis 13 novembre 2015 / 7 h 43 min

      Merci Isa…vous parlez d’or, certaines ruines valent bien mieux
      que la plupart des œuvres architecturales contemporaines!
      Amitiés.

      J'aime

  14. mamedjo 14 novembre 2015 / 9 h 56 min

    et on veut nous faire croire que le Zemmour est bien plus dangereux que toute la muzzellerie et que tous ceux qui nous gouvernent et nous musellent …
    pas etonnant de voir un tel cirque quand on est gouverné par des clowns !
    allez vite vite importez en d’autres, payez les pour qu’ils se reproduisent , faites en des Français pour qu’on ne puisse pas les virer !
    et merde !
    bisous enragés !
    ne compte pas sur moi pour defiler avec ma pancarte je suis la france je suis je ne sais quoi …je veux bien faire la pancarte je suis sacrifiée !

    J'aime

    • nouratinbis 14 novembre 2015 / 17 h 04 min

      Ou la pancarte « mourez de votre connerie »…mais non voyons, le
      danger c’est l’extrême droite! M’enfin!
      Bisous dégoûtés.

      J'aime

  15. René de Sévérac 15 novembre 2015 / 14 h 53 min

    Il suffit de quelques dimanches … et toujours sans rappel, vous me croyez mort ?
    « Si les deux spécimen en question (perso, j’ajouterais Belmondo, quoique son état …),
    qui ont tout connu en termes de gloire et de célébrité, qui n’attendent plus rien de personne »,
    c’est ça qui les rend libre : dans ce monde totalitaire, si vous aviez des chansons à vendre que feriez-vous ?

    Vous faites allusion aux nageurs à contre-courant (Giordano Bruno [brûlé en 1600], puis Galilée [condamné en 1633]).
    Remarquez les progrès en un tiers de siècle. Le dernier m’a beaucoup intéressé, surtout par le fait que le procureur de l’affaire est un type admirable (d’ailleurs canonisé) Robert Bellarmin (mort en 1621 donc avant la condamnation de Galilée).
    On n’a pas le temps de débattre … mais je pense à lui à propos du débat actuel du « réchauffement d’origine anthropique ».
    J’aime bien votre terminologie « nage à contre-courant » mais il est trop facile de juger le passé.

    A tout à l’heure après sortie de votre nouveau joyau.
    J’ai cliqué « à tout va »; vous savez qu’un catho est un superstitieux !

    J'aime

    • nouratinbis 15 novembre 2015 / 17 h 55 min

      Je conteste un peu « le progrès en un tiers de siècle ». Si Galilée est
      demeuré imbrûlé c’est qu’il a reconnu sa pseudo-erreur (eppure si muove)
      il préférait passer pour un con mais rester en vie, j’en aurais fait
      autant!
      Je viens de sortir mon « joyau » (mon paternel appelait ça « les bijoux de la
      sciure ») vous êtes trop aimable. A tout à l’heure donc.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s