La fin de la dictature des sinoques?

Êtes vous choqué par le slogan des Républicains « Pour que la France reste la France »? Petit sondage du Figaro de ce jour, répondre par ou ou par non, comme ça c’est simple, on ne se turlupine pas trop le chou et le résultat apparaît à la portée du plus con de tous les sots. Cependant, figurez vous que 21% des sondés se disent « choqués ». Ben oui! D’accord ça fait soixante-dix-neuf pour cent pour le non, mais tout de même on se situe là dans le lectorat du baveux en question, gens qui se différencient par nature  de ceux qui lisent Le Monde ou, a fortiori, Libé… Donc chez le bourge d’aujourd’hui vous trouvez une  sacrée proportion de quidams désireux que la France cesse de l’être… Après, bien sûr, le caractère lapidaire voire simpliste de l’item, rend difficile l’interprétation d’un tel résultat. Ils veulent quoi, ces mecs? Que la France devienne la Moldavie? Le Chili? Le Zimbabwe? La Pricipauté de Monaco, peut être, ce qui ne me dérangerait guère, je l’avoue? Ou bien encore la Corée du Nord, la regrettée Russie Soviétique, sinon la Chine désormais bien réveillée?… Allez savoir!
Bon, cela dit, ne nous voilons pas la face et portons l’affaire au second degré puisque aussi bien c’est sur ce terrain là que l’on veut nous conduire. Le camarade Wauquier, patron du parti ex-UMP désormais intitulé « Les Républicains » voire Les Ripoublicons pour les plus malveillants d’entre nous, voulait dire par le susdit slogan quelque chose comme « pour que les Muz arrêtent de nous transformer en succursale du Maghreb ». « Pour que la France reste la France », tout le monde a bien compris ce que cela signifie vraiment, d’où la controverse: ce salaud de Wauquier, désormais honni par tout ce qui, pense bien dans ce pays, a le front, c’est bien le mot, d’en appeler au vieux fond de racisme et de xénophobie qui nous entraîna, selon les Saintes-Écriture du Dogme et de la Doxa, aux abîmes des heures les plus sombres de notre histoire. Et voilà donc l’affolement qui gagne toutes les couches de la médiatosphère ainsi que la politicaillerie franchouille dans son entier, jusqu’aux vingt-et -un pour cent de pauvres niais lecteurs du Figaro sondés ce matin même.

En d’autres termes, les nationaux de l’Hexagone se voient désormais priés, s’il veulent rester politiquement corrects, de souhaiter pour leur pays un avenir métissé, diversifié et, pour tout dire, en rupture totale avec  son histoire, ses coutumes, ses traditions et pourquoi pas sa langue, laquelle part dores et déjà en quenouille, sa culture, désormais en voie de disparition, sans parler, bien entendu de ses racines chrétiennes, horresco referens! Quand je pense à tous ces millions d’andouilles du passé qui, volens-nolens, se firent trouer la peau au nom de la Patrie, de la Répupu, de la Nation et autres âneries propagandistes, justement pour éviter que la France ne devienne autre chose que ce qu’elle était à l’époque, je me dis que les temps ont bien changé… Aujourd’hui, ces misérables fleurons de cimetières militaires encourraient l’anathème politico-sociétal qui frappe de plein fouet les ordures de fachos partisans de l’infâme président des Ripouchose, le sinistre Adolf Wauquier, dieu merci complètement déconsidéré au sein de la Bien-Pensance-Nationale. Le pays de Molière, de La Fontaine, de Courteline, de Céline, de Pagnol et compagnie, c’est du passé, on efface tout et on passe à autre chose! A la rigueur on pourra garder Rousseau et Aragon histoire de tenir compagnie au grand Djamel Debbouze. Toutefois, n’insistez pas on n’ira pas plus loin…non mais des fois.

Les choses apparaissent donc très claires désormais. Il y a chez nous ceux qui souhaiteraient  sauver les meubles, et les autres, ceux qui trouvent absolument odieux et réactionnaire qu’on puisse envisager d’interrompre le processus d’africanisation islamisée qui frappe le pays depuis quarante ans. Les premiers, comme semblerait le démontrer le sondage du Figaro, constituent une écrasante majorité, et bien sûr car les braves gens constatent effectivement les transformations qui s’opèrent sous leurs yeux, au grand jour, ils n’en veulent évidemment pas car elles signifient clairement leur mort programmée pour les décennies à venir.
Seulement, il s’agit hélas de la fameuse « majorité silencieuse » dont le côté majoritaire apparaît étouffé par le silence de plomb auquel elle se voit contrainte. Et à côté, vous avez les autres, les Bien-Pensants; ceux-là, bien que très minoritaires, bénéficient de tous les droits à commencer par celui d’ouvrir leurs gueules à tout bout de champs pour faire en sorte que les autres la ferment. Vous avez de tout dans cette seconde catégorie, depuis les brillants intellos germanopratins des mondes du journalisme, de la littérature et du cinoche, jusqu’aux hurluberlus dont le bon cœur plus ou moins de façade les pousse à faire passer la frontière en fraude aux jeunes clandestins venus d’Afrique via-l’Italie. En gros, l’étrange combat de la raison contre la folie suicidaire! Cette dernière l’emporte haut la main depuis l’historique rupture de Mai 68 qui conduisit tout une génération à marcher à côté de ses pompes et cul par dessus tête, en proclamant qu’il s’agissait là de la meilleure façon de faire avancer le schmilblick. Quant à notre brave majorité silencieuse, après les deux petits sursauts de la grande manif gaullienne du 31 Mai et du vote Pompidou de l’année suivante, elle a fini par succomber sous la pression des penseurs à entonnoir sur la tête et par voter toujours comme ceux-ci le lui ordonnaient.
Le blocage politique savamment organisé qui a permis de verrouiller ce joli bordel afin d’assurer pour un demi-siècle le règne incontesté de la démence, s’est accompagné de la mise en œuvre progressive autant qu’implacable d’une Union Européenne inspirée par les sinoques démocratico-humanitaristes, tenants inconditionnels de la diversification métissée. Pour ces salauds-là, les pays d’Europe doivent subir l’invasion, c’est inéluctable autant que souhaitable pour faire que les démocraties restent bien tranquillement sous leur joug. Ça paraît absurde mais il en est manifestement ainsi.

Voilà. Cependant, depuis quelques temps, on commence à voir sourdre, au sein de ladite Europe, une espèce de révolte contre la tyrannie des cinglés. Le phénomène a démarré chez nos petits copains de l’Est, dont l’adhésion à notre belle Union était censée leur apporter bien être et prospérité à coups de milliards venus de l’Ouest. C’est grosso-modo ce qui s’est produit, d’ailleurs, enfin de façon très inégale selon les pays, mais globalement positive, comme eût dit l’ami Marchais s’il vivait encore, ce vieux stalinien. Seulement, eux, les types de l’Est, ils étaient venus pour ça, pour les sous, pas pour voir débarquer chez eux des hordes de jeunes musulmans célibataires et prêts à niquer ou a zigouiller tout ce qui porte jupon ou portefeuille bien garni. Pas leur truc, à nos cousins de l’Est, ce qui semble bon aux bobos du Paris Hidalguesque ne l’est absolument pas pour les Varsoviens ou les Pragois chez qui le souvenir cuisant d’une occupation étrangère sur fond de chars d’assaut perdure grave. Du coup par là bas, notamment lorsqu’ils ont vu la grosse Angela, ouvrir grand les frontières, les bras, la caisse et…non, n’allons pas plus loin c’est déjà pas mal…ils ont bien compris que les choses commençaient à puer méchamment. D’où l’alliance de Visegrad, première étape d’une montée en puissance de ce que les tordus de la bien-pensance hégémonique nomment « les populismes ». Et depuis, peu à peu, la bête immonde fait son chemin: quasiment tous les pays de l’ancien bloc de l’Est, y compris désormais la proche Slovénie, se trouvent désormais concernés, l’Autriche a franchi le pas, voici quelques mois et l’Italie vient d’entrer à grand fracas en résistance. L’arrivée en nauséabonderie de ce pays, symbole flamboyant de notre culture bi-millénaire et membre fondateur de l’Europe, constitue à l’évidence une sorte de révolution tranquille dont on ne mesure pas encore très bien les conséquences. On les appréhende suffisamment tout de même en Haut-Lieu pour faire en sorte qu’elle se casse la gueule vite-fait et qu’on en revienne dare-dare aux petites combinazioni politiques berluscono-gauchiardes.
Parce que si jamais la mayonnaise prenait en Italie et que cette olive amère fasse tache d’huile, alors oui, il y aurait du souci à se faire chez nos bons maîtres à penser comme il faut. La majorité silencieuse franchouille pourrait bien s’éveiller enfin, les Bataves et les Nordiques, déjà bien échaudés, risqueraient de basculer à leur tour, faisant ainsi, par effet domino, réfléchir un peu nos amis Boches instruits par l’expérience. Vous mordez le topo? L’Europe Brune, le retour des pestiférés, la fin de la dictature des sinoques… Ne rêvons pas, nous en sommes encore loin…mais peut être pas tant que ça, au fond, il ne manquerait pas grand chose, juste un leader un peu crédible…enfin nous autres, avec Présipède, nous ne risquons pas trop de donner l’exemple…hélas!

Que la semaine vous soit douce…allez les Bleus-Foncés!  What a fair foot qui s’annonce!

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

 

 

Publicités

24 réflexions sur “La fin de la dictature des sinoques?

  1. Pangloss 10 juin 2018 / 17 h 54 min

    On peut toujours rêver à la fin de cette dictature. Mais quand une part non négligeable des lecteurs du Figaro ont honte de vouloir que « la France reste la France », je pense que c’est très mal parti.

    J'aime

  2. nouratinbis 10 juin 2018 / 18 h 03 min

    Hélas oui, ne rêvons pas…mais peut être les autres ne sont ils pas aussi
    trouillards que nous…
    Amitiés.

    J'aime

  3. carine005 10 juin 2018 / 18 h 40 min

    Du très grand Nouratin ! Merci !
    Il faudrait tout citer.
    Je vais tout recopier chez moi, na.
    Si tu m’y autorises, bien sûr !

    Bizouillezogénie !

    J'aime

  4. berthon 10 juin 2018 / 19 h 03 min

    Ce brave monsieur Fillon vient de becquer la chorba avec nos chances, sans commentaires.
    Merci pour ce bifton.

    J'aime

    • nouratinbis 10 juin 2018 / 19 h 35 min

      Eh oui, comme quoi, hein, c’est dur d’en trouver un qui ne bouffe pas à cette
      gamelle.
      Amitiés.

      J'aime

  5. Fredi M. 10 juin 2018 / 19 h 41 min

    Zob ! je ne l’avions pas mis sous le bon billet ce commentaire mais peu importe vu que tous vos billets sont bons.
    Le voici donc à sa bonne place:

    Ah cher Nouratin (vous permettez que je vous donne du cher ?) Ce billet est tout simplement délicieux.
    Vous avez un réel don pour remettre les choses dans leur juste perspective.
    Encore bravo à vous et merci de maintenir nos consciences éveillées.
    Fredi.

    Aimé par 1 personne

  6. Jacques Étienne 10 juin 2018 / 22 h 19 min

    Dites donc, cher Nouratin, n’existerait-il pas comme une sorte d’ombre d’espoir dans ce billet ? Ne serions-nous pas irrémédiablement foutus ? J’apprécie toujours vos écrits mais là je sens pointer une espérance qui me charme. Merci !

    J'aime

    • nouratinbis 11 juin 2018 / 6 h 19 min

      Vous savez ce que c’est que l’être humain, cher ami, il s’accroche à la
      moindre prise comme un varappeur suspendu au bout de son petit doigt.
      L’espoir le plus ténu mérite donc qu’on s’y attache…Merci à vous.
      Amitiés.

      J'aime

  7. unLorrain 10 juin 2018 / 22 h 44 min

    Même point de vue que Jacques Êtienne de votre excellente Feuille Nouratin. Merci. Un espoir,ténu,mais sans lui…la déconfiture serait complete.

    J'aime

  8. nouratinbis 11 juin 2018 / 6 h 30 min

    Et vous savez, les Italiens viennent de refouler l’Aquarius, il finira
    peut être chez nous mais au moins les Franchouilles apprécieront.
    Amitiés.

    J'aime

  9. Paul-Emic 11 juin 2018 / 7 h 21 min

    « Il y a beaucoup trop de mâles noirs en équipe de foot de France » (Françoise Senny)

    Aimé par 1 personne

  10. elba 11 juin 2018 / 7 h 47 min

    Perso, Nouratin, je ne souhaiterais pas que « la France reste la France » mais que « la France REDEVIENNE la France. »

    Parce que rester dans l’état actuel des choses, il faut dire que ce n’est pas forcément réjouissant.
    Il nous faudrait retrouver nos industries, notre monnaie, nos frontières, le bon usage de notre langue aussi, et tant d’autres choses encore !

    Cependant, je suis consciente que cette nostalgie ne sert pas à grand chose : a t’on un jour vu resurgir le passé ?

    Un petit cadeau, en parlant de nostalgie, et pour vous remercier de votre rendez-vous dominical avec nous :

    Plein de bisous. Gardons espoir malgré tout. ( » il ne manquerait pas grand chose, juste un leader un peu crédible ») 🙂

    J'aime

  11. Liz Ford 11 juin 2018 / 9 h 52 min

    Wauquiez est un young leader. Préempté par l’oncle Sam, il ne pourra servir que selon les préceptes ricains.Son slogan n’est qu’un masque hollywoodien.
    Le sondage débusque 21% de métissolâtres souvent de circonstance, afin de se montrer généreux, beaux et intelligents sur les plateaux de télévision. A minima des crétins anonymes, les plus informés sont les collabos dont nous avons la liste.

    En voici une, dans les 21%, Françoise Nyssen. Elle s’attaque, elle aussi, au mâle blanc de plus de 50 ans :
    https://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-discours-cingle-de-Francoise-Nyssen-sur-l-audiovisuel-public-51156.html

    Bien entendu qu’il y a de l’espoir ! Dans ma petite région cathare, à part les professionnels de la politique et une poignée de militants pistonnés, personne ne veut des migrants. Les gens se projettent dans l’avenir, il savent que leur mode de vie est incompatible avec le nôtre.

    Je ne sais pas si les élèves connaissent encore Courteline, l’inventeur du conomètre ? J’ai habité non loin de sa maison à Paris.

    Merci Nouratin pour cette comptabilité talentueuse.

    J'aime

  12. Boutfil 11 juin 2018 / 14 h 20 min

    Un leader, un vrai, un tatoué de préférence, grand , avec un képi, on peut réver bien sûr, mais après tout puisqu’il parait que même ces socialos indécrottables de Suédois commence aussi à renauder, pourquoi pas y entrevoir une toute petite lumière d’espoir, certes, encore très lointaine, mais parfois la vitesse de la lumière est surprenante !
    gros bisous

    J'aime

  13. carpe diem 12 juin 2018 / 11 h 03 min

    pour ma part, je pense qu’il faut plus craindre la dhimmitude que l’abruti islamiste, ceux qui leur déroulent un tapis rouge sont les plus dangereux, les petits kapos de la république qui, pour se faire réélire et garder le pouvoir , ne lésineront sur aucune compromission, voire les plus abjectes. Vous voulez des cinémas réservés aux femmes? vous allez les avoir, vous voulez des jours fériés musulmans vous les aurez, vous voulez interdire la vente d’alcool et de charcuterie dans votre quartier vous l’aurez. J’en passe et des meilleures. Mon cher Nouratin, la France qui marche sur la tête a encore de beaux jours devant elle, hélas. Carpe Diem

    J'aime

  14. zen aztec 13 juin 2018 / 8 h 48 min

    « Que la semaine vous soit douce…allez les Bleus-Foncés! » Ohhh!

    J'aime

  15. G.Mevennais 15 juin 2018 / 10 h 45 min

    Encore de retour d’une petite semaine d’escapade, c’est la raison de mon retard. Billet au top ! Analyse sobre, objective, efficace, rien à jeter. Seul petit désaccord, et je souhaiterais avoir tort, bien évidemment, l’espoir n’existe plus, il est trop tard depuis trop longtemps !
    Amitiés, cher Nouratin, et bonne journée à tous/toutes.
    Gilles

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s