Quasi-mortelle randonnée

En redescendant de Trounaze, Dimanche dernier, Jean Foupallour s’étonnait du contraste frappant entre l’absolue nature, celle que la main de l’homme effleure à peine, juste pour en tirer la frugale subsistance d’une poignée d’hurluberlus, et le monde des villes, bruyant et mortifère, grouillant d’une humanité cradingue, moche et plus ou moins covidisée. On ne peut pas lui donner tort, à ce brave Jeannot. Ça fait drôle, le silence et la sérénité, le parfum délicat des végétations montagnardes, la solitude tranquille, enfin tout ce qu’on redécouvre dans les coins déserts. Ça nous rappelle vaguement les temps où nous déambulions en tout petits groupes à la recherche de bestioles susceptibles de nous finir sous la dent, l’époque Cro-Magnon, quand la population mondiale d’homo-sapiens n’atteignait même pas le million. C’était chouette, au fond… avec une espérance de vie de vingt-cinq ans, la retraite, la dépendance, tout ça, ils n’en avaient rien à secouer, nos ancêtres de quatre-cents siècles, pas d’impôts, pas de république, pas de socialos, pas d’écolos, pas de macronistes… Oui, enfin bon, ils devaient bien se trouver enquiquinés eux aussi par les casse-pieds de la tribu et les voisins malveillants toujours à essayer de leur piquer leurs réserves de bouffe et leurs gonzesses. En réalité la nature humaine est ainsi conçue, au fond, que toute société si rudimentaire fût-elle, génère les emmerdements. Vous avez tout le temps des fâcheux de toute sorte pour vous empoisonner l’existence, c’était vrai chez nos anciens des cavernes, soyez-en certains, forcément, la taille du cerveau en est la cause essentielle.
Dès que nous eûmes la grosse-tête, c’est à dire une cervelle trois fois plus grosse que celle du chimpanzé moyen, le malheur nous tomba dessus comme la vérole sur le bas-clergé! Une malédiction, vous savez, un peu celle que nous raconte La Genèse, le Paradis Terrestre perdu pour cause de curiosité malsaine, parce qu’il suffit d’une nana un peu plus vicelarde que les autres – avec Eve, naturellement, la question des autres ne se posait pas- pour nous pousser aux conneries majeures! La plupart du temps l’origine de nos tuiles se trouve là: la meuf, imaginative et audacieuse, trouve le moyen d’obliger le brave couillon de bonhomme à se lancer dans de vastes entreprises qui le conduiront souvent aux plus abominables catastrophes. C’est bien vu, finalement, l’histoire d’Adam et de son bout de côte transformé en pétroleuse, c’est toute la vie de l’humanité depuis l’origine des temps… Plaît-il? Ah, oui, excusez-moi, ce que je vous raconte apparaît politiquement incorrect et de surcroît injuste car les porteurs de baloches vous semblent tout à fait capables de faire les pires couillonnades sans y être incités par leurs compagnes, c’est même bien souvent le contraire! Allez, je vous l’accorde, je veux bien faire mon mea culpa (« comme disait le latiniste qui ne voulait pas se laisser sodomiser » scribit San-Antonio), elles nous boostent dans le bon sens, nos copines…mais pas toujours, faut pas déconner! Moi, je vous parle d’expérience, vous savez, je connais la question à fond. Alors, tenez, par exemple ce pauvre cornichon d’Adam, là, mettez vous donc un peu à sa place: soit il est amoureux d’Eve et alors il fait tout ce qu’elle veut, sans discuter et avec plaisir encore, rien à ajouter; soit l’amour lui a passé, du coup il envisage la chose froidement et évalue le niveau de la grosse connerie qu’elle exige de lui, par conséquent il résiste et, en contrepartie, elle commence méthodiquement à l’emmerder. Sauf qu’au Paradis Terrestre, tous les deux tout seuls, avec juste le Diable et le Bon Dieu qui viennent de temps à autres jeter un coup d’œil, vous imaginez bien la vie qu’elle a dû lui mener, Eve, à son jules, enfin son Adam, elle lui a forcément transformé le paradis en enfer. Sur le long terme je défie quiconque de tenir le coup, croyez moi…dès lors le péché originel on ne pouvait pas y couper, inéluctable, incontournable, imparable! D’ailleurs, soyons sérieux, Dieu qui n’est tout de même pas le premier imbécile venu savait parfaitement ce qu’il faisait en bricolant la femme, il condamnait l’humanité à la souffrance éternelle! Belle vacherie qu’il nous a réservée, Celui-Là, il n’y a vraiment pas de quoi lui rendre grâce!
J’en entends quelques-uns qui chuchotent « regardez moi ce pignouf, le voilà en train de se mettre simultanément à dos, les féministes, les Israélites orthodoxes, les Catholiques fervents et même les Musulmans puisque pour ces derniers l’Ancien-Testament reste un texte sacré traitant d’un Dieu qui n’est autre qu’Allah ». Et en effet, moi je suis là, je cause, je cause et je me cause, du coup, un préjudice potentiellement mortel. Heureusement très peu de gens me lisent et tous ceux qui appartiennent aux quatre  catégories précitées ont depuis bien longtemps compris qu’ils n’avaient rien à trouver d’intéressant ici. A la rigueur, peut être, deux ou trois braves catholiques sincèrement convaincus, à ceux-là, bien sûr, je présente mes excuses, sans toutefois revenir sur mes précédents constats relatifs aux procédés malveillants du Père-Éternel à notre égard. Je veux bien qu’Il nous ait envoyé Jésus pour racheter nos péchés mais je crois bien que le Pauvre a perdu le ticket de caisse.

Cela dit c’est vrai, je m’égare. J’évoquais juste Trounaze, son calme absolu, ses herbes folles (pas toutes folles, d’ailleurs, certaines aux jolies feuilles dentelées sont cultivées avec le plus grand soin), et ses parfums de nature vierge. Cela dit, avec Jeannot, nous redescendîmes au crépuscule, éclairés à la lampe torche (la vieille torche Zylku, cadeau de Mimile qui ne m’a plus quitté depuis l’époque épique de l’Overseas  Winner) (1). Parce que vous savez, aujourd’hui on fait tout avec son smartphone, y compris s’éclairer dans l’obscurité mais si vous voulez y voir vraiment et pendant un bon bout de temps, rien ne vaut encore une bonne vieille torche soviétique! Vous vous rendez compte, c’est avec la torche Zylku que les gardiens des goulags donnaient la chasse aux malheureux Zeks en cavale, même les chiens s’en servaient pour visualiser la barbaque, lorsqu’ils en chopaient un, je ne vous fais pas un dessin, le communisme a ses raisons…
Ainsi donc, Foupallour et moi quittâmes Trounaze à la fraîche pour retrouver la vallée où Marcel Grauburle nous attendait avec sa 4L, vu qu’à cette heure tardive le car des vallées est couché depuis longtemps…enfin je veux dire le chauffeur, étant donné que  celui-ci, sitôt quitté le service, s’en va prendre une cuite majeure au bistrot de la gare des autobus. Précisons toutefois qu’après une bonne nuit de sommeil il n’y paraît plus, l’intéressé peut donc, dès potron-minet, reprendre le volant sans haine et sans crainte.
Alors évidemment il nous a attendus beaucoup plus longtemps que prévu, ce cher Marcel, vu qu’en pleine nuit et malgré la torche Zylku, les sentiers de montagne comportent un certain nombre de pièges, inoffensifs quand le soleil brille mais redoutables lorsqu’il fait noir comme dans le derrière de Sibête N’Diaye. Et ça n’a pas loupé, évidemment, l’embranchement maudit, celui qu’il convient à tout prix d’éviter, nous l’empruntâmes, hélas, et faillîmes de peu ne le rendre jamais. Parce qu’au bout d’un certain temps j’entendis un bruit sourd suivi d’un beuglement caractéristique, je me retournai alors, vu que je marchais en tête en éclairant bien devant mes pieds…mais pas devant ceux de Foupallour, bien sûr, lequel n’existait carrément plus! J’eus beau balayer les lieux du faisceau de la torche, plus de Jeannot, fini, disparu, escamoté par la profonde obscurité d’une nuit mal lunée! Mince alors, décidément les chemins escarpés ne lui réussissent pas, à ce mec! Et puis, au bout d’un moment, j’entendis comme une plainte qui disait  » rapplique, bougre de con, là derrière toi, à ta droite, grouille! » Il avait chu dans une espèce de ravin, peu profond, certes, mais raviné tout de même! Bon, bref, je vous la fais courte, sorti de son trou tant bien que mal, une entorse à la cheville, incapable de marcher, l’andouille! Il fallut téléphoner à Grauburle, lequel, endormi dans sa guimbarde, n’entendit jamais le son émasculé de son antique portable. Adoncques, lorsque nous commençâmes à entendre hurler les loups -le coin en est truffé- il fallut se résoudre à appeler les gendarmes. Je vous les garantis, ceux-là, si vous n’avez besoin de rien vous pouvez compter dessus: « ici le brigadier Ben Ahmed, ne vous inquiétez pas, les loups ne vous feront rien, ils fuient l’homme. Attendez tranquillement le jour, si vraiment vous avez besoin de nous, rappelez, à partir de 8h30. On vous enverra les pompiers, mais vous savez, ça risque de durer un peu, ils sont très pris, les probabilités d’incendies de broussailles, tout ça… »
Nous repartîmes donc, que voulez vous, clopin-clopan, Foupallour appuyé sur mon épaule! Un vrai chemin de croix! Au petit matin, complètement rétamés, nous retrouvâmes Marcel, épouvanté d’avoir involontairement découché et certain de récolter une chouette branlée dès son retour à la maison!
Une belle réussite, la balade à Trounaze, désormais je ne partirai plus jamais, à nos âges ça commence vraiment à puer grave!
En même temps, de quoi eussiez vous préféré que je vous parle, hein? Du port du masque? De l’ensauvagement de la société? Des évènements du Liban ou de Biélorussie?
Ben voilà, vous voyez, après tout c’est encore aussi bien comme ça…

Bonne semaine à tous et portez vous du mieux possible.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

(1) Voir DERRIERE NAPOLEON chapitre VI

16 réflexions sur “Quasi-mortelle randonnée

  1. J-J S 16 août 2020 / 20 h 02 min

    Quel bon souvenir, la torche Zylku. Amitiés
    JJ S

    J'aime

    • nouratinbis 16 août 2020 / 22 h 15 min

      Il y avait aussi la Toilfion, mais je la garde pour une autre fois..
      Amitiés.

      J'aime

  2. FRACANAPA 16 août 2020 / 20 h 57 min

    « une nuit mal lunée « 👍

    A part ça, j’espère bien que Marcel s’est pris une branlée ! Non mais !

    J'aime

  3. G.Mevennais 16 août 2020 / 22 h 00 min

    Est ce du vécu ou de l’imaginaire ? put-être un peu des deux, mais o s’y croirait, en attendant voilà un bon texte qui nous a bien fait plaisir, car, en attendant, vous avez passé un bon moment, j’en suis persuadé, avec vos potes. J’espère, cependant, que cela ne fut pas aussi épique.
    Amitiés, cher Nouratin, et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles

    J'aime

    • nouratinbis 16 août 2020 / 22 h 17 min

      Oui, Gilles, on ne sait jamais ce qui est vrai, ni ce qui sourd de l’imagination,
      au bout d’un moment c’est pareil, on ne fait plus la différence…
      Amitiés.

      J'aime

  4. Boutfil 17 août 2020 / 7 h 48 min

    une grande aventure , il faut devenir prudents à nos âge mais il ne faut pas non plus tout s’interdire

    Ben oui, de quoi parler ? beaucoup de blogs sont en panne, dont le mien, plus envie de raconter ou discuter des conneries ambiantes , merci donc de tenir la corde !

    gros bisous et bonne semaine

    J'aime

    • nouratinbis 18 août 2020 / 11 h 55 min

      J’avoue que je commence à ramer moi aussi, j’essaie de tenir, heureusement
      qu’il y a les aventures des copains pour me refiler un peu de grain à moudre.
      Gros bisous

      J'aime

  5. Pangloss 17 août 2020 / 9 h 02 min

    A partir d’un certain âge, les randonnées en montagne seraient avantageusement remplacées par une sieste au frais, à l’ombre de volets fermés.

    J'aime

    • nouratinbis 18 août 2020 / 11 h 56 min

      C’est bien vrai ça, il arrive un moment où il faut arrêter de faire le
      jeune, ça peut se révéler mortel!
      Amitiés.

      J'aime

    • nouratinbis 18 août 2020 / 11 h 57 min

      Tout le plaisir est pour moi, vous savez, et je suis enchanté de vous
      emmener en voyage. Merci à vous.

      J'aime

  6. Mildred 18 août 2020 / 11 h 19 min

    Les occasions de rire se font de plus en plus rares, alors merci pour celle-ci !

    J'aime

    • nouratinbis 18 août 2020 / 11 h 58 min

      Si j’arrive encore à vous amuser un peu je suis le plus heureux des hommes.
      Merci de me faire ce plaisir.

      J'aime

  7. carine005 21 août 2020 / 12 h 08 min

    Ô lala ! Quelle épopée !

    Pour passer des beautés sauvages de la nature paradisiaque à l’Adam à son Eve dans leur eden perdu, t’as sans doute été piqué par une mauvaise fourmi qui était là pour te rappeler que rien n’est parfait, la fotalève.

    Bon rétablissement à Jeannot et à Marcel !
    Et à toi et lecteurs, rigoloziboullles !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s