Giono

La semaine prochaine Giono déboule à l’affiche du MUCEM, musée national de Marseille, parallélépipède noir, laid et prétentieux posé sur un coin du Vieux Port, fief de bobos-gauchos nourris à la mamelle d’un Ministère de la Culture pétri de bien-pensance et apôtre du politiquement correct artistique! Cette pustule financée avec notre pognon de contribuables dépourvus de voix au chapitre républicouille… sauf pour voter, bien sûr… toutefois, vous l’aurez sans doute remarqué, on ne demande jamais à l’électeur son avis sur ce genre de sujet. Il a d’autres chats à fouetter, l’électeur! Et puis, la culture, forcément, c’est l’Education Nationale qui s’est chargée de la lui inculquer, j’aime autant vous laisser évaluer le résultat… Du coup, ils magouillent à leur idée, les cultureux officiels, ils se font plaisir! Un vrai paradis pour masturbés de la pensée conforme. Sans compter qu’en plus, ils se reproduisent, enfin je veux dire qu’ils se cooptent, se choisissent, excluent tout ce qui serait susceptible de penser de travers, restent bien pépères entre gens de bonne compagnie! Et comme ça dure, peu ou prou, depuis l’illustre et flamboyant Jack Lang, vous voyez d’ici la pépinière de champions! Donc, cette bande de joyeux camarades budgétivores nous tient lieu de maître es-bon goût artistique. Cela donne notamment les expositions d’insanités obscènes à Versailles et de plug anal géant Place Vendôme, sans parler du théâtre scatophile comme on peut l’adorer en Avignon, par exemple, où si l’on fait partie des privilégiés du premier rang, on peut à l’occasion morfler une giclée d’excréments en pleine poire. Bon, je ne vous la fais pas plus longue, sachez seulement que le Ministère de la Culture, généralement tenu par un homosexuel -c’est un peu la règle, vous savez- ça fait plein de trucs bizarroïdes qui mériteraient sans doute qu’on s’en occupe un peu plus. Si vous connaissez des Gilets-Jaunes, vous pouvez toujours leur conseiller de s’y intéresser, juste pour rigoler un coup, bien sûr, sans intention méchante… Il me revient par ailleurs à l’esprit qu’au temps de Malraux nous avions un Ministère des Affaires Culturelles, c’est très différent, croyez-moi…la distance qui sépare le grand homme des peigne-cul-turels d’aujourd’hui!

Pour en revenir, au MUCEM l’ordre du jour c’est Giono. Qu’est-ce qu’ils peuvent y comprendre, tous ces petits cons prétentiards, à Giono? Mince alors, ce n’est pas leur pointure, ça! Je crains le pire, d’autant que « l’exposition explore la symbolique cachée au plus profond de l’œuvre…à travers quatre installations d’art contemporain, créées spécialement… » Ho putain! Je ne sais pas si vous vous rendez bien compte mais là, sans déconner, on va carrément au désastre! Des « installations d’art contemporain » et pour « explorer la symbolique etc... ». On cracherait sur sa tombe à Giono, je crois qu’on lui ferait moins de mal! Je boirai le calice jusqu’à la lie, j’irai voir, nom de dieu! Les « installations » en question, ça doit forcément dépasser le dégueulasse pour atteindre à l’atrocité, au bas mot! On peut toujours faire rimer Giono avec Bobo, cependant quand la rime n’est pas riche le poème ne vaut guère plus que de la merde, je vous raconterai peut être…peut être pas, inutile, au fond, je vous épargnerai cette purge, j’en ai déjà assez parlé!

En revanche, puisque nous y sommes, Giono je vous en dis deux mots, c’est le moins que je puisse faire. Moi, je l’ai découvert en 62, quand sortit son film Crésus, le seul qu’il ait intégralement et personnellement réalisé. J’en suis resté comme deux ronds de flan, dites donc, totalement sous le charme et depuis je n’en ai rien oublié, même sans le revoir jamais. Vous me direz, à cette époque quand on avait Fernandel en vedette on faisait nécessairement un carton, je pense que ce fut le cas, mais l’œuvre sort tellement de l’ordinaire qu’on n’a pas forcément bien compris. Crésus, contrairement aux apparences, c’est un film noir, la noirceur de l’âme humaine, le fond mauvais des hommes, tout cela traité comme une fable d’une irrésistible drôlerie, mais sarcastique, sardonique, sinistre autant que désopilante. Une pépite, je vous le recommande, ça vaut bien plus que tout ce que je pourrais vous en raconter…sauf que je ne l’ai trouvé, sur You Tube, qu’en italien sous-titré en Anglais, vous vous rendez compte! Il faudra sans doute lancer une recherche approfondie…
Giono, voyez vous, on ne le connaît pas, on n’en parle pas, on le regarde un peu comme l’écrivain provençal de service, dans l’ombre d’un Pagnol grandiose et éclatant, c’est une injustice criante! Ce type fait partie des très grands de la littérature française, un des quatre ou cinq auteurs majeurs du siècle passé, seulement il a fauté…
En gros, pour ne pas trop vous bassiner, Giono a subi la guerre de 14/18, toute la guerre, d’un bout à l’autre, et dans les tranchées, carrément, le pire, il l’a raconté dans Le grand troupeau.  Il y parle aussi de ce qui se passait à la campagne, sans les hommes dont on apprenait, de temps à autre, la mort au Champ d’Honneur, au champ d’horreur! Par on ne sait trop quel miracle, il s’en est sorti sans blessure, « juste un peu gazé » mais pas de quoi y laisser complètement les soufflets. Donc sans blessure mais pas indemne, loin s’en faut, parce qu’on ne passe pas quatre années d’horreur absolue sans en être traumatisé à vie, c’était son cas, sans aucun doute.
A la sortie, on le retrouve pacifiste, ça se comprend aisément. On va même l’apercevoir  débarquer un temps chez les communistes; toutefois, ayant rapidement flairé le piège à cons,  il se retirera très vite dans sa maison de Manosque pour se consacrer à l’écriture, le seul vrai plaisir quand on en possède la passion et le génie. Sauf qu’il se faisait une idée très claire de la valeur relative des choses, ce brave homme, dans ses bouquins il mettait en avant la Terre Nourricière, la supériorité de la civilisation paysanne, l’enracinement, toutes choses qui aujourd’hui le colleraient d’autorité dans la catégorie détestable des nauséabonds! Et figurez vous qu’à la libération ils le lui ont fait payer, les vainqueurs de la vingt-cinquième heure. Au trou, ils l’ont collé, comme un criminel, comme tous les malheureux qui ont dû subir les foudres de l’épuration! On ne l’a pas fusillé comme Brasillach, Giono, il est passé moins près du peloton que Céline, certes, mais on l’a humilié, mortifié, embastillé… Vous pensez, entre ses écrits du genre Refus d’obéissance et ses déclarations comme « je préfère être un Allemand vivant qu’un Français mort » ils n’allaient pas le louper, ses anciens camarades éphémères. Sans compter qu’à cette époque affreuse, les héros de la Résistance d’après la bagarre avaient instauré le Comité National des Écrivains pour désigner ceux qui avaient le droit d’écrire et les autres, les puants! Notre homme se trouva opportunément dans la seconde catégorie, à l’instar des Montherlant, Guitry, Marcel Aymé, entre autres prétendus sales collabos, il s’est payé une belle traversée du désert pendant laquelle la plupart des copains d’avant l’ont lâché.

Voilà pourquoi, après tout, même si les petits mignons du MUCEM n’ont aucune chance de jamais rien comprendre à Jean Giono, je les remercie sincèrement de l’avoir ressorti du tiroir poussiéreux où il croupissait. Un peu de lumière lui fera du bien. En toute modestie j’ai plaisir à y participer dans la minuscule mesure de mes moyens, il est des nôtres!

Amitiés à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

19 réflexions sur “Giono

  1. G.Mevennais 27 octobre 2019 / 18 h 15 min

    Magnifique billet, les gens qui ont connu Malraux pourront apprécier, mais « avant » c’était pour tous les sujets culturels et moraux, pas matériels. Quant à l’épuration d’après guerre, une « encyclopédie » en douze volumes n’y suffirait pas, la honte commençait à recouvrir notre pays.
    Amitiés, cher Nouratin, et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles

    J'aime

  2. Pangloss 27 octobre 2019 / 19 h 00 min

    Un de Baumugnes, Regain … un éblouissement.
    Amicalement.

    J'aime

  3. Boutfil 27 octobre 2019 / 19 h 08 min

    La grosse pustule marseillaise est moins laide que ce que nous avons comme pustule porte de Pantin, le merveilleux auditorium, la grande salle de concert , on croirait une grosse fiente posée là par hasard, le toit ressemble à un  » truc » un machin dont le constructeur aurait manqué de matériel pour le finir , il parait que l’intérieur est génial, ben ce serait la moindre de choses vu ce que ça a couté officiellement, sans compter les dessous de tables qui ne sont pas tombés dans les poches trouées de certains , c’est la kulture de notre époque, nous allons de moins en moins dans les expos et les musées, , de plus en plus chers et de moins en moins intéressants

    bonne semaine et grosses bises

    J'aime

    • nouratinbis 27 octobre 2019 / 19 h 37 min

      Tu as raison, c’est encore pire à Paris, une honte absolue!
      Ces gens-là nous méprisent et, en plus, ils sont excessivement cons!
      Gros bisous.

      J'aime

  4. Bernadette 27 octobre 2019 / 20 h 09 min

    Je n’ai pas vu le film de Giono, mais j’ai adoré Regain. Ce livre fait partie de mes dix livres préférés. J’ai également lu Le hussard sur le toit. C’est vrai que cela fait peur, ce qu’ils risquent d’avoir fait subir à ce très grand écrivain.

    J'aime

    • nouratinbis 27 octobre 2019 / 20 h 52 min

      Nos bons républicains de la libération avaient une conception assez
      soviétique de la république, certains l’ont senti passer, hélas!
      Amitiés.

      J'aime

  5. Fredi M. 27 octobre 2019 / 21 h 41 min

    Immense Giono, oui.
    Il avait eu l’honnêteté, dans une interview que l’on doit pouvoir retrouver sur le net, de dire que dans ses romans il décrivait une Provence qui n’existait déjà plus.
    Mais comme il a su nous la faire aimer cette Provence !
    Quant aux cultureux d’aujourd’hui, ils ne méritent que notre mépris, notre silence désapprobateur et notre dédain.
    Amitiés.

    J'aime

    • nouratinbis 28 octobre 2019 / 6 h 40 min

      Et encore, mort en 70, il n’avait rien vu! Il n’aurait même pas imaginé
      ce qui allait ensuite nous tomber dessus!
      Amitiés.

      J'aime

  6. Gérard 27 octobre 2019 / 22 h 22 min

    J’imagine sans aucune peine que quiconque est passé par l’Éducation Nationale depuis moins de 40 ans doit avoir un peu de mal à identifier qui c’est, ce Giono dont vous parlez … Est-ce qu’au moins, il a un compte Facebook ou Twitter ? Ça aiderait à le situer … Je ne me souviens pas d’en avoir entendu parler à la télé, donc ça ne doit pas être une pointure comme Ruquier ou Hanouna.

    Aimé par 2 personnes

  7. elba 27 octobre 2019 / 23 h 02 min

    « Le chant du monde » voilà à quoi je pense de suite lorsqu’on me parle de Giono.
    Je ne connais pas le film, mais déjà l’évocation de Fernandel me donne envie de le regarder.Sur dailymotion, peut-être ?
    …Je viens de regarder. Il n’y a apparemment que deux parties de 15mn environ chacune. Donc pas complet, peut-être ? Mais c’est en français.

    https://www.dailymotion.com/video/xexicb https://www.dailymotion.com/video/xexkbh

    Merci Nouratin et gros bisous. Ne vous en faites pas trop pour les horribles bâtiments : ils ne dureront sans doute pas très longtemps. En attendant, c’est vrai que nous sommes obligés de les supporter… et c’est notre argent qui a contribué à les ériger. Hélas !

    J'aime

    • nouratinbis 1 novembre 2019 / 19 h 04 min

      Votre commentaire avait été jugé suspect et mis en attente par le système!
      Voilà qui est réparé.
      En effet Crésus est plus long que deux fois 15mn, pas moyen de trouver le film
      en entier et en français!
      Le bâtiments moches disparaîtront plus vite que les Pyramides, mais ça nous
      laisse quand même le temps de les déguster!
      Gros bisous.

      J'aime

  8. nouratinbis 28 octobre 2019 / 6 h 42 min

    Ah ben non, pardi! Il n’est même pas cool, c’est tout dire!
    Amitiés.

    J'aime

  9. UnLorrain 28 octobre 2019 / 12 h 46 min

    http://www.litteratureaudio.com/index.php?s=Giono&sbutt=Ok

    Salutations Nouratin merci de cette autre belle Feuille ( une Feuille était une parution au IXXEME, d’un certain Zo d’Axa, ce Zo critiquant la repupu écrit par exemple cette perle  » la France, une Marianne agenouillée devant le trône des autocrates  » ça donne une idée du gaillard sagace qu’il devait être )
    Je ne connaissais Giono que par le lien donné ( voir et connaitre le bonhomme a la suite du récit, Pergaud, un homme exceptionnel ) je le connais un peu plus désormais.
    Dominique.

    J'aime

  10. nouratinbis 29 octobre 2019 / 8 h 28 min

    Oui, il gagne à être connu, Giono, mais jusqu’à présent la Répupu n’avait pas fait grand chose en ce sens…mieux vaut tard que jamais!
    Amitiés.

    J'aime

  11. fracanapa 31 octobre 2019 / 10 h 07 min

    Je n’ai pas lu Giono (il n’est pas trop tard !), mais en lisant votre billet, m’est revenue à la mémoire une pièce de théâtre du festival off d’Avignon qui m’avait bouleversée.
    C’était une adaptation des « Mémoires d’un rat », un roman de Pierre Chaine, qui mettait en scène un rat des tranchées pendant la 1ère GM, à Verdun.
    Par chance, la pièce et son acteur formidable ont été filmés en 2009, j’ai tout retrouvé !!!
    Merci Internet, et surtout, merci à vous Nouratin !
    Un petit coucou ( spécial Elba) de la Montagne Noire (pas loin de Castres, à Mazamet)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s