Justice Immanente

On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a, vous savez, par les temps qui courent (qui courent à la catastrophe, même) il importe de se débrouiller tant bien que mal… les moyens du bord, nous autres marins qui savons (de Marseille, je ne vous le cache pas) ce que parler veut dire, ça nous évoque! Imaginez donc un peu vous trouver en plein milieu de l’anus du Père Tout Puissant, avec un immense rond de mer plus ou moins malveillante tout autour et un immense rond de ciel plus ou moins courroucé tout au dessus, eh bien c’est là qu’ils prennent vraiment leur sens, les moyens du bord! Débrouillez vous avec, vous n’avez pas d’autre choix, ou alors crevez, vous mordez le topo? Ben là, aujourd’hui c’est un peu pareil, en moins tragique, bien sûr, mais on retrouve l’idée, « faute de grives on mange des merdes », comme le dit si bien Jean Foupallour…Eh bien justement, c’est en compagnie de ce dernier, du vieux Maurice et aussi de Marcel Grauburle, que nous décidâmes enfin de faire front, d’attaquer la réalité par son flanc le plus faible et d’utiliser le terrain, un peu comme Napoléon lorsqu’il avait encore Joséphine pour lui insuffler le génie, parce que dans certains cas, lorsque c’est vraiment du très lourd, l’amour peut produire ce genre d’effet. Et vous remarquerez -si vous voulez, n’est-ce pas, sans quoi vous pouvez aussi aller m’attendre un peu plus loin- qu’il a commencé à partir en quenouille du jour où il l’a répudiée, sa nana, ce n’était plus ça, voyez vous, les victoires foudroyantes, genre Austerlitz, n’appartenaient plus qu’au passé; il ramait, Napo, et puis il a fini par couler à pic, comme un rafiot sans mazout et sans gouvernail, drossé sur les récifs, foutu, désenchanté… Notez bien que c’eût été perdu de toute façon, tôt ou tard, car nous ne gagnons jamais contre les Anglo-saxons, l’autre rigolo de Barnier finira bien par s’en apercevoir lui aussi… Sauf qu’il s’en tamponne, Barnier vu qu’en toute hypothèse personne ne l’enverra croupir à Sainte-Hélène, celui-là; quelle que soit l’issue de ses négociations à la con il en sortira toujours avec les félicitations du jury, une promo, un gros paquet de pognon récupéré au passage et du matériau costaud pour le chouette bouquin qu’il publiera un jour ou l’autre pour se faire plaisir, même si tout le monde s’en fout comme de sa première capote.
Bref, je ne digresserai pas plus longtemps. Je vous disais donc que ce matin, avec mes trois potes précités, nous prîmes la décision de réagir. Le sort funeste qui nous bouffe les plus belles années de nos vieillesses à force de confinements, de restrictions, de couvre-feu et de gestes barrière, ne saurait plus longtemps priver nos gosiers de l’apéro convivial du dimanche matin. Si, par la faute de ce malencontreux virus, notre base avancée, Derrière le pauvre empereur précité, nous fait grave défaut, nous ne nous laisserions pas, pour autant, dégringoler de plus en plus vite la pente lubrifiée qui mène à la neurasthénie, à la dépression, au désespoir voire au suicide. Comme dit Grauburle, « si on continue comme-ça on n’aura plus qu’à commander le cercueil, c’est Mémène qui serait obligée de raquer pour l’enterrement et ça la ferait tellement renauder qu’elle serait foutue de me chier sur la tombe! » D’où l’idée d’une contre-attaque de grand style pour rompre enfin l’encerclement! L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme, comme le versifiait admirablement ce con de Totor, le vieux cochon génial qui aimait tellement les petites boniches que de nos jours il eût fini sans doute en victime expiatoire des Femen et de Me Too. Une sorte de Minou-la-Tringlette mâtiné de Weinstein, sauf que le père Hugo, lui, n’appartenait pas le moins du monde au Peuple Élu et, en dépit d’un conformisme intellectuel qui lui mettait les yeux un peu à côté des trous, restera à jamais comme un monument immense pour l’humanité tout entière et ses dépendances. Remarquons au passage qu’il n’y a désormais plus personne pour nous faire ce genre d’honneur, vous voyez Bernard-Henry Lévy en génie universel, vous? Remarquez bien que si la Répupu n’avait pas fait massacrer la fine fleur de notre jeunesse entre 14 et 18, vous savez « La République nous appelle, sachons vaincre ou sachons mourir… », ils ont bien su mourir, les jeunes de cette triste époque, ce qui a permis à tout un tas de gens arrivés d’un peu partout de s’emparer des places vides…voilà pourquoi, aujourd’hui, nous récoltons tout un tas de génies plus ou moins frelatés mais au goût étrange venu d’ailleurs, comme l’infecte boisson qui s’en vantait naguère.
Bon, c’est pas tout ça mais l’heure avance et il faudrait sans doute en venir au fait. Alors voilà, ce matin, avec mes trois vieux machins, nous décidâmes de fêter, contre vents et marées, le dernier jour de l’Automne. Et pourquoi pas, hein, vu que demain l’hiver arrive, avec son cortège de vent, de pluie et de neige (comme disait une petite poésie dans le genre de celles que, laborieusement, on apprenait en CE 2, au temps où l’école laïque et républichose enseignait encore quelques vagues trucs aux morpions). Ne voulant surtout pas laisser passer l’occase, nous nous mimes donc en tête de casser la gueule à une petite roteuse, afin de célébrer l’événement…pour être tout à fait franc, la prudence nous conduisit à en prévoir une seconde, au cas où. Bien nous en prit car, selon la maxime métaphorique en vogue dans le monde des pochetrons, « on ne marche pas sur une patte ». Cela dit, afin de respecter les consignes de Cachsex et consorts, l’idée nous vint d’utiliser à cette fin le garage de Grauburle, seul local susceptible de nous accueillir tous les quatre dans l’absolu respect des distances de sécurité. Une fois sortie la 4L il nous restait à nous installer confortablement sur les deux banquettes de celle-ci, dûment démontées, car à l’époque les concepteurs d’automobiles pensaient à ce genre de choses, ils prévoyaient le pique-nique (ta mère!), voyez vous, et fournissaient à l’heureux acquéreur de la bagnole un moyen facile et astucieux de s’asseoir confortablement en toute circonstance. Les bouteilles et les verres dûment posées sur une poubelle retournée nous pûmes commencer à arroser comme il convient, à la douce lumière d’une antique lampe à pétrole, le jour le plus court.
C’est Foupallour qui a le mieux résumé la situation.
-« Vous savez, les mecs, on se serait installé dans un tombeau, finalement, ça nous aurait évité les odeurs d’essence. C’est pas pour dire qu’elle pue, ta chignole, Marcel, mais on respire moyen dans ce gourbi…bon, à la vôtre quand même, fait il en se votant une belle rasade de Champagne, si on sort d’ici avec mal à la tronche faudra peut être pas trop incriminer la boisson, vous ne croyez pas? »
-« Ben oui mais qu’est-ce que vous voulez, rétorqua l’automobiliste ainsi mis en cause, on n’y peut rien, à nos âges le principal c’est d’éviter de choper cette saloperie de Covid, vous savez ce qu’on dit, pas vrai, passé soixante-dix balais si on se pointe à l’hosto, on a droit au couloir de gauche, celui qui conduit direct à la morgue sans passer par la case départ! Alors, vous vous rendez compte, un garçon comme Maurice qui tutoie les quatre-vingt-cinq! Ils le collent au frigo tout de suite, même pas y z’attendent qu’y soye claqué! C’est tout de même moins risqué de respirer un peu d’huile moteur, enfin personnellement je trouve… »
Moi, occupé à couper les tranches de saucisson appuyé sur la poubelle, j’avais dans l’idée qu’un peu de rusticité ne saurait nuire au bien être de celui qui a sa conscience pour lui, mais en même temps, comme dit l’autre corniaud, je regrettais amèrement le bistrot, son confort douillet, et puis, aussi, il faut bien le dire, les présences féminines, dans le genre Pompy, qui agrémentent si joliment la conversation, surtout quand elles ferment leurs ravissantes gueules. Là, ensevelis dans le garage de Grauburle, nous ne pouvons que pester contre le virus et les contraintes qu’il engendre, quant à Maurice, lui, il voit les choses un peu plus simplement.
-« Bon moi, vous savez, crever finalement, je n’en ai rien à foutre. De toute façon, ça va arriver, et plus le temps passe plus ça se rapproche, alors… Mais ça me fait suer de voir comment les choses se passent! Regardez un peu Présipède, tiens, ce petit merdeux prétentieux a fini par se choper la pistouille, vous l’auriez cru, vous? Voilà un gamin qui vous fait la leçon, comme quoi faut se laver les pognes cinq fois par jour au moins, comme les arabes la bite, vous voyez! Et qui prêche la prudence, les gestes barrière, la non-fréquentation des lieux clos, tout ça! Et puis il se la chope! C’est-y pas beau ça? Après avoir rigolé en douce à propos de la contamination de son gros collègue des Etats-Unis! Comment il a attrapé ça, ce petit con, vous avez une idée? Un mec protégé comme le Saint Sacrement! On ne m’enlèvera pas de l’idée qu’il a dû faire des trucs en loucedé, genre visite nocturne d’un quelconque Benalla, sinon vous expliquez comment? Ce n’est pas au Conseil de l’Europe, comme on a pu raconter sur les media de mes deux, qu’on se contamine! Vous ne me ferez jamais croire ça! Ou alors…ou alors ce serait un coup de la Justice Immanente, quelque chose de plus fort que nous tous, lui compris… Parce que, finalement voilà un gamin qui est entré par effraction dans le dispositif démocratique à la con, une sorte d’imposteur légitime, je ne sais pas si je m’explique bien, mais je le sens, ce coup-là! Alors, juste avant il venait de lancer l’idée d’un référendum qui pue la magouille foutraque à plein pif, une combine à pétrole pour essayer d’emmouscailler le gros Larcher, Pruneau Retaillé, tous ces mecs du Sénat qui constituent le dernier rempart de la République -non, je déconne- bref, une saloperie de trop et hop, la Justice Immanente qui lui en file un grand coup sur le museau histoire de lui apprendre les bonnes manières… Ça se pourrait bien, vous savez, en tout cas moi je vois les choses dans ce genre-là… A la votre, il n’est pas cochon, ce petit roteux…

Bref, après avoir torché les deux bouteilles, nous nous empressâmes de sortir du local pestilentiel, vu le mal de tronche et la nausée! La Justice Immanente, aussi, sans doute… Vivement qu’ils rouvrent les troquets, sans quoi ça finira très mal cette histoire de Covid… On a longtemps attendu la réouverture des claques, d’accord on n’y compte plus, okay, mais au moins les bistrots peuchère, comme dirait Didier l’embrouille, enfin Raoult, quoi, le savant de Marseille!

Allez, assez déconné, passez un joyeux Noël confiné, faites gaffe au virus et à ceux qui le trimballent…et remettez vous-en à la Justice Immanente, ou à la Divine Providence, comme vous voudrez, ça ne contamine pas ces choses-là, au moins!
A Dimanche prochain, enfin j’espère…

Et merde pour qui ne me lira pas.
NOURATIN

46 réflexions sur “Justice Immanente

  1. Pangloss 20 décembre 2020 / 18 h 49 min

    Comme l’a dit Desproges: « Vivons heureux en attendant la mort ». Et comme a rajouté Cavanna (une autre de mes références): « Etes-vous heureux au moins? ».
    Bien amicalement.
    Et passe un heureux Noël!

    J'aime

    • nouratinbis 21 décembre 2020 / 14 h 33 min

      C’était la bonne question!
      Joyeux Noël à toi aussi.
      Amitiés.

      J'aime

  2. Gérard 20 décembre 2020 / 19 h 40 min

    Il paraît qu’on peut être rassurés, Présipède ne va pas mal. Moi, ça ne me rassure pas, bien au contraire, et ça prouve que ce coronachose n’en rate pas une pour nous emmerder. Le seul truc pour lequel on aurait pu le remercier, il ne va pas au bout. C’est dingue, non ?
    Amitiés et passez un joyeux Noël, en n’oubliant pas d’aller bouffer votre part de bûche à la cuisine, si les petits-enfants sont là !

    J'aime

    • nouratinbis 21 décembre 2020 / 14 h 34 min

      C’est vraiment une époque à demi-mesures!
      Joyeux Noël confiné aussi.
      Amitiés.

      J'aime

  3. Chris 20 décembre 2020 / 19 h 43 min

    Finalement, je retrouve du Nouratin pur jus pur sucre….très agréable ..
    Tchin !!!!!

    J'aime

  4. Chris 20 décembre 2020 / 19 h 45 min

    Pssst…j’ai trop aimé « l’imposteur légitime  »
    Re Tchin !!

    J'aime

    • nouratinbis 21 décembre 2020 / 14 h 36 min

      Il ne fait rien comme tout le monde, ce petit trouduc!
      Zigroboubouille!

      J'aime

  5. Fredi M. 20 décembre 2020 / 19 h 53 min

    Le sort funeste qui nous bouffe les plus belles années de nos vieillesses à force de confinements

    Arf !…
    PDR, comme disent les jeunes (à qui ce virus vole vraiment leurs plus belles années).

    J'aime

    • Fredi M. 21 décembre 2020 / 18 h 52 min

      Boh… Vous m’avez zappé… Sniff…
      Bon Noël quand même ! 🙂

      J'aime

      • Fredi M. 22 décembre 2020 / 21 h 42 min

        Cher Nouratin, le mieux serait que vous effaciez mes commentaires et que nous en restions là

        Avec toute mon incompréhension,
        amitiés malgré tout.
        Fredi.

        J'aime

      • nouratinbis 23 décembre 2020 / 6 h 08 min

        Je ne comprends pas ce que vous me dites, loin de moi l’idée de vous zapper!
        Excusez moi, je vais regarder si le système a fait des siennes.

        J'aime

    • nouratinbis 23 décembre 2020 / 6 h 15 min

      Veuillez m’excuser, je suis vraiment confus, j’ai dû faire une fausse manoeuvre!
      Ma maladresse dans l’utilisation de ces machines est proverbiale, ne m’en veuillez
      pas trop Je vous disais que les jeunes s’en remettront et qu’en tant que vieux j’ignorais
      le sens de PDR.
      Avec mes plates excuses et mes amitiés.

      J'aime

      • Fredi M. 23 décembre 2020 / 10 h 30 min

        Arf…
        Tout va bien alors ! 🙂
        PDR=pété de rire…

        J'aime

      • FRACANAPA 23 décembre 2020 / 10 h 49 min

        Ouf ! On est rassurés, l’esprit de Noël est sauvé ! Le désarroi de M.Fredi faisait peine à voir ! 😓
        Et vive l’amitié !!!

        @ M.Fredi : il manque le T, c’est PTDR (certifié par ma nièce, 18 balais !)

        J'aime

  6. Un fidèle passant 20 décembre 2020 / 21 h 00 min

    Digne des « Vieux de la vieille ».

    Enivré par le récit, au passage sur la 4L freinage de ma part.pour m’assurer qu’il ne s’agissait pas de la contenance de quelque magnum inconnu de roteuse..

    Vos considérations historiques ne sont hélas que cruels constats – humour en bonus -.avec leur conséquente Justice immanente, comme le titre de votre billet.

    Joyeux Noël à vous et Toutes (et Tous, aussi bien sûr).

    Ce brave Toubib est-il un savant de Marseille ? en tout cas, de Raimu il possède quelque chose…

    J'aime

    • nouratinbis 21 décembre 2020 / 14 h 40 min

      Il est typique! Par contre c’est le seul qui ne dise que des choses sensées!
      J’aimerais avoir un médecin traitant comme lui!
      Joyeux Noël et amitiés.

      J'aime

    • Gérard 21 décembre 2020 / 18 h 20 min

      Bravo à ce toubib !

      J'aime

  7. FRACANAPA 20 décembre 2020 / 21 h 47 min

    Oui, on va faire gaffe, abuser du savon de Marseille * et croiser les doigts !
    Ça devrait suffire, j’espère…

    Joyeux Noël à tous !

    * Comme vous du savant de Marseille !😉

    J'aime

    • nouratinbis 21 décembre 2020 / 14 h 42 min

      Le savant, je n’en abuse pas…le savon, oui, c’est un très bon produit!
      Joyeux Noël et amitiés.

      J'aime

  8. G.Mevennais 20 décembre 2020 / 23 h 03 min

    Je vais continuer à ne pas être sérieux, j’y prends goût, enfin quoi, Nouratin, « de vent de froidure et…de neige », il me semble me souvenir « son cortège de vent de froidure et..de pluie », il faut dire que j’habitais, à l’époque, la Loire atlantique et non le Vercors, cela explique, peut-être, les choses. Par ailleurs, être nauséeux en buvant deux bouteilles de champagne à trois, votre performance à « tenir la route » est moins impressionnante » que vous exploits cyclistes ! Je dis cela avec un grand sourire, je vous ai prévenu, je ne suis pas sérieux, ca aide beaucoup à tenir le coup.
    Amitiés et bon Noël, bien évidemment, et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles

    J'aime

    • nouratinbis 21 décembre 2020 / 14 h 44 min

      Gilles, m’enfin, vous ne suivez pas! Ce n’est pas le champagne qui nous a
      rendus nauséeux, ce sont les vapeurs stagnant dans le garage de Grauburle!
      Joyeux Noël et amitiés.

      J'aime

  9. Joël Vincent 21 décembre 2020 / 8 h 52 min

    Ah merci ! Je m’en suis pissé parmi à chaudes larmes.

    J'aime

  10. G.Mevennais 21 décembre 2020 / 10 h 43 min

    @ Joël Vincent. Nous qui sommes des habitués, rigolons toujours autant, même si, souvent, « après en avoir ri, on devrait en pleurer ». Quand vous découvrez Nouratin, ça fout un choc, et, pour ma part, mais le sentiment est largement partagé, (enfin je le suppose) mon addiction à ses billets dominicaux reste totale malgré les années.
    Amicalement.

    J'aime

    • elba 21 décembre 2020 / 18 h 23 min

      Sentiment tout à fait partagé, Gilles. Addiction aussi, celle-là ne faisant aucun mal, bien au contraire. 🙂

      J'aime

      • nouratinbis 24 décembre 2020 / 18 h 36 min

        J’espère bien, chère amie, mais en tout cas ça me fait plaisir!

        J'aime

  11. elba 21 décembre 2020 / 10 h 54 min

    Mince alors ! J’ai dû regarder sur le net de qui était ce poème « le temps a laissé son manteau… » que j’ai aussi appris à l’école primaire, mais que j’avais un peu oublié, mis à part le début. Charles d’Orléans, que c’est, le monsieur qui a pondu ce joli poème.
    Merci pour le rappel, Nouratin.

    Sinon, je pense un peu à présipède : va t-il finir comme Napo, puisqu’il est (à ce qu’on dit) séparé de sa Bribri pour coz de virus ? … Allez ouste, à Ste-Hélène, ça me plairait bien, même si nous n’avons personne de valable pour le remplacer. Trois fois hélas.

    Merci pour cette description du partage de bulles en garage. Mon sourire est revenu à vous lire, cette fois-ci.
    Gros bisous ! Et joyeux Noël à vous, ainsi qu’à tous qui passent ici. Je ne finirai pas dans un coin de la cuisine de ma fille, chez qui je vais passer un peu de temps… parce qu’elle n’a pas de cuisine séparée du coin repas ! héhé !

    J'aime

    • nouratinbis 21 décembre 2020 / 14 h 49 min

      Une chance, ça, qu’il n’y ait pas de cuisine! Combien de grands parents
      vont finir dans un coin reculé, même dans le placard, peut être! Moi ça
      me fiche un coup au moral, je préfère encore le garage!
      Gros bisous et joyeux Noël à vous même et à votre fille.

      J'aime

      • elba 21 décembre 2020 / 18 h 29 min

        Franchement Nouratin, je n’y crois pas à ce truc de grands-parents dans la cuisine. Il faut bien être Castrex ou Véreu ou encore l’autre-je-sais-plus-qui qui veut faire vacciner sa mère, mais qui ne veut pas de vaccin pour lui, pour dire des idoties pareilles. Eux, ne doivent pas aimer leurs parents.
        (dans ce cas, on ne les invite pas !)
        Merci pour les bisous.

        Aimé par 1 personne

    • Gérard 21 décembre 2020 / 18 h 29 min

      « nous n’avons personne de valable pour le remplacer » ? ça reste à prouver et ça vaudrait le coup d’essayer, au plus tard en 2022 mais avant, ce serait pas mal aussi. Et qui pourrait faire plus mal ? ça semble difficile d’être « en même temps » aussi nul et aussi imbu de soi-même.

      J'aime

      • nouratinbis 22 décembre 2020 / 19 h 36 min

        Sincèrement, pour arriver à trouver un bourricot du même acabit, on n’aurait
        pas de difficulté, j’en vois des quantités du même niveau, en revanche, pour
        passer au niveau au dessus ça deviendra plus compliqué, c’est certain. Mais
        pignouf pour pignouf, pourquoi ne pas en prendre un autre, « changement de
        pâturage réjouit les veaux », non?

        J'aime

  12. G.Mevennais 21 décembre 2020 / 17 h 19 min

    Oui, j’admets que ce sont les vapeurs du garage et non celles de l’alcool qui vont ont rendus « nauséeux », que voulez vous, j’ai l’esprit mal tourné à force de vos lire ! MDR comme ils disent, maintenant.
    Merci pour votre réponse au com. que j’ai adressé à Joël Vincent, comme vous l’employez assez souvent, je vais faire mienne votre expression : »cela me va droit au coeur » et vous savez que j’exècre l’hypocrisie, et donc soyez assuré de ma sincérité.

    J'aime

  13. carine005 22 décembre 2020 / 17 h 30 min

    Et bien, cher Tonton, mais c’est que tu as l’air d’y croire au virus chopé par le ptit con 2.0 , non ?

    Moi qui suis une complotiste impénitente, je crois plutôt que c’est le moyen qu’il a trouvé sur le pouce pour échapper au vaccinage en public, comme son con-frère de Trébuchette.

    Ils sont légion à vouloir y échapper comme l’explique Paul-Emic.
    Donc, le meilleur truc, c’est de dire que les ceusses contaminés n’ont pas besoin de vaccin, ni même de pseudo-vaccin qui va tous nous faire crever si on se laisse faire.
    Et comme ces con taminés de la haute sont tous sous chloroquine, on ne se fait pas de soucis pour eux.

    Allez, mes vieux gars, on refuse en masse !
    Sauf que tôt ou tard, je pourrai jamais rentrer en fwanss si j’ai pas le passeport idoine.

    J'aime

    • carine005 22 décembre 2020 / 17 h 33 min

      J’ai oublié :

      Joyeux Noël à toi et à tous !
      Refusnikozoubilles !

      J'aime

      • nouratinbis 22 décembre 2020 / 19 h 43 min

        Joyeux Noël à toit aussi.
        Embarrassozibouilles!

        J'aime

    • nouratinbis 22 décembre 2020 / 19 h 42 min

      Je ne sais pas, tout ce que je vois c’est qu’autour de moi, ça chope la
      pistouille à un rythme croissant. Et du coup, n’ayant ni envie de l’attraper
      ni celle de me faire vacciner, je suis bien embêté…si jamais Foupallour ou
      Grauburle venaient à le choper ça me déstabilisera encore plus! Et si c’était
      Blaise Sanzel, hein, à son âge! Celui-là, au moins je lui conseillerai le
      vaccin, comme ça on pourrait voir…
      Sinon, moi je m’en fous, en Fwance j’y suis déjà!

      J'aime

      • elba 22 décembre 2020 / 20 h 49 min

        Ils nous font tellement de bourrage de crâne, Nouratin, qu’avec un simple rhume on se pose la question de savoir si on n’a pas attrapé le virus. Ch’sus enrhumée en ce moment. Chaque hiver ça m’arrive et d’habitude je n’y prête même pas attention. Mais là, j’avoue que… (et hop, je chasse cette idée de ma tête !) Et je n’irai pas voir le docteur sauf si je me sens vraiment mal, des fois qu’il voudrait lui prendre l’idée de m’enfoncer des coton-tiges dans le nez. 😉

        Bise en passant à toi, Carine, et Joyeux Noël.

        J'aime

  14. nouratinbis 23 décembre 2020 / 6 h 06 min

    Vous avez raison Elba, ça vire à l’obsession, la seule différence c’est que,
    depuis quelques jours, on commence à connaître les gens qui l’attrapent
    et il y en a de plus en plus, du coup ça devient concret. Tout dépend de
    l’endroit où vous vivez, le virus ne circule pas encore partout. Faites
    attention malgré tout.

    J'aime

  15. elba 23 décembre 2020 / 11 h 12 min

    Nouratin, les gens qui ont attrapé ça sont-ils très malades ? Faisiez-vous attention autrefois lors des épidémies de grippe ? Je ne veux pas dire qu’il faut prendre ça à la légère, mais soyez certain qu’on nous GROSSIT la chose volontairement.
    Evitons d’avoir peur. Si des gens de notre entourage sont malades, c’est à eux d’avoir la présence d’esprit de ne pas sortir, de ne pas recevoir du monde… Et si possible (ça, c’est une autre histoire) qu’ils se fassent soigner par leur médecin traitant.
    écoutez cette infirmière, cela va peut-être vous rassurer :

    Effectivement, là où je vis, en Vendée, le virus n’est pas très présent. Même s’il y a quelques gens malades, dont certains simplement de la grippe.

    Gros bisou et paisible Noël à vous.

    J'aime

    • nouratinbis 24 décembre 2020 / 18 h 42 min

      Vous avez raison, il semble qu’il existe une volonté politique de créer une
      atmosphère de panique. L’infirmière voit probablement juste, et pour tout
      vous dire, je connais bien des malades mais, pour le moment, un seul mort
      …cinquante sept ans et jusque-là en pleine forme! Je ne sais que conclure…
      Gros bisous aussi et très bon Noël.

      J'aime

  16. Un fidèle passant 24 décembre 2020 / 11 h 37 min

    A @ Elba.

    Bonjour… et surtout, bonnes et autant que possible, joyeuses fêtes de Noël et fin 2020.

    A vous lire, vous tapez sur un clavier d’une région d’où part le Vendée Globe. Une sorte de Route-du-Rhum-bis en somme.

    Ce détour de quelques milles pour en arriver à placer ce sympathique staff de soignants pour rire.

    Et si, quand toute cette histoire de Covid-19, 20, 21, 22… montée pour nous assujettir finissait un jour dans un grand éclat de rire (gêné) ?…

    Il ne nous reste plus guère que ça en sortie, ou à s’équiper d’une tenue de cosmonaute ou de scaphandrier. Ça et la route du rhum que votre confident et ami Nouratin ne saurait ignorer en compagnie de ses fidèles du « Bureau des Légendes sis chez Thérèse ».

    Et vive la Fwance.

    J'aime

    • nouratinbis 24 décembre 2020 / 18 h 45 min

      En effet, j’ai un faible pour la Route du Rhum, c’est une belle course avec
      un nom évocateur! Et je porte un masque FFP2, la prudence…
      Vive la Vendée et son Globe!

      J'aime

    • elba 29 décembre 2020 / 8 h 48 min

      Merci pour La Bajon et sa route du rhume, Un fidèle passant. 🙂
      Effectivement, mon clavier est situé en Vendée, un peu plus au nord du départ du Vendée Globe. Si j’ai bien compris, vous, vous êtes encore plus au nord, parmi ceux qui ont des « chapeaux ronds » et plus près de moi de la côte (pour moi c’est 25km, le plus près.)
      Ce départ du Vendée Globe a été un peu tristounet cette année. Comme d’ailleurs la plupart des choses qui pourraient nous divertir.

      J’entendais ce matin à la radio que la logistique concernant la livraison des vaccins posait quelques petits soucis… J’avoue que je m’en suis réjouie : ça retardera les effets secondaires et peut-être aussi certains décès.

      Pour nous remonter le moral et nous montrer qu’il y a des gens qui sont emplis de qualités humaines, voici un lien à propos d’un monsieur que j’ai eu plaisir à écouter.
      https://odysee.com/@JeanneTraduction:a/intervention-de-me-carlo-brusa-au-sommet:a

      Bonne journée à vous.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s