Bruits de bottes

On dit, on dit, mais ils font quand même des trucs en faveur du pouvoir d’achat. Tenez, par exemple, aujourd’hui, balancer des projectiles sur les représentants de l’ordre c’est à la portée de toutes les bourses, pratiquement. Vous prenez le fameux « couple de la Contrescarpe », les deux sales petits gauchiards dont l’ami Benalla s’était cru autorisé à tabasser la gueule: pour avoir balancé des carafes et des cendriers de bistrot sur les flics ces charmants tourtereaux se sont vu condamnés à cinq-cents Euros d’amende. Qui dit mieux? Moi, ça me paraît quasiment donné, j’en suis même à me dire qu’à ce prix-là, quitte à mettre un peu plus, on pourrait aller sans problème jusqu’au cocktail-molotov, voire au tir de mortier, y a pas de raison. A choisir, finalement, entre une semaine de vacances pourries dans un hôtel minable et le plaisir de foutre joyeusement en l’air une bande de CRS ou de Gardes Mobiles, il n’y a pas photo, comme on dit puis. Alors, hein, ils sont vachement bien nos Juges, non, vous ne trouvez pas? Attention toutefois, le prix de faveur c’est sûrement réservé à des catégories particulières, vous voyez, genre Antifas, Insoumis, Anticapitaloches, cocos ou Trotskos, enfin les gens bien, quoi. Évidemment, si vous affichez des opinions à la con, style Les Républicains, là ça risque de faire beaucoup plus cher…mais il est vrai que le cassage de flicaille se pratique assez rarement chez les adeptes de ladite boutique. Disons donc plutôt qu’il convient, pour bénéficier du tarif réduit, de montrer patte rouge. Nos excellents Magistrats seraient sans doute prêts à en étendre le bénéfice à ce qui reste des effectifs du Parti Socialiste, vu le nombre ce n’est pas cela qui ruinerait la France, étant précisé d’ailleurs que ruinée elle l’est déjà, et jusqu’au trognon.

Mais bon, cessons de commenter les décisions judiciaires, vous savez que c’est mal vu et qu’en plus vous risquez gros pour peu que vous ayez l’infortune de tomber entre les pattes de ces Messieurs-Dames du Siège ou du Parquet. Et puis justement, tiens, ce matin, ô joie inexprimable, nous avons la visite d’Umberto Cazzoficca, notre copain Rital, vous savez, celui qui porte beau et possède un sens des affaires  digne des Florentins de l’époque Médicis. Le cher transalpin vient à peine de garer sa Lamborghini à moitié sur le trottoir devant le bistrot qu’il envoie bille en tête -non sans avoir, au préalable, sifflé d’un trait son Campari- une adresse en ces termes:
-« Mes chers amis, le malheur s’abat sur nous! Ne vous y trompez pas, porca disgrazia (1), les rappels d’ambassadeurs précèdent presque toujours la guerre, nous n’y couperons pas, je le crains! Déjà je crois entendre les bruits de bottes, maledetta sciagura (2)! Disons nous donc adieu, mes très chers, désormais nous voilà des deux côtés opposés du front! Prions le Bon Dieu qu’il nous préserve et fasse le Ciel que les hostilités durent moins longtemps que la dernière fois, ce qui semble assez probable, vu que ce coup-ci les Allemands ne seront pas avec nous…quoique la grosse Merkel s’entende fort bien, c’est manifeste, avec Conte: il la fait rigoler, ce coquin…et en se foutant de la gueule de Macron, par dessus le mercato! Il faut dire que votre petit roquet prétentieux commence singulièrement à exaspérer, tant au dedans qu’au dehors, pas vrai? Alors que voulez vous, il va falloir qu’on se batte ou qu’il en rabatte…moi, je serais lui, j’enverrais des excuses, parce que parti comme il est, à force de se foutre tout le monde à dos, il ne lui restera comme alliés que les Socialos Espagnols et les Communistes de Grèce…encore n’est-il pas certain que ces gens-là s’engagent à ses côtés, quand on est dans la mouise, une prudente neutralité s’impose. Alors finalement, votre joli petit prodige, il se retrouvera tout seul face à une Europe qui le verrait avec plaisir prendre ses cliques, ses claques et sa vénérable épouse pour aller se faire voir chez les compatriotes de Tsipras. Prenez le comme vous voulez mais, en définitive, Salvini passe beaucoup mieux…et en plus il est populaire, lui, tout le monde ne peut en dire autant, à commencer par votre Président adoré… Alors, je me marre, ridi Pagliaccio (3), bien sûr qu’on ne se fera pas la guerre, non si deve scherzare (4), ce ne sont pas des farfallini (5) de ce calibre qui vont réussir à nous brouiller si peu que ce soit, surtout qu’en ce moment-ci les affaire vont cahin-caha, ce n’est pas le moment se mettre sur la tronche! »
Et de partir dans un vaste éclat de rire assorti de trente-deux dents -au moins- d’une blancheur si éclatante qu’on les dirait sorties des ateliers Jacob & Delafon!

-« Riez, riez, cher Umberto, rétorque Jean Trentasseur, en attendant vos néo-fascistes se permettent de venir en France soutenir les rebelles acharnés à la perte de notre Président démocratiquement élu avec les deux tiers des suffrages. Vous n’imaginiez tout de même pas que nous tolérerions pareils affronts? Et puis, je vais vous dire, ils vont se casser la figure, vos nauséabonds salvinesques, les syndicats sont dans la rue, la récession vous frappe de plein fouet et vous ne tarderez pas à voir les fachos de la Ligue et les farfelus à cinq étoiles, se tirer ouvertement dans les pattes. L’alliance de la carpe et du lapin ne va pas tarder à exploser, l’ordre règnera de nouveau et nos différends actuels tomberont d’eux mêmes aussitôt partis vos malfaisants de gouvernement ».
En général il s’en trouve toujours un, parmi nous, pour porter la contradiction au cher Maître Trentasseur. Mais aujourd’hui personne ne s’y colle, on dirait bien que tout le monde s’en fout, il y a autre chose qui les turlupine, nos potes de comptoir… Et puis finalement c’est Jeannot qui se décide, avec ses gros sabots, comme d’habitude et sans trop s’embarrasser de précautions oratoires, droit au but, en quelque sorte.

-« Au fait Umberto, les deux super-culs de l’autre fois, t’en as fait quoi? Y a pas de souci, tu sais, même qu’on serait en guerre, nous autres on n’est pas du genre à exclure, on fraternise au delà des conflits. T’aurais pu sans problème nous les ramener, et même encore d’autres, on n’est pas regardant, suffirait que tu échanges ton piège à radars contre une vraie bagnole avec sept places, comme tout le monde, et nous on fait le reste… parce que c’est très bien de se rincer le gosier, en même temps si on pouvait également se rincer l’œil on t’en voudrait pas, ma vieille. Je ne dis pas d’aller au delà, vu qu’on n’a pas les moyens, mais juste la vue et les fragrances ça fait déjà vachement de bien par où ça passe… Ouvre donc une roteuse, Thérèse, c’est ma tournée, encore une que les Macaronis n’auront pas…scuse moi, Bertounet, c’est juste manière de  rigoler! »

-« Vous savez, intervient alors Blaise Sanzel, soucieux sans doute de dissiper l’effet bizarre produit par les propos de ce con de Jeannot, nous avons connu, ici même, l’occupation italienne, entre quarante et quarante-deux. A l’époque je vivais ailleurs mais on m’a raconté, les témoins de l’époque, ceux qui sont morts depuis tellement longtemps qu’on les a complètement oubliés, seules les pierres tombales en gardent encore la trace…ça nous arrivera à tous, que voulez vous, nous ne représentons que l’écume des jours, comme disait l’autre, ça disparaît vite… Oui, bon, bref, pour vous dire qu’avec les envoyés de Mussolini la cohabitation se passait plutôt bien. Ils n’étaient là que par obligation, ces mecs, ils eussent d’ailleurs largement préféré rentrer chez eux mais bon, tout le monde faisait contre mauvaise fortune bon cœur; à l’exception des pauvres malheureux prisonniers de guerre dont les nanas s’envoyaient en l’air en compagnie des séducteurs transalpins dont nul n’ignore la légendaire vigueur transal-pine. En tout état de cause, dès lors que les Boches ont déferlé sur la zone libre, tout le monde a bien capté la différence…surtout les Israélites d’ailleurs, dont le refuge pénard s’est immédiatement  transformé en souricière, avec descentes nocturnes dans les appartements et convois vers les ténèbres sans retour. Entre l’Allemand et l’Italien, il y aura toujours cette énorme marche culturelle qui sépare le pesant Germain du Latin vif et primesautier. L’écart s’est toujours révélé gigantesque, même aux temps du Duce et du Führer, le fameux « fascisme » si cher à nos chroniqueurs d’aujourd’hui, lesquels n’en connaissent rien excepté les petites images à la mords moi le nœud qu’on leur a instillées dans la cervelle.
Macron a tort de chercher noise à nos copains de l’autre côté des Alpes, nous pourrons toujours nous entendre avec eux -en dépit de leur regrettable tendance à toujours nous rouler dans la farine-. Parce que ce sont gens raisonnables, capables de discernement, appartinssent-ils à l' »extrême droite » comme la mouvance politico-médiatique le reproche si stupidement à Salvini…lequel n’a pourtant d’autre souci que de protéger ses compatriotes de l’invasion africaine et des tracasseries délétères émanant de l’Union-Européenne. Puissions nous trouver l’équivalent ici, au lieu de confier toujours le soin de nos affaires aux bisounours de droite ou de gauche, et joindre nos forces à celles des Ritals, des Autrichiens, des Polacs, des Tchèques, des Hongrois, j’en oublie, pour nous défendre enfin, avant qu’il ne soit vraiment trop tard! »

-« Vous parlez d’or, Signor Sanzel, conclut l’ami Cazzoficca, si tout le monde en France comme en Italie, possédait un peu de votre sagesse, nous n’aurions pas à nous faire de souci pour l’avenir! A votre santé, qu’elle vous garde avec nous pour longtemps encore! »

« Comme tu dis, bouffi, rajoute Jean Foupallour, immanquablement prêt à en rajouter une bonne couche tout en finesse, vu son âge, à  pépère, on a intérêt à en vider un sacré paquet  de roteuses à sa santé, va falloir au moins en passer deux caisses! »

Ainsi soit-il!
Gardez vous, vous aussi, en parfaite santé… quitte à l’arroser comme il convient.
Amitiés à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

(1)Saleté d’infortune
(2)Maudite misère
(3)Ris donc, Paillasse
(4)Faut pas déconner
(5) Freluquets.

Publicités

15 réflexions sur “Bruits de bottes

  1. Fredi M. 10 février 2019 / 15 h 18 min

    Mouarf !!!!
    Des dents sorties des ateliers Jacob & Delafon ! Vous m’avez bien fait rire !
    Excellent billet par ailleurs.

    J'aime

  2. Pangloss 10 février 2019 / 16 h 30 min

    L’occupation italienne par chez moi, n’avait pas -si j’en crois mes aînés- que des bons côtés. Les soldats, c’était … des soldats mais les chemises noires, c’était autre chose. Ils avaient oublié le côté rigolo des transalpins.
    Amicalement.

    J'aime

    • nouratinbis 10 février 2019 / 18 h 38 min

      C’est incontestable, mais à coté des Waffen-SS c’était des roses!
      Amitiés.

      J'aime

  3. G.Mevennais 10 février 2019 / 16 h 56 min

    Je vous remercie d’avoir convié votre « ami » Cazzoficca, je me faisais du souci à son sujet, il était aux abonnés absents depuis un bon bout de temps ! Quant au reste, nous allons bien finir par avoir « des problèmes » avec les Italiens, tellement nous nous occupons de ce qui se passe chez les autres (je me rappelle les sourires « Sarko/Merkel » concernant la mise à l’écart de Berlusconi), plutôt que de nous occuper de l’état de la France, qui est dans « l’urgence absolue » selon le terme à la mode.
    Amitiés, cher Nouratin, et bonne semaine à tous/toutes.
    Gilles

    J'aime

    • nouratinbis 10 février 2019 / 18 h 41 min

      Ce garçon a l’habitude de fourrer son nez partout, il finira par se le faire
      pincer (oups, pas fait exprès)! En tout cas, Umberto est venu avant tout
      pour vous faire plaisir, je l’en ai chaleureusement remercié.
      Amitiés, cher Gilles.

      J'aime

      • G.Mevennais 11 février 2019 / 11 h 23 min

        Vous m’avez bien fait rire, à nouveau, mais si, mais si, vous l’avez fait « expres)
        Amitiés.

        J'aime

  4. Gérard 10 février 2019 / 18 h 32 min

    Allez, macrounette, mobilisation générale, on va leur apprendre à ces ritals que c’est qui le chef ? Non, mais des fois ! D’ailleurs, une bonne guerre, y a rien de tel pour relancer l’économie et, accessoirement, être obligés de reporter les élections prévues au mois de mai – ce sera toujours ça de pris. Et instaurer la loi martiale pour faire fermer leur clapet aux Gilets Jaunes. Ce serait quand même dommage d’avoir la bombe atomique et de ne pas s’en servir pour une fois qu’il y a un vrai prétexte. Ces gens qui ne veulent pas d’immigration africaine et/ou musulmane que c’est la chance de l’Europe devraient avoir honte !

    J'aime

    • nouratinbis 10 février 2019 / 18 h 44 min

      Hélas, oui, il va falloir se résoudre à les mettre au pas, ces bouffeurs
      de spaghetti! Sans compter qu’on a des bombinettes bien propres,
      maintenant, qui ne risquent pas de nous renvoyer à nous des
      saloperies atomiques!
      Marchonkunsanguimpur!
      Amitiés.

      J'aime

  5. Boutfil 10 février 2019 / 19 h 05 min

    ben voilà, faut qu’il cherche des noises à tout le monde ce freluquet, un jour ou l’autre il se prendra une grande baffe et ça nous fera bien plaisir, moi, j’aime bien les ritals et quitte à faire une petite guerre, je préfèrerai les boches, on a déjà de grandes habitudes avec eux, on sera pas dépaysés
    Bonne semaine et gros bisous

    J'aime

  6. nouratinbis 10 février 2019 / 19 h 21 min

    Oui, ce serait plus logique avec les Boches…mais là c’est plus dur, il faut en avoir un minimum, je crains que nous n’ayons pas l’homme de la situation!
    Gros bisous.

    J'aime

  7. Liz 10 février 2019 / 20 h 00 min

    Si bruits de bottes il y a, autant qu’elles soient italiennes. La chaussures italienne est indéniablement une des meilleures au monde. J’opte donc pour la mode italienne.
    Pour l’instant…

    Bien des bises à tous, une de plus à vous cher Nouratin

    J'aime

    • nouratinbis 10 février 2019 / 22 h 21 min

      Vous avez raison, tant qu’à faire la guerre, autant choisir la version chic: bruits de Berlutti!
      Double bise à vous aussi.

      J'aime

  8. PR CALGUÈS 11 février 2019 / 13 h 17 min

    « Notre joli petit prodige, ira se faire voir chez les compatriotes de Tsipras. »…
    Comme c’est la mode, ouvrons une souscription afin d’équiper notre joli petit prodige pour ses grandes vacances à Mykonos.
    Offrons lui un séjour de 3 ans, une paire de claquettes et un string.
    Pour le reste il trouvera sur place….
    Amitiés.

    J'aime

  9. nouratinbis 11 février 2019 / 19 h 35 min

    On pourrait presqu’aller sur du séjour définitif, non? Tant qu’à ouvrir une
    souscription…
    Baïeta.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s